Mail Facebook Twitter RSS

Inscrivez-vous à la Newsletter

Recevez chaque lundi la synthèse de l'actualité de toute la semaine



X

Trappes : métaphysique de la burqa

Saura-t-on ce qui se cachait sous le voile intégral ?

Publié le 22 juillet 2013 à 14:00 dans Société

Mots-clés : , ,

trappes violence burqa

Tout ce qu’on sait du point de départ de l’affaire de Trappes, c’est qu’un homme a empêché un policier de dévoiler le visage de la personne dont il était accompagné, et qu’il a réagi avec une violence qui oblige à s’interroger sur ce qu’il avait si impérieusement besoin de dissimuler au regard du monde.
Tout le monde a admis et répété sans y réfléchir à deux fois qu’il s’agissait de sa femme. Tu parles !
En réalité, personne ne peut le savoir, puisque cette personne, disons, cette chose, était entièrement couverte d’un vêtement.
René Descartes s’est posé la bonne question dans ses Méditations métaphysiques. Il remarque qu’il est tenté de croire qu’il ne peut connaitre que ce qu’il voit, « si par hasard je ne regardais d’une fenêtre des hommes qui passent dans la rue, à la vue desquels je ne manque pas de dire que je vois des hommes, (…) et cependant que vois-je de cette fenêtre, sinon des chapeaux et des manteaux qui pourraient couvrir des machines artificielles qui ne se remueraient que par ressorts? »
Appliquons le doute de René Descartes au couple de Trappes.
L’homme qui s’est jeté sur le policier voulait peut-être cacher qu’il était épris d’une machine artificielle, avec laquelle le mariage pour tous n’est pas encore chose admise ?
Autre hypothèse : la chose qui marchait à ses côtés était un transsexuel qu’il n’avait pas encore présenté à ses parents ?
Ou, tout bêtement, c’était son amoureux du même sexe, ce qui ne devrait plus poser de problème à Trappes, sauf si l’un est chiite et l’autre sunnite?
À moins qu’il la conduisit à un bal masqué entre porteurs de voile intégral?
Comment le savoir, nous qui sommes placés sous voile d’ignorance ?
Ils le savaient sûrement, les centaines de djeunes trappistes qui sont venus encercler le commissariat pour en extirper de force le prisonnier, comme on voit dans les westerns.
Ils le savaient, forcément, puisqu’ils sont venus prêter main-forte à cet homme si pudique, mais leur pudeur à eux leur interdit de le dire. Ils ne causent pas des choses du sexe, et ils ne sont pas non plus du genre à parler des choses du genre, surtout en période de Ramadan, et on ne peut tout de même pas les en blâmer.
En tout cas, ce qui était visible à l’œil nu pour tous ceux qui ne sont pas des fachos de chez facho, c’est que cette émeute n’était absolument pas due à un réflexe communautariste anti-français. Non, ce qui a poussé ces djeunes à s’indigner, c’est  le chômage et la misère, comme d’hab.
Sans oublier la discrimination islamophobe dont ils sont victimes à l’école, y a qu’à voir leurs notes !
C’est le chômage et la misère aussi qui expliquent que les victimes de la catastrophe de Brétigny aient été délestées de leurs portables, sans doute par des jeunes mendiants faméliques et presque tous aveugles.
Nos politiques, – enfin ceux qui ne sont pas des fachos,- leur ont dit très sévèrement que, « d’accord  le social, c’est l’explication de l’émeute, mais c’est pas une excuse ». Et vlan !
Sauf que pardon, mais si on leur répète qu’ils sont vraiment nos victimes innocentes, pourquoi qu’ils se révolteraient pas contre nous?
Bref, nous faut-il choisir entre un Front national qui voudrait les foutre dehors et un Front de gauche qui voudrait qu’on se laisse rentrer dedans ?
Y aurait-il pas quelqu’un dans un coin, à droite ou à gauche, pour leur dire notre vérité en face ?
Notre vérité, c’est qu’on aimerait bien qu’ils se sortent de leur merde, par eux-mêmes, mais que ce qu’ils font là, c’est ça qui les y enfonce, grave.

P.S. Une personne généralement bien informée et qui préfère garder  l’anonymat sur sa source divine m’a expliqué que la personne qu’un  musulman doit cacher à tout prix est l’imam caché Al Mahdi. On comprend mieux la réaction du faux mari et des djeunes des cités sensibles.

Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !
Participez au développement de Causeur, faites un don !

voir les commentaires / réagir         envoyer
 

A lire sur Causeur.fr

La rédaction de commentaires nécessite d'être inscrit

1258

Déjà inscrit, connectez-vous

mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
 
  • 29 Juillet 2013 à 11h55

    saintex dit

    Lector, coup multiple.
    Emotion à lire votre émotion, émotion dans cette humaine imperfection, émotion du partage, émotion de voir le partage, la quête, la réponse à l’appel de l’enfance pour que celui du large se libère, venant de ceux qui ont vécu cette histoire du dedans…
    Emotion privée aussi, à voir que malgré vos références rive gauche (Fanon, fallait oser Baelenataris), il se trouve tout de même un écho. Me voilà le coeur en écharpe… qui se souvient de nous.

  • 26 Juillet 2013 à 22h09

    mada dit

    C’est vrai que les musulmans sont très malheureux en France. Chômage, misère, alors que partout ailleurs, surtout dans le monde musulman, ce sont des pays de cocagne. Pourquoi ils restent en France? Pourquoi ils y viennent? Mais par masochisme, voyons! Faut comprendre! Et pourquoi ils se sortiraient “de leur merde”? Y a une raison?

  • 26 Juillet 2013 à 20h20

    eclair dit

    @nadia
    Vous dites que c’était inévitable.

    Alors il faut reprendre la genese des choses.

    C’est les gouvernements du dix neuvieme sous pretexte de culture différente qui ont permis et même encourager que des imams viennent  dicter leurs lois. Au départ la  plupart des tribus suivaient leurs propres règles. Simplement il a été decidé de favoriser l’islam.

    Et on a vut le résultat 1 siècle après.

    L’histoire se repete continuellement. Toujours les mêmes erreurs toujours des mêmes d’ailleurs. 

  • 26 Juillet 2013 à 12h27

    livia dit

    Mme la diplomate à 11 h 09, mais de quoi parlez-vous de la France et de l’Algérie ?

    ” Un homme une voix “, c’était pas pour l’Afrique du Sud ? plus je lis vos coms, plus je mesure les ravages de la propagande qui c’est installée depuis l’après-guerre, notamment dans l’enseignement.

    En France le 1er Président de la République élu au suffrage universel direct depuis le début du siècle) : 1=1 voix, c’était le Gal de Gaulle en 1965.

    • 26 Juillet 2013 à 16h49

      nadia comaneci dit

      L’Algérie ne pouvait donc pas rester française.
      Parce qu’on aurait tôt ou tard un président d’origine algérienne.
      Moi ça me dit moyen. Je n’ai rien contre les Algériens, ils élisent leur président et nous le nôtres et c’est très bien comme ça.
      Je ne vois pas où sont les ravages de la propagande…

      • 26 Juillet 2013 à 20h12

        eclair dit

        @nadia
        Ah bon donc importer en masse des algériens ou autre et vous croyez qu’on en aura pas un? 

  • 26 Juillet 2013 à 7h38

    Lector laetaberis dit

    25 Juillet 2013 à 10h18
    Patrick dit
    @ Lector Laetaberis
    Bravo pour votre texte.
    Je suggère qu’il soit publié comme article (avec une forme peut-être légèrement revue, mais pas le fond) sur Causeur, ou à défaut sur un site antidoxien ou takin.
    répondre | signaler un abus
    • 25 Juillet 2013 à 10h19
    Eugène Lampiste dit
    doit on le faire bénir par l’évêque, avant publication ?

    Ok. J’vais faire mon demi-sel… -ce qui me fait comprendre d’Hessel et de «sa petite chose » comme il le disait lui-même de son opuscule indigné, quelque chose- sans pour autant me faire trop irénique j’espère… moi qui l’ai raillé ce vieux grigous, ce serait un comble sans doute.
    En bref, je vais profiter de la minute de gloire que me font certains sur ce forum pour faire le saint-homme. Ce sera ma petite vanité du jour. Oh je le sais bien. Combien de fois dans l’histoire de l’art le peintre n’a-t-il rappelé à ses contemporains, aux suivants, aux vivants, leurs vanités ?!
    Vos félicitations me vont droit au cœur, pourquoi le cacher ! Le compliment de Victoire m’oblige, et je vais donc tâcher de l’honorer au mieux (le compliment biensûr… rhôôô !!)
    Je vous le dis la chose ne m’est pas facile, internaute -c’est-à-dire un peu l’autiste que fait de moi cette technologie médiatique de l’exécution des jours-, d’une part, je prends mes aises dans l’invective, je savoure l’acide, ma fierté déplacée s’enorgueillit de quelque ironie que ma lâcheté croit bien ajustée… oui, nous sommes infernaux et autistes, tout de même un peu beaucoup et parfois si passionnément, si effrontément, que nous rappelons l’autre à l’ordre, celui d’une vie extérieure, comme pour ne pas oublier nous-mêmes qu’il, qu’elle existe, ironisant encore comme pour nous persuader que nous en avons encore une valide, de vie –la simple validation sociale tombant sous le joug de la médiatique ; la sagesse pour dire le mot, ne nous est pas confortable. Rien ne nous y engage.
    La chose n’est pas aisée à dire, à adresser, et c’est l’autre part, je ne sais bien comment m’y prendre, je vais tâcher de le faire sans gêne, sans pour autant trop me répandre.
    Allons voir.
    Je peux commencer par là. L’humour de Lampiste, lorsqu’il fait mouche plus que coche, c’est-à-dire lorsqu’il touche, sans pour autant chercher à blesser, sans être moche, qu’il sait se faire plus léger que lourd, et bien-vu, comme ici lorsqu’il répond à Patrick, qui je dois l’avouer exagère un peu le compliment qu’il me fait, cet humour de Juda (ce terme pour vous taquiner Lampiste) est en somme aussi sain que pouvait le décréter l’irréductible Nadia voire saint (ça c’est pour l’ennuyer l’Eugène) : en effet doit-on faire bénir ma bafouille ?! Je dois dire que j’ai bien rit ; en plein dans le mille ! Comprenez-moi ; un rire vrai, pas jaune, ni acide, ni auto-satisfait ; ce qui déclenche ce rire (ce genre de rire, pas simplement le miens), nous le savons tous, c’est l’évidence que fait jaillir la formule de l’humoriste ou ici la figure de style, la tournure, l’antiphrase en l’espèce, une ironie bien placée. Quelle est cette évidence que nous révèle Lampiste ? Ce n’est pas seulement l’exagération du compliment qu’il épingle en pointant son possible ridicule ; qui revêt tjrs pour Eugène les oripeaux d’ecclésiastes… bien sûr… et justement, ce qui vous a peut-être plu ,touché, dans ma causette, au-delà de la sincérité que vous avez reconnu (je tiens pour preuve sur ce point le commentaire de P.Mandon), c’est le pathos*. Il n’y a rien de terrible ou de coupable à cela : je n’ai fait qu’écrire avec empathie. Ceci explique donc cela.
    (*Dites-moi que c’est l’ethos et mes chevilles ne me tiendront plus droit dans mes bottines !)
    Lui, Lampiste, prétend être au dessus de ces choses. Mais nous avons tous perçu un jour ou deux qu’Eugène, par contre, n’était pas définitivement de cette eau.
    L’humain est empathique et de fait pathétique, entendez bien, fait de pathos, pétri à cette sauce.
    Freud nous a identifiés à pulsions ; ce n’est qu’une autre façon de le dire, plus précise, plus descriptive, qui devrait nous forcer à faire attention.
    Alors pourquoi Hessel ? Keskil vient faire ici çui-là ! Ou plutôt son indignation éditée, le succès qu’elle a emportée. Toute proportion gradée, c’est la même chose. Pourquoi rions-nous lorsque par exemple E. Levy moque le bonhomme ? Parce qu’à la vérité nous répugnons au pathos ; la connotation que nous donnons à l’adjectif pour preuve : « pathétique ! »
    Nous nous voudrions plus forts, nous tenons notre empathie pour une faiblesse (et une noblesse).
    L’empathie nous différencie pour part du règne animal, disons de la prédation (NB lorsqu’on observe les dauphins il n’est pas sûr que le rire soit uniquement le propre de l’homme ; les récits de marins naufragés pour preuve aussi de l’empathie de ces mammifères aquatiques –humains nous commençons par là dans la vie intra-utérine) ; elle peut être notre faiblesse en face de la Nature qui est brutale. C’est aussi ce qui nous fait repérer sa beauté hors la brutalité

    • 26 Juillet 2013 à 7h39

      Lector laetaberis dit

      –pour comprendre celle-là dans celle-ci c’est plutôt un parcours intellectuel qu’il faut faire. La beauté du levantin, du couchant, voire le mystère de la lune, s’offrent à nous de manière directe.
      Les oiseaux se cachent pour mourir, dit-on, je l’ai vérifié ; je ne chasse pas les piafs mais je tuerais un sanglier pour me nourrir ; la beauté d’un cerf, la douceur des yeux de la biche, son élégance me priverait de dîner.
      Modernes, nous sommes pathétiques à mourir de faim.
      L’anthropomorphisme, aussi, bien sûr nous préserve vis-à-vis du poiscaille… du moins le pensais-je jusqu’à ce que je nettoie (nettoyasse étant un peu lourd aux oreilles contemporaines) deux anguilles devant un ami qui demandait à voir comment : il ne pût dès lors en manger… après que je les lui ai (sans e)cuisiné. Un « pourquoi » ou « parce que » phobique que je dis pathétique autant qu’empathique.
      A l’inverse l’empathie peut pousser au meurtre. Témoin cet adolescent orphelin qui d’une famille d’accueil l’autre s’est fait battre et violer, qui en tuait de plus jeunes que lui tout aussi désespérés après les avoir recueillis et gâtés ; il leur demandait de partir, ils ne voulaient pas ; celui-là dit avoir prit leur vie pour soulager la sienne, il voudrait mourir et tue ceux qui lui ressemblent.
      Pathétique !
      (Si je parviens à vous faire entendre autre chose que la connotation usuelle de cette exclamation, je suis certain que vous pardonnerez les approximations auxquelles me forcent les résumés).
      Revenons au rire, notre propriété ou du moins notre qualité. Qualité d’être langagier, je distinguerai un rire malpropre, qui n’est pas d’à propos, ou malsain, ne serait-il que moqueur, déplacé, si j’en considère un autre, naturel, que j’ai évoqué, qui résulte d’une surprise, agréable parce que limpide, d’une vérité cristalline. Un rire de bonne qualité. Enfantin plutôt qu’infantile. Ensoleillé, levantin plutôt que couché.
      Heu enfin… là j’vais m’pieuter qd même… je m’prends pour un philosophe maintenant ! Retourne à tes pinceaux ! ah ben, vu l’heure, pour les plumes ce sera ce soir… fl^te !
      Bon.
      @Victoire, je suis heureux d’avoir partagé cette é-motion et que vous m’en rendiez grâce… je le dis comme ça vu la hauteur de votre compliment.

      @ Patrick (tout court) : c’aurait pu faire une brève, ma causette ; pour un article de fond sur la question je verrai plutôt Vassili, Thdo, Saul -17h33 (et 17h54 et 17h05 je bisse en l’état de mes connaissances), ou d’autres s’y coller. Ils possèdent l’érudition qui convient. Pas moi. Même Eclair… pourrait faire… l’Ober-tone à tout le moins, mieux que moi, archives an vrac à l’appui.
      @Marie : merci, et, vous avez tout compris : « au moins l’humour remplaçait un certain désespoir. »
      @Vassili : Kabyles etc… les berbères aussi.
      Ceci dit merci pour vos précisions. Crémieux etc. Je parlais d’une chanson. Suis pas historien, non plus hein, artiste-peintre que j’fais dans la vie. Ben Bella ds l’armée française etc oui je sais ça qd même… (et je n’ai pas dit ni ne croit que les juifs séfarades virés d’Algérie étaient des colons ou des migrants… pour répondre cette fois à Naif). J’ai pas vécu le truc. J’prends vos conseils de lecture.
      Vous m êtes un puits de savoir, arff il faut que je me fasse puisatier. Dites moi donc sur quelle lettre de l’océan atlantique vous êtes que j’y creuse un trou.
      Bon, sinon, je l’ai lu de mes yeux lu et y ai répondu au croissant « arabe » comme écrivait le type UDF en l’accolant à Turc… et puis l’Asie mineur en Europe aussi, pourquoi pas. Nous avions des rad-soc pas mal par contre au MoDem. J’m’entendais bien avec un.
      @Saul. Terre d’harmonie, l’Algérie française ? Ce n’est pas à ma génération qu’on a vendu le slogan en tout cas, ça fait donc un bail qu’on a pas entendu le truc non ? Mon oncle oui… s’est dépêché de faire des gosses pour pas y repartir.
      (Hummm, au sujet de l’Irak : NSA en Allemagne -je savais, pas attendu Snowden-, pour la France et le veto Chirac… et le survol aérien du territoire ? Et puis les Kurdes, et la première en directe, avec cinq-you la 5 toute la nuit… hein si FM n’avait pas empêché Poilu père après le Koweit… je sais pas… dix ans de Yougoslavie aussi… enfin pas le temps de discuter sur les leçons à donner ou les donneurs de leçon en l’espèce)
      1789 coup d’état peut-être pas… les termes… mais Vassili et là leçon de Guillemin alors ?!!! faut que je réécoute, je me lasse pas de ces cours que j’ai découverts grâce à vous.
      Ah pis merde, tenez je me souviens d’un film africain (africain je dis bien ; pas de Souleymane Cissé, me souvient plus le nom, rhaaa les sources, ne suis pas universitaires j’m’en passe) : l’argument du film : un muz enterré ds 1 cimetière chrétien scandale ; une scène 3 personnages : le muz et le chrétien se renvoie la balle : colonisé ! vendu ! toi-même ! Et le 3ème qui leur dit : ah, vous coryez que l’une ou l’autre sont les religions de vos ancêtres ?! Un lampiste ;)))

      • 26 Juillet 2013 à 7h39

        Lector laetaberis dit

        Ça m’rappelle un film de guerre avec R. Widmark ce me semble : dans la chambrée un blanc agresse verbalement un noir : moi je m’bats pour mon pays mais toi ?! Moi aussi ducon ! Le troisième, un amérindien : faux ! je suis le seul ici qui… après on nous dit qu’il aurait fallu attendre little big man pour…. Blablabla et mon cul, c’est-y a man called horse ? Et puis l’homme de Kennewick, hahaha squelette caucasien ! Solutré ! Nos inuits à nous ! hahaha oh non écoutez les amis c’est bon quoi !
        Va-t-on demander un jour à l’homme moderne en bon sapiens de se repentir sur la tombe de Neandertal ?!!!!!!

        On s’en fiche, vous êtes devenus « tous » très intéressants… c’est gagné… sortis de l’ornière… merci à tous comme dit l’Eugène. Je reviens vous lire et vos liens dès que possible… (me faire mon idée). C’est ça aussi Causeurs, pas que des articles n’’est-ce pas ?!
        Mandon, pour info : non personne d’autre que moi ne se cache sous mon pseudo ! N’y aurait pas assez de place… ce n’est pas ce qu’avait voulu dire Nadia 12h26 je crois… et oui, l’Italie distingue les débuts de son fascisme (une dette brulée une ! enfin !) de sa fin nazifiée… étrange pour les p’tits français rois de l’amalgame par confort… je comprends je peux être très flémard, le farniente évidemment c’est plus classieux.
        L’ours, merci. Qui j’oublie ? Quad, Livia, bien à vous. Qui d’autre sais plus. Skardanelli bordel ! Salutations quoi !
        L’Eugène en piste, je ne vous hais point. Il semble que ns partageons un amour certain (je vous le souhaite) des femmes exotiques.(vous m’direz que la femme qq soit est tjrs l’exotisme de l’homme… et vice-versa… heu enfin même si nous ne sommes pas d’accord sur les effets à long terme de ce qui découle du MPT à savoir PMA GPA)
        Baudelaire : un œil qui par la franchise étonne… ça arrive encore de nos jours, tout n’est pas perdu n’est-ce pas.
        Une chanson qui a bercée (si l’on peut dire), mon enfance, ma conscience, mon amour de la langue etc. avec les sketchs de Desproges…

        http://www.youtube.com/watch?v=YMp6oJNnEJQ

      • 26 Juillet 2013 à 10h36

        Vassili Tchouïkov dit

        La vache! Graphomane le Lector. Et ça cogne. J’aime. 

      • 26 Juillet 2013 à 20h07

        Saul dit

        Lector,
        franchement c’est un régal à vous lire.
        Par “coup d’état”, il s’agissait d’un peu de provoc bien entendu. Mon propos était de dire que non, les “libérations nationales”‘, les “révolutions” etc étaient dans la quasi totalité des cas le fait d’une minorité imposant sa vision politique à une majorité silencieuse. Et non des peuples se soulevant comme un seul homme et exprimant leur revendication comme nous le chante notre Maréchal dans sa vision romantique. 1789 n’échappe pas à cette règle, il s’agit avant tout d’un mouvement initié par des bourgeois qui sous couvert d’égalité, droits de l’hommes et autres fariboles voulaient surtout avoir le pouvoir au détriment des castes déja en place. Pas pour rien qu’ils se sont cru obligé d’instaurer la Terreur (ou plutôt les)
        Sur l’Algérie, “terre d’harmonie”, jamais prétendu que ça se disait à l’époque, mais je l’ai tellement entendu de la part de Pieds Noirs comme quoi là bas à l’époque, y’avait pas de problèmes entre Arabes et Français, que tout le monde y avait les même droits, on était tous frères etc. Et beaucoup le disent encore aujourd’hui.  

      • 28 Juillet 2013 à 4h14

        Lector laetaberis dit

        Rapide : Ok Saul jamais dit le contraire… que vous l’avez entendu ; pas moi.
        Salutations.

        Corrigenda
        après que je les lui ai (sans e)cuisinéES… rhôoo ridicule ce premiers jet ; l’orthographe française… une peine… double… je m’comprends…
        -auxiliaire avoir accord du pp avec co si placé avant le verbe bon dieu ! Rentre-toi ça dans l’crâne !, que m’disait mon paternel à la dictée…
        j’ai bien rit ?! Participe passé curieux… pourquoi pas riz… c’est tout moi… au lait, la soupe orthographique… n’importe quoi comme dirait cézigue au marre, dans le genre ça suffit, voire ça suffixe.

  • 26 Juillet 2013 à 7h32

    Victoire5678 dit

    La synthèse, il n’y a que ça de vrai!
    On dirait du Hollande:)) 

    • 26 Juillet 2013 à 11h41

      Victoire5678 dit

      Je m’adressais à l ‘Ours, bien sûr, pour la synthèse.

  • 26 Juillet 2013 à 7h25

    L'Ours dit

    Vassili Tchouïkov,
    je suis d’accord avec vous, mais ce que je voulais dire, c’est que en soi, l’argument de la colonisation ne suffit pas dans la mesure ou les colons étaient morts depuis longtemps et qu’après tout, ceux qui étaient nés sur cette terre avaient le droit légitime d’y vivre.
    On a fait monter les haines rendant impossible le fait que les pieds noirs puissent rester vivre sur “leur” terre même indépendante – et éclair a raison de rappeler que contrairement à ce qu’on croit, les arabes étaient de gros propriétaires – alors que pour les raisons invoquées par Nadia, je crois que cette indépendance était inéluctable.

  • 26 Juillet 2013 à 2h06

    nadia comaneci dit

    Pour que l’Algérie reste dans le giron de la République, il aurait fallu instaurer une stricte égalité de droits. Tous Français, un homme/une voix. avec à court terme un président de la République algérien et tutti quanti.
    et ça personne ne le voulait, ce qui condamnait les algériens à rester des citoyens au rabais. Impensable.
    Cela rend toutes les comparaisons domtomiennes ou alaskiennes nulles et non avenue. Les inuits ne sont pas près de s’installer à la maison blanche, ni les comoriens à l’elysée.
    Quant à ce qu’est devenue l’Algérie, le grand gâchis, ce n’est plus notre problème.
    Les peuples doivent disposer d’eux-mêmes, même pour en faire n’importe quoi.

    • 26 Juillet 2013 à 4h58

      eclair dit

      @nadia
      T’as rien compris décidement
      Les algériens pouvaient voter. La seule condition c’était de se mettre sous la loi  française et plus sous la loi islamique.  

      • 26 Juillet 2013 à 5h32

        eclair dit

        Après s’ils restaient sous la loi islamique ils pouvaient voter pour leurs representants dans une chambre qui interagissait avec une autre chambre  de ceux sous loi normale pour décider de l’avenir de l’algérie.

        Faudrait peut être vous documenter un peu et pas sortir les bobards sorti pas le FLN 

      • 26 Juillet 2013 à 11h09

        nadia comaneci dit

        Les Algériens pouvaient élire le Président de la République française ?? Je ne crois pas.
        Tous Français, un homme une voix, avec une stricte égalité de droits et un seul Parlement pour tous.
        Et c’était impossible et pure folie. L’indépendance était la seule solution. En débattre encore aujourd’hui n’a pas de sens. On a donc envoyé une génération de jeunes Français au casse-pipe pour rien.

      • 26 Juillet 2013 à 11h35

        Etoile Vesper dit

        Eclair a raison : “Officiellement, le musulman d’ Algérie est français, mais avec un statut particulier. Il peut demander à devenir pleinement français – pour cela, il doit se soumettre à une procédure plus contraignante encore que la procédure de naturalisation réservée à l’étranger résidant en France. Pour expliquer le nombre très faible de musulmans d’ Algérie demandant l’accession à la pleine nationalité, la raison le plus couramment invoquée est le souhait d’une très large majorité d’entre eux de conserver le statut personnel dicté par le Coran. Il est vrai que le sénatus-consulte de 1865 oblige le musulman d’ Algérie non pas à renier sa religion musulmane – il peut continuer de la considérer en tant que code moral et comme recueil de prescriptions religieuses -, mais à respecter le Code civil français, c’est-à-dire à ne plus pratiquer les cinq coutumes qui sont incompatibles avec lui : la polygamie ; le droit de djebr, qui permet à un père musulman de marier son enfant jusqu’à un certain âge ; le droit de rompre le lien conjugal à la discrétion du mari ; la théorie de ” l’enfant endormi ” qui permet de reconnaître la filiation légitime d’un enfant né plus de dix mois et jusqu’à cinq ans après la dissolution d’un mariage ; enfin le privilège des mâles en matière de succession.”
         

      • 26 Juillet 2013 à 12h12

        eclair dit

        @nadia
        Vous ne comprenez vraiment pas.

        Il y avait des droits différents à cause du fait que les musulmans appliquait le code civil musulman. La justice tout ça dans les communautés l’appliquant était de leur responsabilité suivant leurs lois.
        Ils élisaient des representants siégeant à l’assemblée d’algérie . 

        Remettre les choses au clair est nécessaire. Trop de mensonge de contre verité circule sur cette période.
        Et on aboutit aujourd’hui à ce que les musulmans nous refassent le même coup de vouloir appliquer le code civil musulman .

          

      • 26 Juillet 2013 à 17h11

        nadia comaneci dit

        J’ai bien compris Eclair, mais ce n’était pas viable.
        Ce statut particulier aboutissait à un système à deux vitesses.
        La nationalité française, la vraie, ne se demande pas. Elle est.
        Avec ses droits et ses devoirs.
        C’est ce qu’il aurait fallu accorder aux Algériens si on avait vraiment souhaité conserver l’Algérie.
        Dès lors que ce n’était évidemment pas possible, l’indépendance était inévitable.
        Guerre pour rien.

  • 25 Juillet 2013 à 23h25

    QuadPater dit

    Saul, Mayotte… j’y ai vécu de 92 à 96* et je n’y ai croisé, allez, au maximum 2 ou 3 “belphégors”, qui choquaient autant les M’zungus (nous) que les Mahorais de souche.

    Mais vous parliez de colonisation.
    Un excellent ouvrage : “Mayotte, l’illusion de la France. Propositions pour une décolonisation” de Yves Salesse, explique tout comme il faut. Bémol, Salesse est (si je me souviens bien) pour la restitution de Mayotte aux Comores, moi non. Mais je suis d’accord avec lui : économiquement, politiquement, socialement, etc… la départementalisation de cette île est une immense erreur.

    —————–
    * oui, j’ai vécu en voisin le débarquement de Bob Denard aux Comores. Inoubliable. Pendant 10j la presse mahoraise m’a fait hurler de rire.

    • 25 Juillet 2013 à 23h31

      Saul dit

      ce que je voulais dire, c’est que Mayotte était un contre exemple cinglant à ce fameux sens de l’Histoire qui veut que tout les peuples deviennent indépendant, inéluctablement 

      • 25 Juillet 2013 à 23h41

        QuadPater dit

        Que signifie précisément être indépendant pour un peuple ? qu’il s’est donné un chef issu de l’ethnie majoritaire ?

    • 26 Juillet 2013 à 0h02

      Vassili Tchouïkov dit

      C’était le bon temps, les années 90, hein? Les soirées au Rocher, chez Adrien Giraud, sur Petite terre, on se marrait bien. Et puis, l’Islam Mahorais n’était pas chiant. Pas vraiment prude, hein? Pas comme le nôtre. La justice cadiale, folklo. Sympa. J’avais bien dit à Mansour (Kamardine): ” pourquoi tu te fais chier à vouloir abolir la polygamie”. M’a pas écouté. S’est fait rétamer aux élections suivante. La mère Ida Nel, toute puissante. Et Hassanaly le grand karan (de Gaulle) n’était pas encore complètement aveugle. Le Caribou et le Trévani étaient déjà pourris, ils le sont toujours…le bon temps des colonies.

      • 26 Juillet 2013 à 1h08

        QuadPater dit

        On s’est peut-être croisés à la SNIE, lors des arrivées de fromage. Vous êtes quel genre, que je vous remette ? éthylique mondain ?
        Je vois que vous avez fréquenté la droite et les mafieux. Et la “gauche” mahoraise, Ibrahim Aboubacar par exemple ? ou Boinali Saïd, que j’ai bien connu (qu’Allah protège Mayotte de ce type) ?

      • 26 Juillet 2013 à 5h13

        Vassili Tchouïkov dit

        Ibrahim? Bien sûr, quand il était patron de la SIM. Pas éthylique mondain, Maréchal. Donc austère. Genre Gamil Kakal. Pas pour la fortune, malheureusement. À 113 ans mon Alzheimer me travaille. Comment s’appelaient les deux Préfets successifs de cette époque? Le costaud et la lopette d’après? Le SG c’était ce trouillard de Lehman.
        Vous avez du connaître ce bon clochard de Villèle et sa maison du carrefour du baobab. Son copain président de la Cour d’appel (me rappelle plus son nom) avec lequel il allait faire la bringue en bateau à Mada. 

      • 26 Juillet 2013 à 13h22

        saintex dit

        - Tu sais pas ce qu’il me rappelle, cette espèce de drôlerie qu’on buvait dans une petite tôle de Biên Hoa pas très loin de Saigon,… les volets rouges, … et la taulière, une blonde commac, comment qu’elle s’appelait déjà?
        - Lulu la Nantaise !
        - T’as connu ?

      • 26 Juillet 2013 à 13h49

        Gyul dit

        Tiens, vous connaissez les vrais noms derrière les pseudos ? Vous savez qui est en réalité Fernand ou Pascal ou Raoul ou Paul ou Maître F. ?

  • 25 Juillet 2013 à 19h52

    Saul dit

    Eclair,

    totalement d’accord avec ton 19h41 

  • 25 Juillet 2013 à 17h22

    notrefrance dit

    Ce qui se cache derriere la burka,suivez ce lien, c’est la réponse
    http://www.youtube.com/watch?v=rnInkrYrGiE

    faire suivre

    • 25 Juillet 2013 à 18h06

      zigomar dit

      Intéressante vidéo. Une grande partie de l’Europe, en effet, est déjà soumise. Et ce n’est pas contre son gré, elle est animée par une puissante volonté de soumission.

  • 25 Juillet 2013 à 16h58

    Vassili Tchouïkov dit

    @thdo et eclair

     Manquait plus que Chaunu! Mon Dieu….des grands enfants les bamboulas et les melons, on les a laissés trop tôt. Nous qui étions si gentils, si charitables. Que les colonisés, ils étaient si contents. Comme les Herreros. Ah non, il n’y en a plus, les allemands les ont tous exterminés. Comment qu’on étaient pas gentils nous les colonialistes, pas intéressés pour deux sous. Et puis, si on a envahit l’Algérie, massacré une partie de sa population, c’était pour lutter contre les pirates barbaresques. Ne pas le reconnaître, c’est de n’avoir aucune compassion pour ceux qui ont été victimes. Tout pareil que pour la guerre d’Irak menée par les américains. S’opposer à cette intervention, c’est n’avoir aucune compassion par avance pour ceux qui auraient été les victimes des armes de destruction massive, qui étaient entreposées là-bas comme chacun sait n’est-ce pas ? Mais, c’est bizarre, je n’ai pas de réponse à ces deux questions : – L’ensemble des grands empires de la planète pouvait-il être décolonisé,sauf l’Algérie ? Qui comme chacun sait encore aujourd’hui était la France. –Puisque l’Algérie colonisée c’était un incroyable paradis, dans lequel les musulmans étaient trop contents, qui était développé, et ressemblait au jardin d’Éden, comment se fait-il qu’à partir du mois de novembre 1954 eu lieu une insurrection populaire soutenue par la grande majorité du peuple algérien qui fit d’énormes sacrifices? Parce que ce sont des arabes stupides fourbes et cruels (musulmans de surcroît, horreur!). Ou parce que le merveilleux développement apportés par les français ne leur suffisait pas, et qu’ils voulaient aussi de la dignité. Les peuples sont bizarres. Sont prêt à se battre pour des conneries. La dignité, n’importe quoi? Ah il a raison Chaunu, des enfants!

    • 25 Juillet 2013 à 17h32

      L'Ours dit

      Sans vous contredire sur tout ce que vous avez écrit dans ce post, l’Algérie, c’est en Arabie?
      Alors faut-il décoloniser l’Algérie pour n’y laisser que les berbères et peut-être les juifs qui étaient là avant les arabes qui eux l’ont bel et bien colonisée, et par la force.
      A moins que coloniser soit un droit spécifiquement arabe ou qu’on accepte de tirer un trait sur le passé à partir d’une époque. Reste à choisir laquelle.

      • 25 Juillet 2013 à 20h45

        Vassili Tchouïkov dit

        J’appelle Eugène qui veut décoloniser la Gaule et chasser les romains, il a un partisan. Les français étaient légitimes à conquérir l’Algérie parce que les arabes l’avait fait 1200 ans avant. Intéressant.
        Je n’ai pas dit que les français étaient “illégitimes” à coloniser l’Algérie. Ça, c’est l’Histoire. Mais je constate que les arabes et les kabyles qui étaient là depuis 1200 ans pour les uns 5 000, pour les autres, se sont mis d’accord pour les foutre dehors parce qu’ils en avaient marre. Ça aussi, c’est l’Histoire. Qui a un sens.

      • 26 Juillet 2013 à 7h49

        Grrr dit

        L’histoire, qui a un sens ? Le fameux sens unique de l’histoire. Pourquoi pas un genre, tant que vous y êtes.

      • 26 Juillet 2013 à 10h46

        Vassili Tchouïkov dit

        @Grrrrrrrrrrrrr
         Ah, les subtilités et les ressources de la langue française!
        Exprimez les réflexions que vous inspirent l’expression: “le sens de l’Histoire”.
        Vous avez deux heures. Éteignez les portables. 

    • 25 Juillet 2013 à 17h33

      Saul dit

      désolé Vassili, mais c’est faux, le FLN était plus que minoritaire au début de cette guerre : il y avait bien plus d’engagés volontaires algériens dans l’armée française que dans les rangs du FLN par exemple Celui ci n’a réussi qu’à obtenir l’assentiment populaire qu’après avoir éliminer toutes les autres composantes politiques algériennes (comme les partisans de Messali Hadj par exemple), massacrer tout ceux qui ne soutenaient pas leur combat afin de faire des “exemples” et à se poser ainsi comme l’unique représentant du peuple algérien. Cela dit, vous avez raison bien entendu, l’Algérie française n’était pas cette terre d’harmonie et de fraternité qu’on nous vend bien souvent.

      • 25 Juillet 2013 à 17h45

        nadia comaneci dit

        Et puis l’Algérie ne pouvait pas rester française.
        C’est aussi simple que ça.
        Ce n’était pas un paradis pour les Algériens et la colonisation n’était plus possible. La colonisation est une aberration historique injustifiable.
        On aurait pu et dû éviter cette guerre inutile et barbare qui a créé des fossés et des plaies non cicatrisables.
        Se désengager en douceur.
        Faire avec l’Algérie comme avec le Maroc ou la Tunisie.

      • 25 Juillet 2013 à 17h48

        Victoire5678 dit

        Elle l’est d’ailleurs devenue depuis…

      • 25 Juillet 2013 à 17h54

        Saul dit

        oui enfin Nadia, faut pas non plus tomber dans l’autre extrème sur la colonisation : les Pieds noirs n’étaient pas des colons oppressifs faisant suer le burnous de l’Arabe du coin, 99% d’entre eux n’étaient que des gens du peuple, des ouvriers, des artisans, des journaliers etc.
        La situation du Maroc et de la Tunisie n’étaient pas comparables avec l’Algérie, ces deux pays étant des protectorats (donc des Etats reconnus par la France) avec une population “européenne” beaucoup moins importante (sans compter qu’au Maroc, ça ne s’est pas fait des plus pacifiquement non plus : avant l’indépendance, toute la population française de Meknes fut massacrée par les Marocains par exemple…) 

      • 25 Juillet 2013 à 18h08

        thdo dit

        ” 25 Juillet 2013 à 17h45

        nadia comaneci dit

        Et puis l’Algérie ne pouvait pas rester française.
        C’est aussi simple que ça.
        Ce n’était pas un paradis pour les Algériens et la colonisation n’était plus possible. La colonisation est une aberration historique injustifiable.”

        Le sens de mes messages n’est pas de dire qu’on aurait dû rester en Algérie.
        Ceci étant, il y a manière et manière. Le point de vue du parti communiste était que c’était une injustice, que la prospérité de la métropole reposait sur le pillage des colonies (totalement faux, cf Paul Bairoch) et cela n’a pas facilité la décolonisation.

        Les Britanniques, et c’est tout à leur honneur, s’en sont bien tiré. Justement, prenons modèle sur certaines de leurs qualités et arrêtons les polémiques du style de la loi Taubira avec Olivier Petré-Grenouilleau (aucune chance, hélas).

        D’autre part, ce n’est pas une aberration historique injustifiable :c’est un mauvais choix politique bien sûr, mais cela résulte aussi de niveaux de développement et d’organisation effectivement très différents. Ferry, à l’époque, n’était pas forcément insincère…
        A une époque plus ancienne, les Arabes sont de toutes façon les colonisateurs d’une terre qui était chrétienne et romaine.

        Ce n’était pas le paradis pour les indigènes, mais la description qui en est faite pour une utilisation politique aujourd’hui jette de l’huile sur le feu. Lorsqu’il s’agit de points manifestement faux, cela finit par agacer…

        (A vrai dire, les Britanniques avaient aussi un avantage, c’est qu’ils avaient peu de colonisation de peuplement. Là où c’était le cas (Kenya, Zimbabwe) il y a aussi eu combat, et des problèmes qui persistent aujourd’hui au Zimbabwe.)

      • 25 Juillet 2013 à 20h31

        Habemousse dit

        De toute façon, il aurait été difficile de garder l’Algérie et ses ressources : l’Amérique, l’Angleterre et l’Allemagne n’ont pas vu d’un bon oeil ce renouveau français, tout simplement ; l’indépendance algérienne a fait beaucoup de déçus, autant algériens que français.

      • 25 Juillet 2013 à 20h48

        Vassili Tchouïkov dit

        Ça s’appelle une lutte de libération nationale. Eh oui, ce n’est pas un dîner de gala.

      • 25 Juillet 2013 à 20h56

        eclair dit

        @vassili
        Donc la libération de l’algérie c’est bien. La libération de la Frane d’aujourd’hui cela serait mal?
        C’est quoi la différence? 

      • 25 Juillet 2013 à 21h01

        QuadPater dit

        eclair dit
        “@vassili
        Donc la libération de l’algérie c’est bien. La libération de la Frane d’aujourd’hui cela serait mal?
        C’est quoi la différence?”

        C’est rigolo on revient à ma question de départ.

      • 25 Juillet 2013 à 21h20

        nadia comaneci dit

        Saul, je n’ai pas dit que les pieds-noirs étaient des monstres sanguinaires, bien au contraire.
        Mais la décolonisation était inévitable.
        C’était le sens de l’histoire. Et à moins de considérer que nous avions une mission civilisatrice de grands enfants demeurés, on ne peut que s’en féliciter.

      • 25 Juillet 2013 à 21h53

        QuadPater dit

        Mais la décolonisation était inévitable.
        (…) Et à moins de considérer que nous avions une mission civilisatrice de grands enfants demeurés, on ne peut que s’en féliciter
        .”

        Mais non, ceux qui ne voulaient pas décoloniser se fichaient pas mal de la “mission civilisatrice”.
        Ils voyaient plutôt le pétrole d’Hassi-Messaoud et la base de lancement d’Hammaguir (qu’on l’a lâchée 5 ans après les accords d’Évian, quand même !).

      • 25 Juillet 2013 à 22h04

        eclair dit

        @nadia
        quelle décolonisation?

        Il y avait plus de proprietaires terriens algéiens que pieds noirs.

        Les exploitations agricoles detenues par les pieds noirs étaient principalement dans les nciens marais assechés par les descendants de ces pieds noirs.
        En réalité beaucoup des arabes qui sont venus en algérie sont venus après 1830

        Les pieds noirs n’étaient en réalité que dans une petite zone fortement implantés une zone avant leur arrivée peu peuplée.

        Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas décidement nadia. 

      • 25 Juillet 2013 à 22h06

        eclair dit

        @nadia
        Vous dites la décolonisation nécessaire.
        Résultat au lieu de construire ces pays comme on le faisait on les a predater après la colonisation.
        C’est quand même ironique que la prédation des ressources a eut lieu après la décolonisation pour grosse part. 

      • 25 Juillet 2013 à 22h10

        eclair dit

        @nadia
        Le commissaire aux plan dans les années 50(1956 il me semble) avait planifié que pour 1995 l’algérie aurait le même niveau de vie qu’en métropole. 

        quand on voit le résultat aujourd’hui effectivement grosse amélioration pour les algériens. 

      • 25 Juillet 2013 à 22h59

        Saul dit

        Nadia,
         ”C’était le sens de l’histoire”
        il n’existe pas de sens de l’Histoire, cette notion est une vaste fumisterie…
        Que l’Algérie devienne indépendante, je ne suis pas sur que c’était forcément inéluctable (enfin là je parle en hypothèse d’école, car pour moi oui c’était, peut être pas inévitable, mais le mieux à faire)
        Sinon comment explique tu que nos DOM TOM, l’Alaska et bon nombre de territoires encore soumis à une autorité “étrangère” n’aient pas suivi ce sens de l’Histoire hmmm ?
        parlons de Mayotte par exemple… 

      • 25 Juillet 2013 à 23h01

        Saul dit

        Quad,
        “C’est rigolo on revient à ma question de départ.”

        marrant, me suis fait la même réflexion 

    • 25 Juillet 2013 à 17h51

      thdo dit

      Ah mais je n’ai jamais dit que tout allait pour le meilleur des mondes en Algérie. Et si vous n’aimez pas Chaunu laissez le tomber (je vous ai donné d’autres références) mais convenez, avec moi, que nous sommes actuellement en intervention au Mali et que Bouteflika vient de sortir d’un hôpital français.

      Ce sur quoi je vous ai répondu, c’est sur la légende noire de la colonisation, qui est tout aussi fausse que la légende rose…mais à vrai dire nettement plus nocive, dans le contexte actuel.

      Donc, répondez-moi si vous le souhaitez sur :
      - les 5 enfumages, moyen expéditif de mettre fin à un siège après alternative offerte, et contesté en France
      - la possibilité d’accès à la nationalité française non seulement pour les séfarades, mais aussi pour les musulmans, dès 1865
      - la question que je vous ai posé : était-il possible de donner cette citoyenneté avant (sachant que Tocqueville va en Algérie en1848 pour savoir si on y reste…) ? Est-il choquant que les musulmans n’aient pas le droit de vote en France, à une époque où tous les britanniques ne l’ont pas (avant 1918) et aucune française ?
      - les chiffres de possession des terres, qui montrent qu’il y avait aussi une classe aisée musulmane, et qu’on n’était donc pas dans un régime d’apartheid comme vous l’écrivez.

      Etc.

      Répondez-moi sur tout ceci, de manière honnête, et vous conviendrez peut-être que mon message n’était pas inutile…

    • 25 Juillet 2013 à 18h20

      thdo dit

      “Puisque l’Algérie colonisée c’était un incroyable paradis, dans lequel les musulmans étaient trop contents, qui était développé, et ressemblait au jardin d’Éden, comment se fait-il qu’à partir du mois de novembre 1954 eu lieu une insurrection populaire soutenue par la grande majorité du peuple algérien qui fit d’énormes sacrifices?”

      Mais on peut avoir objectivement des conditions de vie qui ne sont pas atroces, et s’imaginer que tout va s’arranger après la Révolution…

      Tenez, en URSS par exemple… La famine en Ukraine, tout ça…
      A votre avis, qu’en pensaient les Russes ? Ont-ils eu raison de mettre Lénine et sa clique au pouvoir…?

      Par ailleurs, aujourd’hui on nous bassine en France avec l’augmentation des inégalités, alors que nous sommes un des rares pays où elles sont restées stables.

      Il y a quelques types qui tirent leur épingle du jeu, la privatisation des grands groupes est objectivement inquiétante…certes.
      Mais tout le monde est persuadé qu’il y a un problème d’inégalités à résoudre, alors que…non.
      Et comme ils sont près à suivre le premier venu qui leur promettra une hausse de leur niveau de vie (travailler plus pour gagner plus ou décentraliser plus pour gagner plus) tous les kékés vont se tirer une balle dans le pied.

      La bêtise n’est pas réservé aux ‘ragheads’*, selon l’expression les Américains post Irak.
      D’ailleurs, on trouve même des avocats pour mener l’accusation contre leur propre pays, face à un pays pétrolier indépendant depuis 50 ans qui n’a réussi qu’à quadrupler sa population et à se taper une guerre civile…

      * tête à chiffon, rapport à la tenue bédoin

      • 25 Juillet 2013 à 20h52

        Vassili Tchouïkov dit

        La Révolution d’octobre, c’est un coup d’État.

      • 25 Juillet 2013 à 23h03

        Saul dit

        comme toutes les révolutions. celle de 1789 n’échappe pas à la règle

      • 25 Juillet 2013 à 23h45

        Vassili Tchouïkov dit

        La Révolution française, un coup d’État????
        Allez, c’est pas grave. Ne contrarions pas le malade. 

      • 26 Juillet 2013 à 0h39

        Saul dit

        Ben oui Vassili, ce n’est qu’une partie du peuple qui l’a faite, celui de Paris et la bourgeoisie…celui des provinces n’était pas vraiment très chaud pour se débarrasser de la monarchie (par 1789, j’étends bien entendu jusqu’à 1792). On le voit notamment dans ces cahiers de doléances précédant la tenue des Etats généraux : pas UNE seule ligne de la part du populo remettant en cause la légitimité du pouvoir royal dans tout ces cahiers, mais un appel à lui pour plus de justice sociale.
        Regardez la “proclamation” de la république : ça s’est fait quasiment en catimini par une loi disant que tout les actes publics seraient faits désormais avec la mention “au nom de la république française” et non plus “au nom du roi et de la nation”. Pas vraiment ce qu’on appelle une proclamation en grande pompe…Je sais, un mythe s’effondre 

  • 25 Juillet 2013 à 16h46

    L'Ours dit

    Et il y en a qui sont encore contre les caméras.
    Moi je dis qu’hélas il en faut partout et il ne devrait pas y avoir le moindre binôme de flics qui se déplace sans caméra, ne serait-ce que pour protéger le citoyen d’un mauvais comportement policier.

    • 25 Juillet 2013 à 17h06

      zigomar dit

      omnipanopticien? Quel délire ! Transformer le monde en Loft sans angle mort, sous l’oeil permanent des caméras, quel pied! C’est mieux que la charia?

      • 25 Juillet 2013 à 17h27

        L'Ours dit

        Vous avez loupé le mot “hélas!”

      • 25 Juillet 2013 à 17h39

        zigomar dit

        J’ai peut-être loupé le “hélas”, mais je n’ai pas loupé le “il faut partout”

  • 25 Juillet 2013 à 15h54

    QuadPater dit

    *** Hollande a-t-il signé la Déclaration d’Indépendance de la République Bananière de Trappes ? ***

    Trappes semble être devenue une entité indépendante de la République française où on ne sait plus trop qui représente officiellement la loi.

    En effet, dans mon pays (en France), les méchants font des méchancetés, les policiers les attrapent et les juges les jugent.
    À Trappes, ce n’est pas ça. Il y a deux bandes rivales : la population et la police. Lorsqu’il y a un différend entre ces deux bandes, chacune a sa version des faits et porte plainte contre l’autre pour agression.

    J’exagère ? Pas du tout !

    Un journal publie la “version des faits (sic) des habitants”

    Un autre nous informe que le policier se porte partie civile pour “appuyer sa version des faits (re-sic)”

  • 25 Juillet 2013 à 15h52

    Saul dit

    Eugène,

    ““tuez les tous, dieu reconnaitra les siens” (pour ne parler que de cette belle phrase rempli d’amour, de paix, et de tolérance), c’est jamais arrivé”

    c’est un mythe… cette phrase a été attribué au légat du pape plusieurs décennies après après la prise de Beziers (si je me souviens bien),  alors que ce légat n’était pas présent lors de la prise de la ville, il n’est arrivé qu’après, une fois les massacres commis…

    • 25 Juillet 2013 à 16h24

      L'Ours dit

      c’était pas une phrase de Savonarole?

      • 25 Juillet 2013 à 16h27

        Saul dit

        non, c’est une phrase qui a été attribuée à Amaury de je ne sais plus quoi, écclésiastique du coin nommé Légat par la papauté, lors de la guerre contre les Cathares

      • 25 Juillet 2013 à 16h37

        Vassili Tchouïkov dit

        Croisade des Albigeois. Prétexte assassinat du légat du pape à Saint Gilles.  
        Amaury de Monfort, le fils de Simon? Peut être. Cette phrase, probablement apocryphe fut même attribuée à Saint Dominique…. 

      • 25 Juillet 2013 à 16h40

        Saul dit

        non pas le fils de Simon, un autre qui n’avait rien à voir avec cette famille.

      • 25 Juillet 2013 à 16h42

        L'Ours dit

        Ok! merci.

    • 25 Juillet 2013 à 18h09

      Octavius Pik dit

      D’après ce que j’en sais :
      En juillet 1209, lors de l’expédition contre les Cathares appelée Croisade des Albigeois, le légat du pape, Arnaud Amaury, assiège Béziers. Ses hommes lui demandant comment reconnaître les hérétiques parmi les bons catholiques, il aurait répondu : « Tuez-les tous ! Dieu reconnaîtra les siens », ou plutôt : « Massacrez-les, car le seigneur connaît les siens ». Mais cette phrase est rapportée par un seul auteur de l’époque, le moine Césaire d’Heisterbach, considéré comme peu fiable.
      Un auteur moderne (est-ce Jean Sevillia dans son livre ‘’Historiquement correct’’ ?) a présenté une version différente : après la bataille, ses hommes, devant mettre en terre les seuls catholiques et non les hérétiques, lui demandent comment les distinguer. Arnaud Amaury aurait répondu : « Enterrez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ».
      Mais il était plus chantant, pour l’Histoire, de transformer cette phrase en : « Tuez-les tous… », afin de coller une horreur de plus sur le dos d’une religion.

  • 25 Juillet 2013 à 15h11

    L'Ours dit

    Nadia Comaneci,
    ah! oui, j’aurais aimé cet article du Guardian.

    • 25 Juillet 2013 à 15h33

      Victoire5678 dit

      L’Ours, pourriez- vous répondre a la question de Quad Pater sur le fil de Letoy, SVP?
      Vous vous doutez bien sûil ne donnerait jamais le nom d’un anonyme!!!
      Qu’est- ce qui vous ennuie tant? 

      • 25 Juillet 2013 à 17h59

        nadia comaneci dit

        Qu’il en parle !!
        Quel intérêt ??

  • 25 Juillet 2013 à 15h05

    Patrick Mandon dit

    Nadia, à 12h26 :  pensez-vous que Chaussettes à clous se cache derrière ce texte ? J’en serai étonné. Sinon, j’insiste, surtout pour Lampiste, qui a un peu perdu de sa verve comique (vis comica), mais se laisse gagner par une certaine aigreur : l’Irlande est moins partagée par les deux religions que par le sentiment d’appartenance. La religion cimente ce sentiment d’appartenance. Les pauvres, les relégués étaient traditionnellement catholiques. Les protestants les méprisaient, et leur faisaient connaître ce mépris de toutes les façons. Cela dit, la violence des affrontements n’a cessé de croître après les émeutes de Londonderry (août 1969). L’IRA a du sang sur les mains, bien sûr, des éliminations physiques inutiles, des règlements de compte. Cela se passait dans cette magnifique Irlande, que j’ai beaucoup aimée.

    • 25 Juillet 2013 à 15h07

      Eugène Lampiste dit

      pourquoi faire de l’humour, patrick ?

      vous savez bien que quoi que je dise je resterai eugoebbels l’islamogauchiste antisémite homophobe et nazi (ou fasciste quand je suis pas en forme) qui incite à la haine raciale

      et j’en oublie 

      • 25 Juillet 2013 à 15h27

        Patrick Mandon dit

        Ah, mais, le fascisme (italien d’origine) a eu des débuts éclatants. Il fut un laboratoire esthétique tout à fait intéressant (et le mot est faible). Il y a un très bon livre de l’excellent Thierry Marignac, une sorte de polar, très noir, très nerveux, superbement conçu et écrit, paru en 1988 (?). Les choses étant ce qu’elles sont dans ce pays, Thierry et ses romans bénéficient d’un silence de toute la critique. Il est vrai que la critique française… Le litre de son roman est « Fasciste ». Je vous le recommande.

      • 25 Juillet 2013 à 15h28

        Eugène Lampiste dit

        mais bon, vous avez raison, patrick

        j’étais revenu faire un tour pour faire plaisir à nadia, neoneo, a2l, panpan, et parseval, mais j’avoue que je ne m’amuse plus du tout

        aucun intérêt, je suis bien d’accord avec vous 

    • 25 Juillet 2013 à 15h20

      Victoire5678 dit

      SeraiS

    • 25 Juillet 2013 à 17h58

      nadia comaneci dit

      Cher Patrick, en Irlande les pauvres n’étaient pas catholiques parce que pauvres, mais pauvres parce que catholiques, ce qui fait toute la différence et signe l’origine religieuse de cet affrontement épouvantable. L’histoire de l’Irlande est une succession de cauchemars, on a peine à comprendre comment un pays à nos portes a pu être martyrisé à ce point dans une relative indifférence aimable. Quand on songe que l’Irlande compte toujours moins d’habitants aujourd’hui qu’en 1850… Mais plus de prix Nobel de littérature que n’importe quel pays au monde, toutes proportions gardées.

      Non, je crois pas un instant que Lector soit QP !!