L’inoubliable Larry Hagman, alias JR Ewing vient de mourir à l’âge de 81 ans des suites d’un cancer. Déjà assez connu dans son pays durant les sixties, suite à ses rôles dans de nombreux feuilletons à succès, il était devenu une star mondiale en 1978 avec son interprétation d’un milliardaire du pétrole dans la série Dallas.

Il faut dire que le personnage de John Ross Ewing était totalement novateur dans cet univers où normalement les méchants meurent dans d’atroces souffrances, ou sont au moins sévèrement punis à la fin de l’épisode ou de la saison (sauf le manchot du Fugitif, hein…)

JR Ewing, non seulement n’était jamais puni de sa fourberie, de ses mensonges et de ses incessantes magouilles politico-sentimentalo-financières, mais il s’en enrichissait sans cesse, et sans remords, ça va de soi.

Est-ce ce réalisme et ce cynisme assumés qui ont rendu JR sympathique, comme je le pense ? Ou bien est-ce parce qu’il était raccord avec l’idéologie des winners des années 80, de cette manière de voir et d’agir incarnée dans la vraie vie par Reagan, Thatcher et Tapie, comme l’expliquaient à l’époque beaucoup de spectateurs sincèrement outrés, tel Renaud qui vers 1985 descendait en flamme la série-culte dans son excellente chanson « J’ai raté Téléfoot »

« Après j’me suis regardé Dallas

Ce feuilleton pourri dégueulasse

Ça fait frémir le populo

De voir tous ces enfants de salauds

Ces ricains véreux pleins aux as

Faire l’apologie du pognon

De l’ordurerie et de la crasse

Y nous prennent vraiment pour des cons
Eh, maintenant qu’on est socialistes

Fini les feuilletons américains
On veut des feuilletons soviétiques

Et même des belges y en a des biens

Y’en a un c’est l’histoire d’une frite

Qu’est amoureuse d’un communiste… »

Toujours est-il que dans la vraie vie, il semblerait que Larry était le prototype du chic type. Linda Gray, qui jouait le rôle de sa femme, Sue Ellen, dans la série l’a veillé jusqu’à son dernier souffle. « Larry Hagman a été mon meilleur ami pendant trente-cinq ans (…) Il apportait la joie à tous ceux qu’il connaissait. Il était créatif, drôle, aimant et talentueux. Il me manquera énormément », a-t-elle déclaré dans un communiqué. On espère que les fans de JR ne seront pas trop déçus par ces révélations.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Marc Cohen
est rédacteur en chef de Causeur.est rédacteur en chef de Causeur. Pilier du Groupe d’Intervention Culturelle Jalons, il a notamment été rédacteur en chef de "L’Idiot International ".
Lire la suite