De Bourdieu à Sadiq Khan | Causeur

De Bourdieu à Sadiq Khan

L’inversion multiculturaliste des critères de la noblesse

Auteur

Alain Finkielkraut

Alain Finkielkraut
est philosophe et écrivain.

Publié le 02 juin 2016 / Monde Société

Mots-clés : , , , ,

La bonne généalogie a changé de définition. L’appartenance à la classe cultivée n’est plus un privilège, c’est désormais un handicap.

(Photo : Eric TSCHAEN/REA)

Je veux bien croire que Sadiq Khan était le candidat à la mairie de Londres le plus talentueux et le mieux préparé. Et peut-être a-t-il été élu sur son programme. Mais ce qui, en France, a captivé la presse, ce ne sont pas les programmes du travailliste et du conservateur, ce sont leurs pedigrees. Les médias ont résumé la campagne au face à face édifiant du fils d’un conducteur d’autobus pakistanais et du fils d’un milliardaire juif. Deux rejetons s’affrontaient et la victoire du musulman issu d’un milieu défavorisé a été saluée comme un signe d’ouverture.

Pierre Bourdieu a mis en évidence, dans un livre célèbre, le rôle de l’héritage culturel, « capital subtil fait de savoirs, de savoir-faire et de savoir-dire que les enfants des classes favorisées doivent à leur milieu familial » dans la sélection et la reproduction des élites. Il s’en est suivi une véritable chasse aux héritiers qui culmine aujourd’hui avec l’inversion multiculturaliste des critères de la noblesse. L’origine prévaut plus que jamais sur le mérite personnel. Mais la bonne généalogie a changé de définition. L’appartenance à la classe cultivée n’est plus un privilège, c’est désormais un handicap. Bien né est celui qui a grandi dans une banlieue grise, et non le malheureux qui a fait ses études à Eton.

[...]

  • causeur.#36.couv

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 95 - juin 2016

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur.#36.couv
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 6 Juin 2016 à 16h58

      salaison dit

      ne JAMAIS oublier que l’Islamisme est avant tout un prosélytisme guerrier…. le Coran n’en est qu’un prétexte !

    • 5 Juin 2016 à 14h09

      salaison dit

      et à Paris nous avons Hidalgo !!!!…..

    • 4 Juin 2016 à 11h49

      persee dit

      En sommes P. Bourdieu déplore que les carpes fassent des carpes , les lapins des lapins, scandaleux , cachez ces gênes qui me gênent . La nature milite pour l’inégalité . Pour lui c’est un scandale, et il déteste les élites pour cela, l’idéologie de 1793 pour tous.

      • 5 Juin 2016 à 17h55

        Livio del Quenale dit

        &&& La nature milite pour l’inégalité . &&&
        -
        la nature choisis ce qui est plus résistant, apte à vivre et à procréer.
        L’inégalité n’est qu’accessoire et non choisie comme telle.
        -
        Mais l’homme se prend pour Dieu et veut-faire mieux, mais avec sa sensiblerie judéo-chrétienne, ce qui ne va pas ensemble.
        Surtout qu’en plus l’homme n’a plus de prédateur depuis longtemps et l’on voit ce que les espèces déplacées dans des pays où elles n’ont pas de prédateur produit comme dérèglements et déséquilibres.
        -
        En 2050, vous serez 10 milliards d’individus avec ceux des les pays à fleur de mers inondés par le réchauffement climatique.
        IL faudra les nourrir et surtout les faire boire.
        A la place de Bourdieu, j’aurais prédit une guerre de l’eau potable, puis une guerre des terres arables.
        En suivant ; la régression technologique par un nivèlement par le bas et le manque de moyens pour les avoir dépensés, d’abords à les nourrir, puis à se défendre des invasions d’affamés.
        Car nous n’aurions toujours pas compris que la vie est une lutte à mort. Que l’humanisme dénaturé laisse la place au sauvage, de toute façon, elle aura belle mine, notre doxa ambiante.
        Du vingt-unième siecle, si elle s’entête dans son “humanistissisme progressiste”.
        Au secours , la sagesse et le bon-sens !

    • 3 Juin 2016 à 20h56

      la pie qui déchante dit

      enseignement des langues à l’école est en train de faire le buzz:

      l’optimiste apprend le chinois …le pessimiste choisit l’arabe …

      • 3 Juin 2016 à 21h52

        Sancho Pensum dit

        Alors votre optimiste est un con.

        • 3 Juin 2016 à 22h11

          durru dit

          Question cons, Sancho sait à priori de quoi il parle. Mais là, c’est du lourd.

        • 3 Juin 2016 à 22h34

          Sancho Pensum dit

          Vous devez me confondre avec Baupin.

      • 5 Juin 2016 à 17h23

        Livio del Quenale dit

        et l’autochtone choisis le patois de sa région ;o)