Sarkozy: en attendant Soleil Vert | Causeur

Sarkozy: en attendant Soleil Vert

Le réchauffement climatique, on verra plus tard

Auteur

Jérôme Leroy

Jérôme Leroy
Ecrivain et rédacteur en chef culture de Causeur.

Publié le 15 septembre 2016 / Politique

Mots-clés : ,

Dans un élan populiste, Nicolas Sarkozy a émis des doutes sur l'origine humaine du réchauffement climatique. Cela ne freinera pas le grand chambardement écologique en cours.
sarkozy lr rechauffement climatique

Nicolas Sarkozy. Sipa. Numéro de reportage : AP21947315_000004.

Nicolas Sarkozy ne croit pas au réchauffement climatique. Ou, plus exactement, soyons précis, il ne croit pas que l’homme en soit la cause unique. Nicolas Sarkozy dit évidemment ce qu’il veut, comme n’importe quel citoyen, n’importe quel militant LR, n’importe quel homme de droite, n’importe quel homme de droite dure, n’importe quel candidat aux primaires et même n’importe quel ancien président de la République. Il dit ce qu’il veut, donc, même des bêtises. Peu importe finalement que sa sortie sur le climat contredise l’écrasante majorité de la communauté scientifique. Non, ce qui m’étonne dans ses propos, ce sont deux choses.

Un candidat anxiolytique

La première, c’est qu’il se montre anxiolytique. En effet, pour lui, finalement, contrairement à Chirac qui estimait que sur cette question la maison brûlait déjà et que l’on regardait ailleurs, le réchauffement, ce n’est pas bien grave. Ecoutons-le : « On a fait une conférence sur le climat. On parle beaucoup de dérèglement climatique, c’est très intéressant, mais ça fait 4,5 milliards d’années que le climat  change. L’homme n’est pas le seul responsable de ce changement. » J’aime beaucoup le « C’est très intéressant ». Il faut reconnaître à Sarkozy un don certain pour l’antiphrase méprisante et l’ironie condescendante. Bref, le bon sens près de chez vous dans sa version poujadiste light parce que sans doute, il pense que c’est ça qui plait au peuple. Qu’on se moque un peu de ses élites vertes bobos qui veulent l’empêcher de rouler au diesel et le forcer à manger du quinoa après avoir fait ses besoins dans des toilettes sèches entourés de zadistes à crolles pouilleuses.  C’est étonnant parce qu’il n’y a bien que sur ce seul sujet,  le climat, que le candidat Sarkozy a un côté Lexomil. Pour le reste, il est quand même très anxiogène. La France est au bord de l’effondrement, une vague islamiste nous submerge, la guerre de mille ans est déclarée, les migrants nous étouffent, sans compter les assistés qui profitent du système, les chômeurs qui sont des feignants et les fonctionnaires des privilégiés à moins que ce ne soit le contraire.

Panoplie idéologique

La seconde chose qui ne laisse pas de m’étonner, c’est l’effet panoplie idéologique de l’homme de droite. Pourquoi en effet refuser d’admettre la gravité de la situation sur ce plan-là aussi ?  Et pourquoi, le citoyen qui s’alarme du réchauffement, à l’instar, répétons-le, des spécialistes qui ont quand même fait quelques études, est qualifié de « réchauffiste » ? En général, si vous êtes « réchauffiste », allez savoir par quelle mystérieuse alchimie, vous êtes aussi, assez vite, partisan de la culture de l’excuse pour les délinquants, pédagogiste, voire, si vous émettez quelques réserves sur l’importance donnée à l’affaire du burkini, « islamogauchiste ». Oui, c’est comme ça, c’est un tout.

J’ai bien une ébauche d’explication à cette position sarkozyste sur la question du climat Elle est celle d’une certaine droite (et d’une certaine gauche aussi) qui ces temps-ci préfère mettre en avant la question identitaire plutôt que la question sociale. Reconnaître que l’homme est pour quelque chose dans le réchauffement climatique reviendrait à poser la question du mode de production capitaliste qui est le nôtre partout dans le monde. Et éventuellement à rompre avec lui pour des questions de survie sachant qu’il va quand même y avoir des générations qui risquent de payer très cher nos tergiversations actuelles. Comme le disait le regretté président Chavez (meilleur que son successeur, concédons-le) lors de la conférence sur le climat à Copenhague : « Si le climat était une banque, ils l’auraient déjà sauvé. »

Oui, Sarkozy dit ce qu’il veut. Mais quand la même semaine, je vois un panneau sur l’autoroute qui me prévient d’un pic de pollution et que je lis dans Le Monde cet article assez effrayant sur les effets du réchauffement sur les océans ,  je ne peux pas m’empêcher de penser une chose simple : à quinze ans, je regardais Soleil Vert  au cinéma. A cinquante, je vis dedans.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 20 Septembre 2016 à 20h04

      Danny Wolf dit

      La thermodynamique nous explique que tout système organisé tend inéluctablement vers sa décohésion , entropie quand tu nous tiens , tu ne nous lâche plus .. Ainsi en va t il des escargots , des super-géantes bleues , des rois de France  et de tout ce qui est …
      On ne sauvera pas la planète d ‘une mort annoncée , le seul espoir , peut-être , réside dans la domestication de la fusion nucléaire , et encore …
      Donnons nous bonne conscience avec la suppression des sacs en plastique … Un vrai écolo ne vous le dira pas mais il en rêve : une gigantesque pandémie qui réduirait la population humaine des deux tiers , et là , la nature serait sauvée pour au moins deux siècles de plus ..  

    • 19 Septembre 2016 à 21h12

      Pinochio dit

      Sans doute Sarkozy a mal présenté ses arguments, mais il a mis le doigt sur une composante importante de la pollution par l’homme : la démographie galopante. Celle-ci augmente plus vite (+50% d’ici la fin du siècle) que les économies en matière de pollution que l’on souhaite nous appliquer (-20 % -30% ?? par individu) sans compter que les populations des pays en voie de développement veulent vivre un jour confortablement. Autrement dit les solutions envisagées n’aboutiront à rien si on ne s’occupe pas de la démographie. Et cela Sarkozy est l’un des premiers à le mettre en évidence.

      • 20 Septembre 2016 à 11h22

        AD CITOYEN dit

        Parfaitement d’accord. C’est ce que disent les scientifiques.

        • 20 Septembre 2016 à 19h20

          beornottobe dit

          en effet, il y a une contradiction quelque part !……..

    • 18 Septembre 2016 à 21h20

      Mazagan dit

      Les derniers commentaires sont débiles et injurieux. Parlez du contenu de l’article, qui me semble tout à fait correct contrairement à vos appréciations sur son auteur, et non d’autre chose, histoire de dénigrer une opinion sans la discuter.

      • 18 Septembre 2016 à 22h18

        kelenborn dit

        Libre à vous d’entamer une croisade des benêts! vous en trouverez une poignée ici , un avec un âne, l’autre avec des ribaudes pour égayer le voyage
        Plus sérieusement, soit vous lisez mal soit vous êtes de mauvaise foi!! Il n’est nul besoin de faire la peau de Leroy !! Le PC a été assez grand pour se tirer sans aide une balle dans le pied!
        Ce qui est agaçant, en revanche, c’est de voir débarquer des rescapés du radeau de la Méduse venant vous expliquer que le naufrage, cela n’existe pas! En clair, nombre de gens qui sont ici en ont assez d’être pris pour des cons!
        Car, ce que fait Leroy c’est la enieme interprétation de la symphonie en mensonge majeur. L’Histoire du réchauffement climatique, c’est l’escroquerie du siècle comme les lendemains qui chantent grâce au petit père des peuples ou du grand Timonier l’ont été auparavant!Alors non et non et surtout pas avec Leroy comme chef d’orchestre!! Surtout pas avec Leroy glissant au milieu de la symphonie quelques notes d’une Internationale qu’il a ensanglantée
        Maintenant , si les moutons de Panurge vous semblent une plus agréable compagnie libre à vous!! Shon le mouton donne un concert la semaine prochaine sur Arte!
        MK

        • 19 Septembre 2016 à 18h48

          Pom’ Potes dit

          +1 pour “être pris pour des cons”

          Honnêtement, les insultes de sceptique ou d’islamophobe, souvent utilisé de manière similaire pour tuer le débat, deviennent les seules échappatoires possibles de ceux qui ne veulent pas faire face au degré d’extrémisme dont ils ont fait ou font encore preuve (catastrophisme ou bisounours intégral suivant le sujet -intéressant d’ailleurs de constater que dans un cas appeler à l’apocalypse est politiquement correct et conseillé alors que dans l’autre, simplement parler d’incompatibilités est une horreur raciste, passéiste ou je-ne-sais-quoi).

          Derrière un grand nombre de sceptiques et, ailleurs, d’islamophobes, se cachent en vérité des gens qui commencent à en avoir marre qu’on appelle sans cesse à leurs bons sentiments (et dans la foulée à leurs porte-monnaies et à leurs votes et à…).

          D’un côté il ne se passe pas grand-chose mais la catastrophe ne saurait tarder. De l’autre, on a déjà plus que des signes précurseurs mais tout va bien voyons.

          Il y a vraiment de plus en plus d’indécrottables.

    • 18 Septembre 2016 à 13h16

      IMHO dit

      Et à part ça, je ferais remarquer aux forcenés que Jérome Leroy a cessé d’être communiste alors que catho réac ou facho, on le reste tout sa vie, jusqu’à l’impénitence finale .
      Paul Morand et Chardonne, eux, n’ont jamais cessé dans leur puante correspondance d’après-guerre d’échanger des saletés antisémites.

      • 18 Septembre 2016 à 14h54

        Warboi dit

        Et ce sont les chouchous de Leroy… cherchez l’erreur quand même.
        Et il est toujours communiste, enfin il se présente comme tel, ce qui est son droit absolu, même si le communisme est en voie de disparition accélérée. On peut penser raisonnablement qu’au train où vont les choses, il n’y aura plus aucun communiste revendiqué tel dans une génération. Des radicaux, des alters, des autonomes, de la nébuleuse gauchiste plus ou moins violente, sûrement, mais le logiciel communiste est mort en 89. Alors protégeons les derniers survivants…

      • 18 Septembre 2016 à 21h00

        kelenborn dit

        Ben c’est bien le problème mon chou!! Au moins, les seconds on les repère tandis que les cons comme Leroy, ça change de peau, de couleur, ça perd ses cheveux, ça devient impuissant mais…la bête reste là!!
        Camabadélis a été trotskiste, DRAY aussi Plennel aussi (et Félicie aussi car la liste n’est pas close comme le sont les chiottes) , Lipietz a été maoïste mais ce sont toujours des canailles . J’en connaissais un qui a commencé au PSU est parti à la gauche prolétarienne, puis chez les Verts pour finir au PS!!!C’est bien le problème du PS!! c’est un sphincter largement ouvert à tous les délinquants sans vergogne, c’est une fille publique et la preuve c’est qu’elle accepte de se faire sauter par Eugene
        Bref, l’avantage des fachos c’est que tu es la pour les tenir à l’oeil!! Les autres, on les laisse sans bracelet électronique!!
        MK