Orgasme organisé | Causeur

Orgasme organisé

Richard Malka et Juan Gimenez nous emmènent au pays de la luxure obligatoire

Auteur

Jérôme Leroy

Jérôme Leroy
Ecrivain et rédacteur en chef culture de Causeur.

Publié le 29 décembre 2012 / Culture

Mots-clés : ,

segments malka gimenez

L’union galactique des fonctions segmentées, UGFS pour les intimes, est un empire lointain, perdu dans l’espace, au XXVIIIe siècle. L’humanité qui y vit est « segmentée » depuis la naissance entre sept systèmes solaires correspondant le mieux aux aptitudes supposées de chacun, mesurées par un test obligatoire pour tous. Suivant le résultat obtenu à l’âge de 13 ans, on est contraint de vivre dans le secteur du travail, de l’ordre, de la créativité, de la spiritualité, de l’échange, de la guerre ou de la jouissance.

Dans ce monde inventé par l’avocat Richard Malka, qui est aussi un grand scénariste de BD, et illustré par l’Argentin Juan Gimenez, on croise évidemment quelques rebelles qui refusent cette « segmentation » contraire à l’universalité de l’esprit humain.

[...]

Segments, 2-Voluptide, par Richard Malka et Juan Gimenez (Glénat).

  • Une_Causeur_54

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 54 - Décembre 2012

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    Une_Causeur_54
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 31 Décembre 2012 à 16h53

      MONCHERETBEAUPAYS dit

      A l’occasion lire “L’ULTIME TRANSGRESSION” (refaçonner l’Homme) du Docteur Jean-Pierre DICKES…

      Bonne année à tous…

    • 30 Décembre 2012 à 0h07

      Pierre Jolibert dit

      Ah zut, c’est pas bien la segmentation en ordres ?
      Hi, hi, je voulais justement vous demander l’autre jour, Jérôme Leroy, si vous connaissiez le cinéaste Alain Guiraudie ? Tout marxiste et révolutionnaire qu’il est, son film “Du soleil pour les gueux” n’a pas pu s’empêcher d’organiser la population d’un Rouergue projeté dans une sorte d’heroic-fantasy en différentes catégories : voleurs, guerriers, paysans… La révolution ne visant qu’à se débarrasser des grands propriétaires, et pas à effacer cette partition… mais je me souviens peut-être mal, trop captivé que j’étais par les corps généreusement montrés, d’ailleurs remarquablement égaux d’une catégorie à l’autre, et normaux, c’est-à-dire généreusement et raisonnablement enveloppés.

    • 29 Décembre 2012 à 21h53

      schaffausen dit

      @ kravi

      Je ne mets pas en cause la personnalité de maître Malka. Je souris simplement de la proximité entre le sujet de la bande dessinée et la cause des mésaventures de DSK.
      Au demeurant, je trouve que l’accusation de complicité de proxénétisme dans l’affaire dite du Carlton de Lille est parfaitement grotesque.

    • 29 Décembre 2012 à 19h29

      schaffausen dit

      Il me semble que Richard Malka a été (ou est encore) l’avocat de DSK …

      • 29 Décembre 2012 à 19h35

        kravi dit

        Il a aussi été celui de Charlie hebdo quand les islamistes forcément modérés ont intenté un procès au journal.

    • 29 Décembre 2012 à 16h22

      bea33 dit

      Ça fait penser aux monades urbaines de silverberg ou la segmentation se fait au niveau des étages des tours, où les femmes ne peuvent refuser les rapports sexuels, et où bien sûr il y en a qui supportent mal.

    • 29 Décembre 2012 à 16h19

      kravi dit

      Merci pour l’info. Si c’est de Malka, le risque est faible d’être déçu par le scénario. Quant au dessin, l’illustration parle d’elle-même.
      Serons-nous une fois d’accord ? J’en serais ravi.

      • 29 Décembre 2012 à 19h43

        Jérôme Leroy dit

        Moi aussi, kravi. L’esprit de Noël?