Michel Rocard: les charognards sont à l’œuvre… | Causeur

Michel Rocard: les charognards sont à l’œuvre…

Détournement de cadavre

Auteur

Benoît Rayski

Benoît Rayski
est journaliste et essayiste

Publié le 06 juillet 2016 / Politique

Mots-clés : , , ,

Et ils sont tous de gauche. A la veille de l'hommage national qui va lui être rendu, toute honte bue, ils pleurent à l'unisson sur sa tombe.

Michel Rocard (et, au second plan, François Mitterrand) lors du congrès de Metz du Parti socialiste, en avril 1979 (Photo : SIPA.00473284_000002)

Rarement un homme autant piétiné de son vivant fut autant célébré après sa mort. Fleurs et couronnes s’amoncèlent sur son cercueil. Il y en a tellement que Michel Rocard disparaît étouffé sous leur poids. Droite et gauche entonnent le même requiem, louangeur pour certains et sirupeux pour beaucoup d’autres. Passons sur la droite qui, contrairement à la gauche, ne fait quand même pas trop de bruit se contentant d’une petite musique de chambre.

Mais à gauche (Rocard n’aurait pas appelé « ça » la gauche !) la grosse caisse le dispute aux clairons et trompettes dans une symphonie hypocrite. Tous, toutes veulent leur petit bout de Rocard, un petit bout de Rocard, ce pauvre mort qui ne peut se défendre. Tous, toutes prétendent avoir touché la Sainte Croix. Tous, toutes l’ont approché… Tous, toutes auraient reçu sa bénédiction ou, au moins, appris l’évangile selon Saint-Rocard.

Du côté de François Hollande on rocardise jusqu’à l’écœurement. « Il incarnait un socialisme exigeant et moral. C’était un réformiste radical ». Un peu comme moi donc, susurre le président de la République qui de Mitterrand n’a retenu qu’une chose : le cynisme… Martine Aubry que tout — absolument tout — séparait du défunt lance qu’elle a beaucoup appris de son père, Jacques Delors, et de Michel Rocard. Il lui faut deux pères désormais ! Elle s’est fabriquée sans aucune vergogne une PSA (Paternité socialistiquement assistée). De Jack Lang, on ne citera rien tellement chez lui tout est grotesque et mensonger. De toute façon, Lang ne s’exprime pas : il dégouline. Suit le menu fretin du PS qui sacrifie à la même dévotion. Eux aussi veulent avoir été oints par le mort qu’ils piétinaient allègrement, inspirés par la haine et le mépris que lui vouaient François Mitterrand.

Tout est dit dans une phrase assassine de l’ancien président de la République s’adressant aux journalistes : « Rocard ? Pff ! De toute façon, on ne comprend rien à ce qu’il dit ! » La Mitterrandie tout entière (et c’est elle qui est aujourd’hui au pouvoir) s’essuyait les pieds sur Michel Rocard. Ce dernier était « un honnête homme, un homme droit qui réfléchissait aux idées. » C’est de Manuel Valls qui, un des rares, a su rester digne et juste. Légitime aussi, puisque c’est Rocard qui en 1980 le fit entrer en politique.

Comment les autres socialistes, petit marquis vaniteux et sans envergure auraient-ils pu pardonner à Rocard d’être resté « honnête et droit » ? Dommage qu’en droit français la notion de détournement de cadavre n’existe pas. Violation de sépulture, peut-être…

Laissons pour se nettoyer un peu de ses visqueuses embrassades la parole à Michel Rocard (dans un entretien accordé à Marianne). « S’il fallait désigner le tueur du socialisme… il s’appelle François Mitterrand ». Et plus près de nous : « Hollande est un fils de François Mitterrand. »

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 8 Juillet 2016 à 11h14

      alain dit

      grâce a Mitterrand le FN a pu exister c’est a peu prêt toute ce qu’il a fait de positif le temps qu’il a été au pouvoir c’est pas peu dire! ça, et faire des gamins a gauche a droite je me me demande si ces élus de gauche ne sont pas plus intéressés par le sexe plutôt que le devenir de la FRANCE Mitterrand dans un cirque aurait pu être lanceur de couteaux (dans le dos)

    • 7 Juillet 2016 à 15h16

      Sankin dit

      Je n ai rien contre l homme loin de la, mais sa famille et ces proches et amis ne sont pas suffisants, des obsèques nationales pour un homme qui aura gouverné 3 ans, même si son action peut être considéré comme louable, devant 100 ans d histoire.
      Pouvez me citer le nom d un chef de gouvernement de la III et IV république ayant gouverné 3 ans ???.
      La disproportion est de mise

    • 7 Juillet 2016 à 10h43

      la pie qui déchante dit

      Dans la programmation de ses obsèques , il était prévu trois jours de deuil national , et les drapeaux en berne dans les mairies … mais son entourage lui aurait fait comprendre que c’était peut-être beaucoup …

      • 7 Juillet 2016 à 10h53

        Habemousse dit

        Trois jours de deuil ? L’intention était plus que louable, seulement voilà, mourir en période de congés n’aide pas le travailleur syndiqué à allonger ses jours de grève. La prochaine fois qu’il décède plus tôt ou plus tard ; évidemment comme tous les égoïstes il fait semblant de ne rien entendre. 

        • 7 Juillet 2016 à 16h35

          Habemousse dit

          Quand on sait que ce sont l’humilité et le dépouillement qui différencient les protestants des catholiques, on se dit qu’il a bien fait de préciser qu’il n’était pas pratiquant.

      • 7 Juillet 2016 à 12h02

        alainl82 dit

        Bonjour, Première fois que j’interviens et je ne sais pas trop comment faire pour “faire un commentaire” sur tel ou tel article. Merci pour le modus operendi…
        Bref, Michel Rocard : un roman. Tout le monde (politiquement correct) s’apitoie, très bien, mais au delà de l’humain et de sa mort et du respect en tant qu’humain qui lui est du, pour moi, c’est l’archétype du socialiste dans toute sa splendeur : problème de gouvernance (gestion) : impôts nouveaux (et je ne vais pas les citer, la presse s’en charge) ; problème d’entreprise, aucun souci, l’autogestion, pour celles et ceux qui ont de la mémoire voir Manufacture à Saint-Etienne (et la brillante réussite qui s’en est suivie). Non, les socialistes ne sont pas fait pour gérer un pays, seulement les commémorations de guerres qu’ils ont souvent provoquées… à croire qu’ils pensaient à leurs futurs élus…
         

      • 7 Juillet 2016 à 12h31

        Saul dit

        oh sérieusement ? il n’a pas été jusqu’à demander ça La Pie, vous plaisantez ? rassurez moi

        • 7 Juillet 2016 à 13h06

          la pie qui déchante dit

          Saul : ;))
          vous savez bien que les pies sont moqueuses …
          plus sérieusement , j’approuve complétement un de vos posts où vous dites que si hommage et honneurs il doit y avoir , c’est aux autorités de le décider et non au défunt de le demander …
          ainsi , moi , lorsqu’arrivera l’heure de quitter ce bas monde je ne demanderai pas d’être enterré au Panthéon ..

          Mais j’espère que les causeurs le demanderont pour moi …