Mail Facebook Twitter RSS

Inscrivez-vous à la Newsletter

et recevez la synthèse de l'actualité vue par Causeur.



X

Sévère mais injuste

Moody’s nous fouette et on aime ça

Publié le 20 octobre 2011 à 9:32 dans Économie Politique

Mots-clés : , ,

Photo : skynews.

L’élève France a trouvé une maitresse d’école encore plus terrifiante qu’Eva Joly pour se faire taper sur les doigts : madame Moody’s. Quand Madame Moody’s n’est pas contente elle nous cause sur un ton qu’aucun professeur n’oserait employer avec ses élèves, ce qui est bien regrettable d’ailleurs. Et là, elle n’est pas contente. Comme elle veut laisser une dernière chance à la pédagogie, nous avons évité de justesse l’exclusion pour indiscipline budgétaire, mais elle nous a à l’œil. Au prochain faux-pas, le couperet tombera – c’est quoi la sanction, on se retrouve en BEP comme nous en menaçaient les profs quand ils ne connaissaient pas le mot « stigmatiser » ?

À noter que dans le langage de madame Moody’s on ne parle pas d’exclusion mais de dégradation, terme qui a un petit arrière-goût de moralisme old-school. Pour moi, madame Moody’s évoque les dames revêches des ligues de vertu de Lucky Luke qui sermonnent les pauvres coupables d’être en prime paresseux et alcooliques. Pourtant, elle sait bien, elle, que nous ne creusons pas notre découvert pour nous acheter des robes ni pour faire des cadeaux aux riches mais parce que, même sous la dictature sarkozyste, nous ne nous résignons pas à laisser tomber les plus faibles. Et malgré son logiciel binaire, même la gauche sait bien que, pendant qu’on gratte trois sous d’un côté, de l’autre, les dépenses sociales, même rationnées, augmentent mécaniquement sous l’effet de la crise. Madame Moody’s s’en fout parce que son dirlo, Monsieur Lesmarchés, a dit que si c’était pour jeter le fric par les fenêtres à nourrir des bouches inutiles, on n’aurait plus un sou.

Mais le pire n’est pas qu’on se fasse engueuler, le pire, c’est qu’on en redemande. D’accord, en temps normal, notre grand argentier a déjà un air de collégien qui vient d’abandonner les culottes courtes pour enfiler le costume du dimanche de son grand frère – ce qui a un certain charme quand on est sensible à la fraîcheur. Mais là, le petit Baroin avait vraiment la mine déconfite du cancre qui vient de se prendre l’avoinée de sa vie. En l’entendant balbutier des excuses et jurer que cette fois, on allait faire des efforts et que, promis-juré, le prochain bulletin serait impeccable, je ne savais pas si j’avais envie de le consoler, de lui en flanquer une ou de pleurer de honte. Voir un représentant de la République rougir et trembler parce qu’on menace de baisser la note de la France – qu’on appelle ironiquement « note souveraine » -, ça fait peur. Et pour aller faire pipi, on demande à l’ONU ? Et en cas de guerre, on se couche avant ou après le premier coup de sifflet ?

Je croyais naïvement que la gauche et son candidat flambant neuf allaient se jeter sur cette occasion de montrer qu’eux, ils n’avaient pas peur de monsieur Lesmarchés et qu’il pouvait se le garder, son pognon, parce qu’après tout les citoyens de France sont encore assez riches pour prêter à leur État. Bref, c’était le moment ou jamais, pour monsieur Normal, de montrer qu’il en a. Pour une fois, j’aurais trouvé ça vachement chouette qu’on envoie le prof sur les roses. Bernique. Monsieur Normal a préféré fayoter et dire que quand on l’aura élu délégué de classe, la discipline règnera et qu’on sera super dans les clous, bref, qu’on ne dépensera plus un centime qu’on n’a pas – ce qui signifie qu’on ne dépensera plus du tout. C’est cela, sans doute, qu’on appelle le changement.

Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !
Cet article vous a plu, inscrivez-vous à notre Newsletter.

voir les commentaires / réagir         envoyer
 

A lire sur Causeur.fr

La rédaction de commentaires nécessite d'être inscrit

55

Déjà inscrit, connectez-vous

mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
 
  • 25 Octobre 2011 à 8h38

    isa dit

    Je ne lis que maintenant cet article: une perle dans un monde de bruts!

  • 22 Octobre 2011 à 14h47

    agatha dit

    Je ne pensais pas susciter autant de réponses.
    @ Rackham, merci pour “les plus de 85 ans”! C’est vrai que j’aurais pu choisir un autre pseudo, genre Cindy ou Lilou, ça aurait fait plus jeune. Mais remarquez que je n’ai pas – en général – l’orthographe ni le vocabulaire de Cindy ou de Lilou, je ne pourrais pas faire illusion très longtemps.
    @ Impat, Skardanelli et Eclair,
    Ces questions venaient en fait de ma lecture récente de Michéa, L’enseignement de l’ignorance. Elles relancent le thème du capitalisme et de ses difficultés – pour certains plutôt des impasses – si souvent abordé ici, comme si on n’arrivait pas à s’en dépêtrer. Et chacun répond suivant ses convictions ou sa doctrine.
    On a donc l’exemple de réussites, nous rapelle Skardanelli : la Hollande, le Danemark, l’Autriche. Mais des pays peut-être voués à rester des exceptions contingentes.

    • 22 Octobre 2011 à 14h53

      rackam dit

      Je ne voulais pas vous blesser. Votre pseudo n’est pas (encore) agaga. J’attends la réponse de rotil, puis je vais m’entraîner pour le match de demain. :)

      • 22 Octobre 2011 à 14h59

        agatha dit

        Pas de souci, Rackham, comme on dit dans notre langue revisitée par la modernité.

      • 22 Octobre 2011 à 15h03

        rackam dit

        Modernité qui n’est souvent qu’une régression déguisée en progrès.

    • 22 Octobre 2011 à 15h11

      eclair dit

      Des pays de petite taille.
      C’est comme si vous preniez l’alsace pour en faire une généralité au sein de la france.

      La masse de travail diminue certains pays en ont un quota plus important que d’autres; Mais la masse globale tend à baisser.
      C’est qu’une question de temps avant que ces pays subissent à leur tour un chomage de masse.
      Si ces pays n’exportent plus parce qu’il n’y a plus de client ils subiront eux aussi la crise de plein fouet. 

  • 22 Octobre 2011 à 13h42

    Impat1 dit

    Agatha, une idée de réponse à votre question délicate:
     L’économie mondiale n’est pas une boule qu’on voit tourner, avec son rayon prédéterminé. C’est une boule qui gonfle au fur et à mesure qu’on y met de la population active. Il n’existe de “population surnuméraire” que si elle s’abstient, ou qu’on l’empêche, de faire tourner la boule. 

  • 22 Octobre 2011 à 10h08

    agatha dit

    @ Georges Kaplan,
    Oui, mais la question, c’est aussi : est-ce que toute la population active est nécessaire pour faire tourner l’économie mondiale? Vient alors la question la plus délicate : qu’est-ce qu’on fait de la population surnuméraire?

    • 22 Octobre 2011 à 10h36

      RotilBis dit

      Notre illuminati avait récemment répercuté cette proposition originale: l’euthanasie pour les plus de 50 ans… 

      Comme je suis concerné, je suis formellement contre ! 

      • 22 Octobre 2011 à 11h14

        agatha dit

        C’était une provocation, j’imagine bien. Je l’avais ratée, celle-là.
        Pensez si je suis contre!!

      • 22 Octobre 2011 à 13h33

        rackam dit

        Pas d’inquiétude, agatha, pour les plus de 85 ans c’est sans douleur. Par contre, Rotil… je suis au regret de vous informer… qu’à votre âge…. aïe, aïe! Mais la plupart des euthanasiés n’en tiennent pas rigueur au ministère de l’emploi.

      • 22 Octobre 2011 à 13h41

        eclair dit

        @agatha
        J’avais tiré le trait. Mais il y a quelques années il y en avait qui voulait que l’euthanasie soit possible quand on le désirait d’ailleurs cela avait été repris par les médias.
        Où comment rendre légal le suicide et pousser les gens au suicide. 

         

    • 22 Octobre 2011 à 13h39

      eclair dit

      @agatha
      Changer le modèle économique. Le système économique actuel n’est plus viable. 

    • 22 Octobre 2011 à 13h43

      skardanelli dit

      Agatha, je ne sais pas que penser de ce problème. Je suis plutôt d’accord avec vous mais Georges Kaplan, Thalcave et Impat on de très bons arguments contraires : en particulier comment expliquer les taux de chômage étonnamment bas des pays comme le Danemark, la Hollande ou l’Autriche. Je trouve que deux articles sur ce sujet seraient les bien venus. De toute façon, il est clair qu’à chaque crise trop de gens se retrouvent sur le carreau, ce qui n’est pas acceptable en soi.

  • 22 Octobre 2011 à 9h09

    rackam dit

    Et voici Mélenchon qui s’invite chez Moody’s, pour distribuer de l’andouillette AAAAA aux employés (pas aux cadres, hein, faut pas pousser).
    Dépensier, méprisant les interdits alimentaires de certains, effrayant les vigiles…
    De plus, essayer de casser le thermomètre avec des boyaux, c’est moyennement trouvé.
    http://www.lefigaro.fr/politique/2011/10/21/01002-20111021ARTFIG00486-l-operation-andouillette-de-melenchon-chez-moody-s.php 

  • 21 Octobre 2011 à 9h43

    ylx dit

    “tel que décrit par Charles Gave”
    Encore un qui a réussi à échapper au bûcher ! Qu’on le rattrappe et qu’on l’attache en attendant.avec Georges Kaplan

  • 20 Octobre 2011 à 19h34

    pirate dit

    “Monsieur Normal” mdr, excellent….

  • 20 Octobre 2011 à 16h35

    livia dit

    Rotil

    Je voulais dire
    Si les commentaires se déroulaient dans l’ordre horaire , se serait plus facile à suivre.

    Les points c’était pour certains c…..ds qui écrivent dans Libération, et que lis parfois et qui me mettent les nerfs en vrille.

    • 20 Octobre 2011 à 19h38

      RotilBis dit

      Oui, livia, c’était ainsi auparavant, et il n’y avait pas le bouton qui donne des boutons à Sophie… 

      Pour ce qui est de libération, ça fait des années que je ne lis plus ce torchon.  

    • 20 Octobre 2011 à 21h16

      kacyj dit

      J’ai effectivement des problèmes de vue croissants mais j’ai l’impression, que présentation mise à part, c’est le même système depuis des années sur Libe

      • 20 Octobre 2011 à 21h17

        kacyj dit

        que sur Causeur voulais je dire

  • 20 Octobre 2011 à 14h51

    Georges_Kaplan dit

    « Une des tristes caractéristiques de notre temps est que nous avons diabolisé ceux qui produisent, subventionné ceux qui refusent de produire, et canonisé ceux qui se plaignent. »
    Thomas Sowell 

  • 20 Octobre 2011 à 14h19

    laborie dit

    …”On aimerait connaître les coupables. En premier lieu, certains accusent la crise financière, et les banques. Or, dans le dernier rapport de la Cour des Comptes, présidée par le socialiste Didier Migaud, il est très clairement fait mention que la crise n’est directement ou indirectement responsable que d’un tiers de la nouvelle dette contractée. Le reste est intégralement du à la dégradation du déficit structurel du pays. Les dérives du monde financier sont donc partiellement responsables, mais il y a d’autres pistes à défricher. Notamment, chez ceux qui ont répété depuis des décennies que tout était sous contrôle. Les démagogues malfaisants qui osent nous dire que toutes les dépenses sont utiles, efficaces et indispensables. Les menteurs qui s’acharnent à nier les évidences, et qui font mine de ne pas voir le cercle vicieux dans lequel ils nous entraînent, tel que décrit par Charles Gave : “Plus la part de l’État dans l’économie est forte, plus la croissance est faible. Plus la croissance est faible, plus le taux de chômage monte. Plus le taux de chômage monte, plus les dépenses de l’État augmentent. Et plus la croissance est faible…” La solution, c’est de retrouver un semblant de raison. De cesser d’entretenir l’illusion que la France est un îlot coupé du reste du monde, susceptible de s’affranchir des réalités ordinaires et basiques. L’insurrection qui vient sera libérale ou ne sera pas….”