Taubira s’en va | Causeur

Taubira s’en va

Une chance pour la France

Auteur

Jérôme Leroy

Jérôme Leroy
est écrivain.

Publié le 27 janvier 2016 / Politique

Mots-clés : , , , ,

Christiane Taubira démission gauche FN

C’était le meilleur des scénarios possibles. Pour quelques raisons simples. D’abord, la droite dure va être toute désorientée. Une seule tête de Guyanaise vous manque et tout est dépeuplé,  et il n’y a rien de plus corrosif que la haine et le mépris sans emploi. Ca brûle l’intérieur. Il leur reste bien Najat, mais bon, ça ne va pas avoir le même goût.

Taubira, c’était du lourd : la dernière à défendre une conception préventive de la justice à l’époque du tout sécuritaire tout en ne sombrant pas dans le laxisme, contrairement aux idées toutes faites, ce qu’ont pu montrer un certain nombre de chiffres.

Et puis le mariage pour tous. Qu’elle ait été, à l’insu de son plein gré, instrumentalisée pour transformer ce banal épisode sociétal (les conservateurs anglais l’avaient voté en une nuit) en la mère de toutes les batailles pour des socialistes en panne de projet social, c’est sans doute vrai. Mais elle a eu ce qu’on appelle en chimie le rôle de révélateur. Et ce qu’elle a révélé, c’est l’existence d’une France qui n’avait toujours pas, au bout du compte, digéré la Révolution Française, le Front Populaire, l’émancipation de la femme après-guerre.

C’était finalement très utile. On croyait cette espèce disparue, elle était en pleine forme et il faut que la vraie gauche, par pragmatisme, tienne compte de ce nouvel adversaire qui s’apparente davantage au Tea party de Sarah Palin version bocage qu’au FN version banlieue.

La deuxième chose  heureuse qui advient avec cette démission résumée dans un tweet gaullien, « Parfois, résister, c’est partir », et le remplacement par Urvoas, un vallsien de stricte observance qui dans un livre paru en 2011 et intitulé 11 propositions chocs pour rétablir la sécurité voulait la fusion des ministères de l’Intérieur et de la Justice, c’est que ce gouvernement a perdu son dernier alibi de gauche et apparaît désormais en pleine lumière pour ce qu’il est : une camarilla libérale autoritaire, prête à reprendre les idées de l’extrême droite sur la déchéance de la nationalité pour grappiller des voix à droite, et tout aussi prête à démanteler le Code du Travail (ah le referendum d’entreprise qui prime sur l’accord avec les syndicats !) à l’abri d’un état d’urgence constitutionnalisé pour mieux mater le mouvement social.

Alors quel destin pour Taubira ?

De très bons amis me disaient que je me faisais des illusions quand je la voyais en championne de la gauche de gauche, actuellement atomisée par des querelles d’ego et des rivalités de chapelle. On me disait qu’elle resterait à son ministère, qu’elle aimait trop ça. Raté.

On me disait qu’elle prendrait un strapontin à la culture. Encore raté.

On me dit maintenant qu’on lui a promis la présidence du Conseil Constitutionnel en février, en remplacement de Jean Louis Debré. On verra. S’ils ont raison, je ferai mon mea culpa auprès d’eux.

Mais pour l’instant, cette démission est encourageante. On se prend à rêver de la voir inverser le rapport à gauche dans un premier tour en 2017, façon Tsipras, et affronter Marine Le Pen. Avec un peu de chance, on se retrouverait avec une femme noire, de gauche et présidente de la République. Impossible, vu la droitisation du pays ? Il faut dans ce cas se souvenir de Guy Debord dans In girum : « Alors que l’on voyait notre défense submergée, et déjà quelques courages faiblir, nous fûmes quelques uns à penser qu’il faudrait sans doute continuer en nous plaçant dans la perspective de l’offensive. »

*Photo : SIPA.00738499_000001.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 1 Février 2016 à 19h52

      Livio del Quenale dit

      ah !le verni “poétique” cache  haine 
      ajoutez y les formules vides, la comédie,   
      l’intérêt personnel, la duperie, le mensonge,l’outrage….  la virago politique de la flibuste.

    • 31 Janvier 2016 à 15h39

      salaison dit

      si elle s’était appelée Caroline Dupont , elle n’aurait pas été à ce poste (tout comme rachida Dati d’ailleurs).
      Ces “politiques” font TOUS la même erreur ! ( et ce n’est pas fini !) 

       

    • 31 Janvier 2016 à 12h20

      Ayinair dit

      Je me retrouve tt à fait ds les posts de “citoyensilencieux dit”, de “Hannibal-lecteur” ou de “aregundis”.
      Jérôme Leroy, plus vous vous lâchez, plus vous êtes DÉCEVANT… 

    • 30 Janvier 2016 à 22h00

      GHMD dit

      “Et ce qu’elle a révélé, c’est l’existence d’une France qui n’avait toujours pas, au bout du compte, digéré la Révolution Française, le Front Populaire, l’émancipation de la femme après-guerre”. Non, je crois que Jérôme Leroy se trompe. Une telle France n’existe pas. En revanche, il y a une France qui se demande où ses chefs l’emmènent. Et Taubira est un chef.
      La réalité n’est pas à rapporter à je ne sais quel passé, mais à la déconstruction des structures sociales, jusqu’à l’absurde. La question du mariage pour tous en est une exemple criant : on capture un symbole fort de la société et on le détourne au nom d’un égalitarisme imbécile dans son jusqu’au-boutisme. L’alternative à cette déconstruction ? L’islamisme en est une pour certain. Souhaitons qu’ils ne deviennent pas trop nombreux, sans quoi le fantasme Houellebecquien pourrait bien devenir réalité…Adieu alors, égalité des droits, libertés individuelles etc….

    • 30 Janvier 2016 à 17h13

      QLURON dit

      Quant à la gestion préventive de la justice sachant que sous son règne 6000 places de prisons supplémentaires ont été construites sans pour autant empêcher d’une part l’Europe de tancer la France et d’autre part de diminuer le nombre d’incarcérations je ne puis vous suivre sur votre jugement modéré à l’égard de Mme Taubira. Mais ce n’est pas le plus grand échec de la gôche.
      En ce qui concerne le mariage Gay je continue à penser que si la problématique concernant le cadre juridique de leur union eût été réglée différemment la division provoquée au sein de la société française, très vive encore, n’aura vraiment rien apporté de bon.
      Sans compter la nouvelle guerre idéologique avec l’islam dont vous (Causeur) nous avez relaté et analysé quelques faits pimentés.

    • 30 Janvier 2016 à 16h44

      gege26 dit

      Taubira partie,la justice devra redevenir la justice,les suivants vont avoir du boulot pour éffacer le laxisme installé

    • 30 Janvier 2016 à 16h18

      citoyensilencieux dit

      “il n’y a rien de plus corrosif que la haine et le mépris sans emploi” je trouve cette formule tout à fait adaptée, mais pas dans le sens de l’auteur. je n’ai jamais vu une personne suer autant la haine que cette dame. Quant au mariage pour tous, permettez moi d’exprimer un avis différent. Le mariage est l’union d’une femme et d’un homme qui a pour objet de constituer une cellule de solidarité féconde. La création d’une structure de solidarité entre deux personnes de même sexe doit porter un autre nom pour que les mots aient un sens de la même façon qu’il y a des hétérosexuels et des homosexuels. Cela dit je suis très favorables à une telle union au nom de cette solidarité qui permet de diminuer les coûts sociaux pris en charge par la société. c’est cette seule raison qui peut justifier l’ingérence de l’Etat dans les relations privées entre des personnes. L’Etat n’a pas à s’occuper des problèmes de cul, ça ne le regarde pas !

    • 30 Janvier 2016 à 2h01

      DomonkoSz dit

      Ceci étant dit, je n’avais pas lu les commentaires précédents, avant de vous envoyer ma petite pique (que j’espère humoristique) et je tiens à vous dire que certaines attaques insultantes et dépassant largement les bornes de l’admissible, vous valent toute ma sympathie (quoi que je puisse penser de vos visions politiques à mon sens utopiques).

    • 30 Janvier 2016 à 1h56

      DomonkoSz dit

      Je vous aime bien, Jérôme : depuis la disparition de Doc Gynéco, je n’avais plus vu quelqu’un d’aussi marrant et cool…

    • 29 Janvier 2016 à 19h33

      la pie qui déchante dit

      ca n’a pas trainé :

      Urvoas : “Je vais peu parler, mais je vais agir”
      Le nouveau ministre de la Justice commence déjà à envoyer des piques à sa prédécesseur, Christiane Taubira. Et décrit une justice en situation “d’embolie”.
      “” le point “

    • 29 Janvier 2016 à 18h36

      petilu dit

      3Voilà. Ne pas répondre? Oui, c’est ce que je fais la plupart du temps, laissant pisser insinuations insultes procès d’intention fantasme et calomnie. Après, j’ai une solution plus simple et plus administrative pour ce genre de choses. Ca s’est vu.”
      Le Roi dans toute sa grandeur et la plénitude de son intelligence.
      Ca ou Ça?
      Quelle maîtrise de la langue française.
      Vous avez dit “écrivain”? rédacteur en chef culture?

    • 29 Janvier 2016 à 11h12

      lémire dit

      “On a découvert l’existence d’une France qui n’avait pas digéré [...]” : “on” désigne sans doute la presse de gauche et du centre, qui a découvert que des gens qui ne pensaient pas comme eux, dont “on” savait qu’ils existent, peuvent s’organiser, se compter et s’exprimer. C’est la même incrédulité horrifiée que devant les candidats républicains aux US. Hé oui, en politique, le monopole de la parole peut se perdre…
      Je pense que Christiane Taubira a été utilisée par Hollande pour provoquer des attaques racistes permettant de faire l’amalgame entre les opposants à la politique pénale actuelle, les opposants au mariage pour tous et les crétins racistes, et tenter d’étouffer toute contradiction
      Normalement, ce projet de loi aurait dû être présenté au Parlement par la ministre de la famille ; ils ont instrumentalisé ce projet (pourtant indispensable) pour tenter resserrer les rangs de la gauche
      Christiane Taubira a été utilisée, elle n’est plus utile, le PS peut si besoin est rappeler son passé indépendantiste, “Tapiesque” et fossoyeuse de Jospin

    • 29 Janvier 2016 à 1h41

      rolgrenier dit

      Ah, zut je ne connais pas Guy Debord , ni une “une camarilla libérale autoritaire” alors moi pas comprendre l’article!

      • 29 Janvier 2016 à 11h56

        Jérôme Leroy dit

        pas grave
        signé Rol Tanguy.

    • 28 Janvier 2016 à 22h19

      Hannibal-lecteur dit

      Jérôme, Syriza en France, une sottise. Taubira en Tsipras? Autre sottise… Mais Jérôme, sortons du fond et restons dans la forme : mon estime pour vous peut résister à vos rêveries de momie, à votre nostalgie inutile malgré tout ce qu’elle suppose d’erreurs de jugement qui pourraient motiver des reproches…mais elle ne résistera pas à vos descentes dans l’arène des causeurs si vous ne les faites qu’avec des invectives et si peu d’arguments. Un peu de tenue, s’il vous plaît, vous n’êtes pas un bavard anonyme comme moi, vous êtes rédacteur et même chef, non?

      • 29 Janvier 2016 à 12h00

        Jérôme Leroy dit

        Vous avez très probablement raison. Et puis vous lisez ça:
        “Je ne m’aventurerais pas sur ce terrain si j’étais vous, Pensum, parce que l’article de M Leroy est à dégueuler. Encore plus que d’habitude.
        Ce mec est un salaud et un crétin. ”
        Voilà. Ne pas répondre? Oui, c’est ce que je fais la plupart du temps, laissant pisser insinuations insultes procès d’intention fantasme et calomnie. Après, j’ai une solution plus simple et plus administrative pour ce genre de choses. Ca s’est vu.

        • 30 Janvier 2016 à 19h33

          Hannibal-lecteur dit

          Mais Jérôme, moi qui suis – qui étais une terreur automobiliste, mon épouse a fini par m’en guérir avec l’argument suivant : te battre avec ces cons, c’est te mettre à leur niveau… Cépafo…..
          Vis-à-vis de vous, je me mets dans le camp des cons… 

    • 28 Janvier 2016 à 20h24

      aregundis dit

      Salut à tous. J’ai lu la plupart des commentaires. C’est bien la première fois que je vois Leroy s’énerver à ce point. Notre ami a des convictions. Ce n’est pas tout d’en avoir que de savoir lesquelles. Les lui jeter au nez est tout-à-fait stérile puisqu’il les étale avec la fierté ombrageuse des vieux héros de l’Union soviétique au poitrail couvert de décorations.

      J’aime cet extrait Du poète à son Parti (1944), dont il gratifie, margaritas ante porcos, ses détracteurs pas toujours finauds. C’est faire justice historique de rappeler que ce délicat poète voulait foutre le feu au Palais de l’Élysée et coller Blum au poteau avant de célébrer le pacte germano-soviétique. Il écrira plus tard dans Le Roman inachevé (1956), trois ans après la mort de Staline ces strophes amères :

      Quoi je me suis trompé cent mille fois de route
      Vous chantez les vertus négatives du doute
      Vous vantez les chemins que la prudence suit
      Eh bien j’ai donc perdu ma vie et mes chaussures
      Je suis dans le fossé je compte mes blessures
      Je n’arriverai pas jusqu’au bout de la nuit.

      Le malheureux. Il survivra pourtant. Perdre ses groles – fut-ce avec cette bizarre finale célinienne, tombée là pour la rime, j’imagine – ne l’empêchera pas de porter vieux beau imposant dans le monde des Lettres françaises, dans le beau monde tout court, amoureux des yeux d’Elsa (et des éphèbes) jusqu’à sa mort, en 1982, dans l’indifférence quasi générale. Le monde avait changé. Il change tout le temps.

      Et Taubira ? Laide à fuir, détestée de tout le pays mais adulée dans le landerneau de la contestation permanente jamais exigeante dans le choix de ses icônes. On a les pasionarias qu’on peut, ou qu’on mérite. Celle-là n’est pas à plaindre, tovaritch Leroy, si l’on considère d’un œil empathique le long périple qui mena une négraille entassée à fond de cale par les bons soins des tribus côtières aux plantations de cannes, et de là au ministère régalien de la place Vendôme. A succes story, isn’ it ? . Le rêve américain à la française. Et puis votre héroïne a de quoi voir venir. L’Ancien Régime pensionnait ses feudataires ; de même la République traite royalement les bons serviteurs qu’elle met sur la touche. O France éternelle !

    • 28 Janvier 2016 à 16h23

      Hamid Zumin dit

      steed59 dit “M Leroy ,être de droite , c’est n’être qu’un raciste pour qui seuls comptent l’origine et le faciès …..” 
      Non, vous oubliez le travail, la famille et la patrie. Et surtout le fric… 

      • 28 Janvier 2016 à 16h26

        steed59 dit

        vous vous trompez de source, à propos de la phrase citée. Quant au fric, avec Cahuzac et Thévenoud je crois me rappeler que la gauche est assez bien représentée à ce sujet.

        • 30 Janvier 2016 à 17h17

          Hamid Zumin dit

          vous avez raison C’était Sycophante. Excusez ma fausse manœuvre.
          Ceci dit, c’est quoi, Cahuzac et Thévenoud? Des “socialistes” des 20°-21° si§cles, je crois. Donc, pour moi, c’est la droite. 

        • 30 Janvier 2016 à 18h05

          durru dit

          Donc la gauche n’existe plus, et ce depuis le siècle dernier. On est d’accord.

    • 28 Janvier 2016 à 16h07

      gey dit

      Paix sur Terre aux hommes de bonne volonté… et réjouissons-nous mes frères… pour cette semaine sainte ! où un sinistre ministre s’enfuit dans le néant de son lyrisme de pacotille… et où un Finkielkraut en majesté nous revient immortel ! Champagne !!!

    • 28 Janvier 2016 à 15h53

      Sycophante dit

      Correctif : “D’abord, la droite dure va être toute désorientée. Une seule tête de Guyanaise vous manque et tout est dépeuplé, et il n’y a rien de plus corrosif que la haine et le mépris sans emploi. Ca brûle l’intérieur. Il leur reste bien Najat, mais bon, ça ne va pas avoir le même goût.” Donc , M Leroy ,être de droite , c’est n’être qu’un raciste pour qui seuls comptent l’origine et le faciès …..

      • 28 Janvier 2016 à 15h56

        steed59 dit

        “M Leroy ,être de droite , c’est n’être qu’un raciste pour qui seuls comptent l’origine et le faciès …..”

        depuis que la gauche n’a plus rien à dire, sans programme et se contentant de faire la politique copié sur ses adversaires, elle n’a plus que comme argument de renvoyer un soi-disant racisme fantasmé à la tronche de ses adversaires. C’est l’argument des faibles et des idiots. De ce point de vue je ne pensais pas que JL se montrerait aussi conformiste. C’est au PS qu’il devrait être, pas au PC.