Jacqueline Sauvage: la tyrannie des minorités | Causeur

Jacqueline Sauvage: la tyrannie des minorités

Selon que vous serez homme ou femme…

Auteur

Anne-Marie Le Pourhiet

Anne-Marie Le Pourhiet
Juriste spécialiste de droit constitutionnel, professeur de droit public à l’Université de Rennes I

Publié le 10 janvier 2017 / Société

Mots-clés : , , , ,

Des Femen réclament la grâce de Jacqueline Sauvage sur le parvis du Trocadéro à Paris, décembre 2016. SIPA. 00784814_000038

Alors ça y est, c’est officiel, Jacqueline Sauvage ne se sent « pas du tout coupable » du meurtre de son mari. C’est elle-même qui l’a dit au journaliste Laurent Delahousse quand il lui a posé la question au JT de France 2 où elle est venue s’exhiber, flanquée de ses deux inséparables avocates. Inutile de le préciser : il n’y avait sur le plateau de télévision aucun juriste ou responsable invité à exprimer une opinion dissidente, le principe du contradictoire existe devant les juridictions (audi alteram partem = écoute l’autre partie) mais pas dans les médias où l’on n’instruit qu’en sens unique ! L’une des avocates a ainsi pu affirmer, sans être corrigée, que « équité et justice, ce n’est pas la même chose »… Sur une telle copie, nous écririons en Faculté : « les fondamentaux ne sont pas maîtrisés ». Sachant que l’homicide volontaire est puni de trente ans de réclusion, il est clair, de surcroît, que la condamnation de Madame Sauvage à dix ans n’était pas inéquitable du tout.


VIDEO. Jacqueline Sauvage : “je n’en reviens toujours pas”

Les magistrats qui avaient refusé de la libérer de manière anticipée avaient donc parfaitement raison d’observer qu’elle n’avait aucune conscience de sa culpabilité. Elle est victime, un point c’est tout, c’est ce qu’on lui répète en permanence et elle considère donc que ce n’est pas un crime d’assassiner dans le dos un conjoint violent. Avis à toutes celles qui rêvent d’en faire autant : liquidez ces salauds, Mesdames, il ne vous en coûtera rien. Le Code pénal au feu et les juges au milieu !

La suppression de la peine de mort aurait dû sonner le glas du droit de grâce

La grâce présidentielle est sans doute un vestige de l’Ancien Régime mais elle était surtout liée à l’existence de la peine de mort. Elle permettait au monarque de dispenser un condamné de l’exécution capitale, la tête de l’Etat pouvant ainsi sauver celle du condamné (jusqu’à ce que celle de Louis XVI tombe à son tour dans le panier).  Il y avait aussi dans ce droit régalien une sorte d’objection de conscience reconnue au « Roi très chrétien » lui permettant de s’appliquer à lui-même le commandement divin « tu ne tueras point ». Certains chefs d’Etat ont ainsi gracié par pure hostilité de principe à la peine de mort.

Mais l’abolition de la peine capitale, décidée par le législateur en 1981 et inscrite en 2007 à l’article 66-1 de la Constitution, aurait dû s’accompagner d’une suppression parallèle du droit de grâce.

Pour les peines d’emprisonnement, en effet, le droit de grâce n’a pas du tout la même justification « capitale »  que pour la condamnation à mort. Cette dernière  n’était prononcée que de façon tout à fait exceptionnelle tandis que les peines d’emprisonnement sont banales et infligées tous les jours. Dès lors, le fait de gracier des condamnés et pas d’autres soulève un énorme problème au regard du principe d’égalité devant la justice : pourquoi gracier celui-là et pas les autres ? L’article 6 de la Déclaration de 1789 affirme solennellement : « la Loi doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse. »  Qu’en  reste-t-il si le président de la République s’amuse à réduire ou supprimer les peines prononcées par les tribunaux sur le seul fondement de son bon plaisir et de son  sentiment subjectif ? C’est alors celui dont l’entourage aura fait le plus de tapage médiatique, ou aura rapporté partout les plus gros mensonges ou aura su faire pleurer Margot dans sa chaumière avec des arguments débilitants, ou aura dénigré les juges et jurés en les faisant passer pour incompétents et inhumains  qui obtiendra gain de cause. Ce n’est plus selon que l’on est puissant ou misérable, comme le disait déjà Jean de La Fontaine, que les sentences varient, c’est selon que l’on est protégé ou non par des réseaux  militants capables de faire le buzz. En d’autres termes, c’est l’arbitraire total et le populisme pénal qui l’emportent sur les décisions longuement mûries par les magistrats et jurés en toute connaissance du dossier. Pourquoi le policier qui a dégainé trop vite sur un malfaiteur ou le commerçant excédé qui a tiré sur un cambrioleur ne bénéficiera-il pas demain de la même grâce présidentielle ?

Certaines victimes sont plus égales que d’autres…

Mais l’application de la sentence variera aussi selon  la personnalité plus ou moins digne du chef de l’Etat en fonction de sa capacité à résister aux sirènes médiatiques et clientélistes. Celui qui fut assez médiocre pour téléphoner à Leonarda avait peu de chance de savoir opposer l’autorité de la chose jugée à des avocates hystériques  soutenues par des féministes revanchardes.

Cette affaire est très grave car elle montre à quel point l’égalité républicaine  est aujourd’hui bafouée par la tyrannie des minorités, y compris jusque dans le droit pénal. Selon la catégorie sociétale à laquelle on appartient ni la loi ni la justice ne s’appliquent plus de la même façon. Les femmes, les minorités ethniques, religieuses  et sexuelles bénéficient de privilèges, passe-droits, dérogations et exonérations qui sont refusés aux autres. Il n’est qu’à lire la loi dite « Egalité et citoyenneté » qui vient encore d’être votée pour s’en convaincre : c’est un tissu stupéfiant de discriminations en faveur des minorités. Les crimes et délits ne sont plus punis de la même manière en France selon la catégorie à laquelle appartient la victime. C’est ce type d’injustice sociétale généralisée que la « gauche diversitaire » américaine vient de payer cher et le même sort lui sera certainement bientôt réservé  en France.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 11 Janvier 2017 à 1h49

      Alex Z dit

      Je ne suis pas pour la suppression du droit de grâce. N’oublions pas le cas Omar Raddad, pour lequel personne ne croyait à la culpabilité, mais qui a été néanmoins condamné à perpète. Heureusement gracié par Chirac. Là, personne n’avait rouspété.

      • 11 Janvier 2017 à 2h31

        Warboi dit

        Oulah ! Omar Raddad ?? Un arabe ? Probablement musulman ? Adepte évident du grand remplacement ? Sur Causeur, zero chance. Encore que, les féministes ne le soutenaient pas, donc une petite chance quand même.

        • 11 Janvier 2017 à 7h32

          Flo dit

          Vous pensez donc que les Arabes musulmans ne commettent jamais de crime ?

        • 11 Janvier 2017 à 11h08

          saintex dit

          Oulah ! Omar Raddad ?? Un arabe ? Probablement musulman ? Adepte évident du grand remplacement ? Sur Causeur, zero chance.
          )))))))))))))) Quel que soit l’extrême où vous poussez le ridicule de vos haines, de vos amalgames et l’épaisseur de votre emporte-pièce, ou justement à cause de ce caractère extrême qui émousse tout, il reste tout de même une envie de vous dire de boire frais nadia.

      • 11 Janvier 2017 à 7h11

        Lecoeuretlaraison dit

        Si ! Deux jurys d’assises ont cru à sa culpabilité.
        Peut-être parce qu’ils ont eu connaissance du dossier et ne se sont pas contentés de lire la presse ?

        Mais je reconnais une grande différence avec le cas de J. Sauvage : il n’y a pas de certitude absolue.

      • 11 Janvier 2017 à 7h37

        Flo dit

        Détrompez vous. De nombreuses personnes connaissant le dossier croient à la culpabilité d’Omar. 

        Il s’agit peut-être d’une erreur judiciaire mais comment savoir ? Parfois les medias foutent une merde noire en s’emparant de dossiers judiciaires dune manière passionnelle.  Rappelez vous le désastre de l’affaire du petit Grégory.  

    • 10 Janvier 2017 à 23h42

      saintex dit

      scarlet dit, Le droit de grâce existe et a été appliqué à de nombreuses reprises, sans jamais provoqué le moindre tollé.
      C’est une excellente remarque qui tend à dire que le débats s’égare. Quelles sont donc les différences entre les précédentes grâces et celle-ci. Une grâce c’est toujours un condamnée et un souverain. Ca serait long de regarder tous les condamnés graciés et les contextes. Mais si on demande à Malek Boutih ce qu’il pense du dernier souverain qu’il a élu, on a peut-être une piste.
      “Je l’ai dit: François Hollande a démontré qu’il y avait désormais un problème sur sa personne. On voit bien que la France vient après lui… ”
      “François Fillon d’un certain point de vue, représente, aux yeux de la droite en tout cas, tout le contraire de François Hollande: le sérieux, le statut d’homme d’État, quelqu’un qui assume ses responsabilités, qui ne tergiverse pas, ne manipule pas…. ”
      “Il faut aussi que François Hollande comprenne que son problème, ce ne sont pas les sondages. Son problème, c’est lui, ce qu’il est, son comportement, le livre dans lequel il s’est abondamment confié et, désormais, cette enquête ouverte par le parquet de Paris pour compromission du «secret défense»…!”
      Il semble évident que lorsqu’un député, appartenant au parti du Président, en arrive à un tel discours (fort partagé), le droit de grâce du Président a peu de chance d’être consensuel. Autrement dit, c’est là que le bât blesse.

      • 11 Janvier 2017 à 0h52

        Sancho Pensum dit

        Bah, il y aura toujours des mauvaises langues pour exposer que le droit de grâce a été appliqué mal-t-à-propos.
        On avait fait le même procès à Sarkozy, qui, lui, avait grâcié 27 condamnés. On l’avait soupçonné d’en gracier autant pour rendre inaperçu la grâce accordée à son pote Marchiani. Grâce accordée, également… pour Noël ! Evidemment, on l’a un peu oublié aujourd’hui, à l’époque, ça avait fait du foin…
        Mais au moins, personne à l’époque n’avait osé soutenir que le président Sarkozy n’était pas assez compétent pour exercer son droit de grâce. Le respect se perd.

        • 11 Janvier 2017 à 11h21

          saintex dit

          Du foin pour Noël ? Alors Sarko a fait le foin, Hollande le gros bœuf a fait l’âne, et Mohammed a fait l’hébergé. Jésus Marie Joseph, au secours la crèche revient… atteinte à la laïcité… nous v’là bien !!!!

      • 11 Janvier 2017 à 1h16

        Lector dit

        le débat ? La question soulevée dans l’article : l’abolition de la peine de mort devait-elle s’accompagner d’une suppression du droit de grâce ? Mais là, il n’y a pas grand monde pour en parler alors même que la réponse n’est pas du tout évidente.

        Par contre pour faire de l’anti anti là y a du monde ! Et de beaux imbéciles qui prennent encore les sextrémistes et autres pour des féministes.
        Lorsqu’un néoféminisme prétend défendre la liberté des femmes à choisir un vêtement de soumission par exemple, peut-on encore prétendre qu’il s’agit là de féminisme ? Faut pas charrier !

        PS Rire avec le droit :

        “Moi, Jacqueline, meurtrière et chasseresse, au bout de quarante piges j’en ai eu ras le bol, alors voilà, bang bang bang what a bioutifoul sound !”

        “Oh la pauv’ dame faut la comprendre : 40 piges de violence conjugale ! Elle avait bien le droit ! Et puis elle a qd mm fait 5 ans. La justice est passée.”

        Ben voyons ! Keskon rigole !

        “Moi, Raymond, ancien mécano puis métallurgiste, chômeur en fin de droits, j’ai vécu 40 ans de violence sociale. Je flingue qui pour être gracié ?”

        “Bah flingue toi tout de suite ce sera plus simple !”

        • 11 Janvier 2017 à 7h23

          Flo dit

          Toutafé Lector !  Comment peut on se dire féministe quand on défend un vêtement symbolisant la soumission de la femme ?  Comment se prétendre féministe quand on ” héroïse” une femme méprisable ? 

        • 11 Janvier 2017 à 7h30

          Flo dit

          Toutafé aussi sur le fond de l’article qui n’est pas commenté,Lector.  

          Pour ma part, je suis pour l’abolition. Je pense que le droit de grâce n’a de sens que concernant la peine de mort, la peine de prison à perpétuité se substituant à l’exécution.   

        • 11 Janvier 2017 à 11h31

          saintex dit

          Lector, ta conclusion au sujet de Raymond est à la fois drôle, cinglante, pertinente et… désespérée et désespérante.
          Bien sur que s’il se flingue ce sera plus citoyen par les économies de balles pour la collectivité, du moins tant que Uber n’a pas mis en place des équarrisseurs frilance.
          Alors OK, puisque les enfants sont grands et abonnés à facebouc, on va faire comme ça pour ne pas désespérer médef, Solferino et barbes. Mais à défaut de grâce, est-ce qu’on ne pourrait avoir son délai ? Au moins le temps de boire le rhum, avec modération, et de griller la dernière en plein air et à plus de 500 m d’une école ?
          Ooooh000 toi t’espères encore avec des propos pareils !!! Damned, je suis fait. )))))

        • 11 Janvier 2017 à 17h05

          Lector dit

          eh oui, tu sais bien que c’est déjà le cas Saintex, tous les Raymond suicidés de FranceTelecom-devenu-Orange pour preuves… par exemple ; et certains ont encore le culot de nous dire qu”on ne peut rien réformer dans ce pays” alors même que ce sont précisément les réformes ultralibérales du gloubiglobalisme qui font le dysfonctionnement de nos sces publics (et bientôt les sociaux suivront). Faut-il qu’ils soient aveugles n’est-ce pas !

        • 11 Janvier 2017 à 17h38

          durru dit

          Bonjour Lector,
          Je suis plutôt d’accord avec votre point de vue sur l’affaire de l’article, et pour le droit de grâce je sens qu’on aura pas fini d’en parler…
          Pour ce qui est de France Télécom, par contre, j’ai (comma d’habitude quand il s’agit de “libéralisme”, d’ailleurs) une opinion bien différente.
          Déjà, d’une manière très générale, passer d’une logique de fonctionnement de fonctionnaire – horaires fixes, pas d’obligation de résultat, peu de contraintes – à une logique d’entreprise privée, avec le résultat qui compte plus que le temps de travail, ça doit pas être facile. Pour l’avoir vécu en Roumanie à une autre époque, ça peut très bien être la cata’.
          Mais, pour le cas précis France Télécom, j’ai une anecdote que j’ai vécu personnellement et qui n’est pas si à la marge que ça.
          J’ai emménagé à un moment dans une copropriété à l’organisation un peu particulière – pour faire court, les adresses à l’intérieur n’étaient pas très clairement identifiées. J’ai voulu installer une ligne téléphonique avec connexion ADSL – le truc normal, quoi. Les seuls à reconnaître mon adresse étaient Bouygues, c’est comme ça. J’ai pas trop cherché à comprendre, j’ai fait mon contrat et j’ai attendu l’activation de ma ligne. Qui tardait. Et tardait. J’ai contacté le service client à plusieurs reprises, plusieurs techniciens mandatés par Bouygues sont venus chez moi pour constater et trouver la solution, mais ils n’avaient pas accès aux équipements FT. Pour eux, avec les données qu’ils avaient, tout allait bien.
          Au bout de presque deux mois, excédé, j’ai demandé plus fort à ce qu’on m’active la ligne que j’avais payé. Et Bouygues a mis la main à la poche pour envoyer un employé FT qui, lui, avait accès aux équipements de sa boîte.
          Et le mec, peinard, m’explique qu’il aime bien faire chier les autres fournisseurs avec toutes les techniques possibles et imaginables. Pour mon cas c’était un mauvais branchement chez eux, chez FT. Rien de plus.
          Alors les Raymond de chez FT, comment dire…

      • 11 Janvier 2017 à 12h31

        scarlet dit

        Saintex: Excellente remarque, je vous en remercie mais grosse faute d’orthographe: “sans jamais provoquer et non provoqué”

        Dans cette affaire, il n’y a pas que la personne du Président qui pose problème. Il y a le monde judiciaire qui pousse à fond: on le voit dans cet article écrit par Madame Le Pourhiet qui s’offusque de façon grandiloquente de l’exercice par Hollande du Droit de grâce! Ce monde judiciaire qui se sent d’autant plus dépossédé du pouvoir qu’il croyait détenir qu’il sait que Hollande le méprise.

        Et puis, il y a l’action, néfaste dans ce dossier, des féministes qui ont cru devoir faire de JS, un étendard des femmes battues, sans aucun égard bien sur pour la personne de JS! Rien à foutre pour ces féministes que cette femme ait pris 10 ans alors qu’elle aurait du prendre moins si elle avait plaidé les circonstances atténuantes au lieu d’une supposée légitime défense “différée”.

        J’ai de la compassion pour cette femme: humiliée, cognée par son mari, trahie par ses avocates, instrumentalisée tant par les magistrats que par les féministes! Franchement, quelle vie de merde pour elle. Il n’est que de lire le jugement du Tribunal d’application des peines, qui explique qu’elle ne semble pas avoir réfléchi à sa responsabilité dans son drame, qu’elle ne se repent pas” pour se réjouir de la décision de Hollande. A lire ce “jugement” on ne sait plus trop si on est dans un Tribunal avec un magistrat ou dans une Eglise devant un prêtre qui doit donner l’absolution! Alors qu’elle finisse sa vie dans sa famille sans comptes à rendre à personne ne m’apparaît pas injuste.

        • 11 Janvier 2017 à 14h35

          saintex dit

          Non pas que je ne fasse pas des fautes d’orthographes, qui sont souvent des fautes de frappe ou la conséquence d’une modification de phrase non suivie d’une correction, mais pour le coup j’ai fait un copier-coller. Donc je vous rends la présente faute et sa correction dans la marge.
          Allons, ce n’est pas très grave.

    • 10 Janvier 2017 à 23h16

      saintex dit

      Et pourquoi la madone des timbres-postes ne nous montre pas ses nénés sur la photo ?

      • 11 Janvier 2017 à 2h41

        Warboi dit

        Demandez lui ?

        • 11 Janvier 2017 à 11h12

          saintex dit

          Pertinente réponse… pour autant que vous ayez l’obligeance de me communiquer son adresse.

      • 11 Janvier 2017 à 7h56

        Hannibal-lecteur dit

        Frustration partagée. …leurs seins m’intéressent plus que leurs opinions … Ohhhhh.

        • 11 Janvier 2017 à 11h11

          saintex dit

          Il faut dire qu’ils sont plus développés.

        • 11 Janvier 2017 à 17h22

          Hannibal-lecteur dit

          :-)))))

    • 10 Janvier 2017 à 23h02

      flovannes dit

      Très bon article !

      Si quelqu’un a la réponse a cette question : Avait elle un fusil a 3 cartouches ou a t’elle rechargé le fusil ?

      Impossible de savoir sur le net

      Merci de vos retour

      • 11 Janvier 2017 à 1h24

        Lector dit

        qu’est-ce que ça change finalement : soit elle a rechargé, soit elle était en possession d’un fusil semi-automatique à 1500 boules… une véritable cause féministe n’est-ce pas… en fait c’est juste qu’elle avait un coup de trop dans le pif… faut comprendre… il était velu son époux… un vrai sanglier… l’erreur est humaine…

        • 11 Janvier 2017 à 12h08

          saintex dit

          )))))))) Errare humanum est etiam feminum, viendu velu mouru, allez à jacta-est et prenez la direction vae victis, homo homini aper, apéro…

    • 10 Janvier 2017 à 21h29

      Flying Blue dit

      EXCELLENT ARTICLE. … J’y adhère en tous points. 

      (j’aurais pu faire plus long et argumenté, … mais je réserve les longs ‘trucs’ à  l’OBS…. (parce que là bas… y’a du boulot avec la brochette d’articles à charge et les commentateurs qui vont avec. .. ;) 

      • 11 Janvier 2017 à 13h08

        orchidée31 dit

        Quel courage de lire l’obs !!!! Perso je ne pourrais pas ni le monde, libé, Marianne, inrocks et cie…. C’est au-dessus de mes forces …
        Je me cantonne à Causeur,  Atlantico, VA, le Figaro parfois –  

    • 10 Janvier 2017 à 21h01

      Flo dit

      Quel est le message de cette grâce présidentielle ? Mesdames, vous qui êtes battues, laissez-vous battre des décennies et des décennies durant, laissez vos enfants se faire violer par votre mari, on sera comprehensif le jour où vous vengerez. 

      Put..n de message de m.

       

      • 11 Janvier 2017 à 1h47

        Lector dit

        riposte proportionnée voyons, 40 ans versus 3 cartouches seulement. Au fait elles ont été déposées les plaintes pour viols ? Non ? Bah merdalors !

    • 10 Janvier 2017 à 20h56

      pekpat dit

      Légitime défense !  Une bonne brute éliminée: merci à cette femme!

      • 10 Janvier 2017 à 22h06

        Villaterne dit

        Malgré toute l’empathie qu’on peut avoir pour cette femme pour tout ce qu’elle a subi, on ne peut parler de légitime défense quand il s’agit de tuer un homme d’une balle dans le dos !

        • 11 Janvier 2017 à 2h34

          Warboi dit

          En effet, ce n’est pas de la légitime défense.
          Et la justice ne l’a pas reconnue telle.
          Alors heureuse ?

    • 10 Janvier 2017 à 20h10

      AnneGuedes dit

      “Ne pouvait-on trouver meilleure figure de proue qu’une femme rompue au maniement des armes qui, au bout de 47 ans de vie commune ponctués dit-elle de violences à son endroit et d’agression sexuelles sur ses filles, tire trois balles dans le dos de son bourreau assis ?”
      https://laplumedaliocha.wordpress.com/2017/01/09/bienvenue-dans-lere-de-la-post-verite-judiciaire/
      Mais pourquoi a été choisie, pour “la bonne cause”, une telle femme à qui ses avocates ont probablement lavé le cerveau jusqu’à ce qu’elle se persuade de n’être pas du tout coupable ?

      • 10 Janvier 2017 à 20h39

        Sancho Pensum dit

        “une telle femme à qui ses avocates ont probablement lavé le cerveau jusqu’à ce qu’elle se persuade de n’être pas du tout coupable”
        Ca m’étonnerait. Je vous rappelle que les demandes de libération anticipée de JS, suite à la grâce partielle de Hollande, ont été refusées par la Justice, au motif qu’elle n’avait pas su montrer qu’elle se sentait coupable.
        J’imagine volontiers que ses avocats ne lui ont pas conseillé une telle ligne de conduite, qui s’est avérée totalement contre-productive.

        • 10 Janvier 2017 à 21h23

          AnneGuedes dit

          On aurait cru, oui, mais qui ne risque rien… elles ont finalement eu ce qu’elles voulaient, la conciliation de l’inconciliable, l’assassinat légitime.

          En général les filles violées par leur père avec la complaisance de leur mère en veulent terriblement à celle-ci. Ce n’est pas le cas dans cette affaire Sauvage et on a peine à comprendre. Est-ce là le motif qui a fait choisir cette affaire comme icône de la cause des femmes battues ?

        • 10 Janvier 2017 à 21h52

          Wil dit

          C’est faux.
          JS avait accepté la première décision de Hollande faisant dire par elles qu’elle était trop fatigué et ferait sa peine de prison.
          Et quelques jours plus tard,ses avocates repartaient pour un tour.

        • 10 Janvier 2017 à 21h53

          Wil dit

          Quand je dis c’est faux,ça s’adresse à sancho…évidemment.

        • 11 Janvier 2017 à 0h43

          Sancho Pensum dit

          Qu’est-ce qui est faux, Wil ? Les demandes de libération anticipée n’ont pas été refusées par la Justice ? Elle a montré qu’elle se sentait coupable ? Ses avocats lui ont conseillé de ne pas reconnaître sa culpabilité ?
          PS : je suppose que vous avez voulu dire : JA avait accepté la première décision (négative) de la Justice suite à sa première demande de libération conditionnelle. Pour la deuxième, elle a effectivement indiqué qu’elle était lasse… avant de changer d’avis.

        • 11 Janvier 2017 à 1h31

          Lector dit

          “icône de la cause des femmes battues” voilà, une honte contemporaine supplémentaire. Mais bon, dans un monde sans vergogne…

    • 10 Janvier 2017 à 19h28

      Flo dit

      Cette femme qui laisse ses gosses se faire violer par son mari et se faire cogner dessus pendant des années me dégoûte profondément.

      Hollande a eu envie de faire jouer son droit de grâce avant de foutre le camp de l’Elysée. A peu de frais, il a fait plaisir son camp. Quel ridicule petit homme.

      • 10 Janvier 2017 à 19h35

        steed59 dit

        c’est la mode en ce moment de faire n’importe quoi en fin de mandat

        • 10 Janvier 2017 à 19h37

          Flo dit

          Il veut faire son Obama.
          Ces mecs ont un ego insupportable.

        • 10 Janvier 2017 à 19h41

          durru dit

          C’est qu’ils n’ont pas grand chose d’autre, à part leur égo…

        • 10 Janvier 2017 à 20h05

          Wil dit

          Si durru,Hollande essaie de sauver son coup avec Gayet.
          Elle se voyait reine de Paris,elle s’y voyait déjà,elle le touchait presque…et là elle va se retrouver “reine” de Tulle parce que son berlingot de mec avec sa tronche de déchet nucléaire et son air con permanent a eu au dernier moment un éclair de lucidité en se disant qu’il n’avait aucune chance de toucher le gros lot 3 fois dans sa vie.(président,Gayet et re président)
          T’imagines le choc de la starlette?Tout ce travail pour ça.
          Il fallait au moins qu’elle s’en sorte avec les honneurs en convainquant “Pépère” à coup de “flute” qu’il fallait libérer la “pauvre victime” du machisme de la société française.
          Après qu’elle l’ait largué,elle pourrait toujours dire dans ses soirées mondaines que c’était grâce à elle.

      • 10 Janvier 2017 à 19h40

        Wil dit

        C’est même plus fort que ça Flo.
        Elle se laisse cogner pendant 40 ans.Laisse ses filles se faire violer par le pèreLlaisse son fils se suicider.Mais et elle se sent tellement victime que quand le mec prend une maitresse,elle ne le supporte pas,va agresser la maitresse et finit par butter le mec dans le dos “en légitime défense”.
        Vive la France…

        • 10 Janvier 2017 à 19h44

          Wil dit

          D’ailleurs,comme par hasard dans cette affaire,les médias généralement si prompt à remuer la merde n’ont pas de témoignage de la maitresse pour avoir sa version.Bien sûr…

        • 10 Janvier 2017 à 19h47

          Flo dit

          Je dois dire Wil que toute cette histoire est dégoûtante de bout en bout.

          L’histoire de laisser ses gosses se faire violer par leur père me répugne en tant que tel.

          L’histoire de se faire cogner durant plus de 40 ans alors qu’elle n’est pas prisonnière me dégoûte tout autant.

          Les deux réunis, c’est déjà trop pour moi alors, vous pensez qu’ajouter qu’avoir laisse son fils aller jusqu’au suicide pour finalement réagir de manière la plus lâche qui soit en tirant dans le dos, ça m’achève !

          Je ne voudrais plus jamais entendre parler de cette femme répugnante que l’on nous présente comme un modèle ! La gerbe !

        • 10 Janvier 2017 à 19h57

          Sancho Pensum dit

          “L’histoire de se faire cogner durant plus de 40 ans alors qu’elle n’est pas prisonnière me dégoûte tout autant.”
          Si vous deviez être dégouté de tout ce que vous ne comprenez pas, on n’est pas au bout de nos peines…

        • 10 Janvier 2017 à 20h03

          Flo dit

          Ben mon Sancho, vous comprenez les gens qui se laissent cogner pendant 40 ans alors qu’ils sont libres ?
          Ce manque de dignité humaine est répugnant. Au lieu de prendre cette horrible bonne femme comme modèle, on ferait mieux de défendre la dignité des femmes et les exhorter à refuser le moindre coup.
          Mesdames, n’imitez pas ce déchet. Relevez la tête. Votre mari ne DOIT pas vous frapper.

        • 10 Janvier 2017 à 20h03

          Sancho Pensum dit

          “Mais et elle se sent tellement victime que quand le mec prend une maitresse,elle ne le supporte pas,va agresser la maitresse et finit par butter le mec dans le dos “en légitime défense”.”
          Ces deux événements ne sont pas liés, il me semble.

        • 10 Janvier 2017 à 20h09

          Sancho Pensum dit

          Flo, des femmes qui se font cogner par leur mari violent, qui ne quittent pas le domicile conjugal, et qui finissent par succomber sous leurs coups (de poings, de couteau, de fusil…) il y en a plus d’une centaine par an.
          Perso, j’ai du mal à le comprendre. Mais si ça arrive, c’est bien qu’il y a des mécanismes psychologiques qui en sont à la base (syndrome de stockholm ?)…
          Quoi qu’il en soit, il ne me viendrait certainement à l’idée d’avouer que ces femmes me dégoutent. La pitié, oui, le dégout, certainement pas.

        • 10 Janvier 2017 à 20h21

          Wil dit

          T’as raison Sancho.
          Dans cette histoire,rien n’a à voir avec rien,c’est pire…
          “le récit des faits présenté par l’accusée lors de son interpellation a été battu en brèche par l’enquête (aucune trace des violences qu’elle prétendait avoir subi juste avant, hormis une trace à la lèvre, aucune trace dans son sang du somnifère qu’elle prétendait avoir pris, l’heure des faits ne correspond pas aux témoignages recueillis). De même, s’il est établi que Norbert Marot était colérique et prompt à insulter, les violences physiques qu’il aurait commises n’ont pas été établies avec certitude. Si l’accusée et ses trois filles ont affirmé leur réalité, en dehors de ce cercle familial, aucun voisin n’a jamais vu de coups ni de traces de coups, et les petits-enfants de l’accusée ont déclaré n’avoir jamais vu leur grand-père être physiquement violent avec leur grand-mère. Aucune plainte n’a jamais été déposée, que ce soit pour violences ou pour viol. Une des filles du couple expliquera avoir fugué à 17 ans pour aller porter plainte, mais avoir finalement dérobé le procès verbal et l’avoir brûlé dans les toilettes de la gendarmerie. Mais aucun compte-rendu d’incident n’a été retrouvé. De même, le portrait de Jacqueline Sauvage, femme sous emprise et trop effrayée pour porter plainte et appeler à l’aide ne correspond pas au comportement de l’accusée, qui a par exemple poursuivi en voiture une maitresse de son mari qui a dû se réfugier à la gendarmerie, qui a été décrite comme autoritaire et réfractaire à l’autorité des autres par l’administration pénitentiaire durant son incarcération. Une voisine a même déclaré à la barre avoir vu Jacqueline Sauvage gifler son mari. Dernier argument invoqué par les soutiens de l’accusé : le suicide du fils du couple, la veille des faits, qui aurait pu faire basculer Jacqueline Sauvage, mais il est établi qu’elle ne l’a appris qu’après avoir abattu son mari”ect.
          http://www.maitre-eolas.fr/post/2016/02/03/De-gr%C3%A2ce

        • 10 Janvier 2017 à 20h51

          Flo dit

          Eh oui mon sancho, il y a des femmes qui se font tuer par leur mari violent. Raison de plus pour exhorter les femmes à ne pas accepter le moindre coup au lieu de leur faire miroiter une grâce après 47 ans de coups et 3 coups de fusil dans le dos. 

          Et je ne parle même pas du viol des enfants.  

          Ces gens sont de véritables bêtes.  

    • 10 Janvier 2017 à 18h46

      saintex dit

      Un couple est en vacances au bord d’un lac. Monsieur est un grand pêcheur devant les tonnelles. Tous les matins il prend la barque pour se livrer à son péché mignon. L’après-midi la pêche est interdite alors, plus de pécher, c’est la barque qu’il livre à son abri côtier mignon comme les filets qu’il laisse au fond.
      Madame prend alors la barque et va se prélasser en lisant au gré des flots.
      Un jour un garde-pêche survient (plus ou moins) à jeun qui cherchait aventure. Qui te rend si hardie de taquiner mon goujon dit ce fonctionnaire plein de zèle. Sire, répond la dame, que votre Majesté ne se mette pas en colère, mais plutôt qu’elle considère que je me vas lisant et que la seule ligne que suit mon regard est celle de mon opuscule ex-folio relié cuir pleine fleur, hé l’aut’.
      Vous avez avec vous tout le matériel reprit ce képiteux cruel.
      Fort bien messire lion répondit la belle Perette au pied léger qui se les mélangeait un peu dans ses lectures. Allons ensemble à la gendarmerie où vous dresserez procès-verbal et où je porterai plainte pour viol, le tout en trois exemplaire sur imprimés CERFA.
      M’enfin, répondit la pandore Despretz, car Despretz était son nom, je n’ai jamais commis une telle forfaiture.
      Vous avez avec vous tout le matériel répondit la dame.
      Moralité : Il n’y en a vraiment plus aucune.

      • 10 Janvier 2017 à 19h08

        mogul dit

        :-):-):-)
        Et puis Mme Sauvage, qui ne se sent “absolument pas coupable”, puisque ce sont ses deux avocates qui le lui ont dit, est une chasseuse émérite qui a aussi tout l’équipement qu’il faut, comme son mari s’en serait rendu compte s’il ne nous avait pas quitté. ..

      • 10 Janvier 2017 à 19h58

        alain delon dit

        @Saintex

        Du pur lyrisme Plougardélien

        • 10 Janvier 2017 à 20h00

          steed59 dit

          si ça se trouve ils sont une seule et même personne

        • 10 Janvier 2017 à 20h04

          alain delon dit

          Il plane un parfum de mystère autour de sa personne. Quant à vous, si ça se trouve, vous êtes Jérôme Leroy

        • 10 Janvier 2017 à 20h10

          Sancho Pensum dit

          Saintex = Alain Delon = Plougardel ?

        • 10 Janvier 2017 à 20h11

          steed59 dit

          ce n’est pas le cas, mais vous seriez étonné de nos points communs respectifs

        • 10 Janvier 2017 à 20h14

          alain delon dit

          @Sancho

          Vous avez déjà fait ce coup-là sur un précédent fil. Raté donc, vous ne devez pas être une flèche au Cluedo mon vieux…

        • 10 Janvier 2017 à 20h19

          Sancho Pensum dit

          Pas le même coup, stricto sensu. Il y a aujourd’hui incrémentation. Plougardel s’est ajouté à la liste.

        • 10 Janvier 2017 à 20h22

          alain delon dit

          jésuitisme cheap

        • 10 Janvier 2017 à 20h26

          steed59 dit

          il est de notoriété publique qu’Alain Delon est proche du FN comme l’est Plougardel

        • 10 Janvier 2017 à 20h30

          Sancho Pensum dit

          Cher Alain, je n’ai pas vos gouts de luxe. Je sais rester humble, même en rhétorique.

        • 10 Janvier 2017 à 20h35

          alain delon dit

          La douleur vous égare, Steed. Ma plus grande proximité avec le FN, ça a été au lit avec Brigitte Bardot. Et ça commence à remonter un peu…

        • 10 Janvier 2017 à 20h38

          alain delon dit

          @Sancho

          +1, humilité et incrémentation donc

        • 10 Janvier 2017 à 20h39

          steed59 dit

          tout le monde n’a pas la chance d’être un symbole sexuel de virilité en extrême-orient

        • 10 Janvier 2017 à 20h42

          alain delon dit

          @Steed

          Ne soyez pas trop gourmand, vous avez déjà eu la chance d’émoustiller toutes vos collaboratrices du MI5 à votre grande époque

        • 10 Janvier 2017 à 23h14

          saintex dit

          alain delon dit, Du pur lyrisme Plougardélien
          steed59 dit, si ça se trouve ils sont une seule et même personne
          )))) J’hésite entre lancer une double malédiction genre Jaques de Molay et ressortir mon Lebel.

        • 11 Janvier 2017 à 6h48

          alain delon dit

          @Saintex

          “lancer une double malédiction genre Jacque de Molay”

          Perso, je ne vous souhaite pas le bûcher en tout cas :)

        • 11 Janvier 2017 à 13h29

          saintex dit

          J’y suis déjà passé et depuis je me suis fait ignifuger.

    • 10 Janvier 2017 à 18h23

      Theodora dit

      Ah ! voilà qui est bien vu. La justice n’a pas tenu compte du “genre” de Mme Sauvage tandis que F. Hollande l’a grâciée par compassion pour son genre … Voilà un aveu accablant.
      A Rome les femmes étaient sous tutelle et en France elles ont longtemps bénéficié d’une atténuation de leur responsabilité pénale parce qu’on les estimait plus faibles et donc plus sujettes à la tentation. On y revient. C’est ça le “progrès”

      • 10 Janvier 2017 à 19h16

        Warboi dit

        Qui vous dit que Hollande l’a graciée pour son genre ? Vous n’en savez rien.
        Il exerce son droit de grâce comme il l’entend et cela ne regarde que lui.
        La justice est passée, elle l’a condamnée. Il n’y a rien d’autre à ajouter.

        • 10 Janvier 2017 à 19h38

          steed59 dit

          imaginons 5mn un homme cocu et battu qui abattrait sa femme de 3 balles dans le dos …

        • 10 Janvier 2017 à 19h52

          Wil dit

          Perpet’

        • 10 Janvier 2017 à 20h18

          Sancho Pensum dit

          Le crime passionnel a longtemps bénéficié, en France, d’une extraordinaire mansuétude. Pour les hommes. Pas pour les femmes.
          Ca n’a été corrigé que depuis une vingtaine d’années.

        • 10 Janvier 2017 à 22h45

          Wil dit

          Bien.

        • 11 Janvier 2017 à 2h40

          Warboi dit

          steed, imaginez et retournez en fac de droit.

    • 10 Janvier 2017 à 18h21

      Warboi dit

      Quelque chose me dit que si l’agresseur avait été, au hasard, un immigré à tendance tripoteuse sur un marché de Noël allemand, AMLP et ses camarades hystériquement anti-féministes auraient trouvé très tolérable le cou de fusil dans le dos.
      Comme quoi tout est relatif alors le droit, tout le droit et rien que le droit.
      Ici il a été respecté.

      • 10 Janvier 2017 à 18h57

        mogul dit

        Que c’est bête cette comparaison. On y comprend rien mais on perçoit quand même les gros sabots de la bienpensance clopin-clopante…

        • 10 Janvier 2017 à 19h23

          Warboi dit

          Mogul, l’obsédé de la bien-pensance.
          Et quand c’est un brave bijoutier niçois qui abat son voleur dans le dos et à qui on dénie la légitime défense, vous hurlez non ? Comme on a sûrement hurlé sur Causeur. Surtout que le voleur était un peu basané sur les bords et puis forcément, il n’y avait pas d’assoces féministes dans le coup.
          Là, vous comprenez mieux ??

          Il n’y a pas les bonnes légitimes défenses et les mauvaises.
          Il y a la loi et la jusrisprudence, elles sont constantes, elles ont été appliquées dans les deux cas.
          La grâce n’a rien à voir.

          Mais le droit et vous…

        • 10 Janvier 2017 à 19h32

          durru dit

          Justement, Nadia. Le bijoutier de Nice, comme le buraliste du Tarn plus récemment, ont été condamnés car on leur a refusé la légitime défense, mais personne ne s’est avisé à faire des campagnes sans fin pour demander des grâces à répétition pour ces braves hommes qui défendaient leurs familles et leurs biens.
          Ils assument les conséquences de leurs actes, point.

        • 10 Janvier 2017 à 19h40

          steed59 dit

          Et eux, ils continuent à dormir en prison …

        • 10 Janvier 2017 à 20h21

          Sancho Pensum dit

          “mais personne ne s’est avisé à faire des campagnes”
          Si. Mais elles ont fait flop.

        • 10 Janvier 2017 à 20h59

          mogul dit

          Disons que ce n’était pas les bons groupuscules qui étaient à la manœuvre.

        • 10 Janvier 2017 à 21h29

          mogul dit

          J’ajoute, contrairement à ce que dit Warboi, que je ne considère pas que cet homme était en légitime défense, même si j’estime qu’il a droit à des circonstances atténuantes…

        • 11 Janvier 2017 à 2h42

          Warboi dit

          Mouais.

        • 12 Janvier 2017 à 15h31

          lisa dit

          On retrouve notre moitié de fouquet tinville, police de la pensée, de l’arrière pensée, et des pensées si et si ceci celà
          Faut-il qu’elle s’ennuie cette pauvre femme.

      • 10 Janvier 2017 à 18h59

        saintex dit

        Et quelqu’un vous répond que si vous écoutiez les gens plutôt que les quelques choses, vos remarques y gagneraient en pertinence.

        • 10 Janvier 2017 à 19h17

          durru dit

          Saintex,
          Nadia, comme Sancho, dès qu’elle sent une odeur d’antiféminisme dans les parages, elle perd de suite tous ses moyens. Rien à faire, elle va pas changer. Pertinence ou impertinence.
          Et l’immigré n’a qu’à prendre ses jambes à son cou, qu’il soit de fusil ou pas.

        • 10 Janvier 2017 à 19h24

          Warboi dit

          Et avec vous c’est le droit qui part en quenouille…

        • 10 Janvier 2017 à 19h40

          durru dit

          Erreur grossière: c’est vous qui défendez le concept de légitime défense “différée”, pas moi.

        • 10 Janvier 2017 à 23h25

          saintex dit

          T’es optimiste durru. En fait, dès qu’ils pensent ressentir une tendance sur causeur ils se lèvenet pour suer un tango.

        • 11 Janvier 2017 à 2h46

          Warboi dit

          “Légitime défense différée”… Moi ???
          En aucune façon.
          Il n’y a aucune légitime défense différée dans le dossier JS. Ni légitime défense tout court.
          Soyez gentil, ne transférez pas vos fantasmes, merci.

        • 11 Janvier 2017 à 15h46

          durru dit

          Si, Nadia, c’est pile poil ce que ses avocates ont adopté comme défense. Ce que Valérie Boyer (que vous-même avez cité plus bas) voudrait mettre dans la loi. Ce que les soi-disant féministes qui ont fait feu de tous bois ont pris comme ligne de défense. Etc, etc.
          Exactement ce que vous défendez à longueur de posts. Alors arrêtez de jouer les vierges effarouchées dès qu’on vous met votre m…e devant les yeux.

      • 10 Janvier 2017 à 22h10

        Villaterne dit

        “Quelque chose me dit…”
        Mais c’est quoi ce “quelque chose” ?

        • 11 Janvier 2017 à 2h47

          Warboi dit

          c’est vous.

        • 11 Janvier 2017 à 14h30

          saintex dit

          Ben alors Villaterne, tu télépathes en dormant ? Et vlan, tu te fais dénoncer par la Pythie. A moins qu’elle ne te transfère ses fantasmes, selon sa formule.

    • 10 Janvier 2017 à 18h07

      Warboi dit

      Les femmes sont une “minorité” ??????
      Première nouvelle.

      La justice s’est prononcée et aux faits a appliqué une peine à Madame Sauvage sans tenir compte de son genre.
      Que le chef de l’Etat l’ait ensuite graciée n’a rien à voir avec le droit pénal mais avec sa propre compassion… Le successeur de François Hollande pourrait utilement revenir sur cette tolérance médiévale, mais tout mélanger intentionnellement comme le fait Madame Le Pourhiet démontre qu’elle a complètement oublié, elle aussi, ses fondamentaux.
      Elle est le miroir de celles qu’elle dénonce.

      • 10 Janvier 2017 à 18h23

        saintex dit

        le chef de l’Etat l’a ensuite graciée mais avec sa propre compassion.
        Ca au moins c’est fun !

        • 10 Janvier 2017 à 18h55

          Wil dit

          Ben saintex,ça aurait pu être une compassion à l’insu de son plein gré!…comme Valls et le 49.3 par exemple.
          Sacré warboi,il nous fera toujours bien rire.

        • 10 Janvier 2017 à 23h26

          saintex dit

          )))))))))) C’est ça, excellent la compassion à l’insu de son plein gré.

      • 10 Janvier 2017 à 18h28

        durru dit

        Les “néo-féministes” qui ont fait tout le boucan, si. Elles sont clairement minoritaires.

        • 10 Janvier 2017 à 19h28

          Warboi dit

          Justement non. AMLP cite bien toutes les “minorités” qu’elle execre autant les unes que les autres. “Les femmes, les minorités ethniques, religieuses  et sexuelles bénéficient de privilèges, passe-droits, dérogations et exonérations qui sont refusés aux autres”.

          Les femmes.

        • 10 Janvier 2017 à 19h50

          durru dit

          Faudrait apprendre à lire (ou à ne pas citer hors contexte). La phrase d’avant est: “Selon la catégorie sociétale à laquelle on appartient ni la loi ni la justice ne s’appliquent plus de la même façon.” “Les femmes” sont une “catégorie sociétale”, pas “une minorité”. Pas pour AMLP, en tout cas. Pour vous, par contre, on se demande…

        • 11 Janvier 2017 à 2h52

          Warboi dit

          La tyrannie des minorités avec “les femmes” à la ligne suivante, je ne sais pas ce qu’il vous faut. Apprendre à lire le français peut être ?

        • 11 Janvier 2017 à 15h55

          durru dit

          Je vous ai mis les phrases une à la suite de l’autre, rien à faire. Vous ne parlez que le novlangue, le français vous est complètement étranger.
          La première phrase parle de “catégories sociétales”, et dans la deuxième elle détaille ces catégories, dont “les femmes”.
          Que voulez-vous d’autre? Un dessein?
          Quant à la “tyrannie des minorités”, c’est évident qu’elle parle de la manière de faire rentrer ces aberrations dans le droit, par l’intermédiaire de groupes de pression tout à fait minoritaires, dont les “néo-féministes”, qui sont tout aussi féministes que les antifas sont anti-fascistes.
          De toute façon, dialoguer avec vous relève de la mission impossible, vous êtes tellement formatée… ça devient une caricature.

      • 10 Janvier 2017 à 19h00

        mogul dit

        On ne gouverne pas un pays avec de la compassion, mais en respectant au moins les décisions de justice.

        • 10 Janvier 2017 à 19h19

          Sancho Pensum dit

          “mais en respectant au moins les décisions de justice.”
          Dans ce cas, on se demande bien pourquoi le droit de grâce a été consolidé dans la Constitution de 58 (art 17). Constitution adoptée, par referendum, à 80 %. Une soirée de beuverie collective qui a mal tourné ?

        • 10 Janvier 2017 à 19h26

          scarlet dit

          Mogul: Depuis quand l’exercice du droit de grâce constitue t il un un manque de respect des décisions de justice?
          On peut être contre le droit de grâce et militer pour son abolition. On est pas obligé, pour autant, de dire n’importe quoi.
          Le droit de grâce existe et a été appliqué à de nombreuses reprises, sans jamais provoqué le moindre tollé.
          Madame Sauvage a été condamnée, elle a effectué environ la moitié de sa peine et serait de toute façon éligible à une libération conditionnelle, compte tenu du jeu des crédits de peine, remise de peine et autres. Quel est le problème de laisser cette femme de 69 ans sortir et finir sa vie non pas en prison mais dehors?
          Risque t elle de recommencer? Peu probable!
          D’ou vient cet acharnement?

        • 10 Janvier 2017 à 19h26

          Warboi dit

          Le droit de grâce est indépendant de toutes les décisions de justice.
          Non mais c’est hallucinant une ignorance pareille !!!

        • 10 Janvier 2017 à 19h31

          Warboi dit

          “D’où vient cet acharnement” ??
          Bonne question Scarlet.
          Ce n’est pourtant pas compliqué.
          JS a le malheur d’être soutenue par des associations féministes.
          Et à part djihadiste, féministe c’est ce qu’on hait le plus sur Causeur.

        • 10 Janvier 2017 à 19h53

          durru dit

          Je réitère ma question: vous en connaissez beaucoup, vous (Sancho, Nadia, Scarlet) de coupables graciés par deux fois?
          Bien sûr que Nullande avait tous les droits pour faire ce qu’il vient de faire. Mais était-ce raisonnable, ce qu’il a fait? Et quel est le message envoyé par cette répétition?

        • 10 Janvier 2017 à 19h58

          steed59 dit

          sancho, le droit de grâce n’a pas été inventé en 58. Il existait sous la IIIème et la IVème.

          durru, omar raddad ? il est vrai qu’il a de communs avec JS d’appartenir à une “minorité” politiquement choyée 

        • 10 Janvier 2017 à 20h03

          durru dit

          Ah bon, Steed? Je ne suis pas au courant. La deuxième, elle date de quand?

        • 10 Janvier 2017 à 20h27

          Sancho Pensum dit

          “sancho, le droit de grâce n’a pas été inventé en 58. Il existait sous la IIIème et la IVème.”
          Je le sais Steed. Et je l’ai rappelé plus tôt dans l’après-midi. Ainsi Dreyfus est un de nos graciés les plus célèbres (et il ne risquait pas la peine de mort, ceci étant rappelé afin de tordre le cou à cette idée de causalité entre peine de mort et droit de grâce).
          Vous n’avez pas du remarquer que j’ai écrit “consolidé”…

        • 10 Janvier 2017 à 20h33

          Sancho Pensum dit

          Durru : Violette Nozières, trois fois.

        • 10 Janvier 2017 à 21h22

          durru dit

          OK, Sancho, JS n’est pas la première donc. Voyez-vous, toutefois, une légère différence entre les deux cas?

        • 11 Janvier 2017 à 11h58

          mogul dit

          Rappelons qu’autrefois, lorsque le chef de l’État graciait un condamné destiné à se faire raccourcir, la peine de mort était commuée en prison. Sur le fond, la sanction judiciaire était tout de même respectée. 
          Aujourd’hui, on gracie deux fois la même personne en piétinant les décisions de justice pour permettre à une criminelle condamnée deux fois en assises de passer le nouvel an en famille et de couler une retraite de criminelle heureuse… C’était le sens de ma précédente remarque. Ça me paraissait simple à comprendre, mais bon… 
          Donc je maintiens que le chef de l’État n’a pas respecté une décision de justice 

        • 11 Janvier 2017 à 11h59

          mogul dit

          Ça me paraissait simple à comprendre, mais bon…

        • 11 Janvier 2017 à 13h47

          Sancho Pensum dit

          Mogul, la grâce ne peut pas, par construction, respecter une décision de justice. Puisque si le verdict n’en est pas transformé, la peine en est réduite ou annulée.
          C’était pourtant facile à comprendre, non ?

      • 11 Janvier 2017 à 1h39

        Lector dit

        l’article ne dit rien de tel. Mais bon, on peut jouer : “les femmes battues pendant quarante ans dotées d’un permis de chasse sont une majorité ? Première nouvelle.”

    • 10 Janvier 2017 à 17h51

      Renaud42 dit

      Pourquoi les femmes ne se révoltent-elles pas massivement contre cette grâce présidentielle sexiste qui fait des femmes des êtres irresponsables comme les mineurs et les fous?

    • 10 Janvier 2017 à 17h10

      Hannibal-lecteur dit

      Quand on voit votre jeune et souriant visage, Anne-Marie, on est stupéfait de lire votre souhait de suppression du droit de grâce après celle de la peine de mort.
      Quelle est cette furie de sanction qui vous fait déplorer d’y échapper même de façon très rare et exceptionnelle, quelle est cette fureur de JUSTICE d’abord au lieu de pitié d’abord? Quel est ce moteur froid et logique qui refuse toute faiblesse? Vous avez l’âme d’un tyran. Légal, juste, assis sur des tonnes de bonnes raisons mais un tyran.
      Il y a plus : il semble que votre logique défaille lorsque vous reprochez à un ensemble de lois de réglements de jurisprudence et de comportements judiciaires une chose, la grâce, qui est justement une exception à ce monde, une exception volontaire, choquante même peut-être mais qui l’extrait de ce monde. Tout reproche issu de ce monde est ainsi inepte.
      Vous ne voyez pas, c’est grave, que la grâce ne concerne pas le judiciaire : la grâce concerne exclusivement celui qui grâcie. C’est un truc perso, et avec un nul comme Hollande, sûr que ç’allait être un fiasco. Mais vos arguments judiciaires sont faux : la grâce n’a aucun effet sur les institutions, elle définit celui qui grâcie seul.
      Sauvage en bénéficie, certes, les féministes s’en congratulent certes, mais ce ne sont pas ces conséquences qui doivent permettre de juger du bien fondé de la grâce. La grâce c’est le coup de foudre en amour, le gros lot à la loterie, rien d’autre.
      Elle est sur un autre plan. Ne pas le voir est une lacune stupéfiante de la part d’une ” spécialiste ” comme vous dites être.

      • 10 Janvier 2017 à 17h36

        Theodora dit

        Ah non ! Hannibal, pas d’accord. Que François Hollande soit touché par la grâce de Julie Gayet je veux bien, mais pas par ces trois harpies qui n’ont rien de trois grâces, elles font peur …
        “La grâce concerne seulement celui qui grâcie” dites-vous … c’est faux !Je suis d’accord avec la prof : le message délivré par cette grâce arrachée à coup de diktats médiatiques est calamiteux et touche toute la société, c’est aussi un cadeau empoisonné pour le successeur de Hollande qui se croira obligé d’être aussi “gentil”.

        • 10 Janvier 2017 à 18h09

          Hannibal-lecteur dit

          Théodora, la grâce se décide dans le for intérieur de celui qui grâcie, c’est un fait, incontournable. 
          Que VOUS y voyiez un message etc. déplorable etc. c’est VOTRE analyse, légitime, que je ne conteste pas.
          Que des féministes pourries s’en emparent pour leur propre gloire, ça fait partie des conséquences, …malheureuses.
          Mais la grâce n’existe que parce que celui qui a le pouvoir de grâcier l’exerce en son âme et conscience, tout seul. Même un nul comme FH.
          En outre il s’agit d’un acte extérieur au système judiciaire, exceptionnel par définition. Toute conséquence sur son impact sur ce système est donc inepte : il lui est étranger.
          Castelneau, Pourhiet défendent leur coterie, comme les féministes la leur. On rigole.  
           

        • 10 Janvier 2017 à 18h13

          Warboi dit

          Des miroirs.
          Aussi ineptes les uns que les autres.

        • 10 Janvier 2017 à 18h58

          Wil dit

          Theodora dit
          “…Que François Hollande soit touché par la grâce de Julie Gayet je veux bien…”
          Ah c’est comme ça qu’on dit maintenant?Pfff,on a du mal à suivre.

      • 10 Janvier 2017 à 18h10

        Warboi dit

        Totalement d’accord avec Hannibal.
        Le droit a été parfaitement respecté.
        La grâce ressort d’une toute autre logique, elle n’a rien de judiciaire.
        ANLP est nulle en droit.

    • 10 Janvier 2017 à 17h05

      fleuraufusil dit

      Je suis une femme et en tant que telle, exaspérée par les souffrances au long cours de Mme Sauvage ( à lire au second degré car je ne supporte pas la passivité face à la violence) et son affirmation toute récente sur sa non-culpabilité ! Les bras m’en tombent comme disait la Vénus ! Elle tire dans le dos et non elle n’a rien fait ! Je déteste les pleurnicheries pseudo féministes qui confortent les femmes dans leur rôle ” séculaire” de victimes !
      M…..Quand on fait, on assume !

      • 10 Janvier 2017 à 17h20

        Hannibal-lecteur dit

        Baïonnetteaufusil, vous vous trompez du tout au tout en prétendant à la ” passivité ” de Sauvage : c’est le contraire, elle n’a jamais été passive, elle a toujours lutté contre le tyran, sa maîtresse etc. avec vigueur et détermination, entraînant par surcroît ses enfants dans son combat, les pauvres. Sa seule erreur – criminelle – est d’avoir voulu réformer le tyran, de s’y être stupidement obstinée. Voilà son crime, son vrai crime.
        Le tir dans le dos est un mirâcle de résurrection de la raison dans un océan de déni. Une chose magnifique, illégale mais magnifique. Et seule sortie possible du drame familial avec en plus justice enfin rendue à l’infect tyran que la justice officielle tolérait sans problème.
        Illégal, mais exemple à suivre! 

        • 10 Janvier 2017 à 17h37

          durru dit

          “exemple à suivre”
          C’est du troisième degré, j’espère…
          Car, tout à fait au premier degré, c’est exactement le message que veulent faire passer les militant(e)s que Sancho ne veut pas voir en tant que minorité et qui ont poussé le pépère à prononcer cette grâce qui permet à mme Sauvage d’affirmer, sans contradiction aucune, qu’elle est “innocente” (!).
          Et, comme le disait quelqu’un plus bas, ça serait le retour aux heures les plus sombres de notre préhistoire.

        • 10 Janvier 2017 à 18h33

          Hannibal-lecteur dit

          Bien vu, Durru !!!
          C’est pas du troisième degré. Je partage souvent vos opinions mais là, où je me moque de tous les messages de tous les fanas et les conchie joyeusement, je ne refuse pas le retour à Cromagnon…le cas échéant : quiconque touche un cheveu de ma progéniture s’expose ipso facto à se faire embrocher sur mon opinel à cran d’arrêt, loi ou pas, justice ou pas, et à part la camisole de force, je vois pas ce qui pourrait m’en empêcher !!! Au premier degré et par surprise, en plus, non mais.

        • 10 Janvier 2017 à 19h00

          Sancho Pensum dit

          Tsss, tsss, Durru…
          Les “militant(e)s” oeuvrant pour la libération de Jacqueline Sauvage n’auraient probablement pas eu gain de cause si leur action n’avait pas rencontré un assentiment général dans le pays. De fait, il est assez réducteur de vouloir attribuer la décision de Hollande à ces seuls “militant(e)s”. A un bout, il y a la famille proche de JS, et à l’autre il y a la grande majorité des Français. Entre les deux, tous les gens (showbiz, responsables politiques,…) qui se sont bougés le cul pour arriver à ce résultat. Bien malin celui qui pourrait dire qui est à l’origine de la décision de Hollande.
          J’ajoute qu’il est passablement puéril et HS de tenter de discréditer les associations féministes qui ont lutté pour sa libération en les qualifiant de néo, d’hystériques, de revanchardes, ou pire, horrescitis referens, de “minorité” !

        • 10 Janvier 2017 à 19h10

          durru dit

          Je vous signale que ce qui est mis en avant c’est la légitime défense “différée”, c’est à dire la vengeance pure et simple. Pour soi-même, pour la progéniture, tout comme pour l’arrière grand père ou le grand oncle décédé depuis des lustres.
          Votre opinel, je suppose que vous êtes tout à fait prêt à en assumer les conséquences, et cette attitude ne me pose pas bien plus de problème que ça, en connaissant la capacité à assumer leurs responsabilités des générations présentes.
          Le concept de “différer” la légitime défense, par contre, apporte la “nouveauté” de l’irresponsabilité pénale, c’est à dire de l’irresponsabilité tout court. Et ça, c’est une toute autre histoire. Je ne crois pas que vous soyez tout à fait prêt à expérimenter le mode de vie des Cro-Magnon là, de suite.
          Je ne fais pas d’autre commentaire sur votre analyse, que je trouve assez bien structurée, il faut le dire. Ce qui ne veut pas forcément dire que j’y adhère, mais pas le contraire non plus :)

        • 10 Janvier 2017 à 19h29

          durru dit

          Sancho, encore une fois, la première grâce présidentielle a été accueillie de manière assez calme un peu partout. Et effectivement il n’y avait pas beaucoup d’opposition dans l’opinion à cela.
          Mais pour la deuxième, comment dire… C’est un acte politique, c’est évident. Vous en connaissez beaucoup, vous, de coupables graciés deux fois?
          La seule chose qui vous excite à venir ici pourrir tout le monde est l’évidence (pour vous, comme pour Nadia ou Bill) qu’il s’agit de méchants réacs fascistes, misogynes et homophobes, la totale, quoi!
          Et vous nous sortez des aberrations du genre: “parce que la DDHC dit “La loi est l’expression de la volonté générale”, la volonté générale (cf les sondages sur le sujet) offrait la grâce à Jacqueline Sauvage…”. Comme si l’application de la loi serait l’expression du peuple. Comme pour les tribunaux populaires, en clair.
          Sancho, le grand démocrate totalitaire.

        • 10 Janvier 2017 à 19h35

          Wil dit

          Sancho Pensum dit”Bien malin celui qui pourrait dire qui est à l’origine de la décision de Hollande.”
          Sancho admet donc que Hollande est incapable de prendre une décision par lui même.Il lui faut quelqu’un pour qu’il fasse quelque chose.
          C’est probablement pour ça qu’il a voté pour lui.
          On voit le résultat.

        • 10 Janvier 2017 à 19h53

          Sancho Pensum dit

          “Je vous signale que ce qui est mis en avant c’est la légitime défense “différée”, c’est à dire la vengeance pure et simple”
          Pas dans l’article. Le premier à avoir évoqué ce sujet, c’est votre serviteur, à 17h32. Dans l’article, il est surtout question de victimisation, de minorités, de femelles hystériques, agrémentées d’arguties pseudo-juridiques, abondamment évoquées. On n’y reviendra pas.
          A la place de “légitime défense différée”, il serait plus approprié de parler de “prise en compte de l’état de la personne abattue”, en situation de “danger de mort permanent”.
          Je vous signale à ce sujet, et à mon tour, que Valérie Boyer, qui n’est pas représentante d’une minorité, puisque femme (il y a en France, plus de femmes que d’hommes) ni d’un courant politique minoritaire dans ce pays (parti Les Républicains) a déposé une proposition de loi en ce sens.
          Je vous signale également que cette disposition est présente dans le droit canadien depuis plus de vingt ans. Sans que ce pays ait, à ma connaissance, basculé dans le paléolithique…
          PS : je pense que Jacqueline Sauvage a aussi bénéficié, en plus de ses nombreux soutien d’un contexte social, où les violences faites aux femmes sont de moins en moins acceptées. Et ce contexte peut bien finir par aboutir à une législation se rapprochant de celle du Canada, même si je n’y suis pas personnellement favorable, estimant qu’on ne doit toucher à la légitime défense que d’une main tremblante et retenue.

        • 10 Janvier 2017 à 19h58

          durru dit

          Bien sûr, Sancho, bien sûr. Pas dans l’article, mais par vous et par tous les autres “défenseurs” de JS. Par ailleurs, je doute fort que la loi canadienne aurait abouti à l’acquittement de mme Sauvage.

        • 10 Janvier 2017 à 23h48

          saintex dit

          Sancho Pensum dit, “ce qui est mis en avant c’est la légitime défense “différée”, c’est à dire la vengeance pure et simple”.
          Ben v’là aut’chose, le cours de droit continue.
          La vengeance a maintenant un lien avec le fait de se défendre, et la légitime défense différée est devenue un concept clairement établi.

        • 11 Janvier 2017 à 13h44

          Sancho Pensum dit

          C’est pas moi qui le dit, Saintex, c’est Durru. Lisez au moins le fil des conversations avant d’intervenir, svp.

        • 11 Janvier 2017 à 15h58

          durru dit

          Evidemment, Sancho. Ca aurait été trop de votre part d’apporter une contribution utile aux échanges. J’aurais dû le faire remarquer moi-même à Saintex.

      • 10 Janvier 2017 à 17h32

        Sancho Pensum dit

        Elle ne dit pas qu’elle n’a rien fait. Elle ne dit pas qu’elle est innocente. Elle dit qu’elle ne se sent pas coupable.
        Par ailleurs, et ce sont des faits statistiques, les femmes sont 4 fois plus victimes de violences conjugales que les hommes et 7 fois plus victimes de meurtres au sein du foyer. Là, non plus, la parité n’est pas respectée. Loin s’en faut.
        Féminisme ou pas, soutien de JS ou non, puisse au moins cette affaire faire prendre conscience à chaque homme, au moment où il lève la main sur sa femme, des risques qu’il court, devant la justice, évidemment, mais aussi, désormais devant l’opinion publique, qui est en train d’étendre, pour le moment inconsciemment, la légitime défense à ce genre de situation…

        • 10 Janvier 2017 à 17h44

          durru dit

          Et qu’est-ce que ça sera quand la légitime défense “décalée” sera inscrite dans la loi…
          A Radio Erevan, on disait des communistes qu’ils ont tellement combattu pour la paix, qu’il ne reste plus pierre sur pierre.
          On aura sous peu l’occasion de dire de nos chers progressistes qu’ils ont tellement poussé le progrès qu’ils nous ont ramené à l’âge de pierre (pas de Pierre, hein).

        • 10 Janvier 2017 à 18h27

          saintex dit

          Facile, quand une telle loi existera, la parité sera respectée. Et si elle se met à pencher dans l’autre sens, ce qui est assez prévisible, et bien ce ne sera qu’un juste retour de bâton contre les opprimeurs millénaires (même s’il y a peu d’hommes millénaires qui battent leurs femmes, ou peu tout court);

        • 10 Janvier 2017 à 19h13

          Wil dit

          Sancho Pensum dit
          “Féminisme ou pas, soutien de JS ou non, puisse au moins cette affaire faire prendre conscience à chaque homme, au moment où il lève la main sur sa femme, des risques qu’il court, devant la justice, évidemment, mais aussi, désormais devant l’opinion publique…”
          Euh,le type est mort de plusieurs coups de feu dans le dos.Donc l’opinion publique,je crois qu’il s’en fout maintenant.
          Le problème n’est pas la justice ou l’opinion public qui change selon les évènements et le bourrage de crâne des médias mais que la décision de Hollande,qu’il n’a pas prise quand il pensait encore à se réélection…comme par hasard, donne un mauvais signal aux victimes féminines de violences conjugales qui pourraient penser qu’à partir du moment où elles sont victimes de ces violences elles ont une bonne raison de tuer leur compagnon.
          Les violences conjugales ne sont pas une justification au meurtre.

    • 10 Janvier 2017 à 15h45

      Patrick dit

    • 10 Janvier 2017 à 15h43

      saintex dit

      Le lien que Sancho, dans sa frénésie googlowikipedinne, a mis en ligne est plutôt intéressant et mériterait des développements avec des apports extérieurs.
      Malheureusement ses infinies prétention et grossièreté sont de nature à décourager l’auteur d’une éventuelle réponse. C’est dommage parce qu’un cours de droit serait tout aussi profitable à l’ensemble des lecteurs qu’à celui qui se croit en position d’en donner.
      Pour mémoire, et tant qu’a wikipédier, éAnne-Marie Le Pourhiet est une juriste française spécialiste de droit constitutionnel, professeur des universités en droit public à l’Université de Rennes I. Elle est chevalier de la Légion d’honneur”.

      • 10 Janvier 2017 à 16h02

        Sancho Pensum dit

        Vous voulez parler de l’équité et de la justice ? Libre à vous, et à d’autres, de rebondir sur cette question. Vous vous apercevrez assez rapidement, en creusant la question, qu’il est insane de confondre les deux, tout spécialiste de droit constitutionnel qu’on soit…
        PS : l’attribution de la légion d’honneur n’est pas une réfutation dirimante de mes critiques ; on la donne vraiment à n’importe qui, de Balkany au prince d’Arabie saoudite.

        • 10 Janvier 2017 à 16h09

          durru dit

          J’ai bien peur que mme Le Pourhiet a un peu moins de villas, de comptes en banque et d’audience que les sus-cités. La comparaison est (légèrement) poussée.

      • 10 Janvier 2017 à 18h56

        saintex dit

        Justement, je n’ai pas dit vouloir en parler mais vouloir en apprendre de gens compétents. Or si votre lien est intéressant, votre apport ne peut aller plus loin car votre incompétence en la matière et votre mauvaise foi intrinsèque prennent aussitôt le relai.

        • 10 Janvier 2017 à 19h09

          Sancho Pensum dit

          Il ne me sert à rien de développer les ramifications politico-juridico-philosophiques de la distinction entre équité et justice.
          Non pas que je n’en ai pas les compétences, mais parce que cela m’est inutile pour mon propos.
          Lequel était de montrer simplement que la juriste pourrie a raconté n’importe quoi sur ce sujet.

        • 10 Janvier 2017 à 23h51

          saintex dit

          Effectivement ça ne vous sert à rien puisque de toutes façons votre mauvaise foi vous a coupé les crédits. C’est l’inutilité pour les autres lecteurs qui est la conséquence de votre incompétence en la matière.

    • 10 Janvier 2017 à 15h12

      jo1934edunom dit

      Excellent article !
      Excellente réflexion, qui m’a, d’ailleurs, aidé à mieux comprendre ma réflexion personnelle.
      J’étais jusqu’à présent favorable à l’existence du droit de grâce. Dans une réaction à un article de Régis de Castelnau, j’avais expliqué que dans certains cas, ce droit de grâce permettait de résoudre des légitimités inconciliables. Et j’avais pris l’exemple du ”cas Pétain” à la Libération.
      Lors du procès Pétain, le Tribunal avait jugé légitime de condamner Philippe Pétain, au regard des fautes commises, à la peine capitale. Mais en même temps, ce Tribunal estimait souhaitable, au regard des mérites particuliers de l’intéressé durant la première guerre mondiale, que cette peine capitale ne fût pas exécutée.
      Le général De Gaulle, en tant que président du GPRF, exerça ce droit de grâce et , en commuant la peine en détention à vie,évita à la France d’avoir à exécuter son propre ”sauveur de 1917” !
      Anne-Marie le Pourhiet m’a convaincu que de telles circonstances sont exceptionnelles et le droit de grâce lié à la peine capitale en tant que telle !
      On doit aujourd’hui se rallier à l’idée que la suppression de la peine de mort aurait dû entraîner, de fait, la suppression du droit de grâce. Et ceci, au moins depuis la constitutionnalisation de l’abolition de la peine de mort en 2007!
      Comme le dit A.M.Le Pourhiet, ce droit de grâce vestige de l’Ancien Régime suppose, pour être exercé à bon escient, un souverain éclairé.
      A notre époque, qui est celle des ”monarques républicains” trop souvent tentés par de petits calculs de court terme, la solution la plus simple, pour nous éviter le ridicule de la situation d’aujourd’hui, est de supprimer ce reliquat régalien !

      • 10 Janvier 2017 à 15h46

        Sancho Pensum dit

        1. Ce droit de grâce n’est pas un vestige de l’ancien régime. Il a été supprimé à la révolution française et réintroduit plus tard par Napoléon.
        2. Le droit de grâce n’est pas indéfectiblement lié à la peine de mort. Dreyfus en a bénéficié, alors qu’il ne risquait pas la peine capitale. Et depuis les années 70 jusqu’à 2008, les automobilistes en ont bénéficié, par milliers, le jour du 14 juillet.
        3. Si on lie, à tort, les deux choses, c’est que le recours en grâce était la règle (la loi ?) quand la peine de mort existait. C’est une erreur juridique de croire que la suppression de l’une entraîne la suppression de l’autre. Il ne peut s’agir que d’une décision politique.

        • 11 Janvier 2017 à 13h34

          jo1934edunom dit

          Je pense que vous n’avez pas compris le sens de l’article.Relisez le attentivement.
          D’autre part, votre premier point sur ‘l’ancien régime’ n’est pas pertinent.Il vous a peut-être échappé que Napoléon a voulu,entre autres, substituer sa propre dynastie à celle des Bourbons.

    • 10 Janvier 2017 à 15h07

      Tonio dit

      Jacqueline Sauvage ne se sent «pas du tout coupable» du meurtre de son mari: le coup est parti tout seul!

      C’est dangereux ces trucs-là quand même…