Chine, la muraille de Trump | Causeur

Chine, la muraille de Trump

Quand Donald montre l’exemple aux Occidentaux

Auteur

Régis Soubrouillard
Journaliste.

Publié le 25 janvier 2017 / Monde

Mots-clés : , , , , ,

La politique chinoise de Trump sera en nette rupture avec des décennies de concessions sans contreparties. Et si la fermeté était un facteur de stabilité? Et si Trump donnait le bon exemple aux Occidentaux apeurés par Pékin?

Donald Trump Chine Amérique Rapports de force fermeté

Ce n’était pas une bourde ni une maladresse démontrant l’ignorance du prochain locataire de la Maison-Blanche, contrairement à ce qu’ont expliqué nombre d’éditorialistes américains et français, se gaussant déjà de la diplomatie clownesque de l’animateur télé porté au pouvoir par le peuple américain. C’est bien pour engager un nouveau rapport de forces avec Pékin que Donald Trump a accepté de prendre la présidente de Taïwan au téléphone le 2 décembre dernier. La cohorte des ricaneurs – souvent les premiers à dénoncer les atteintes aux droits de l’homme en Chine – n’a pu s’empêcher de voir là un affront à la puissance chinoise, et elle s’est émue, pour le coup, de cette rupture avec la realpolitik et d’un risque majeur de bouleversement des équilibres stratégiques internationaux. Fichtre !

La fin du « China first »

Certes, l’événement est sans précédent depuis 1979, d’autant que Donald Trump semble s’écarter du dogme de la « Chine unique » dans un contexte particulièrement tendu entre les deux Chine. Pékin porte en effet un regard méfiant sur Taïwan depuis l’arrivée au pouvoir de la nouvelle présidente indépendantiste Tsai Ing-wen début 2016.

Pour l’anecdote, on notera que le jour du « coup de fil » qui allait faire trembler les équilibres internationaux, le président chinois Xi Jinping recevait Henry Kissinger, théoricien de la realpolitik, artisan du rapprochement entre la Chine de Mao et les États-Unis de Nixon, et accessoirement inspirateur de la politique américaine en Asie depuis quarante ans. Deux semaines plus tôt, le même Kissinger rencontrait Donald Trump à New York. Rien n’a filtré de la conversation entre les deux hommes, sinon que la Chine aurait été au centre de

[...]

  • causeur.#42.couv.bd

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 101 - Janvier 2017

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur.#42.couv.bd
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 26 Janvier 2017 à 16h29

      Pyrrhon dit

      Je suis agréablement surpris par cette analyse. Il est vrai que la peur est notre principal sentiment envers la Chine, toujours communiste, et que le “NON” de Trump est plus sain.

    • 26 Janvier 2017 à 15h45

      Marco29 dit

      Trump c’est la loi du plus fort économiquement (bien pire que n’aurait été le TAFTA…) à l’extérieur et la loi des plus riches et de la finance dérégulée à l’intérieur et à l’extérieur.
      Il veut en finir avec la loi Dodd-Frank
      Cette loi, pourtant bien timide, fut la réponse d’Obama à la crise financière de 2008.
      Elle régule l’ensemble du secteur financier et a pour objectifs d’éviter une répétition des errements ayant conduit à la banqueroute de la banque Lehman Brothers et de mettre fin au “Too big to fail” (banques trop grosses pour faire faillite).
      Les chiens sont lâchés…

      Peut-être cela obligera t-il l’UE à se serrer les coudes ?
      Notre prochain président devrait en priorité se rapprocher de la Chine.
      Elle est loin de l’Europe et est, tout compte fait, plus coopérative que les 2 autres grandes puissances…
      Trump vient de se retirer du TTP (Traité commercial signé en 2015 par 12 pays de la région Asie-Pacifique, mais sans la Chine).
      Quelle confiance ces pays vont ils avoir désormais dans les USA pour freiner leur envahissant voisin ?
      Le mieux pour eux va être de… se rapprocher de la Chine.

      L’inconnu est total.
      Il n’est pas exclu que Trump soit le dernier président de la super-puissante USA.

      • 26 Janvier 2017 à 19h31

        Tonio dit

        Combien de dispositions les Chinois ont-ils respecté, combien violé, depuis qu’ils sont membres de l’OMC ?

        Trump les met au pied de la muraille: “Ou vous respectez les règle en toute bonne foi ou vous êtes virés de tous les traités commerciaux.”

        Aucun Européen ne peut se permettre de parler comme lui aux Chinois : vous imaginez Tusk, Juncker, Barroso, Timmermans, Mogherini ? … non vraiment pas.

        Il semblerait que Trump a déjà biffé la TIPP et la TAFTA de son programme.

        • 26 Janvier 2017 à 20h53

          i-diogene dit

          C’est bien le défaut de Trump: Tout en subtilités, un fin diplomate, dommage qu’il soit complètement caractériel..!^^

        • 28 Janvier 2017 à 2h39

          buddy dit

          Sont-ce les chinois qui ont délocalisé les usines de TOUT le monde occidental?
          Je me souviens comment l’émission “Capital” de M6 se délectait en montrant les industriels Français et même Allemands, courant en Chine avec des produits pour en faire faire des copies pour un coût dérisoire dans les usines-prisons de Shenzen et les réimporter illico en faisant crever une à une les usines chez nous.
          Mais le pli est pris et il ne suffira pas à Trump de rayer avec son Mont-Blanc les accords (qui étaient mauvais j’en conviens) devant une palanquée de caméras pour mettre à genoux la chine.
          Ca sent bon la troisième guerre mondiale. Qu’ils attendent encore un peu que je ne sois plus de ce monde. Tant pis pour les autres?

    • 26 Janvier 2017 à 14h56

      rolberg dit

      “ «… préférant l’irritante « Tweet Diplomatie » au discret « téléphone rouge »”. Mais Trump envoie son Kissinger discuter avec le premier ministre chinois. Mettons un téléphone rose…

    • 26 Janvier 2017 à 12h33

      Pol&Mic dit

      les…….. “anti” de toutes sortes , en seront pour leurs frais….. (il est évident qu’on ne sera pas dans un remake de Hollandie !)

    • 26 Janvier 2017 à 12h31

      Pol&Mic dit

      l’ex….. perd ….. (presque toujours)

    • 26 Janvier 2017 à 12h27

      joke ka dit

      Nous sommes sûrement nombreux à aspirer à un dirigeant pour la France qui soit mû par le sens de la patrie , un homme à stature d’homme d’état avec une vision pour la Nation et qui respecte sa population et gouverne avec fermeté…comme Poutine le fait pour la Russie et Reagan l’a fait pour les USA et peut-être en sera t-il de même pour Trump …donnons lui le temps de prendre ses marques … et que les Obamalâtres arrêtent de mettre les bâtons dans les roues

      • 26 Janvier 2017 à 14h51

        Muys dit

        Pour la France, ce pays de couilles molles, il faudra vraisemblablement une “Dame de fer” pour arriver à ce résultat !

        • 26 Janvier 2017 à 14h59

          i-diogene dit

          La grosse morue blonde brille par son absence..!^^

          - Le racisme, le nationalisme et le repli protectionniste, tu parles d’ un projet économique ambitieux pour la France et l’ UE..: ça ne peut servir que les intérêts du FN, et non-pas celui des français, ni de l’ UE..!^^

          … Elle a bien raison de se cacher..!^^

        • 26 Janvier 2017 à 19h32

          Tonio dit

          avec des c .. en plomb ?

      • 26 Janvier 2017 à 19h47

        StéphaneO dit

        Je suis d’accord.

        En fait, pourquoi ne pas imaginer qu’un pays comme le nôtre n’est jamais qu’une grande entreprise ?

        D’ordre général, les grandes entreprises ou autres multinationales ont pour vocation de faire des profits. Et non d’enregistrer des pertes abyssales au passif sur 40 ans.

        Donc, je me disais que “l’homme d’état” idéal pour nous : il nous faut un chef d’entreprise. Autrement, tous les crânes d’oeuf que la France se coltine depuis des plombes, tous issus du même sérail : terminé, ça ne marche pas, on le voit bien.
        Le souci, c’est qu’un dirigeant à lui seul ne peut pas faire la pluie et le beau temps si la “base” n’y met pas du sien. Il peut imprimer, impulser, encadrer, faire passer des lois, mais il ne peut pas éponger à lui seul la dette publique et présenter un excédent budgétaire quand la “base” se repose sur des “droits acquis” antédiluviens.

        Contrairement à vous, je pencherais plutôt pour une gouvernance style Merkel.

        Pas Poutine : il est en train de démolir son pays. De toutes façons, 18 ans de pouvoir ininterrompus, c’est trop. Pas d’alternance. C’est l’Erdogan de l’Est. Même quand il n’est pas élu, il continue de gouverner via ses potes.
        Quant à Reagan … l’élection de Trump montre bien que ce n’est pas non plus l’idéal.

        D’accord avec vous : voyons voir ce que Trump va faire.
        Et voyons ce que les Français vont faire : pour le moment, hélas, je ne vois pas.

    • 26 Janvier 2017 à 10h52

      StéphaneO dit

      @Golvan
      Justement, il n’y ont pas intérêt.
      C’est un jeu d’équilibristes.

      • 26 Janvier 2017 à 15h02

        i-diogene dit

        .. Sauf que la donne a changé:

        Le protectionnisme que Trump va mettre en place, fait que le marché américain ne présente plus aucun intérêt pour personne..!^^

        • 26 Janvier 2017 à 15h16

          golvan dit

          Pour les imbéciles établir des droits de douane signifie autarcie.
          Les échanges économiques mondiaux existent depuis que le monde est monde et les droits de douane ne les ont jamais empêchés, ils ne servent qu’à modérer la cupidité en prélevant au passage une participation destinée à limiter le siphonnage d’un marché solvable sans contrepartie.
          Rien d’autarcique là-dedans.

        • 26 Janvier 2017 à 19h34

          Tonio dit

          Le racisme, le nationalisme, le repli … protectionniste..
          la Chine le fait et tout le monde s’y précipite, alors ?

        • 26 Janvier 2017 à 20h06

          StéphaneO dit

          Si, ça présente un intérêt : qui dit protectionnisme dit barrières douanières. Qui dit taxes dit tout simplement que c’est le plus compétitif qui va emporter le morceau.

          Ce que les Européens ne peuvent pas faire (juste l’euro : on ne peut pas le dévaluer).

          Le marché américain n’est donc pas mort.

          Depuis 2000, les US tripotent leur taux directeur. Quand ça les arrange, ils sont donc plus compétitifs à l’export (et ça leur coûte plus cher à l’import). Somme toute, la loi du marché normale. Sauf que nous, Européens, hormis les Allemands, nous ne fonctionnons plus vraiment selon la loi du marché.
          C’est peut-être également ce que veut dire @Golvan (?)

        • 26 Janvier 2017 à 21h15

          i-diogene dit

          L’ expérience montre que lorsqu’un pays met une taxe protectrice sur les importations, les vis-à-vis en font autant pour corriger leur balance..

          .. Seul le consommateur est pénalisé.. Car c’ est toujours le consommateur qui paie les surtaxes, au final..

          Trump parle de mettre 45 % de taxes, sur les importations chinoises..!^^

          Les chinois réagiront en surtaxant les produits made in USA.. Ce qui freinera sérieusement les échanges.. Et favorisera l’ UE, l’ Australie, la Russie, l’ Iran et l’ Asie du Sud-Est..

          … C’est vachement cohérent..!^^

          Reste à savoir si le Congrès le suivra..!

        • 27 Janvier 2017 à 18h39

          i-diogene dit

          GOLVAN,

          Sauf que tu sembles ignorer qu’il y a déjà des droits de douanes au niveau de l’ EU..

          Il vaut mieux importer en passant par l’ Allemagne (TVA 19 %), que passant par la France (TVA 20 %), on gagne 1 % vu la libre circulation des marchandises en UE..

          Quant-on pense que des blaireaux voudraient augmenter la TVA en France, c’ est préjudiciable pour le consommateur et les entreprises..!^^

        • 27 Janvier 2017 à 19h10

          i-diogene dit

          GOLVAN,

          Des droits de douanes EN PLUS de la TVA, bien sûr..!^^

          C’est très complexe et variable suivant le produit importé et le pays d’ origine:

          https://pro.douane.gouv.fr/WDframe.asp

    • 26 Janvier 2017 à 8h07

      QUIDAM II dit

      Les concessions sans contreparties sont évidemment une marque de faiblesse et de poltronnerie (ou de corruption) que les Etats forts, les ONG terroristes et les communautaristes comprennent parfaitement… ce qui intensifie leurs exigences et attisent leurs chantages.
      Le Canada donneur de leçons, pratiquant et prônant les « accommodements (ou concessions) raisonnables » sans contreparties, mène cependant (comme l’Australie) une politique d’immigration extrêmement sévère, et n’ouvre ses portes qu’aux personnes dont elle a besoin.

    • 26 Janvier 2017 à 3h24

      taubiroute dit

      Les Chinois fort de leur arrogance n ont peur de rien ……sauf de la Chine.
      Trmps la bien compris.
      Que TRump ravive la FaLamme de Tchang Khai Check ,des Moines tibetains et des Ouigours, qu il retrouve un heritier aux dynasties imeriales chinoises et c esn est fini de l’empire rouge de Pekin, tous ses milliards du PCC n y pourrons rien, lennemi de la Chine c est elle meme et les dirigeants de PCC le savent trop bien !

      • 26 Janvier 2017 à 4h15

        i-diogene dit

        Taubiroute, cesse de te bricoler en publique:

        La Chine, c’ est autrement plus difficile à déstabiliser que l’ Iraq, l’ Afghanistan, l’ Erythrée ou la Syrie..

        Je prévois surtout pour Trump des agitations populaires particulièrement violentes aux USA..

        De plus, il n’ aura pas la majorité, ni au Congrès, ni au Parlement: les Républicains ne sont pas un bloc, et au cours de la campagne, beaucoup se sont désolidarisés de ses conneries..!^^

        • 26 Janvier 2017 à 10h24

          StéphaneO dit

          Vous me direz si vous êtes d’accord :
          En gros, les Américains ont compris que la “pax americana”, c’est terminé.
          Comme ils ne sont plus les “champions”, ils ont voté Trump (faut voir, ce n’est peut-être pas si mal)

          Ils vont donc se replier sur eux-mêmes (barrières douanières, par exemple).
          Les Canadiens vont faire pareil (maudzit traîiitres, c’est normal). Les Mexicains aussi. Tous les pays sud-américains qui avaient signé des accords : idem.

          Et l’Europe : ma foi, puisqu’elle ne se résume plus qu’à l’Allemagne, on va bien voir. C’est tout vu depuis un moment : vous préférez avoir un Euro allemand ou un euro Grec sur votre compte en banque ?

        • 26 Janvier 2017 à 12h38

          Chr martel dit

          Pour l’instant 57% des americains approuvent les mesures prisent par leur president, selon un dernier sondage.
          Parfoit renverser la table et remmetre les choses aux clair a du bon.

        • 26 Janvier 2017 à 19h38

          Tonio dit

          Trump, son talon d’Achille c’est le paquet de T-Bonds détenus pas les Chinois; l’arme de Trump: si vous bougez, le dollar baissera … et les T-Bonds avec
          Ouïlle!

        • 26 Janvier 2017 à 21h35

          i-diogene dit

          Trump a déjà prévu de baisser le Dollar… Au moins dans ses discours..

          Le coup de l’ emprunt Russe, ça va peut-être libérer les USA de leur dette, mais on pourra faire des feux de joie avec les Dollars et faire un parc d’attraction à la place de Wall Street….

          Il est hautement improbable que le Congrès le suive dans son délire..

      • 26 Janvier 2017 à 10h11

        StéphaneO dit

        Et les Chinois ont accumulé des réserves USD inouïes au cours des dernières années.

        S’ils vendent demain leurs réserves (des centaines de milliards USD) : l’USD ne vaut plus rien.
        Comme la dette mondiale est détenue à 80 % par les Américains, vous me suivez ou je continue ?

        • 26 Janvier 2017 à 10h38

          golvan dit

          @ stéphaneO
          Pourquoi les Chionois tenteraient-ils de ruiner leur premier client ?

        • 26 Janvier 2017 à 14h42

          i-diogene dit

          StéphaneO,

          Oui, si le Dollar plonge, non seulement 80 % de la dette disparaît, mais l’ Euro passera en tête pour la monnaie de réserve mondiale..
          … Et mènera la danse..!^^

          Quant on pense que les abrutis du FN soutiennent un retrait de la zone Euro et un protectionnisme nationaliste, ça fait ricaner, autant de bêtise..!^^

          GOLVAN,

          Le protectionnisme économique de Trump, fait que le marché américain est sans a

        • 26 Janvier 2017 à 14h45

          FRANCDESOUCHE dit

          Et c’est vous qui allez acheter sans doute? Sinon, à qui pensez vous? Des 2, ce sont les CHINOIS qui sont piègés en réalité. Tiens, ça me fait penser aux emprunt russes! la belle affaire d’avoir des titres pour des milliards de dollars si … personne n’en veut.

        • 26 Janvier 2017 à 14h53

          i-diogene dit

          GOLVAN,

          Sois logique, pour une fois dans ta vie:

          Le protectionnisme économique de Trump, fait que le marché américain est sans aucun intérêt pour la Chine, ni-même pour l’ UE..!

          Les marchés de l’ avenir sont: l’ UE, L’ Afrique, la Chine, la Russie, l’ Asie du Sud Est, l’ Iran et l’” Amérique latine..!^^

          Ch. Martel,

          Tu te consoles avec des sondages..?
          Je te rappelle juste que les instituts de sondages sont, à l’ origine, des outils de marketing..!

          AU vu des dernières prévisions foireuses, ils sont nettement plus performant en marketing qu’ en prévisions politiques..!^^

          .. Il faudra s’ attendre à de graves troubles sociaux aux USA..
          .. Les manifs anti-Trump n’ en sont que les prémisses..!^^

      • 26 Janvier 2017 à 11h15

        StéphaneO dit

        Pas faux.

        Mais je ne suis pas sûr, comme vous dites, que Trump “ravive” quoi que ce soit d’intéressant hormis les marchés (je crois avoir lu sur ce site qu’il y a au moins deux personnes que ça intéresse (?).

        Regardons les courbes en chandelles : les marchés financiers. Pré-élection Trump. Puis investiture Trump.

        Trump est un gros plouc, pas photo. Mais chaque fois qu’il gueule, ma courbe sur mes valeurs, elle bouge.

        Je me dis donc :

        a) Il faut ignorer Trump, qui n’existe que parce qu’on parle de lui
        b) rester un bon père de famille
        c) surveiller la courbe des USD

        Puis je me poserai la question plus tard : comment se fait-ce que l’euro ne soit pas la devise de référence mondiale ? Hein ?
        Ben non, c’est toujours le dollar.

        Quant au reste, ma doué : je reste persuadé que l’invraisemblable Trump … n’a été élu que parce qu’on parle de lui. Plus on parle de Trump, plus les courbes et mes bougies-graphiques gigotent.

        Si demain plus personne n’en parlait : terminado, le Trump et sa houpette.
        Non ?

        • 26 Janvier 2017 à 15h14

          i-diogene dit

          Bah, c’ est un peu plus compliqué que ça:

          La seule option de Trump, pour sauver le Dollar…

          … C’ est de déstabiliser la Chine politiquement, pour la faire régresser..

          .. Il a déjà jeté quelques pavés, mais c’est juste comme pisser dans un violon:

          https://www.letemps.ch/monde/2017/01/24/chine-prete-confrontation-donald-trump

          C’est pas aussi facile que de déstabiliser les pays africains ou du Moyen Orient..

    • 25 Janvier 2017 à 22h42

      A mon humble avis dit

      Il n’y a que la fermeté qui puisse apporter la stabilité.
      La faiblesse, la mollesse, l’hésitation, la peur, poussent l’adversaire à avancer et augmenter ses avantages.
      C’est bien Munich qui a encouragé Hitler, devant des Britanniques et des Français qui avaient peur de contrarier le Führer. S’ils avaient été fermes, ils auraient sans doute pu éviter la guerre.
      Quand de Gaulle a sorti la France de l’Otan, demandé la conversion de ses dollars en or, reconnu la Chine de Mao, il n’a pas eu peur des Américains : la France en a été d’autant plus respectée.
      Quand Chirac a refusé de se soumettre à Bush en 2003 au sujet de l’Irak, on avait prédit les pires catastrophes pour la France; les catastrophes ont été pour les États-Unis et ses alliés…
      C’est en ayant peur de la guerre qu’on la provoque; c’est en ayant peur de perdre qu’on perd.
      La France en avril-mai ne doit pas avoir peur.

      • 26 Janvier 2017 à 10h07

        StéphaneO dit

        Ca, c’est intéressant.

        Mais le père Adolf n’est pas arrivé tout seul au pouvoir (hormis l’incendie du Reichstag, qui a “un peu aidé”) : vous oubliez la crise de 29. Encore un “krack” financier bien Américain. 2008, qu’en pensez-vous ?

        Si je pouvais interroger mon arrière-grand-mère, elle me dirait qu’à l’époque, le DM valait zip. Et que pour envoyer une lettre de Bonn à Leipzig, ça coûtait … bref, une mallette pleine de billet qui ne valaient plus rien.
        Vous avez, je crois, bien raison sur bien des points : nous n’étions pas préparés.

        Bien sûr que les Français ont vu le Georges (Bonnet) et son comparse britannique revenir de la conférence de Munich en disant : “vous inquiétez pas, Hitler est végétarien”.

        Mais si j’en crois mes aïeux, ligne Maginot ou pas : la France achevait à peine de se relever d’un conflit, le plus meurtrier et, pour la première fois : elle a touché des civils. Et on a dit “c’est la Der des Der”.

        En 39, même Gamelin n’a pas compris.
        Puis il y a eu le Blitz : trois semaines. Enfin, je simplifie un max.
        Puis il y a eu Vichy.

        Là où vous avez raison, c’est quand vous dites “c’est en ayant peur de la guerre qu’on la provoque”.

        Je me trouve actuellement au Mexique et je peux vous dire que
        - la déclaration (autrement dit, un délit d’initiés) du ministre et du président Mexicains, ma foi, on voit bien les marchés financiers et les taux de change rien qu’à l’annonce : le MXN a récupéré face à sa parité avec le USD.
        - les guerres actuelles (j’allais dire, entre gens “civilisés”) ne se font plus en alignant le plus grand nombre dans une plaine pour voir qui reste debout.

        Nein. Elles se font sur les places boursières. Et avec les marchands de canons.
        Les US ont bien vendu des armes à Ben Laden pour combattre les Russes, non ? Bon, eh bien ce sont avec ces mêmes armes qu’ils ont arrosé l’arroseur en 2003.
        Voici un truc marrant : http://www.huffingtonpost.com.mx/2017/01/24/holanda-se-burla-de-las-politicas-de-trump-y-le-explica-como-blo/

    • 25 Janvier 2017 à 22h17

      Ambrosius dit

      Trump a mille fois raison de taper du pied dans la fourmilière. Il y a plusieurs arrière-trains qui se devaient d’être bottés depuis belle lurette et celui de la Chine en faisait partie. Espérons que l’arrière-train européen en prenne aussi pour son grade… il n’y a rien de mieux pour mettre un pleutre au pied du mur et en faire un homme, un vrai.

    • 25 Janvier 2017 à 20h55

      alain delon dit

      Je vais prendre un menu 38 sans riz cantonais

    • 25 Janvier 2017 à 20h05

      Bibi dit

      Le Dow a l’air d’apprécier.

      • 25 Janvier 2017 à 20h35

        steed59 dit

        ce rally ne date pas de vendredi dernier

        • 25 Janvier 2017 à 21h13

          Bibi dit

          C’est le Dow du jour.

        • 25 Janvier 2017 à 21h14

          steed59 dit

          les 20 000 points on les voyait arriver de loin

        • 26 Janvier 2017 à 10h56

          StéphaneO dit

          Dow ou Dax, c’est pareil : vous prenez un crétin Trump, vous suivez les annonces et vous regardez les chandelles … :)

    • 25 Janvier 2017 à 19h53

      Schlemihl dit

      Il ne se déculotte pas . C’ est déjà ça .

      • 25 Janvier 2017 à 20h35

        steed59 dit

        Par contre moi je me décalotte. Assez souvent même. Question d’hygiène

        • 25 Janvier 2017 à 20h52

          alain delon dit

          Quand vous vous polissez le chinois? (pour rester dans le thème de cet article)

        • 25 Janvier 2017 à 21h16

          steed59 dit

          Non ça pourrait être trop douloureux. D’ailleurs je me demande comment font les hommes circoncis pour se masturber

        • 25 Janvier 2017 à 22h40

          Bibi dit

          Demande aux princes William et Harry, et à leur papa.

        • 26 Janvier 2017 à 8h15

          alain delon dit

          Pourquoi pas à vous Bibite?

    • 25 Janvier 2017 à 18h34

      i-diogene dit

      Démagogie,

      Le rapport de force est vite calculé: la Chine détient la majorité des actions de la dette publique américaine: s’il bouge trop, il est mort..!^^

      • 25 Janvier 2017 à 19h27

        steed59 dit

        les ricains détiennent les clés du précieux accès au marché US à la consommation : s’ils bougent (les chinois), ils sont morts !

        • 25 Janvier 2017 à 19h41

          golvan dit

          @ steed59
          Exactement.
          Et il en serait de même avec l’Europe qui, si elle décidait de protéger son industrie pourrait parfaitement le faire.
          Mais il est vrai que la délocalisation de Whirlpool à partir d’Amiens se fait à destination de la Pologne, donc finalement assez loin de la Chine…

        • 25 Janvier 2017 à 20h22

          Bibi dit

          Et Renault-Nissan lance un centre R&D… en Israël.

        • 26 Janvier 2017 à 4h01

          i-diogene dit

          Tu rigoles..?

          Si Bush fait trop le cake, tu vas bien voir qui tient le manche..!^^

          Golvan,

          Sauf que le marché chinois rapporte plus à l’ UE que l’inverse..
          Le protectionnisme, ce serait suicidaire..!^^

          .. Déjà que les conneries de l’ OTAN et des américains nous ont coûté les marchés de l’ Iran et de la Russie..!

          Entre le potentiel du marché américain, avec un Trump qui veut faire du protectionnisme et celui de la Chine, l’ URSS et l’ Iran, il n’ y a pas photo..: de plus, eux, ils sont solvables..!^^

          C’est bon, les conneries, mais à un moment donné, il faut arrêter..!^^

      • 26 Janvier 2017 à 10h58

        StéphaneO dit

        C’est aussi mon avis …

        • 26 Janvier 2017 à 19h56

          durru dit

          C’est que vous avez tous les deux tort, c’est facile :)

      • 26 Janvier 2017 à 20h53

        StéphaneO dit

        C’est vrai.

        Ca fait réfléchir. Prenons un euro Allemand ou Néerlandais. La parité EUR/USD remonte en notre faveur (les Européens, dernière clôture).
        Ensuite, on peut lire ici : http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/02/08/les-reserves-de-change-chinoises-ont-fondu-de-207-4-milliards-de-dollars-en-deux-mois_4861420_3234.html

        Dès lors, logiquement, je me dis : chouette, mon euro il vaut … tant.

        Sauf qu’il ne représente pas la valeur réelle de ce que je produis. La richesse créée, somme toute. Je choisis l’euro Allemand parce qu’il me permet d’acheter plus de choses qu’un euro Grec.

        Pour résumer : le USD gambade au gré des Américains sur-endettés, les Chinois détiennent un bon chunk de la dette américaine et ne savent plus quoi faire de leurs USD … et nous, on ne peut pas dévaluer notre devise. Devise, entre autres, cotée sur les marchés face au USD et au Yuan!

        Je ne peux dès lors pas m’empêcher de me dire que … nous vivons à crédit.

        Car si une devise est indexée sur une dette et n’a qu’une valeur nominale : c’est la bulle. Bien pire (raison pour laquelle les agences de notation sont en train de payer des amendes colossales en raison de leurs “notations” 2008 qui ont fait couler tout le monde), ce sont les Fitch, Moody’s et S&P qui, artificiellement, s’ingèrent dans les comptes d’une nation et disent ce qu’elle vaut.

        Le seul intérêt d’une dette, c’est investir. Dans le sens du capitalisme de style Rhénan : à moyen-long terme. Mais si on emprunte pour vivre à crédit en sachant pertinemment qu’on ne pourra pas rembourser l’emprunt … ça donne quelque chose de merdique genre “subprimes”. Non ?

        Alors je regarde mon euro et je me dis … Aaach !
        Car la bulle a toujours pour vocation … d’éclater.