Mosquée de Stains: sous l’œcuménisme, le salafisme | Causeur

Mosquée de Stains: sous l’œcuménisme, le salafisme

Quand l’islam des caves se rebiffe

Auteur

Daoud Boughezala

Daoud Boughezala
est rédacteur en chef de Causeur.

Publié le 05 janvier 2017 / Religion

Mots-clés : , , , ,

"Le Monde" s'étonne du "double visage de la mosquée de Stains", nid de dijhadistes pourtant fondé par une figure franco-égyptienne du dialogue interreligieux. C'est ignorer le gouffre culturel et générationnel qui sépare l'islam des pères nés au bled de celui des frères élevés en France.
stains islam attia daech

Hassen Chalghoumi et Salih Attia. Numéro de reportage : 00688991_000005.

On nous prépare un islam de France tout propre et ripoliné. « On », autrement dit l’Etat et les associations représentatives des musulmans de France, volontiers enclines à accepter l’argent public moyennent quelques concessions à la République. Reste que les mosquées fréquentables peinent à endiguer la vague salafiste (et plus si affinités…) qui déferle sur la communauté musulmane de France depuis quelques années.

Deux imams congédiés en trois ans

Preuve en est, même Le Monde en vient à déciller en consacrant un long article à la mosquée Al-Rawda de Stains (93), inaugurée en 2013 et aujourd’hui fermée pour apologie du djihad. Comme par hasard, l’édifice religieux constituait un vivier de terroristes passés avec armes et bagages chez Daech. Avec comme fil rouge une question lancinante : comment se fait-il que des prêches favorables à l’Etat islamique se fassent entendre dans une mosquée a priori irréprochable ? Pour en avoir le cœur net, sous la plume d’Elise Vincent, le quotidien de révérence tire le portrait de son président, Salih Attia, quinqua issu de l’immigration égyptienne devenu en l’espace de vingt ans l’une des têtes de gondoles de l’islam français. Notre homme, vendeur de fruits et légumes dans le civil, est si insoupçonnable de la moindre visée extrémiste qu’il fait assaut de philosémitisme, allant jusqu’à s’associer à un entrepreneur franco-israélien « muslim-friendly » (sic) dans ses engagements communautaires et religieux.

En adepte du dialogue interreligieux reçu par les politiques de tous bords, Salih Attia balaie les accusations qui pleuvent sur sa mosquée mais applique, certes un peu tardivement, le principe de précaution, renvoyant son imam salaf’ Hatim Roinzo à ses chères études. Le deuxième qu’il congédie en trois ans pour radicalisme, quelle précarité dans la profession…

Mais, si la mosquée de Stains a été fermée sur décision du ministère de l’Intérieur le 2 novembre dernier, ce n’est pas seulement en raison des prêches olé-olé que son self-made-imam y prononçait. Outre un flirt verbal avec l’E.I., la  « mosquée du jardin enchanté » (traduction littérale d’Al-Rawda) a vu passer un nombre impressionnant de djihadistes. A commencer par les compagnons de la chanson daechistes que sont Fabien Clain et d’Adrien Guihal, coryphées de l’E.I. ayant revendiqué par psalmodies les attentats du 13 novembre, Magnanville et Saint-Etienne du Rouvray. Encore plus gênant, deux des six enfants de Salih Attia ont migré vers les terres du califat dès 2012. Un gros caillou dans la babouche du très œcuménique président de la mosquée. « Imbroglio politico-religieux », « double visage de la mosquée de Stains », conclut la journaliste du Monde à l’issue de son enquête très fouillée.

Un précédent : la filière des Buttes-Chaumont

Il y a assurément de quoi en rester coi. De deux choses l’une : soit Salih Attia est un parangon d’ambiguïté et pratique le double langage façon taqiya, modéré à la ville, crypto-salaf à la mosquée ; soit cet habitué des ors de la République n’a tout simplement pas les capacités d’enrayer la salafisation des esprits. Si je penche vers la seconde hypothèse, c’est que le précédent des Buttes-Chaumont incite à la prudence. Au début des années 2000, dans le dix-neuvième arrondissement de Paris, la mosquée Ad-Da’wa était le fourrier de la filière djihadiste dite des Buttes Chaumont d’où sortiront nombre de combattants en Irak, dont les tristement célèbres Kouachi et Coulibaly. Pourtant, l’imam local Larbi Kechat affiche des états de service républicains irréprochables en tant que pionnier du dialogue interreligieux et exégète réformiste du Coran, déconstruisant notamment la si problématique notion de djihad. Malgré cette façade on ne peut plus rassurante, des petits groupes de radicaux se rassemblaient dans l’enceinte et aux abords de la mosquée sous l’égide du prédicateur djihadiste Farid Benyettou, aujourd’hui officiellement repenti et reconverti dans le business de la déradicalisation. Que l’un des plus grands centres islamiques de France n’ait pu contrôler ses ouailles ni même ralentir leur dérive criminelle en dit long sur l’impuissance des imams républicains. Comme à Stains, les dirigeants de la mosquée jurent avoir les mains propres. Certes, mais ils n’ont pas de mains…

Pour analyser cette impasse, un petit détour par la sociologie s’impose. Dans sa passionnante étude sur les musulmans de France, Tarik Yildiz, que j’ai l’honneur d’interroger dans notre numéro de janvier, dégage quatre catégories de croyants. Mis à part les musulmans discrets ou républicains, trois groupes majoritaires vivent sous la domination idéologique des salafistes : les « superficiels » (délinquants au surmoi salafs mais au mode de vie encore « impie », susceptibles de se radicaliser en quelques mois), les « rigoristes » (salafistes pur sucre) et les « communautaristes » ravis de vivre dans des quartier islamisés sous la coupe réglée d’une minorité de salafs. Qui scrute ce schéma aura compris de quoi il en retourne aux Buttes-Chaumont et à Stains. En dépit des serments d’allégeance aux valeurs françaises des responsables communautaires et religieux, la base ne suit pas.

Touchez pas au grisbi républicain!

C’est là qu’entre en jeu le facteur générationnel. Salih Attia n’est qu’un exemple parmi d’autres de l’islam des pères nés au bled, paradoxalement bien plus soluble dans l’identité française que l’islam des frères nés dans l’hexagone. A l’instar des Anouar Kbibech, Hassen Chalghoumi et autres Tareq Oubrou, le fondateur de la grande mosquée de Stains se retrouve désarmé face à la jeunesse musulmane made in France. Les codes de la contre-société des banlieues leur échappent. Et la dynastie républicaine des Boubakeur, à la tête de la mosquée de Paris depuis des lustres, ces ambassadeurs d’Alger n’infirment pas la règle, dopés qu’ils sont au grisbi républicain.

D’ailleurs, quoi qu’en dise Dalil Boubakeur, édifier des mosquées cathédrales n’y changerait pas grand-chose. De tels projets pharaoniques raviraient certainement les entrepreneurs communautaires régulièrement reçus Place Beauvau. Mais ne freinerait en rien la sécession culturelle d’une partie de l’Oumma. Un jeu de dupes dans des mosquées Potemkine, est-ce ainsi qu’Allah est grand en France ?

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 7 Janvier 2017 à 17h24

      Félix dit

      C’est un gros problème car même en URSS, l’Islam compliquait les choses. De même que les Ouïghourts en Chines.

      A tel pont que Nikita Kroutchev déclarait ; l’Islam est un danger pour le Marxsime-léninisme.

      Alors, si c’était déjà un danger dans un pays totalitaire, pensez, dans une démocratie parlementaire !

    • 6 Janvier 2017 à 20h19

      Ambrosius dit

      Excellent article Daoud! C’est toujours un plaisir de vous lire!! Bien le bonjour du Danemark et à bientôt.

    • 6 Janvier 2017 à 16h51

      Pol&Mic dit

      les “médias-gauchistes”…. cherchent toujours comment se rattraper aux branches… (quand je dis “médias-gauchistes” c’est bien évidement la plupart , les autres sont déjà contaminés à leur insu (souvent de leur plein gré)…… (ils ne savent jamais…) (dans le style “on ne sait jamais”)

    • 6 Janvier 2017 à 15h42

      soloje dit

      Définition du larousse eddition 1986 :
      Islamiste : Pratiquant de l’islam.
      autant dire simplement les choses simples

      • 7 Janvier 2017 à 19h34

        philgold dit

        Pratiquant de l’islam qui est soumis 5 fois par jour à la prière et qui ne peut être quitte de cette obligation qu’en ayant proclamé la première sourate du Coran, al-Fatiha, au moins 17 fois.
        Par la même le musulman aura maudit 17 fois les Juifs (ceux qui encourent la colère d’Allah) et les chrétiens (ceux qui se sont égarés et ne sont pas dans le droit chemin).
        Pratiquant de l’islam celui qui dénie la validité d’un possible vivre ensemble.

    • 6 Janvier 2017 à 11h34

      Pol&Mic dit

      mosquée-vous de nous après ça !……

    • 6 Janvier 2017 à 3h40

      Livio del Quenale dit

      On attend,
      on attend
      on laisse se pourrir la situation ,
      on se refile le bébé,
      les bébés musulmans …
      Un jour cette “chance pour la France” se terminera,
      et ne pourra pas se terminer autrement,
      que dans un bain de sang.
      -
      Ou une dictature policière très répressive et sanguinaire,
      qui elle aussi se prépare qq part, comme ailleurs nous en avons l’exemple dans une querelle qui s’est importé sur notre sol
      car nos politiques laxistes, nigaudes et niaiseuses lui font un lit.

    • 5 Janvier 2017 à 20h40

      Martini Henry dit

      Il serait plus simple et plus efficace d’admettre une bonne fois pour toute, que c’est sous l’islam que se cache l’islamisme. Et qu’il se cache d’ailleurs très mal à qui veut bien seulement accepter de regarder sans oeillères idéologiques cette religion intransigeante et moyen-âgeuse.

      • 6 Janvier 2017 à 11h45

        steed59 dit

        merci d’arrêter d’insulter le moyen-âge à tout bout de champ

    • 5 Janvier 2017 à 20h27

      alain delon dit

      @Daoud Boughezala

      “Le cave se rebiffe”, excellent film! Mais lequel des deux sur la photo joue le rôle de Jean Gabin?

    • 5 Janvier 2017 à 16h28

      lapaladine dit

      Dormez bonnes gens, l’Etat veille sur vous et quand vous vous réveillerez il sera trop tard.

      Et pendant ce temps, les journalistes et politiques hurlent au sacrilège, au scandale par rapport à la déclaration de Fillon qui se dit chrétien, peut être le prennent ils pour un croisé!
      En France on a le droit de se réclamer d’être musulman mais surtout pas d’être chrétien, des fois qu’on reviendrait à l’inquisition, à la révocation de l’édit de Nantes, etc.. Le laïcisme est bon contre le christianisme mais surtout pas contre l’Islam qui est encensé outre mesure tandis que des djihadistes tuent au nom de Mahomet! Cherchez l’erreur. Deux poids deux mesures!

    • 5 Janvier 2017 à 16h07

      Pol&Mic dit

      c’est ben vrrrrai çô !
      les “culs” ménisme (ou les culs minimes)…….. C’est quasiment du pareil au même !

    • 5 Janvier 2017 à 13h46

      sheldon dit

      Il faut toujours se méfier de ceux à qui l’on donnerait “Dieu sans confession” !
      Et contrairement aux USA où l’immigration est l’élément fondateur on n’a pas pensé que dans cette belle France “laïque”, qui aime tant bouffer du curé tant on en a eu assez du poids pesant de l’ Eglise catholique au cours des siècles, les émigrés ne viendront pas pour la liberté mais bien plus pour des raisons économiques !
      Ces zones musulmanes grandissantes me font à vrai dire penser à la politique des “colonies” de la part de certains israéliens. Ces zones musulmanes (car il s’agit bien de musulmans suivant les ordres du coran) vont forcément aller en s’agrandissant. J’espère que ça ne se finira pas par une guerre civile !

      • 5 Janvier 2017 à 17h14

        edgreened dit

        Moi ca me fait penser aux croisades de tes ancêtres, trouduk.

        • 5 Janvier 2017 à 20h42

          Martini Henry dit

          Les croisades étaient une réponse aux conquêtes musulmanes, tête de gland.

        • 5 Janvier 2017 à 20h47

          steed59 dit

          “Les croisades étaient une réponse aux conquêtes musulmanes, tête de gland”

          n’importe quoi, 4 siècles séparent ces deux évènements 

        • 5 Janvier 2017 à 21h31

          Aristote dit

          @ steed59

          La prise de Jérusalem par les Arabes au début de l’islam n’avait pas fermé la route des pèlerinages chrétiens à Jérusalem, autorisés par le nouveau pouvoir. Les Turcs arrivent et délogent les Arabes en 1078. Ils massacrent les chrétiens, détruisent leurs lieux de culte et ferment la route des pèlerinages.

          C’est alors qu’est décidée la première croisade. 

        • 5 Janvier 2017 à 21h35

          Martini Henry dit

          4 siecles séparent ces deux événements? Et alors? Il n’en reste pas moins qu’elles sont une réponse politique et militaire aux conquêtes musulmanes.

        • 5 Janvier 2017 à 21h36

          steed59 dit

          et ?

        • 5 Janvier 2017 à 21h38

          steed59 dit

          dans ce cas ils sont lents à la réponse

        • 5 Janvier 2017 à 21h42

          durru dit

          Steed, Aristote a bien expliqué le pourquoi du comment.

        • 5 Janvier 2017 à 22h01

          Martini Henry dit

          Vous savez combien de temps a duré l’occupation musulmane en territoire chrétien? En Espagne, notamment? Il s’agissait, grâce à elles, de souder les royaumes chrétiens et de reprendre la main. La délivrance des lieux saints sert de prétexte fédérateur à ce qui fut, bel et bien, une réponse aux conquêtes musulmanes.

        • 6 Janvier 2017 à 1h34

          edgreened dit

          @Martini Henry,
          Calme ta joie Martinet, j’aime bien ta rage mais tu n’es pas visé ici, je m’adresse au Shelcon  qui vient mettre sa goutte de bave fétide dans un trop plein océanique de calomnie visant Israel, tu peux le saisir?

      • 6 Janvier 2017 à 9h16

        steed59 dit

        edgreened, Goldnadel lui-même dans son dernier article sur Causeur fait le parallèle entre la “colonisation” en France et en Israel, en soulignant que si la première est légitime aux yeux de la gauche, la deuxième l’est forcément. Sans préciser si l’inverse est vraie. Pour ma part l’inverse n’est pas vrai, car si les juifs ont des droits historiques sur la totalité de la Palestine-région, seul les français musulmans d’Algérie (ce qui n’ont pas la double nationalité) seraient susceptibles d’en avoir en France.

        • 6 Janvier 2017 à 11h44

          edgreened dit

          On est d’accord steed, mais le raisonnement de Goldnadel, un peu ironique comme souvent, n’est pas du même ordre que l’allusion fielleuse du shelcon.

    • 5 Janvier 2017 à 13h45

      persee dit

      Mais enfin , c’est simple il suffit de remplacer votre croyance en l’évolution de l’humain  Darwin etc… par l’INVOLUTION (sénile) qui est proposée dans les grandes instances dirigeantes . le retour à un âge d’Or musulman  mythifié . Ce qui a le mérite de tenir les gens qui se croyaient libres en les soumettant avec ce qu’ils vénèrent le plus . Le rêve (inconscient) de tous les dirigeants, qui craignent avant tout la liberté du peuple ; Et là,  Dieu est un moyen extraordinaire  d’intimidation , on s’en croyait guéris , ben non ! 

    • 5 Janvier 2017 à 12h15

      Ex Abrupto dit

      Attribué à Simon de Montfort, mais plutôt prononcé par le légat pontifical Arnaud Amaury au siège de Bézier. Et cela sans vraie certitude.

      • 5 Janvier 2017 à 12h40

        saintex dit

        Bah, comme c’est Simon de Montfort-l’Amaury, ça nous fait un Simon de Montfort-Arnaud-l’Amaury.

      • 5 Janvier 2017 à 14h03

        Alpheratz51 dit

        Un siège de Béziers qui fût d’ailleurs remporté par un certain Ménard.

    • 5 Janvier 2017 à 12h10

      dach dit

      « Tout musulman qui veut respecter l’intégralité du Coran, (sourates, hadiths, autres commentaires et fatwas oukases religieux) porte en lui une graine endormie d’état islamique. C’est à dire qu’il porte en lui l’envie endormie d’une société totalitaire où l’asservissement indéfini à des dogmes infantiles s’avère le principe de loi auquel nous devons tous nous soumettre. La liberté de croire ce que l’on veut est phagocytée par l’obligation absolue de se plier à des règles mortifères que l’on n’a pas choisies. Où est la joie dans le respect des règles islamiques ? Il n’y a que la crainte et l’asservissement. Or une société triste qui asservit ses membres au nom de principes punitifs est condamnée à ne pas survivre, car tôt ou tard ses règles provoquent des révoltes qui mettent fin à ces dictatures. Le chemin de l’Humanité vers plus de liberté est celui auquel aspire une majorité d’êtres humains. L’Histoire nous démontre depuis nos origines connues que les tentatives d’asservissements religieuses, politiques et raciales se sont toujours terminées par des échecs sanglants pour leurs instigateurs et les idées qu’ils portaient. » © D A

    • 5 Janvier 2017 à 11h57

      dov kravi דוב קרבי dit

      oui.
      Et pas les mollahs génocidaires projet

      • 5 Janvier 2017 à 11h57

        dov kravi דוב קרבי dit

        projetant d’envoyer une bombe atomique sur le M-O.

    • 5 Janvier 2017 à 11h55

      Wil dit

      “A l’instar des Anouar Kbibech, Hassen Chalghoumi et autres Tareq Oubrou, le fondateur de la grande mosquée de Stains se retrouve désarmé face à la jeunesse musulmane made in France. Les codes de la contre-société des banlieues leur échappent.”
      Je me demande combien de temps il faudra à Causeur pour comprendre que Oubrou,le copain de Juppé est un spécialiste de la taqiya.
      “Quand Tareq Oubrou parlait comme Daesh du Califat ! [ Vidéo #Choc ]
      Les connaisseurs et ses amis apprécieront ces petits extraits de Tareq Oubrou en mode E.I. :

      » Le Califat est déclaré aboli par Ataturk (…) qui est un juif d’origine et qui s’est déguisé en musulman … »

      » … (aujourd’hui) une position de péché car le Califat est une obligation, et la réunion des musulmans autour de ce Calife est une obligation, et tant que les Musulmans ne sont pas réunis autour du Califat, ils sont des pécheurs, sauf ceux qui œuvrent pour instaurer ce Califat ! […] »

      » ( … ) un Islam global qui touche à tous les domaines de la vie. C’est une organisation, c’est un ordre des choses qui touchent à tous les phénomènes et les champs de la vie. […] Comme le veut le Coran, c’est un état, c’est un pays, dans le sens géographique, c’est à dire qu’il regroupe toute la communauté dans une géographie, il n’y a pas de frontières par conséquence. La frontière entre deux pays musulmans est une hérésie méprisable par l’Islam. Les Frères Musulmans ne reconnaissent pas les frontières entre les peuples musulmans. Ils reconnaissent une communauté qui doit être réunie autour d’un Califat qui a ses représentants dans ces différents pays ( Wilaya ). C’est un gouvernement car la politique est un élément, une partie de l’Islam. ( … ) Il dirige la vie par la religion. C’est une manière de vivre, c’est une conception des choses, c’est un mode vie selon la volonté d’Allah … »”ect.
      http://www.islametinfo.fr/2015/02/13/quand-tareq-oubrou-parlait-comme-daesh-du-califat-video-choc/
      Faudrait vous réveiller les enfants.

      • 5 Janvier 2017 à 18h04

        philgold dit

        ” Le Califat est déclaré aboli par Ataturk (…) qui est un juif d’origine et qui s’est déguisé en musulman”.
        Vous avez des apartés ravageurs. L’idée exprimée tombe comme un cheveu dans la soupe. On se demande ce que vous insinuez. Manifestement avoir des propos sans queue ni tête suffit à satisfaire un certain besoin verbeux.
        Grand bien vous fasse.

        • 5 Janvier 2017 à 19h54

          saintex dit

          Il faut cliquer sur le lien. Ce propos est tenu dans la video à 2mm et 28s.

        • 6 Janvier 2017 à 13h22

          Wil dit

          philgold a même compris qu’il n’y avait que deux phrases de moi dans mon commentaire,le reste étant de la citation ou du lien.
          Encore un vrai “vainqueur” celui là.

    • 5 Janvier 2017 à 11h52

      Malg dit

      Plutôt contre les cathares !

    • 5 Janvier 2017 à 11h35

      Terminator dit

      Une devinette pour les amateurs d’histoire de France : qui a dit “tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens” ?

      • 5 Janvier 2017 à 11h41

        L'Ours dit

        Vous faîtes bien de poser la question car après une petite recherche j’aurais eu tort. J’aurais répondu Savonarole.

      • 5 Janvier 2017 à 12h17

        netrick dit

        Simon de Montfort devant Bèziers. Cela ne lui portera pas chance car il sera tué d’une pierre lancée par un frondeur Cathare devant Toulouse cinq ans plus tard.
        Un peu comme le Connétable de Bourbon devant Rome 300 ans après.

        • 5 Janvier 2017 à 12h37

          saintex dit

          c’est plutôt dix ans après
          c’est un sort “normal” des chefs de guerre, indépendamment de leurs déclaration
          entre temps il était devenu Comte de Toulouse
          son fils a hérité du titre
          Vu de sa place, ça doit plutôt ressembler à une belle réussite qu’à pas de chance.

      • 5 Janvier 2017 à 20h50

        steed59 dit

        ce n’est pas Simon de Montfort, c’est le Légat du Pape Arnaud de Citeaux, et il y a de grandes chances que ces propos soient apocryphes

        • 5 Janvier 2017 à 21h13

          durru dit

          Les propos en eux-mêmes oui, les intentions beaucoup moins. Il avait demandé explicitement à tous les catholiques de quitter la ville pour ne pas subir le même sort que les cathares.
          Et à regarder plus bas, le stagiaire de service a encore sévi :)