Stéphane Hessel, vieil homme indigne | Causeur

Stéphane Hessel, vieil homme indigne

Un CV glorieux n’excuse pas tout !

Auteur

Luc Rosenzweig

Luc Rosenzweig
Journaliste.

Publié le 05 janvier 2011 / Société

Mots-clés :

Ceux qui n’ont, hélas, plus vingt ans depuis longtemps se souviennent avec un plaisir nostalgique de la sortie, en 1965, du film de René Allio, La vieille dame indigne. L’histoire était adaptée d’une nouvelle de Bertolt Brecht et montrait la libération tardive des conventions bourgeoises d’une femme devenue veuve qui partait à l’aventure sur les routes de France en compagnie d’une jeune serveuse de bar délurée, au grand dam de ses deux fils. Le rôle titre était interprété par la grande Sylvie, entourée de Jean Bouise et de Victor Lanoux. La musique était de Jean Ferrat. Rien que du bon…

On ne peut en dire autant du spectacle que nous offre aujourd’hui Stéphane Hessel. Oui, je dis bien spectacle, car s’agit-il d’autre chose que d’une habile mise en scène de lui-même par un vieillard dont toutes les apparitions publiques révèlent l’immense plaisir narcissique d’avoir acquis le statut d’icône nationale ? Hessel n’est pas indigne dans le sens où Allio utilise ce terme pour montrer l’insondable bêtise et méchanceté de ceux qui exigent des gens âgés qu’ils se comportent selon des normes sociales étouffantes en les enfermant dans le carcan de la bienséance et de la retenue.

Il est indigné et tient à faire connaître urbi et orbi les motifs de son indignation dans un opuscule devenu en quelques semaines un phénomène d’édition. La vacuité du propos qui décrit un monde binaire où l’on conspue les méchants (les financiers, la mondialisation, le ministre de l’intérieur, Israël) et où l’on chante les louanges des bons (les sans-papiers, les sans logis, les Roms, les Palestiniens, le programme du CNR) a beau être relevée par des gens aussi peu suspects de pensée subversive qu’Eric Le Boucher, le succès est irrésistible. Hessel, c’est l’axe du bien à lui tout seul : toute sa vie, il a eu tout juste, a toujours été du bon côté, ne s’est jamais compromis avec les salauds, s’est toujours arrangé pour que sa biographie ne puisse être autre chose qu’une hagiographie. L’achat de son livre par les gens ordinaires relève de la croyance magique que sa lecture pourrait faire de vous un homme ou une femme meilleur(e), réveiller le Hessel qui sommeille en chacun d’entre nous.

Parvenir à un très grand âge dans un état physique et mental acceptable relève d’une loterie qui ne tient compte ni des mérites, ni des mauvaises actions de ceux que le destin choisit. Cette élection transforme ceux qui en bénéficient en porte-parole d’une génération quasi éteinte. Elle oblige donc. Hessel parle, par exemple, au nom de ceux, aujourd’hui disparus, que le nazisme a surpris dans leur jeunesse à Berlin. Donc au nom de mon père, né quelques années avant lui dans la capitale du Reich, et qui fut contraint de la quitter pour des raisons sur lesquelles il est inutile de s’attarder. Je ne suis pas certain que mon père eût apprécié les discours de Stéphane Hessel, pas seulement sur Israël, mais aussi sur l’état de la France et du monde. Je suis même assez certain du contraire, bien que toute sa vie il ait voté à gauche.

La Résistance, dont mon père fut l’un des acteurs, comme Stéphane Hessel, rassemblaient des hommes aux opinions très variées, et même diamétralement opposées, non seulement ceux qui croyaient au Ciel et ceux qui n’y croyaient pas. Des paladins de la Révolution se battaient aux côté des chevaliers de l’Ordre. Hessel a-t-il le droit d’embarquer tous ceux là dans sa croisade personnelle ?

Brandir aujourd’hui le programme du Conseil national de la Résistance pour faire honte aux gouvernants d’aujourd’hui relève au mieux de l’idiotie historique, au pire de l’imposture. Ce texte de compromis s’appliquait à une France traumatisée qu’il fallait rassembler pour qu’elle se relève, dans un contexte où n’existaient ni l’Union européenne, ni la liberté généralisée des échanges des biens et des marchandises. Ceux qui ont vécu les dites “trente glorieuses” me comprendront : le retour aux conditions de vie de l’époque est une perspective peu enthousiasmante, tant sur le plan matériel que sur celui des libertés publiques et des mœurs. On appliquait, pourtant, ce fameux programme du CNR dont Hessel et ses perroquets nous rebattent aujourd’hui les oreilles.

Il y a aussi chez Hessel cette obsession anti-israélienne qui fait songer à la définition donnée jadis de l’antisémite par Pierre Larousse : “Personne qui hait les Juifs plus qu’il n’est raisonnable.” On n’a parfaitement le droit de ne pas aimer Israël, son gouvernement et même son peuple. Mais faut-il pour autant aller se prosterner à Gaza devant les chefs du Hamas ? Affirmer, lors d’un débat public, que les obus lancés par ces mêmes gens du Hamas n’avaient pour effet que de “faire courir un peu plus vite les habitants de Sdérot vers les abris” ?

Roland Dumas et Stéphane Hessel ont plus de point communs qu’on ne le pense généralement : états de service impeccables dans la Résistance, engagement pluridécennal à gauche, quelques aptitudes à évoluer dans le monde de la diplomatie et une détestation infinie d’Israël. Je me demande si, au fond, je ne préfère pas Roland Dumas et ses crapuleries à Hessel et ses bondieuseries laïques.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 11 Janvier 2011 à 3h45

      Bibi dit

      Crap est un compliment par rapport aux mensonges et faussetés avancées par le pauvre type qui essaie de détourner encore un fil.
      Les arméniens ont des dignes défenseurs de leur cause, parmi lesquels figurent des juifs de la Palestine ottomane, témoins directs de la cruauté, que certains ont également subi. C’est de vérité que les survivants et leurs descendants ont besoin, pas de propagande bête, mensongère, et méchante. C’est ignoble d’avoir recours à ce type de procédé.

      Hey-sell Israël, avec ses oripeaux en toc, n’est pas mieux.
      Je considère que les individus de cette bassesse ne valent même pas que je leur crache à la figure.

    • 11 Janvier 2011 à 1h35

      gérard dit

      Ca fait bien de se dire Juif et dégueuler sa detestation d’Israël quand en réalité on est protestant pur sucre par sa mère et par son père converti. Un milieu qui ne brillait pas du tout,et ce depuis Luther, par le philosémitisme. La Guerre a largement confirmé cette tendance. Si en plus son père voulait absolument dans cette société faire oublier sa naissance il a dû en rajouter une couche assez épaisse. A part l’opportunité de l’actualité ,où plaire aux islamistes est devenue une nécessité vitale, pour un nombre de plus en plus important de personnages douteux en oubliant ce qu’est le Hamas,je me demande à quel moment cette “grande conscience” a trouvé un intérêt pour sa carrière à se parer de cette qualité totalement usurpée. Qui fallait-il approcher? A qui fallait-il plaire?

    • 11 Janvier 2011 à 0h23

      Clapclapclap dit

      @Guenièvre

      Dont acte.

    • 11 Janvier 2011 à 0h09

      Clapclapclap dit

      @Bibi

      Je vous laisse le dernier mot, car nous nous retrouverons si vous persistez à nier le génocide arménien.