Mur des cons, une broutille ? | Causeur

Mur des cons, une broutille ?

Des juges expliquent qu’il n’y a pas matière à poursuites. Une erreur de jugement ?

Auteur

Régis de Castelnau

Régis de Castelnau
est avocat.

Publié le 03 juin 2013 / Politique Société

Mots-clés : , , ,

syndicat magistrature gauche

Le Conseil Supérieur de la Magistrature, par un communiqué long et juridiquement charpenté, a refusé de se saisir du problème du « mur des cons », ne donnant pas suite à ce que lui avait demandé Christiane Taubira. La patate chaude est retournée place Vendôme. Peu probable qu’elle en ressorte. On peut comprendre cette circonspection à la lecture de la tribune libre publiée dans le journal Le Monde sous la signature de Nicolas Blot (juge d’instruction, ancien secrétaire général de l’Union syndicale des magistrats) et d’Evelyne Sire-Marin (Vice-présidente, ancienne présidente du Syndicat de la magistrature). Intitulé « Mur des cons, les raisons d’un affichage » cet article est passé relativement inaperçu. C’est dommage, au-delà de l’habituel plaidoyer pro domo, nous avions là un assez joli collier de perles, dont certaines méritaient vraiment enchâssement. Assez savoureuses, elles expriment assez bien un état d’esprit dont aujourd’hui encore, la plainte déposée par Fabrice Burgaud contre Bertrand Tavernier est un symptôme1. Nos amis magistrats, qui officient quand même au nom du Peuple français, sont trop souvent, au travers d’une certaine suffisance, et de leur corporatisme obstiné, un peu « hors-sol ». Notons d’abord, que les deux signataires de la tribune du Monde s’expriment non pas au nom de leurs organisations syndicales respectives, mais en tant que magistrats en exercice.
On retrouve, pour commencer, la mise en cause habituelle, quasi-routinière, de l’activité législative du Parlement. Montesquieu ? Connais pas !
« Une vingtaine de lois s’empilent ainsi jusqu’en 2012 : à chaque fait divers sa loi, à chaque problème de société sa sanction pénale, sans réflexion. »  C’est vrai ça ! Ces parlementaires de la République élus au suffrage universel pour élaborer et voter la loi, ils ne réfléchissent pas !
Et puis, la justification de l’existence du totem : « Ce “mur des cons” n’est-il pas la réaction affective, hystérique, magique, d’une partie de ce corps social en danger, celui des magistrats ? N’est-il pas une sorte de maraboutage de l’ennemi, un peu comme on enfonce des aiguilles dans la photo de son adversaire ? » Un corps social en danger ? Certes, tout est relatif, mais il semble pourtant qu’il en est, dans ce pays, d’autres qui sont, nettement, nettement plus menacés. Les magistrats céderaient-ils à la concurrence victimaire ? Ensuite, il s’agirait d’une réaction : affective, hystérique et magique. Houlà, on est carrément dans le syndrome. J’ai connu (il y a longtemps) un magistrat qui, présidant une chambre correctionnelle, tirait le thème astral des gens qu’il allait juger. Je croyais qu’il était très minoritaire. Je constate que ce n’est pas le cas. Il y aurait donc des cours de vaudou à l’ENM ? Des marabouts sénégalais comme enseignants ? Et avec ça l’exécutif, le législatif et les justiciables, tous présents sur le mur, sont des adversaires ?
« Une fois de plus, cette affaire va servir à défendre une conception abstraite et surannée de l’impartialité du juge, que sous-tend le code de déontologie des magistrats publié en 2010 par le CSM (Conseil supérieur de la magistrature) : le juge doit être transparent, sans sexe, sans opinion et sans engagement. » L’impartialité serait donc à géométrie variable ? Mais chers amis magistrats, nous ne vous demandons pas d’être personnellement transparents, asexués, sans opinions politiques. Mais que vos décisions le soient ! Vous ne les rendez pas à titre personnel, en tant que femmes (ou hommes), en tant qu’électeurs, en tant que militants, mais au nom du Peuple français. Une paille. Cela fait quand même une petite différence, non ? Cette revendication de la subjectivité et de la partialité est particulièrement inquiétante, autant qu’elle est révélatrice.
Enfin, il y a le dernier bijou qui, derrière la désinvolture d’expression, est quand même assez effarant.
« Bien sûr, les plaintes en diffamation, injure publique ou privée des malheureux nominés du “mur des cons” n’aboutiront à aucune condamnation pénale du SM, car il n’avait nulle intention de diffuser ces images strictement privées. » Circulez, il n’y a plus rien à voir ? Le droit de la presse (puisque c’est de lui qu’il s’agit) est particulièrement délicat à manier et à interpréter. Les spécialistes de cette matière sont partagés sur son application à ce cas d’espèce. Diffamation ou injure ? Bonne ou mauvaise foi ? Diffusion publique ou privée ? Sachant que la diffusion privée est également pénalement répréhensible, il y a quand même matière à discussion judiciaire, et il appartiendrait au juge de trancher. Eh bien non, c’est tout vu. Deux éminents magistrats, qui se revendiquent de leur précédentes responsabilités syndicales, vous donnent déjà la décision. Il n’y aura pas de condamnation pénale. « Bien sûr ! » Parce qu’il ne doit pas y en avoir ? C’est vrai ça, à quoi bon un débat judiciaire contradictoire !?
Ce qui est quand même un peu étonnant, c’est cette constance dans l’expression de telles énormités. Il faut faire confiance à la justice d’un pays démocratique. On comprendrait que les « épinglés » soient un peu hésitants.
Il y a neuf ans,  j’avais publié dans Libération après l’affaire d’Outreau, un article pour déplorer « la tentation autiste des magistrats ».2
« La tentation de l’autisme est pourtant une stratégie risquée pour le corps lui-même. Est-il sûr que l’opinion publique française s’en contente, alors qu’elle se méfie désormais de sa propre justice ? »
Même si les responsabilités sont partagées, il n’est pas sûr que nous ayons progressé.

  1. Fabrice Burgaud est ce juge d’instruction qui fut à l’origine d’une des plus grandes catastrophes judiciaires qu’ait connu la France (Outreau). Il fit l’objet d’un étonnant soutien chez les magistrats y compris chez les élèves de l’ENM qui avaient voté pour que l’on donne son nom à une de leur promotion !
  2. Lors de la publication de cet article en 2004, il y avait eu assez peu de commentaires. Simplement la protestation d’une association d’aides aux parents d’enfants autistes, qui avait déploré une assimilation jugée péjorative…. pour les autistes. Je jure que c’est vrai.
  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 4 Juin 2013 à 16h08

      Caton dit

      Je voulais dire @ Marie

    • 4 Juin 2013 à 14h22

      Caton dit

      @Vassili : A tous ces commentaires partiaux, je préfère celui de Me Normand avocat des enfants d’Outreau qui dit qu’il est malhonnête de prétendre que l’ affaire tenait avec les déclarations d’une mythomane. Or Jacques Thomet qui a étudié les 30.000 pièces du dossier a laissé de côté les déclaration de Myriam Badaoui pour échapper à cette critique. Rappelons que le Procureur Muller de la chambre de l’instruction de l’époque a lui, écarté de son travail sur le dossier les déclarations des enfants et il tenait tout aussi bient.

      L’ avocat et le magistrat s’ expriment tous les deux dans le film de Serge Garde, produit par Bernard de la Villardière…dont on ne peut penser qu’il est adepte de la Pravda. Il rappelle que 12 enfants ont été reconnus victimes de viols, agressions sexuelles et proxénétisme. A ce sujet Me Pouille déclare dans le film qu’on n’ a pas condamné ceux qui avaient les moyens de payer.

      Les arguments des internautes que vous citez reprennent curieusement ceux de l’ abbé Wiel dans son livre. Il évoque aussi le Dr BenSussan qui vient de recevoir une claque du consensus psychiatrique international qui a refusé le concept de SAP inventé par un pédophile et qu’il voulait faire entrer dans le DSM V. Idem à propos de Ségolène Royal considérée comme coupable à propos de la prétendue sacralisation de la parole des enfants, or en 2001 les statistiques de la Défenseure des enfants prouvaient l’inverse : seuls 10 % des signalements débouchaient sur un processus judiciaire.

    • 4 Juin 2013 à 13h13

      JeanBart dit

      Est-ce finalement si dangereux que des élections régissent quelque peu la représentativité du 3ème Pouvoir ?

      Le système américain a pleins de défauts, soit, mais il a aussi des qualités :en l’occurrence, il a su traiter les problèmes de criminalité.
      On ne peut pas dire la même chose en France.
      Est-ce lié ? Est-ce la doxa gaucho-moralisante voyant dans tout criminel un damné de la terre qui amena cet état de fait ? Est-ce que des élections auraient changé quoique ce soit ?

    • 4 Juin 2013 à 11h36

      Marie dit

      Comment ne pas applaudir aux commentaires de Vassili cage Lector et licorne!

    • 4 Juin 2013 à 8h01

      Vassili Tchouïkov dit

      @Caton Alors, nous ne devons pas connaître le même dossier… ! J’ai eu accès au dossier judiciaire. La catastrophe saute aux yeux. Je connais aussi personnellement un certain nombre de protagonistes. Mais je pense que vous appartenez à la secte des complotistes « anti réseaux pédophiles ». Serge Garde ancien journaliste de l’Huma dont la haine du bourgeois l’amenait à ne le voir comme que un ogre qui mange les enfants. Sa copine Debeneu (du Figaro !) aussi névrosée que lui. Ah, la « Doxa », mise en place pour protéger les puissants, qui comme à Toulouse, comme nous l’avait expliqué Plenel, conduit par Dominique Baudis, violaient et torturaient les enfants que leur amenait Alègre avant de les tuer. Dans l’affaire d’Outreau, cette Doxa a été mis en place par des dizaines de magistrats, des parlementaires, des journalistes, des psychiatres. Tous pédophiles, bien sûr ! Tous criminels ! Tous payés par les notables. Tiens, je vous donne un autre sujet pour votre lutte anti Doxa : les sorcières de Salem étaient bien évidemment coupables. Il faut rétablir la vérité ! Au travail Garde, Debeneu et autres. Puisque vous me donnez des conseils de lecture, à mon tour. Lisez donc les écrits (livres, articles) de 2 praticiens courageux, avocat et psychiatre, qui ont d’abord prêché dans le désert avant que l’on reconnaisse que c’étaient eux qui avaient raison. comme dirait Bilger, « honneur à eux ! »

        http://www.liberation.fr/tribune/0101489922-des-outreau-par-dizaines http://www.liberation.fr/tribune/0101365816-du-tous-pourris-au-tous-pedophiles

       http://www.liberation.fr/tribune/0101489922-des-outreau-par-dizaines

       @Lector laeberis D’accord avec vos propos. Mais attention, vous avez une secte en face de vous. Et des politiciens qui n’hésiteront pas à surfer sur ces questions pour se mettre en avant. Rappelez-vous Ségolène Royal et son : « l’enfant dit le vrai » et sa calamiteuse circulaire responsable de plusieurs suicides d’enseignants. Rassurez-vous elle ne fait aucun complexe.

      • 4 Juin 2013 à 8h03

        Vassili Tchouïkov dit

        • 4 Juin 2013 à 8h19

          cage dit

          Bonjour Vassili
          oui ça passe; ce qui a du mal à “passer par contre”, non pas ds le contenu lui-même, mais le fait de lire ceci ds les colonnes de Libé:

          “ Depuis l’affaire Dutroux, et la sortie positive du territoire du non-dit du phénomène pédophile, la société française s’en est remise, comme souvent, au tout-judiciaire.”

          Il me semble que “la culture Libé” a très largement entretenu et relativisme et ambiguité sur “les sexualités” pdt qq décennies.
           L’article parle de  ”phénomène pédophile”?
          c’est tout?
          Ce n’est pas une tragédie?
          Je connais des gamins (3) qui ont eut leur vie d’adultes détruites par des adultes bénéficiant d’une culture et littérature disons, peu incitative des limitations des pulsions. Souvenez-vous “Jouissons sans entrave”

        • 4 Juin 2013 à 8h31

          Vassili Tchouïkov dit

          Oui, « Phénomène ». C’est le mot lorsque l’on porte 1 regard clinique.
           lorsque l’on aborde l’aspect humain pour la victime, bien évidemment, c’est une « tragédie ».  
           Mais vous savez, l’innocence bafouée d’un enfant est quelque chose d’épouvantables. Celle d’un adulte accusé et condamné à tort   c’est aussi une tragédie épouvantable. Je connais personnellement 3 suicides…
           

      • 4 Juin 2013 à 14h12

        Mouah dit

        “Reçu en février 1998 par le juge Hayat, conseiller technique au cabinet de Ségolène Royal de 1997 à 1999, le SNEP (Syndicat des enseignants d’EPS) s’était entendu dire que « les ministres (NDLR : Claude Allègre et Ségolène Royal) estiment que, si un enfant est préservé au prix de neuf enseignants accusés à tort, l’objectif était rempli »” Le Monde de l’Education, mai 2005.

        Un Etat de droit digne de ce nom aurait dû interdire à tout jamais à des individus ayant pareille conception de la présomption d’innocence de siéger à l’Assemblée nationale et de légiférer.

        Mais que l’on se “rassure” : avec tout cela, l’Education nationale, dont Dieu sait pourtant si elle en pisse, de la copie, n’a jamais jugé bon de commettre la plus petite ligne sur la question de savoir si un,e enseignant,e a le droit de faire cours à un,e seul,e élève ! Résultat : même les chefs d’établissement, ignorant généralement qu’il n’y a pas de “texte”, improvisent… oralement, bien sûr. En cas de pb, ce sera “tous aux abris !”, sauf l’enseignant,e, bien entendu…

      • 4 Juin 2013 à 14h16

        Mouah dit

        P.S. : allons, Vassili ! Auriez-vous oublié que lorsqu’un enseignant,e se suicide, fût-ce en salle des profs ou dans la cour de récréation, ce n’est JAMAIS lié à sa profession, mais TOUJOURS à des “problèmes personnels”, à sa “fragilité”, etc. Mais si, puisque ce sont le chef d’établissement, l’inspecteur d’académie et/ou le recteur qui vous le diiiiiiisent… moins d’une heure après le suicide !

    • 3 Juin 2013 à 21h40

      la licorne dit

      Ce problème est avant tout celui d’une gangrène installée… On a laissé la gauche idéologique gangrener une partie de la Magistrature avec toutes les conséquences pour les citoyens “normaux” confrontés à certains problèmes quand ils ont affaire à un de ces juge, soit 1 cas sur 3 statistiquement, ce qui n’est pas peu. Quand on connaît certains aspects particulièrement tordus des lois prises ces vingt dernières années ex, celles sur le squatt (http://defenseflorentine.wordpress.com/une-guerilla-a-fragmentations/comment-sensibiliser-les-honnetes-gens/), on imagine la stupeur et la galère..
      Ces gens en place ont tendance à user aussi de leur influence sur la politique de recrutement (du moins on peut faire confiance à Taubira tout le temps interminable qu’elle va passer Place Vendôme) pour favoriser les profils en adequation avec leur structure mentale…
      Un mandat présidentiel étant de 5 ans, on voit mal un président de droite, vraiment de droite, mettre un terme à cette situation. Seules des circonstances exceptionnelles permettraient de procéder à une “dégauchisation” de ce corps de fonctionnaire… Comment souhaiter une destruction de la France ou une Révolution qui permettrait, si le camp des bons gagnait, un bon coup de balai ?
      Certes on peut croire quand on est trop gentil que si c’était la fille d’un juge du Syndicat de la Magistrature qui avait connu le sort de la fille du général Schmitt, son père aurait peut-être réfléchi. Moi, j’en doute. Quand on est capable de montrer auant de mépris pour un père de victime, je doute qu’on soit aussi sensible que cela au sort de ses propres enfants. Juste un sentiment que j’ai… Ces gens ont contume de stigmatiser le Moyen Age, et pour cause. A cette époque, on savait nommer le MAL : on l’appelait le Diable….

      • 4 Juin 2013 à 13h19

        Mouah dit

        Si, si, rassurez-vous : si c’était arrivé à la fille d’un juge – ce que je ne lui souhaite pas, à la fille du juge, je veux dire -, ça aurait certainement fait réfléchir ledit juge…

    • 3 Juin 2013 à 21h34

      Etoile Vesper dit

      Je suis surprise que certains s’étonnent de cette décision. Les magistrats en France sont tout puissants et parmi les derniers tenants d’un corporatisme stalinien. Taubira savait fort bien que ses protégés ne risquaient rien lorsqu’elle a saisi le CSM, sinon, elle ne l’aurait pas fait : elle partage  tout à fait leurs antipathies et leur mépris pour ce que l’on nomme sur ce fil de discussion “la populace”. La populace qui se fait détrousser et malmener par les mêmes parasites qu’elle nourrit avec ses impôts. Cette sale populace qui a l’audace de trouver la justice trop laxiste à l’endroit des violeurs et des assassins… La populace …

      • 3 Juin 2013 à 22h00

        Vassili Tchouïkov dit

        Ma chère, il y a une différence entre le peuple et la populace, qui est la foule en furie. Cela existe. Cela lynche, piétine, hurle. Vous savez très bien de quoi on parle. Aucun mépris pour le peuple. Celui qui aujourd’hui souffre et souvent ne comprend plus.

    • 3 Juin 2013 à 20h34

      Caton dit

      A propos de Fabrice Burgaud et de la plainte qu’il a déposée à l’encontre de Bertrand Tavernier, il y aurait sans doute une position à réviser.
      Car là non plus ce n’est pas une broutille… Je n’ose même pas imaginer le tintamarre médiatique qui se serait produit si un juge avait émis à l’encontre d’un journaliste une déclaration du genre de celle de B. Tavernier !
      Mais il s’agit d’un juge qui a été fort injustement livré au lynchage… il n’y a plus qu’à continuer sans se poser plus de questions

      Pour mieux comprendre, voir par exemple cet article documenté :
      http://blogs.mediapart.fr/blog/marie-christine-gryson/260413/outreau-fabrice-burgaud-une-plainte-necessaire-contre-bertrand-tavernier-pour-incitation

      A la décharge de B. Tavernier, je pense que comme un large public, il s’est laissé influencer par la doxa d’Outreau, directement issue de la stratégie des avocats de la défense et d’un film de fiction fondé sur le seul point de vue d’un ancien accusé.

      Il aurait évité ce dérappage lamentable s’il avait plutôt regardé “Outreau, l’autre vérité” (la vraie)

      • 3 Juin 2013 à 20h54

        Vassili Tchouïkov dit

        Ah oui, vous préférez les obsessions et les délires de Serge Garde! Vous connaissez le dossier judiciaire? Non? Alors modeste.

        • 3 Juin 2013 à 23h05

          Caton dit

          Oui, à la différence de la plupart des gens, je connais ce dossier cela m’évite de bêler avec le troupeau.
          Si vous voulez en savoir plus, lisez donc le livre de Jacques Thomet (ancien Rédacteur en chef de l’AFP) “Retour à Outreau, contre-enquête sur une manipulation pédocriminelle” .
          Et le film de Serge Garde est tout sauf du délire.
          Bonne lecture

      • 4 Juin 2013 à 5h01

        Lector laetaberis dit

        Ben voyons “l’autre vérité, la vraie”; la Pravda maintenant, la vérité vraie qu’on vous dit, pas une fiction. C’est tellement vrai qu’il ne peut y avoir que la vérité qui sort de la bouche d’un enfant qui crie au loup lorsqu’on lui demande de le faire ! Il s’y trouve si peu de fiction que l’on se demande comment ce bigorneau de juge Burgaud a fait pour se fourvoyer à ce point : résultat de la cours, deux morts (curieuse mystification), plusieurs vies et familles détruites, ce qui bien sûr serait secondaire puisque, bien-pensance oblige, il parait de bon ton d’opposer les victimes (véritables ou pas) de pédophiles en réseaux sociaux aux victimes avérées d’un juge débile, manipulé par une affabulatrice, pas même fichu de présenter des excuses ! Comme un petit garçon, justement, qu’il était le Burgaud auditionné. Il devrait être envoyé au parlement des enfants faire délégué junior, il y trouvait une place de pédophile étymologique de choix.

        Des enfants siègent à l’assemblée nationale ce qui serait « le symbole d’une démocratie pleinement vivante » ! (et « ardente » surtout, infernale), et choisissent des lois rédigées par leurs camarades (sous tutelle scolaire de l’E.N.) qui une fois adoptée par le prlmt des enfants « peut être reprise par le député de la circonscription pour être alors discutée comme une vraie loi ». « Ainsi, depuis 1994, quatre lois proposées par le Parlement des enfants sont devenues des lois de la République »(ass natio)dont, le renforcement du rôle de l’école dans la détection des mauvais traitements à enfants »…

        L’école aurait donc vocation, non contente de ne plus réussir à transmettre le savoir, à se faire détective ou détecteur, scrutatrice de la mauvaise éducation des familles. Ceci explique peut-être cela.

        Il faut comprendre une chose voire se la carrer dans le citron et l’oignon : non non non ! l’enfant n’est jamais tyrannique, il est saint, il dit toujours la vérité, il n’est pas influençable et sa parole est d’argent, que dis-je d’or exactement (merci la loi Royale amendement Bayrou au passage, malgré la gifle).
        Une autre ? Non non non, jamais régime totalitaire n’a mis en avant les enfants, ni ne les a utilisés contre les adultes dans la torture physique y ajoutant la pire torture mentale qui soit : i.e. l’innocence (supposée, révérée et rêvée) au service de la terreur.
        Bienvenue dans la république coloriée ! Des lois rédigées par des enfants, avec des crayons arc-en-ciel je suppose, c’est l’Alexandre Jardin qui va être, qui est content ; pourquoi pas l’histoire racontée, faite, hic et nunc, par Delahousse de couette ou Jean-Marc Mort-en-dhimmi, avec Berkoff et l’inénarrable Pujadas et l’Attali encore et tjrs, tous les clowns qui se prennent pour Saint Simon voire Attila, tous ces Volpone adoubés de la respublica médiatica, ce quatrième Reich qui s’ignore dans la transe-pas-rance dont il a fait son credo.

        Tout le propos de Gryson est une insulte, parler de la souffrance de Burgaud est inique en l’état des lieux, tant pour les victimes que cette conne prétend défendre que pour celles du petit pédo-procureur. Tout cela n’est pas sans me rappeler les élucubrations et le ton-ultra du ringard ober-tone.
        Qui bêle avec le troupeau infantilisé ? C’est elle ! Lui ! Quels infirmiers pour la mère de l’huissier ?! Les croquemorts se sont chargés de sa dépouille.
        Une cellule psychologique pour Burgaud vite ! Ce pauvre homme victime, non de sa bêtise et de son manquement mais de la terrible vindicte populaire qui appelle à son meurtre par la bouche d’un des ses élus cinéaste… pas de fiction là dedans hein. C’est la pire des obscénités !

        La réalité est têtue comme le sont les faits : aujourd’hui, vous, moi, nous pouvons être incarcérés, jugés médiatiquement (lorsque la presse était contre les accusés), suite à déclaration de n’importe quelle folle, femme de ménage ou puéricultrice de l’EN qui subodore une maltraitance ou tient sa vengeance narcissique par l’incompétence orgueilleuse d’un juge sans cervelle : ainsi de ce commissaire de police qui s’est vu accusé de pédophilie suite à un retard de sa fille à l’école maternelle, parce qu’à la demande d’explication de la maitresse, l’enfant avait répondu « papa a fait bobo là » en se désignant l’entre-jambes… Non, jamais le mauvais emploi des auxiliaires être et avoir dans la parole confuse de l’enfant (en bon français adulte : papa s’est fait mal à cet endroit… en tombant sur le bord la baignoire ; c’étaient les faits), ni la difficulté de verbalisé une action simple, de transmettre un récit de manière intelligible (ce qui est un fait de l’enfance) n’a éveillé le soupçon de la maitresse… puisqu’on vous martèle que la parole de l’enfant est sacrée, orientez donc vos suspicions !

        • 4 Juin 2013 à 5h01

          Lector laetaberis dit

          Heureusement cette fois ce n’était pas Burgaud qui était chargé de l’affaire et de l’enquête. Lorsqu’on voit comment il a traité un assermenté, huissier de justice, on s’en félicite. La seule réussite du juge B, c’est d’avoir logé tous ses accusés à la même enseigne : coupables !

          Lien où l’on pourra voir Bartolone dans le rôle de Nounours :
          http://www.assemblee-nationale.fr/14/evenements/parlement-enfants-2013.asp

          On me souffle que Pimprenelle a déposé une plainte à l’encontre de Nounours… arff l’enfance n’est

        • 4 Juin 2013 à 5h02

          Lector laetaberis dit

          On me souffle que Pimprenelle a déposé une plainte à l’encontre de Nounours… arff l’enfance n’est plus ce qu’elle était.

        • 4 Juin 2013 à 13h48

          Mouah dit

          “(… ) l’enfant n’est jamais tyrannique, il est saint, il dit toujours la vérité, il n’est pas influençable et sa parole est d’argent, que dis-je d’or (…) Non non non, jamais régime totalitaire n’a mis en avant les enfants, ni ne les a utilisés contre les adultes (…).

          Vous parlez d’or (et sans ironie, cette fois :)) ! 

    • 3 Juin 2013 à 18h26

      maria1 dit

      Article très juste, j’avais moi-même été quelque peu ébahie à la lecture de cette tribune et surtout par la “conception abstraite et surannée de l’impartialité du juge, que sous-tend le code de déontologie des magistrats”.
      Mesdames, Messieurs les magistrats, on ne vous demande même pas de faire abstraction de votre subjectivité, mais, à tout le moins, d’en donner l’impression au justiciable. Et quand on vous prend la main dans le pot de confiture, peut-être pourriez-vous, sinon faire amende honorable, au moins nous épargner ce genre de tribune visant à excuser les petits copains et que, d’abord, c’est ceux d’en face qui ont commencé…

      @ M. Lampiste
      Quel rapport avec la choucroute? L’affaire Servier reviendra dans un an devant le tribunal correctionnel, après un supplément d’information. Moi, ça ne me choque pas : pour la plupart des grosses affaires avec enjeux de santé publique, l’instruction dure des années, ce qui n’a pas vraiment été le cas ici. En plus, dans cette affaire, il me semble qu’il y a deux procédures pénales en cours, l’une à Paris avec juge d’instruction, l’autre à Nanterre sur citations directes, pour les mêmes faits, donc l’affaire est loin d’être enterrée. Quant à la date de reprise de la seconde procédure, les rôles des tribunaux sont archi-pleins, donc un renvoi pour supplément d’information dans un an, ça ne me parait pas franchement extraordinaire.

      • 4 Juin 2013 à 8h28

        Eugène Lampiste dit

        la majestueuse lenteur de la justice dès que l’on s’attaque à un puissant lobby ?

        ben si, ça me parait extraordinaire 

    • 3 Juin 2013 à 16h53

      Eugène Lampiste dit

      bah, l’opinion publique causeurienne ne trouve pourtant rien à redire au procès servier qui a été repoussé aux calendes grecques par les magistrats.
      ces magistrats doivent sans doute être de droite, ce qui est un gage d’impartialité.
       
      et puis la délinquance en col blanc, c’est l’acte de résistance absolu, ici. 

      • 3 Juin 2013 à 17h10

        Pierre Robes dit

        ha oui l obsession sur l omniprésence des” juges rouges” c est brutalement interrompue chez les “Causeurs ” comme quoi ;”;selon que vous serez puissants ou misérables les ‘Causeurs attitrés ” vous rendront rouges ou noirs…”d’aprés JDL

        • 3 Juin 2013 à 17h13

          cage dit

          Pierre Robes est drôle quand il cite Coluche.
          Je répète:
          Pierre Robes est drôle quand il cite Coluche. 

      • 3 Juin 2013 à 21h03

        Vassili Tchouïkov dit

        M’enfin, Eugène! Deux procédure pour les mêmes faits! Et la règle “non bis in idem”, pas faites pour les chiens, non?
        Le parquet de Nanterre a fait n’importe quoi. Mais vous préférez peut être qu’on lynche vite fait? Moi pas, j’aime pas trop quand la populace hurle à la mort. Pas bon signe. 

        • 3 Juin 2013 à 21h06

          Eugène Lampiste dit

          et oui, Maréchal, je sais, la rapidité, la comparution immédiate, la populace préfère quand on l’applique aux voleurs de mobylettes

          les délinquants en col blanc ont droit à toutes les lenteurs. 

        • 3 Juin 2013 à 21h11

          Parseval dit

          la lenteur serait due au fait que le procureur va requérir le démantèlement pur et simple des labo servier : ils veut que toute les preuves soient versées au dossier, la juge ne serait pas assez vigoureuse.
          http://www.marianne.net/La-fin-des-laboratoires-Servier-est-elle-programmee_a229340.html

        • 3 Juin 2013 à 21h16

          Eugène Lampiste dit

          le démantèlement des laboratoires servier ?

          on prend les paris, parseval ? 

        • 3 Juin 2013 à 21h22

          Parseval dit

          j’aimerais bien ! Et c’est pas la seule affaire prometteuse, si l’ex employé de banque suisse pouvait balancer les 40 parlementaires/membres du gouvernement avec des comptes en Suiss ; si Takiedhine pouvait donner les preuves du financement de Sarkozy par Kadhaffi et Balladur plonger dans Karachi ! Ce serait l’extase !!

        • 3 Juin 2013 à 21h23

          Eugène Lampiste dit

          ah c’est beau la jeunesse, elle a encore des illusions.

        • 3 Juin 2013 à 21h28

          Parseval dit

          pas tant que ça, mais beaucoup d’imagination….

        • 3 Juin 2013 à 21h31

          Eugène Lampiste dit

          et d’énergie !!!

          tiens, ça me rappelle la réplique culte de timsit (scène du bain) dans “sans peur et sans reproche” :

          “cette jeunesse, quel appétit !!!”

          néonéo doit pouvoir nous trouver la vidéo quelque part 

        • 4 Juin 2013 à 8h26

          Vassili Tchouïkov dit

          M’enfin, Eugène
          Le respect du droit, ce n’est pas à géométrie variable quand même ? Et aujourd’hui, le lynchage (médiatique) c’est plutôt pour ce qu’on appelle les puissants. Les voleurs de mobylettes n’intéressent personne. Tiens, regardez ce pauvre Georges Tron.  il fallait trouver 1 diversion à l’affaire DSK, c’est tombé sur lui. Accusations de viol, de léchage de pied (!)  Par 2 accusatrices manifestement assez douteuses. Obligé de quitter le gouvernement, il a vu sa carrière brisée. Le parquet vient de requérir 1 non-lieu. Cela n’a pas fait 1 ligne dans les médias qui l’avaient longuement déchiqueté.

        • 4 Juin 2013 à 8h37

          Eugène Lampiste dit

          les voleurs de mobylettes aimeraient peut-être échapper à la comparution immédiate et avoir droit eux aussi aux mêmes lenteurs, aux mêmes avocat procéduriers pour préparer leur défense.

          mais bon, y’a pas mort d’hommes, c’est donc forcément plus urgent de les juger

          faut rassurer le bon peuple de france, il a trop peur que des bandes de racailles viennent dévaliser les pharmacies, ce qui le priverait des bons produits de papa servier. 

    • 3 Juin 2013 à 16h11

      gafaroun dit

      Mais à quoi vous attendez vous quand ce sont des magistrats qui jugent des magistrats? Bien sûr que les plaintes ne déboucheront sur rien!

    • 3 Juin 2013 à 16h06

      Grincheux dit

      Si j’étais célèbre, j’aurais voulu être épinglé sur ce Mur des Cons. C’eut été pour moi un titre de gloire!

    • 3 Juin 2013 à 16h02

      Grincheux dit

      On pourrait créer un mur sur lequel on mettrait des photos de représentants de la Magistrature. Problème: ce mur devrait être vraiment très grand!

      • 3 Juin 2013 à 16h10

        Patrick dit

        Ça dépend. On arrive à miniaturiser de nos jours !

    • 3 Juin 2013 à 15h50

      Patrick dit

      Bonjour à tous,

      Et qu’est donc devenu le journaliste de l’ORTF par qui le scandale a été révélé ?

      Le Conseil Supérieur de la Magistrature (…) a refusé de se saisir du problème du « mur des cons », ne donnant pas suite à ce que lui avait demandé Christiane Taubira
      On aurait pu ajouter : “du bout des lèvres“, d’autant plus qu’elle n’a nullement l’air de s’offusquer de cette “non suite”.

      • 3 Juin 2013 à 16h00

        Pampam dit

        de l’ORTF Patrick ?? C’est Retour vers le Futur, là :-) 

        • 3 Juin 2013 à 16h06

          Patrick dit

          C’est plutôt que j’ai l’impression qu’on y est revenu.

    • 3 Juin 2013 à 15h24

      Angel dit

      Bonjour a tous les Causeurs et a l’auteur de cet article,

      et oui on la forte impression que les Juges sont intouchables.

      Je viens de lire la tribune des ces deux magistrats. J’y vois beaucoup de ”pretention” et de ”mepris” pour ceux qui ne font pas partie de la Magistrature.

      Mais ce qui est ecoeurant, revoltant, au dela des personnes politiques de droite ou des journalistes comme Robert Menard mises sur leur triste mur, il y a les parents de victimes de 2 tueurs en serie.
      Que disent-ils cettte dame et ce monsieur sur cet ignominie ?

      • 3 Juin 2013 à 15h37

        Parseval dit

        c’est vrai que les homme politiques par exemple sont toujours d’une politesse exquise, surtout à droite, et ne haussent jamais le ton. Jamais Sarkozy n’aurait comparé les magistrats à des petit pois ou les chercheurs du C.N.R.S à des abrutis entré parce qu’ils ont vu de la lumière.
        Ces homme politique ne sont pas du tout intouchables, évidemment.
        une petite citation de Sarkozy, ni prétentieuse ou méprisante :
        « Les journalistes, ce sont des nullards, il faut leur cracher à la gueule, il faut leur marcher dessus, les écraser. Ce sont des bandits. Et encore, les bandits eux, ont une morale. »

        • 3 Juin 2013 à 15h41

          lisa dit

          Vous préférez l’hypocrisie glacante de Hollande ?

        • 3 Juin 2013 à 15h42

          Eugène Lampiste dit

          mille fois oui.

        • 3 Juin 2013 à 15h44

          lisa dit

          Vous préférez une France où on nie l’existance de certains problèmes et où l’on arrête des gens pour port de sweet-shirt de la manifpourtous ?
           http://www.lamanifpourtous.fr/fr/
          On l’a trouve aussi sur le site du Point 

        • 3 Juin 2013 à 15h50

          lisa dit

          Eugène, c’est quoi votre temps partiel ? un millième ?

        • 3 Juin 2013 à 15h50

          Parseval dit

          porter des vêtements aussi grotesque devrait être passible de la haute cour de justice.

        • 3 Juin 2013 à 15h50

          lisa dit

          Vous êtes bien a

        • 3 Juin 2013 à 15h56

          Eugène Lampiste dit

          ben alors, ma reinette, pourquoi ne posez vous jamais la question à ceux avec qui vous êtes d’accord ?

          ne soyez pas si timide 

        • 3 Juin 2013 à 16h01

          lisa dit

          Je n’en connais aucun qui ait un emploi et qui passe autant de temps sur Causeur ! mais c’est vrai que c’est indiscret, vous deviez partir en plus, vous n’avez pas de parole, cela doit être réac…

        • 3 Juin 2013 à 16h02

          lisa dit

          Parseval, vous avez visionné la video ?

        • 3 Juin 2013 à 16h07

          Parseval dit

          la vidéo ? celle où les gens de la manif pour tous mettent les enfant en première ligne devant les CRS et où ils dont de saluts nazis ? Malheureusement, oui…

        • 3 Juin 2013 à 16h08

          Eugène Lampiste dit

          je devais partir, ma reinette ?

          ah oui, si on me prouvait que causeur était un site réservé aux cathos

          c’est réservé aux cathos ?

          et vous demandez leur profession à tous ceux qui abondent dans votre sens ? vous notez aussi leurs horaires d’interventions ?

        • 3 Juin 2013 à 16h20

          elise dit

          mais voyons Lisa, Eugène travaille dans une mairie de gauche, ce qui explique ce laxisme…ce n’est pas à droite qu’on verrait ça!

        • 3 Juin 2013 à 16h24

          Hicos dit

          @lampiste
          Vous avez manifestement un problème avec les cathos .
          Vous avez été sodomisé par un prêtre ?
          Vous désirez en parler ?

        • 3 Juin 2013 à 16h34

          Eugène Lampiste dit

          mais qu’est ce que ce que tous ces gens qui voient des prêtrophiles partout ???

           

        • 3 Juin 2013 à 19h24

          lisa dit

          Je vous laisse entre idiots utiles, bonne soirée !

        • 3 Juin 2013 à 19h28

          Eugène Lampiste dit

          mais ne partez pas, lisa !

          rendez vous plutôt utile :

          “causeur”, c’est un site réservé aux catholiques, oui ou non ? 

    • 3 Juin 2013 à 15h14

      Grincheux dit

      Est-ce que les plaignants qui savent par avance que leur plainte sera rejetée ne pourraient-ils pas s’adresser à la Cour Européenne des Droits de l’Homme?

      • 3 Juin 2013 à 15h29

        Marie dit

        Bonne idée , on peut espérer que celle ci sera moins autiste!

      • 3 Juin 2013 à 16h38

        Pampam dit

        Pas avant que toutes les voies de recours nationales soient épuisées.