Mail Facebook Twitter RSS

Inscrivez-vous à la Newsletter

Recevez chaque lundi la synthèse de l'actualité de toute la semaine



X

Taxe Google : le cache-sexe du maljournalisme ?

Demorand et Joffrin veulent taxer Google pour mieux cacher les failles de la presse française

Publié le 06 novembre 2012 à 17:25 dans Médias

Mots-clés : , , , ,

Libération Demorand Joffrin Google

Don Quichotte et Sancho Pança sont de retour. Nicolas Demorand, rédacteur en chef de Libé et Laurent Joffrin, directeur de la rédaction du Nouvel Obs, réclament une taxation de Google en faveur de la presse. Ils accusent le moteur de recherche de se faire de l’argent sur leur dos grâce à ses recettes publicitaires. En retour, Google a menacé de ne plus référencer la presse française si une telle taxe était appliquée. De son côté, François Hollande qui a reçu Eric Schmidt, le patron de Google, a d’ores et déjà précisé que « si nécessaire, une loi pourrait intervenir sur cette question » en cas d’échec des négociations entre les parties.

Bien évidemment, Google n’est pas un organisme humanitaire et il ne s’agit pas de les défendre. Malgré ses profits, la firme de Mountain View ne paie quasiment pas d’impôts en France et est actuellement sous le coup d’une enquête pour fraude fiscale. Taxons Google, oui mais pour d’autres raisons que le sauvetage de la presse.

C’est pourtant la solution prônée par les patrons de médias. A en croire Demorand et Joffrin, la crise de la presse serait une crise purement économique. Il suffirait de taxer Google ou de verser quelques oboles de l’Etat pour que les journaux se refassent une santé. Et si ce n’est pas la faute de Google, ce sera la faute de Twitter et du Web en général, du manque de kiosques… Bref, de la faute de tout le monde sauf des journaux et journalistes eux-même. Une jolie diversion.

Ramener la crise de la presse à une simple question économique, c’est refuser de se pencher sur les contenus éditoriaux, sur la qualité des articles et des journalistes. Comme si un restaurateur, voyant ses clients s’enfuir, ne s’interrogeait jamais sur la qualité de ses plats.

Qu’est-ce qui fait le plus de mal au journalisme ? Google ou un édito du Monde sur le tweet de Trierweiler ? Qui profite le plus des journalistes ? Google ou Apple promu gratuitement par Joffrin et compagnie ?

La crise des médias ne se réduit pas à des questions budgétaires et même de support. C’est une crise de fond et non de forme. D’ailleurs, c’est sur le Web qu’on peut trouver un exemple récent de maljournalisme grâce à l’affaire Kerviel. Lors de son procès en appel, l’ex-trader a été condamné à trois ans de prison ferme et 4,9 milliards de dommages et intérêts envers la Société générale. Mais la cour a décidé de ne pas l’envoyer tout de suite en prison.

Une chose qu’ont noté de nombreux sites de presse. Comme leMonde.fr qui écrit : « La cour, qui n’a pas délivré de mandat d’arrêt à l’audience, a confirmé dans son intégralité le jugement de première instance » ou leJDD.fr  qui ajoute : « La cour, qui n’a pas délivré de mandat d’arrêt à l’audience, a confirmé dans son intégralité le jugement de première instance », idem sur leFigaro.fr qui y va aussi de son analyse : « La cour, qui n’a pas délivré de mandat d’arrêt à l’audience, a confirmé dans son intégralité le jugement de première instance » et Libération.fr souligne : « La cour, qui n’a pas délivré de mandat d’arrêt à l’audience, a confirmé dans son intégralité le jugement de première instance ».

Bref, quatre grands sites d’infos, quatre fois la même phrase… et quatre fois la même erreur. En effet, le mandat qui permet d’envoyer un condamné (présent à l’audience) directement en prison à sa sortie du tribunal, c’est un mandat de dépôt et non d’arrêt. C’est ce document que le tribunal délivre ou non en fonction du sort qu’elle réserve à l’intéressé. Et sachant que Kerviel était bien sagement assis devant la Cour et non en fuite en Amérique du Sud, il suffisait d’un peu de logique pour comprendre que parler d’un mandat d’arrêt, impliquant une recherche par les forces de l’ordre, était quelque peu inapproprié.

Certains répondront que si la même phrase erronée a été reprise par tant de sites, c’est qu’elle est extraite d’une même dépêche AFP remaniée par les rédactions. C’est encore pire, car en plus d’être ignorants, les journalistes sont moutonniers, quand ils n’écrivent pas eux-mêmes des âneries, ils répètent celles de leurs confrères.

Le suivisme et l’incompétence, les deux principaux maux du journalisme français présents dans une seule phrase. Un beau symbole de la sclérose intellectuelle d’une presse standardisée et sans saveur. Et une petite recherche sur Google suffit pour trouver d’autres exemples de panurgisme et d’âneries médiatiques. Preuve que l’outil est vraiment démoniaque.

Car le vrai problème des journaux, ce sont les journalistes. On pourra taxer Google, Facebook ou même Myspace tant que les journalistes, du dernier des stagiaires au premier des cadors, ne se remettront pas en cause, la crise perdurera.

Cela dit, on comprend le conservatisme de Demorand et Joffrin. Si la presse faisait sa révolution intellectuelle, ils seraient les premiers sur l’échafaud.

*Photo : amcunningham72.

Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !
Participez au développement de Causeur, faites un don !

voir les commentaires / réagir         envoyer
 

A lire aussi

La rédaction de commentaires nécessite d'être inscrit

23

Déjà inscrit, connectez-vous

mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
 
  • 12 Novembre 2012 à 21h56

    Aaron dit

    Excusez-moi j’ai fait deux fautes d’orthographe..impardonnable ……..

    • 12 Novembre 2012 à 21h59

      Eugène Lampiste dit

      joffrin ne les pardonnera pas, en effet !

      rires 

  • 12 Novembre 2012 à 21h54

    Aaron dit

    Venant d’un ( désolé je ne trouve pas le qualificatif, les lecteurs pourront à leur guise et selon leur opinion en trouver un)…comme Joffrin, il n’y rien d’étonnant.
    Ce qu’il feint d’ignorer ce sont les contre-vérités, les phrases toutes prêtes , toutes faites, émanant de  sa propagande totalitaire et personnelle que son torchon , dont je ne me servirais même pas comme litière, débite chaque semaine.
    Cet individu sans vergogne ne sais plus quoi faire, quoi inventer pour tenter de museler la vraie presse d’opposition (je ne parle pas évidemment du Figaro).
    En réponse à ses diatribes, à sa propagande quasi-stalinienne, il a en face des Hommes courageux  non soumis au politiquement correct dont il a fait depuis longtemps son crédo.
    J’autorise le site à publié mon commentaire; ce minus finira bien par le lire………. 

  • 12 Novembre 2012 à 16h46

    fogarty dit

    Le suivisme, l’opportunisme, l’information non diffusée, l’information biaisée sont les plaies du journalisme à la française. Si on y ajoute un style relaché, une grammaire incertaine on comprend mieux la désaffection des lecteurs pour la presse qotidienne. Par contre les hebdomadaires français sont de bonne qualité- même le Nouvel Obs – et n’ont rien à envier à leurs rivaux étrangers. Le politiquement correct qui en France tue tout sens critique ansi que l ‘anathème proféré en permanence contre ceux qui refusent la pensée unique ne font guère augurer d’une remontée de la fiffusion de la presse quotidienne. Que les rédactions et les journalistes commencent par s’interroger avant de chercher un bouc émissaire, car les lecteurs trouvent sur internet des informations qui leur sont refusées afin d’en faire des idiots ignorants.

  • 7 Novembre 2012 à 12h43

    clikokerno dit

    Félicitations M. Tefy Andriamanana pour la qualité de votre article et la justesse de votre analyse. La pensée unique a en effet fossilisé l’immense majorité de la corporation journalistique/éditoriale. La taxe n’améliorera en rien les contenus (les éditorialistes en question étant d’ailleurs interchangeables). Cela pose la question d’une forme de consanguinité intellectuelle dans le milieu …

  • 7 Novembre 2012 à 11h38

    Bibi dit

    Il faut reconnaitre que le problème de crédibilité/ maljournalisme et de chute du lectorat n’affecte pas que les médias français. C’est ainsi un peu partout dans les démocraties (enfin, je ne sais pas où en est le Japon).

  • 7 Novembre 2012 à 11h23

    ReCH77 dit

    Un titre voué à une information sérieusement traitée, c’est-à-dire vérifiée par recoupements auprès de plusieurs sources comme on apprenait à le faire avant pourrait peut-être attirer un public francophone las de se faire faire la leçon par une presse qui n’est plus que d’opinion généralement univoque.

  • 7 Novembre 2012 à 6h25

    olivier93200 dit

    Une taxe de plus et pourquoi pas un nouvel impôt, une subvention d état ou un don du Qatar ?

    • 7 Novembre 2012 à 6h54

      eclair dit

      @olivier
      9a c’est la hausse de la TVA. Qui est d’ailleurs ridicule.
      Augmenter de 10 milliards la TVA pour redonner 20 milliards aux entreprises. 

  • 6 Novembre 2012 à 20h08

    eclair dit

    Comme l’industrie musicale qui a un business plan depassé. Et qui s’est amusé à taxer les supports numériques. Payer une taxe quand on achete un disque dur , un CD une clé USB c’est de de l’arnaque.

    A force ils ne vivront plus que de taxes !

    Pour google. C’est n’importe quoi cette taxe.
    Les sites de ces journaux ont de la pub dessus. et elle paie directement le journal.
    Google fait des rentrées d’argent par la publicité sur son moteur de recherche.
     
    En plus ils sont de mauvaise foi ils peuvent ajouter sur leur site des paramètres bloquant le referencement de google.
    Mais dans ce cas là plus personne n’iras sur leurs articles.

    En fait en toute logique c’est google qui devrait demander aux journaux de payer pour être referencé.
    Mais comme google se fait remuneré par la pub c’est gratuit le referencement.

    Une telle loi serait anticonstitutionnelle mzid bon vu qu’on a eut la taxe sur les supports numériques ils sont plus à ça pret. 

    • 6 Novembre 2012 à 21h54

      Judith dit

      Bonjour Éclair,
      Je dis peut être une ânerie mais  le référencement  est payant, sacrément payant même : le pont d’or vers les internautes, cela a son prix.  
      Peut être les médias jouissent- ils d’une dérogation  que j’ignore mais j’en doute: Google se contrefiche bien de l’utilité de service public dont se disent  investis nos indispensables maîtres à penser et qui, semble t’il,  les dispenserait de cracher au bassinet.  
      Pour le reste je suis d’accord et je ris.  J’ai hâte de voir cette taxe mise en place et de voir tous les internautes hurler parce qu’ils n’ont plus accès à Google et Yahoo et tous les autres  dont la délocalisation  est si facile dans un monde virtuel!  Ce serait mignon d’imposer une taxe et de ne récupérer en retour qu’un majeur arrogant des moteurs de recherche et les hurlements pas virtuels du tout des internautes …
      Non, en fait je blague, la menace hollandaise est grave, Google va céder 

      • 7 Novembre 2012 à 6h15

        eclair dit

        @judith
        Le referencement n’est pas payant. Ce qui est payant c’est que ton site apparaissent en tête lors des recherches. 

    • 7 Novembre 2012 à 8h20

      Judith dit

      Indeed, ce qui est le cas de nouvel obs, le monde, le point et autres qui apparaissent toujours en tête de liste ce me semble. 
      À mon avis ils veulent reprendre d’une main ce qu’ils donnent de l’autre.  
      Cela doit les faire enrager d’être traités comme un vulgaire fournisseur réclamant une tête de gondole : la diffusion de la Vérité ne s’achète pas !
       

  • 6 Novembre 2012 à 19h58

    L'Ours dit

    Ils vivaient déjà sous perfusion Sarkozy tout en lui crachant dessus.
    C’est dur de mourir avec dignité.
    En tous cas, quand la négociation en Bourse à la criée s’est éteinte emportant du même coup mon travail, je ne les ai pas vu beaucoup pleuré de voir la place financière de Paris disparaître avec ses milliers d’emploi, au contraire. Pleuré? même pas s’informé alors que c’était leur métier.
    A votre tour, bande de bouffe m.
     

  • 6 Novembre 2012 à 19h53

    AlexM59 dit

    finalement, pourquoi pas une taxe Google pour tous, nous qui sommes aussi producteurs de contenus http://bibnum.over-blog.com/article-une-taxe-google-au-benefice-de-tous-111936567.html

  • 6 Novembre 2012 à 19h14

    kravi dit

    Y a quelques jours, le même Demorand était invité aux matins de France Culture (son ancien émission) pour parler du malaise de la presse écrite. À aucun moment n’a été évoqué une des principales raisons de cette désaffection : la transformation des journalistes d’information en propagandistes. J’avais laissé un commentaire en ce sens sur le site de l’émission : inutile de dire qu’il a été sabré.

    • 6 Novembre 2012 à 19h15

      kravi dit

      Il y a : pb de dictée vocale

      • 6 Novembre 2012 à 19h33

        Bibi dit

        Soignez votre diction ;-)

      • 6 Novembre 2012 à 19h53

        hathorique dit

        bonsoir à tous
        @ bibi

          soignons leur addiction ventriloque  :-) 

      • 6 Novembre 2012 à 20h26

        Bibi dit

        Bonsoir Hathorique, content de vous relire.
        Kravi est quelqu’un de sérieux et de responsable, à lui d’assumer.
        Mais parfois je joue avec lui au Prof. Higgins ;-)

  • 6 Novembre 2012 à 17h55

    ACL dit

    Il n’y a pas que des médiocres qui essaient de cacher leur insuffisance derrière des positions idéologiques et la participation à la manipulation de gauche, il y a aussi les racketteurs du syndicat du livre.
    Grâce à eux, la presse quotidienne en France est très très médiocre et n’est pas achetée par ces clients potentiels.

  • 6 Novembre 2012 à 17h53

    Louis75 dit

    Très bon papier. 
    La remise en cause d’un système qui assure la gamelle n’est pas pour demain. 

  • 6 Novembre 2012 à 17h40

    Bibi dit

    Excellent.
    Pour compléter, il s’agit en fait d’une non-sainte trinité: suivisme, incompétence, et corporatisme.