Le problème aujourd’hui, c’est l’islam radical, pas la droite nationale | Causeur

Le problème aujourd’hui, c’est l’islam radical, pas la droite nationale

Entretien avec Jean-Yves Camus

Auteur

La rédaction

Publié le 27 juillet 2016 / Politique Religion

Mots-clés : , , , ,

Les forces de l'ordre montent la garde devant l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Photo : SIPA.AP21927520_000015)

Causeur. L’attaque de l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray et l’égorgement du prêtre revendiqués par l’Etat islamique visent-ils à provoquer des affrontements entre chrétiens et musulmans, voire une guerre civile faisant imploser la société française, comme vous le faisait dire Libération dans un entretien réalisé avant l’attentat de Nice1 ?

Jean-Yves Camus.2 Précisons d’abord que je ne souhaite pas l’implosion de la société française. Au-delà de mon positionnement politique clairement à gauche, je suis avant tout français. C’est la France qui est attaquée depuis des mois, elle n’a pas décidé d’être en état de guerre. J’ignore quelle sera la réaction de la société française à l’acte terroriste d’hier mais je suis certain que les catholiques de France ne se dresseront pas contre une autre partie de la nation. Clairement, le choix du lieu, de la cible et du moment de l’acte manifestent une attaque réfléchie et pensée contre l’Eglise catholique, ses prêtres et ses fidèles. C’est un acte de guerre de religion. On a aussi franchi un nouveau cap dans la localisation géographique des actes : après la capitale, après une très grande ville de province, c’est une petite ville de la France profonde qui est visée. Et la victime est un prêtre égorgé dans son lieu de culte le jour de l’ouverture des Journées mondiales de la jeunesse (JMJ), ce qui n’est pas un hasard.

Est-ce à dire qu’au même titre que l’antisémitisme, l’antichristianisme est aujourd’hui un puissant moteur de la violence djihadiste ?

Même s’il y a une composante spécifiquement antijuive dans le discours de l’islam radical, dès l’époque d’Al-Qaïda, on était face à une organisation se réclamant du « front mondial contre les croisés ». La référence aux Croisades inclut bien évidemment les chrétiens. C’est l’ensemble des sociétés « apostates » qui est visé. Il n’y a qu’à voir le sort réservé aux chrétiens du Proche-Orient qui n’ont même plus aujourd’hui la possibilité de vivre en dhimmitude. Auparavant, ils étaient dans une situation insatisfaisante mais au moins pouvaient-ils vivre sur place. Maintenant, en Syrie ou en Irak, dans les zones contrôlées par Daech du moins – Bachar Al-Assad n’ayant jamais persécuté ni exterminé les chrétiens –, les chrétiens ne peuvent plus survivre. Mais ce n’est pas une raison pour croire que les chrétiens d’Orient doivent venir vivre chez nous. La solution consiste au contraire à ce que nous leur permettions de vivre à nouveau dans ces pays où ils sont implantés depuis deux millénaires, comme le réclame légitimement l’œuvre d’Orient.

Depuis hier, beaucoup de « chrétiens d’Occident » vivent dans la crainte, sinon dans la colère. Jugez-vous crédible l’hypothèse d’une réplique violente d’« ultradroite » au djihadisme ?

Il ne faut pas éliminer la possibilité qu’il existe un fou furieux, un déséquilibré ou un individu ayant par ailleurs des idées qui, demain, commette un acte terrible. Au moment de l’affaire Breivik, j’ai dit que cet homme avait des idées d’extrême droite (qu’il avait d’ailleurs exposées) mais que ce n’était pas une raison pour imputer la responsabilité de son acte au Parti du progrès dont il avait été adhérent. De même, ce n’est pas parce que qu’un de ses membres commettra un acte criminel que cela mettra en cause l’ensemble des mouvances de la droite nationale. Même après l’affaire du prêtre de Saint-Etienne-du-Rouvray, personne ne peut penser que les milieux cathos-tradis ou le Front national n’incitent leurs militants à passer à l’action violente. Si une réplique se produisait un jour, compte tenu de la manière dont le paysage politico-médiatique fonctionne, cet acte aurait des répercussions dramatiques pour l’ensemble de la droite.

Pourquoi ?

Quand on réagit sous le coup de l’urgence, sans avoir toutes les informations nécessaires, ou avec un parti pris idéologique, les mises en cause sont toujours générales. Si des représailles se produisaient, tous ceux qui font de l’islamophobie l’alpha et l’omega de la politique française, qui pensent que la France est naturellement islamophobe, que l’Etat a instauré des discriminations, pourraient dire : « Vous voyez bien, nous l’avions annoncé ! » Or, le problème aujourd’hui est l’islam radical et les attentats qu’il commet. On ne peut pas coller le label d’islamophobe à la France tout entière ni à l’Etat. Le risque, c’est qu’un acte isolé efface cette vérité et donne la possibilité aux pyromanes habituels, au lieu de voir le problème auquel la France est confrontée – la guerre que l’islam radical nous a déclarés -, de renverser la perspective en expliquant que l’islamophobie galopante est le problème du pays.

Trouvez-vous donc infondées les critiques de la politique internationale « islamophobe » de la France, engagée sur plusieurs fronts en Afrique et au Proche-Orient ?

On a vu des gens se réunir place de la République à Paris autour du slogan « Leurs guerres, nos morts ». Mais nos guerres sont légitimes ! C’est leur guerre qui est illégitime. Quand on intervient en Syrie ou en Irak sous quelque forme que ce soit, quand des soldats de nos forces spéciales vont en Libye pour éviter que les islamistes en fassent un nouvel Etat sous leur coupe, la France est dans son droit. Depuis vingt ans, on entend toujours les mêmes, d’ailleurs peu nombreux, prétendre que si nous n’étions engagés sur aucun de ces théâtres d’opération, il ne se passerait rien. Malheureusement, on pourrait se retirer demain matin du Mali, de Libye, d’Irak et de Djibouti même, la guerre de civilisations lancée par Daech serait toujours là.

Dossier: les attentats de Nice et Saint-Etienne-du-Rouvray, par magazinecauseur

  1. Un entretien opportunément retweeté par Edwy Plenel le matin du 15 juillet
  2. Jean-Yves Camus est spécialiste de l’extrême droite.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 31 Juillet 2016 à 9h42

      SPLASH dit

      L’important, ce n’est pas la rose….L’important, c’est le FOOT ! non ce n’est pas du hors sujet, tout simplement pour rappeler à tous les français que lors de l’EURO 2016, aucun cadavre n’a été déploré, aucun parents meurtris de chagrin, aucun corps retrouvés déchiquetés sur les centaines de mètres, et j’en passe. Pourtant, tout ceci s’est passé en France, sous le soleil exactement. Les privilèges de l’Etat et surtout les mannes financières passent bien avant l’existence ordinaire du quidam en vacances, à l’église, par exemple. Alors, messieurs les politiques, les idées anti ceci, anti cela, reprenez les avec L’EURO puisque vous avez si bien géré, anticipé, évité les pires actes de barbarie que les français subissent, car il y a encore des blessés graves, entre la vie et la mort, je ne vais pas faire un dessin.

    • 30 Juillet 2016 à 16h45

      mjpg dit

      Islamisme radical = pléonasme

    • 30 Juillet 2016 à 16h11

      beornottobe dit

      ne trouvez-vous pas étrange le grand silence des “femen” ?….
      serait-ce que le P.S en enfin compris qu’il ne serait pas réélu?

    • 29 Juillet 2016 à 15h22

      Livio del Quenale dit

      Si Trump avait quelque chance de passer, ce serait parce qu’il représente un espoir de réaction énergique et salutaire face à l’inertie apathique et inefficace de Clinton qui cache bien son jeu perfide, et des gouvernements de cette période fin soixante-huitarde.

      Et effectivement les gens de tts couleurs mais citoyens se foutent pas mal de ce pseudo racisme qui en fait n’est que le comportement, certes macho, mais énergique de qui veut défendre sa tribu et son territoire .

      D’aucun trouveront comme d’hab que cela primaire, ça y est, le mot de la doxa ambiante est lâché, mais vu ses très mauvais résultats avec son dumping humanistique et de bons sentiment à outrance,restant dans les “hauteurs” de son idéal en niant les réalités,  revenir aux fondamentaux, qui ont fait leur preuves et montré aussi leurs limites, ne peuvent que nous remettre en selle face à ces fous qui comprennent que l’occident devient un ventre mou où l’on peut “taper” comme les souris dans une meule de gruyère.
      Alors lâchez vos chats chasseurs et adaptons nos lois face à cette nouvelle donne… Si ce n’est pas déjà trop tard, si non ce sera une lutte à mort civile et religieuse cette fois, ce qu’elle n’est pas encore . 
      – 

    • 29 Juillet 2016 à 10h27

      korsor dit

      De toutes façons, on s’apprête à voter un peu partout, y compris en Allemagne, Trump le salaud raciste (rajoutez votre qualif) va bénéficier de l’effet Europe en sang… Contrairement à ce que veulent nous faire croire les gauchistes, les noirs ne voteront pas massivement clinton ni les femmes d’ailleurs, ni les fans de Bernie… Voir le peu de gens à la convention…

      https://youtu.be/zGRo1mH2_8w

    • 29 Juillet 2016 à 10h11

      korsor dit

      A écouter ce pékin, faut se laisser égorger, rouler dessus par un pl, mitrailler (et pire…) sans réagir parce que sinon on est islamophobe… Il est complètement cinoque ce gauchiste… C’est avec des pedzouilles pareils qu’on coule le pays. Je ne suis pas un fan inconditionnel de De Gaulle mais jamais il n’aurait mouillé son pampers comme ce gars là… Si ce Camus là croit avoir la moindre influence sur notre dépression d’avoir des mazarins qui espèrent encore que les arabes vont voter en masse pour eux, en Mai ils vont l’avoir dans la raie… De toutes façons il n’y aura pas de majorité à l’assemblée après l’élection de PR (relire la sequence de 2012) et la droite composera avec… Ce qui restera de la gauche, ce qui scellera son tombeau…

    • 29 Juillet 2016 à 2h20

      Livio del Quenale dit

      Non ce n’est pas la droite, mais le vulgum pecus excédé des errements de ce gouvernement fêlé.
      -
      Non ce n’est pas une guerre de religion, mais un combat contre des voyous qui embrigadent au prétexte de religion de jeunes écervelés qu’ils transforment en bêtes fauves drogués de chimie et d’idéologie pseudo religieuse.
      Dont une gauche trouillarde essaye de s’attirer les bonnes grâces pour ne pas se faire “égorger”.
      Compromissions, laxismes, et incapacités ont depuis quatre ans exacerbés un abcès lattant en phlegmon purulent virant au cancer métastasé.
      – 

    • 28 Juillet 2016 à 16h16

      riffcaster dit

      ” Le problème aujourd’hui, c’est l’islam radical ”

      NON … c’est l’islam.

    • 28 Juillet 2016 à 16h05

      jph dit

      J’ai bien peur que ‘soumission’, appels aux meurtres, nazislamisme ne soient pas compatibles avec République, laïcité, réflexion philosophique, autonomie de la Pensée, esprit critique, égalité des sexes, Droits de l’Homme, citoyenneté, émancipation du sujet souverain et autonome, amour des Arts, Culture, Civilisation…
      Relisons ‘Education européenne’ de Romain Gary, entre autres.

    • 28 Juillet 2016 à 15h27

      beornottobe dit

      propagande socialiste comme toujours……..

    • 28 Juillet 2016 à 14h51

      aicaqb dit

      Le problème aujourd’hui c’est l’islam tout court! Tant que les responsables religieux musulmans n’auront pas modifié le coran pour éradiquer les sourates assassines et pris des mesures pour assouplir les règles de vie des musulmans (tenue vestimentaire, prières obligatoires, liberté pour les femmes etc) la civilisation européenne et plus particulièrement la culture française feront l’objet d’un affrontement incessant avec cette religion.

      • 28 Juillet 2016 à 21h26

        pacharli dit

        Le coran ne peut être modifié : c’est la parole de dieu
        Donc : soit les musulmans le renie : OK
        Soit : la valise ou le cerceuil

        • 29 Juillet 2016 à 6h26

          beornottobe dit

          je pense plutôt que c’est la parole d’un prophète (chef de guerre) qui entendait aussi des voix (soit disant de dieu) en fait ce n’était qu’un prétexte pour faire passer tout le reste (à l’époque)