Mail Facebook Twitter RSS

Inscrivez-vous à la Newsletter

Recevez chaque lundi la synthèse de l'actualité de toute la semaine



X

Rossons Ronsard !

Publié le 10 janvier 2013 à 16:00 dans Brèves Société

Mots-clés : ,

« Des Turcs, des Mammeluks, des Perses, des Tartares ;

Bref, par tout l’univers tant craint et redouté,

Faut-il que par les siens luy-mesme soit donté ?
France, de ton malheur tu es cause en partie ;
Je t’en ay par mes vers mille fois advertie :
Tu es marastre aux tiens et mere aux estrangers,
Qui se mocquent de toy quand tu es aux dangers,
Car sans aucun travail les estrangers obtiennent
Les biens qui à tes fils justement appartiennent. »

Quezaco ? Un discours de Jean-Marie Le Pen traduit en vieux françois ? Les statuts du fan club québécois de Philippe de Villiers ? Vous n’y êtes pas, ce petit fragment poétique est extrait des œuvres complètes d’un certain Pierre de Ronsard, rééditées par La Pléiade1 qui circulent en vente libre dans notre pays. Xénophobe, voire islamophobe, ces vers suintent le françois de souche, comme dirait une critique littéraire avertie.  Si rien n’est fait contre ce réactionnaire à la malfaisance post mortem, ne nous étonnons pas de retrouver un jour des odes à la femme si peu gay-friendly que les partisans du mariage pour tous s’y étrangleraient.

Décidément, bénie soit la HALDE qui, avant de rendre son dernier souffle, avait préconisé d’abandonner l’enseignement du fameux « Mignonne, allons voir si la rose » accusé de « véhicule(r) une image somme toute négative des seniors ». « Tandis que vostre âge fleuronne/ En sa plus verte nouveauté, Cueillez, cueillez vostre jeunesse : Comme à ceste fleur la vieillesse/ Fera ternir vostre beauté. » : si ça, c’est pas de l’âgisme…

Récapitulons. Ronsard est rétif à la diversité (mais pas de la bretonne, humour…), essentialise la femme en ignorant la théorie du genre et caricature nos aînés en vieux croulants. Qu’attendent donc Vincent Peillon, Najat Vallaud-Belkacem et Michèle Delaunay pour le bannir des programmes scolaires, des stages de rééducation  féministe et autres Pictionary gaiement pratiqués en maison de retraite ?

  1. Pierre de Ronsard, Discours à Guillaume des-Autels, Œuvres complètes de Ronsard, éd. La Pléiade, tome II, p. 568.
Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !
Participez au développement de Causeur, faites un don !

voir les commentaires / réagir         envoyer
 

A lire aussi

La rédaction de commentaires nécessite d'être inscrit

4

Déjà inscrit, connectez-vous

mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
 
  • 10 Janvier 2013 à 19h11

    Alain Briens dit

    Kravi a parfaitement raison : vous êtes un dangereux personnage d’attirer ainsi l’attention de nos chaisières sur certains brûlots aujourd’hui en vente libre.
    Vous croyez peut-être plaisanter mais il y a 30 ans, évoquer une possible interdiction de Tintin au Congo serait passé pour une plaisanterie.
    Il y a 10 ans, évoquer la suppression du mot Mademoiselle aurait fait rigoler de la même façon.
    Combien de temps encore avant que l’on songe sérieusement à éradiquer le xénophobe Ronsard, l’homophobe Brassens et le raciste Astérix ?

  • 10 Janvier 2013 à 16h30

    Marie dit

    Très drôle:)
    ” On dit que Jupiter, fâché contre la race
    Des hommes qui voulaient par curieuse audace
    Envoyer leurs raisons jusqu’au Ciel, pour savoir
    Les hauts secrets divins, que l’homme ne doit voir,
    Un jour étant gaillard choisit pour son amie
    Dame Présomption, la voyant endormie
    Au pied du mont Olympe, et la baisant soudain
    Conçut l’Opinion, peste du genre humain.”

    Lire la suite sur : http://www.etudes-litteraires.com/ronsard.php#ixzz2HaRsrIVn

  • 10 Janvier 2013 à 16h24

    kravi dit

    Manuel, vous estimez nos politiques et/ou pédagogues tellement en manque de stupidité à produire dans le Code civil ou les manuels scolaires qu’il vous faille leur en suggérer de nouvelles ?
    N’en doutez pas, ils pourraient vous prendre au mot, tant les cucuteries bien-pensantes ont à présent droit de cité — que dis-je, ont l’impérieux besoin de s’imposer.