Sadiq Khan, l’opportuniste | Causeur

Sadiq Khan, l’opportuniste

Comment le nouveau maire de Londres a fait feu de tout bois

Auteur

Luc Rosenzweig

Luc Rosenzweig
Journaliste.

Publié le 10 mai 2016 / Monde

Mots-clés : , , , ,

(Photo : SIPA.REX40416770_000008)

Dans nos gazettes bien-pensantes habituelles, Le Monde, Libération, sur les ondes de Radio France, on ne cache pas sa joie : « Alleluïa ! Londres, la plus grande métropole européenne vient d’élire un maire musulman ! Gloire à Sadiq Khan, fils de chauffeur de bus pakistanais qui vient de mettre la pâtée au rejeton de milliardaire juif Goldsmith dans la plus hype des villes-monde d’Occident ! »

Le storytelling se déploie en XXL racontant la saga d’un petit « paki » escaladant à la force de son intellect et de son talent l’échelle sociale britannique, musulman pratiquant, certes, mais si modéré et propre sur lui qu’on lui donnerait le bon Dieu anglican sans confession. Au Monde, l’éditorialiste de service profite même de l’occasion pour mettre la honte à la classe politique française : « En France, quelques places sont réservées, au gouvernement, aux éléments les plus prometteurs des milieux issus de l’immigration. Mais les places éligibles dans les listes des partis, au moment du scrutin, restent généralement inaccessibles. C’est une erreur stratégique, que nous payons cher ». Ben voyons ! Comme si, par exemple, Madame Rachida Dati avait dû ramer comme une malade pendant des années sur les marchés du 7ème arrondissement de Paris pour se faire élire maire du plus bourge des arrondissements de la capitale !

La réalité est toute autre. Sadiq Khan est un pur produit du communautarisme territorial modèle britannique. Celui qui passe par le Parti travailliste et un système électoral (scrutin majoritaire à un tour) qui assigne à résidence politique les candidats issus de l’immigration aux circonscriptions où le poids démographique de leurs coreligionnaires issus de leur ethnie détermine le résultat de l’élection.

Sadiq Khan, avocat spécialisé dans la défense des droits de l’homme, en fait défenseur des extrémistes musulmans de tous poils œuvrant dans le Londonistan de naguère, conseiller juridique du Muslim Council of Britain, a longtemps fricoté avec les islamistes radicaux avant de prendre ses distances (apparentes) avec eux une fois son objectif atteint : la conquête en 2004, de la circonscription électorale de Tooting, au sud de Londres.

J’ai, pour des raisons familiales, fréquenté Tooting, où l’un de mes enfants expat’, mais pas trader, avait planté sa tente avec sa famille car c’était un des rares endroits de Londres encore abordable pour son budget de l’époque. Hormis les petites maisons en briques rappelant le passé de banlieue ouvrière du quartier, on se serait cru à Lahore ou à Karachi, tant le spectacle de la rue, des commerces révélait la ghettoïsation d’un secteur d’où les « natives » piliers de pubs rouquins ou mémères en bigoudis avaient déguerpi depuis belle lurette. De fil en aiguille, Tooting est devenu un fief réservé à un élu pakistanais, adoubé par les mosquées locales. Sadiq Khan, qui faisait l’éloge public de Youssef Al-Qaradawi, le prédicateur extrémiste et antisémite de Al Jazeera, dûment tamponné « halal », par les autorités religieuses du secteur, l’emporta haut la main à sa première tentative d’entrée à la chambre des Communes.

En revanche, il avait quelque souci à se faire pour sa réélection en 2010, puisqu’il était comptable, devant ses mandants, des prises de positions de son patron, Tony Blair, dans la guerre d’Irak, comme fidèle allié de Georges W. Bush, et de sa politique de lutte antiterroriste. Il avait bien, au lendemain des attentats de Londres de 2005, pris ses distances avec Blair, en imputant au soutien de Downing Street à la campagne israélienne contre le Hezbollah libanais la propension des djhadistes britanniques à assassiner leurs concitoyens, mais l’élection s’annonçait tout de même périlleuse. Son principal concurrent était en effet un autre anglo-pakistanais, Nasser Butt, candidat du Parti libéral-démocrate, qui pouvait, lui, se targuer que sa formation politique avait voté contre l’engagement britannique dans la guerre d’Irak, une position largement partagée par les électeurs de Tooting… Seulement voilà : Nasser Butt était membre de la secte musulmane des Ahmadistes, une obédience quiétiste fondée en 1889 dans l’Inde coloniale, prônant la tolérance et le djihad par la plume et non pas par l’épée, dont les quelques dix millions de fidèles sont répartis à travers le monde, majoritairement en Inde et au Pakistan. Persécutés après l’indépendance par les majorités sunnites, beaucoup d’entre eux émigrent, au Royaume-Uni, aux Etats-Unis et au Canada. L’Organisation de la conférence islamique les excommunie, et les interdit de pèlerinage à La Mecque. Monsieur Sadiq Khan, le grand libéral aujourd’hui porté au pinacle, a joué à fond, en 2010, la carte religieuse pour être réélu, traitant son concurrent d’hérétique indigne de recevoir les suffrages des vrais croyants. Et ça marche.

Son ascension au sein du Labour, dans le sillage de Jeremy Corbyn, lui ouvre d’autres perspectives : fini Tooting et les odeurs de curry, à lui Londres, la City, les fastes du Lord Maire et pourquoi pas, demain, Downing Street, une fois dégagé le vieux gaucho de la tête du Parti travailliste ? Le discours change, on vote pour le mariage gay, on caresse les juifs dans le sens du poil (virage à 180° sur le boycott des produits israéliens), et vogue la galère. Tous les gogos de la planète bobo européenne lui font une standing ovation, les chaisières de la gauche morale se pâment. Seul, un vieux ronchon dans mon genre se remémore la ritournelle de Jacques Lanzmann, magnifiquement interprétée par Jacques Dutronc, « L’opportuniste » :

« Je n’ai pas peur des profiteurs
Ni même des agitateurs
Je fais confiance aux électeurs
Et j’en profite pour faire mon beurre

Il y en a qui conteste
Qui revendique et qui proteste
Moi je ne fais qu’un seul geste
Je retourne ma veste
Je retourne ma veste
Toujours du bon côté »

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 14 Mai 2016 à 14h02

      Michael Dar dit

      Un Musulman avec un prénom comme “Sadiq”..cela vous inspire confiance a vous?

    • 13 Mai 2016 à 1h36

      Chriff dit

      Ça c’est votre pont de vu. 
      C’est aussi celui de Finkielkraut or Voici une analyse qui ne laisse pas indifférent.
      Il s’agit d’un article qui est une des meilleures réponses à votre ami Finki. 
       ”Finkielkraut : nouvelle sortie de route”  
      PAR GUILLAUME WEILL RAYNAL ”
      “Semaine après semaine, l’immortel ronchon s’enlise un peu plus dans la haine des musulmans. La dernière diatribe: ce dimanche 8 mai sur RCJ. Hallucinant.”  

      https://blogs.mediapart.fr/guillaume-weill-raynal/blog/090516/finkielkraut-nouvelle-sortie-de-route

      • 13 Mai 2016 à 12h34

        AGF dit

        En effet.Je partage la même haine de ces musulmans dont le seul moteur intellectuel est la haine des Juifs. Agressé sans arrêt par eux il n’y a aucune raison pour leur lécher les bottes comme Plenel et sa bande de collabos.

        • 13 Mai 2016 à 16h17

          Peter33 dit

          @AGF
          Vous avez tout a fait raison : continuez a partager votre haine et vous poser en victime perpétuelle, rien de tel pour se donner du courage et faire tourner votre “moteur intellectuel” :-)). N’oubliez quand même pas un petit détail : ils sont 1.6 milliards. Et vous vous êtes combien ?

      • 13 Mai 2016 à 17h25

        mogul dit

        Très bonne intervention de Finkielkraut. 
        La présentation orientée qu’en fait Weil-Raynal dans Je suis part… pardon, Mediapart n’a rien d’étonnant de la part de cette feuille de chou numérique.
        Il est tout à fait exact que nos médias consacrés ont louuuurdement insisté sur l’opposition d’origine, de style et de religion des deux candidats, en frétillant clairement d’avance à la perspective de la victoire annoncée du “petit chose” musulman. Et l’allégresse à l’annonce du résultat était palpable, “Quelle belle histoire et que c’est bien pour le vivrensemble” sussurait Eva Joly au micro d’Europe… Il est clair que la médiacratie bobolandaise avait voté Sadik Khan.
        Finkie et Elisabeth ont eu tout à fait raison aussi de souligner les aspects positifs et les prises de positions à priori rassurantes de Khan, comme de s’alarmer à contrario de l’islamisation et de l’antisémitisation rampantes et bien réelles du parti travailliste britannique.  
        Bref, un sans faute, je ne vois pas ce qu’il y a à redire.

         

    • 12 Mai 2016 à 16h45

      Xano dit

      Mr Rosenzweig est furieux ! Pourquoi ? Parce qu’un musulman est devenu maire de Londres ? Ou parce que son adversaire, juif, s’est fait battre ? Difficile de se faire une idée; il y a sans doute des deux dans cette diatribe. Si Mr Goldsmith avait été élu, aurait-on mis en avant sa religion ou son appartenance ethnique ? Je ne pense pas. Alors pourquoi est-ce le cas pour Mr Khan ? Causeur ou certains de ses chroniqueurs seraient-ils devenus anti-sémites ? Car rappelons nous que ce terme s’emploie aussi pour désigner la détestation des arabes, et/ou des musulmans … 

      • 12 Mai 2016 à 22h14

        durru dit

        Ce n’est certainement pas Causeur qui a fait le premier grand cas de la religion de M. Khan. Avant même les élections, on pouvait lire partout à propos du “musulman” “d’origine modeste” qui allait devenir, à la surprise générale, maire de la plus grande ville européenne. Rarement on pouvait en apprendre plus sur le personnage.
        C’est si mal que ça de présenter la réalité sous une autre perspective?

        • 12 Mai 2016 à 23h10

          Peter33 dit

          @Durru
          Je suis un peu étonné et navré que vous considériez l’article de Mr Rosenzweig comme pouvant être simplement la présentation sous une autre perspective d’une réalité.

        • 12 Mai 2016 à 23h21

          durru dit

          Pas une réalité, la présentation très racialisée du candidat dans les médias français avant et après l’élection?
          Pas une réalité, son parcours politique?
          Pas une réalité, ses relations ambiguës avec des salafistes, extrémistes et autres terroristes?

        • 13 Mai 2016 à 11h31

          Peter33 dit

          @Durru
          je ne parlai pas de la présentation par les médias, ni du parcours politique ni des relations, que je ne connais pas, soi disant ambigües, mais du ton donné par l’auteur de l’article qui ne comprends pas qu’un “paki” musulman puisse prendre les commandes d’une ville de 8.5 millions d’habitants. Il semble outré qu’un jeune juif richissime n’ait pas été choisi et soit battu par rastaquouère de basse extraction.
          Je trouve que c’est une bonne leçon donné par les londoniens après les attentats qu’ils ont eux aussi affrontés.

      • 13 Mai 2016 à 1h41

        Chriff dit

        Il serait aussi “furieux” s’il apprenait que la soeur de ce Goldsmith s’est convertie à l’islam

    • 12 Mai 2016 à 16h08

      Peter33 dit

      J’espère que Monsieur Rosenzweig se sent beaucoup mieux après avoir si copieusement vomi sa bile recuite. Je comprends qu’il en ait gros “sur la patate” de devoir constater la victoire a une si haute charge d’un vulgaire petit “paki” au détriment d’un si noble, si richissime et si immaculé coreligionnaire.

      • 12 Mai 2016 à 17h21

        Warboi dit

        Commentaire absolument nul.
        Alors là…
        Vous vous mettez exactement au niveau de ceux qui vomissent Khan juste parce qu’il est musulman. Kif kif.

      • 13 Mai 2016 à 12h42

        AGF dit

        Péteur 33 vient encore d’en lâcher un.
        Si toute la presse aux ordres n’avait trouvé à M.Sadik Khan que ces qualités “être musulman et fils de chauffeur de bus” on discuterait peut-être un peu plus sur le fond .
        Pour le péteur l’inversion est une règle Et c’est celle qu’utilisent le mieux les antisémites gazeux.
        Et soulignons l’attitude de ces partis dits de gauche en fait partis préfascistes, qui sont obsédés par les religions . Il est vrai que seule la religion musulmane avec tous ses excès , ses crimes et ses turpitudes truve grâce à leurs yeux.

        • 13 Mai 2016 à 16h23

          Peter33 dit

          @AGF
          Elle, la presse aux ordres, de qui ?, AGF ne le dit pas, elle lui a trouvé quelles autres qualités en plus de celles d’être musulman et fils de chauffeur ? Votre propos est pour le moins fumeux !

        • 15 Mai 2016 à 16h06

          MGB dit

          “Antisémites gazeux” : expression géniale. Vous l’avez fait exprès ?

    • 12 Mai 2016 à 14h41

      Habemousse dit

      Les bus de Londres vont être décorés de paroles à la gloire d’Allah dans une ville qui va devenir sainte sous peu ; bien que je préfère que la Mecque européenne s’installe chez les rosbeefs plutôt qu’à Paris je m’inquiète de ce prosélytisme soudain qui, une fois de plus, écarte les religions au profit d’une seul, l’islam, et enterre la laïcité.
      Choking !   

      • 12 Mai 2016 à 14h42

        Habemousse dit

        …au profit d’une seule …

    • 12 Mai 2016 à 13h31

      Warboi dit

      Et si on revenait à la raison avant de s’enflammer entre dhimmis ou anti-dhimmis ?
      Primo, tout le monde sera quand même d’accord, pour reconnaître qu’il s’agit d’un bel exemple d’ascenseur social. C’est suffisamment rare pour le saluer (En France Dati, amara, El khomri…arbrissettes peu convaincantes qui cachent la forêt ?).
      Secundo, Goldsmith a fait une épouvantable campagne. Le bouquet a quand même été sa visite de Londres en compagnie de journalistes qui lui désignaient des monuments ou des lieux qu’il ne connaissait visiblement pas… quand on veut être maire… Il n’a même pas bénéficié de la popularité de son prédécesseur.
      Tertio, et si on écoutait les Londoniens ? Je crois qu’ils se fichent pas mal de la religion de leur maire, ils veulent que les loyers délirants baissent et Khan en a fait l’élément central de sa campagne.
      Il a été élu pour ça. Attendons ses résultats.
      Il me semble être un pragmatique, la preuve c’est aussi un européen convaincu, forcément, il sait tout ce que sa bonne ville a à perdre dans le brexit…

      Bref, l’encenser parce qu’il est musulman est aussi ridicule que le démolir pour cette raison.

    • 11 Mai 2016 à 21h41

      jeff dit

      L’élection de Sadiq Khan rappelle un peu celle d’Obama. Obama était encensé par certains pour sa couleur de peau, au point de recevoir le prix Nobel de la Paix et honni par d’autres qui le soupçonnaient d’être musulman (comme ceux qui l’appellent Hussein Obama, ce qui est assez stupide puisque Barak n’est pas moins musulman qu’Hussein). Après deux mandats, on voit bien que les uns et les autres étaient aveuglés par leurs préjugés. Barak Obama n’est pas un musulman caché et ce n’est pas non plus le Messie. C’est un politicien comme il y en a bien d’autres, plutôt sympathique et cultivé, mais sans poigne et qui a fait perdre beaucoup de crédit aux Etats-Unis sur la scène mondiale.

      Le cas Sadiq Khan est sûrement similaire. Il est porté aux nues par certains parce que musulman, en particulier à gauche (la religion est la chicha du peuple?). Mais il est n’est pas sûr que ses convictions islamiques soient très profondes, elle ressemblent plutôt à un argument électoral comme un autre.

      Puisqu’on en est à répandre des fausses rumeurs, voici ma contribution. Sadiq Khan est en réalité un juif, c’est même un cousin éloigné de Zadoc Kahn ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Zadoc_Kahn ).

      • 12 Mai 2016 à 10h44

        AGF dit

        Il est bon de rappeler que la tare d’Obama ce n’est pas son origine ethnique mais son appartenance à une gauche bêtasse qui a cru qu’on pouvait tendre la main à des bêtes sauvages sans se faire bouffer le bras.
        Comme un Président des USA ne peut pas laisser passer une telle faiblesse il a continué dans la voie de la démission en bombant le torse.(bombomilegloriosus)