Richard Ferrand: nouveau procès en moralité du Canard enchaîné! | Causeur

Richard Ferrand: nouveau procès en moralité du Canard enchaîné!

Comme Fillon, le ministre n’a rien fait d’illégal

Auteur

Régis de Castelnau

Régis de Castelnau
est avocat.

Publié le 24 mai 2017 / Politique

Mots-clés : , ,

Richard Ferrand à l'Elysée, mai 2017. SIPA. 00808190_000021

Après avoir été l’instrument – a priori conscient-  du déclenchement de l’opération médiatico-judiciaire organisée pour fausser l’élection présidentielle en faisant battre François Fillon et élire Emmanuel Macron, voici que le Canard enchaîné veut restaurer une impartialité méchamment écornée. En mettant en cause le député socialiste apostat, soutien de première ligne d’Emmanuel Macron, Richard Ferrand. J’ai pu constater que le nouveau ministre de la Cohésion des Territoires n’hésitait pas, pour contrer ceux qui s’exprimaient contre Macron sur les réseaux, à fouiller les poubelles du Net et à recourir à la menace. On aurait donc tendance à considérer que ce qui lui arrive est bien fait pour sa pomme. Le problème c’est que, comme d’habitude, le palmipède, profitant de l’aspect technique des choses, présente comme des illégalités grossières et immorales, des comportements qui non seulement n’ont rien de répréhensibles mais ne sont en plus ni inhabituels ni immoraux. Richard Ferrand va probablement avoir droit à une petite fête, il va voir que ce n’est pas rigolo. Si j’étais François Fillon, je me fendrais d’un petit mot personnel de soutien, genre « bienvenue au club »

La morale du Canard l’interdit, pas la loi

Essayons de comprendre à partir des informations présentes dans la presse. Richard Ferrand dirigeait une mutuelle (qu’il avait redressée) et celle-ci recherchait un petit local à louer pour y installer une antenne. La mutuelle n’étant pas une personne morale de droit public, il n’y avait donc pas de procédure formalisée de mise en concurrence. Sa compagne par ailleurs avocate disposait d’une promesse de vente sur un local qui pouvait faire l’affaire. Parmi trois offres dont la mutuelle avait été destinataire, celle de la compagne de Ferrand était la moins chère (travaux compris). Elle a donc été choisie et, munie du bail signé avec la mutuelle, ladite compagne a pu lever son option d’achat du local et le faire financer par la banque. Présenter comme anormal le fait que la société civile immobilière n’ait pas encore été constituée au moment de l’offre à la mutuelle est simplement ridicule. Pourquoi le faire, alors que le choix de la mutuelle n’était pas acquis ? J’ai vu dans ma carrière des dizaines de fois, des promesses de vente signées avec des Sociétés civiles immobilières (SCI) non encore constituées. C’est l’obtention du financement bancaire postérieur à la signature de la promesse de vente qui impose de créer vraiment la SCI, permettant ainsi de passer à la signature de l’acte notarié d’acquisition de l’immeuble, conditions de son opposabilité aux tiers. Et il n’est pas interdit de louer des biens futurs (à la mutuelle en la circonstance), c’est-à-dire avant de les avoir acquis définitivement. Et de le faire au nom d’une SCI en cours de constitution.

Le Canard nous dit que les membres du conseil d’administration qui ont pris la décision n’auraient pas été au courant de ce que cette SCI appartenait à la compagne de Richard Ferrand. C’est difficile à croire, puisque celle-ci était la gérante et avait donc dû signer tous les documents permettant de faire son offre. Ce qui devait figurer dans le dossier remis aux membres du conseil d’administration chargés de choisir.

Tout ceci est un peu léger

Bon, tout ceci est un peu léger (sauf informations complémentaires), et le Canard se sent un peu obligé de saler la soupe. Il se trouve que la compagne de Richard Ferrand est avocate et on nous apprend que ladite mutuelle lui a confié quelques dossiers contentieux… Horreur et putréfaction ! Le choix de l’avocat est libre (liberté garantie par la loi), mais pas pour tout le monde. Pour les moralistes médiatiques, il vaut mieux prendre quelqu’un d’incompétent plutôt que de s’adresser à celui ou celle avec lequel on pourrait avoir des liens de famille. N’importe quoi.

Et ça continue, vous vous rendez compte, la mutuelle a, « sans tambour ni trompette » nous dit le journal,  gardé cette avocate, même après le départ de Ferrand. Et alors ? C’est peut-être parce qu’elle était efficace ?

Et pour finir de porter l’estocade, Richard Ferrand a employé quelques mois son fils comme attaché parlementaire ! Comme les deux tiers du Parlement français, ce qui est parfaitement licite mais qu’à cela ne tienne, après l’affaire Fillon c’est devenu un crime relevant de la cour d’assises.

Il y aura mille raisons de combattre ce nouveau pouvoir, et de continuer à dénoncer les circonstances dans lesquelles l’élection présidentielle de 2017 a été faussée, mais ce populisme médiatico-judiciaire est la pire des méthodes.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 29 Mai 2017 à 8h37

      Aristote dit

      Ferrand a volé les mutualistes.

      Légalement, peut-être, mais volé sûrement.

      Une partie de sa ligne de défense pose d’ailleurs une question intéressante. Il dit que n’étant ni marié, ni pacsé avec sa compagne, il n’avait pas à faire un rapport spécial au CA der la mutuelle.

      Il fut un temps où le mariage était encouragé par la société. Aujourd’hui, il n’est plus que source d’emmerdes potentielles. Imaginez que Fillon n’ait pas été marié avec Pénélope, se contentant d’un concubinage… 

    • 29 Mai 2017 à 7h28

      IMHO dit

      http://www.leparisien.fr/politique/affaire-ferrand-le-temoin-et-le-document-qui-sement-le-trouble-29-05-2017-6993030.php

      Il est dans le collimateur, j’aime ça , pas que je déteste ce monsieur Ferrand en soi , ça n’est rien de personnel , mais parce qu’un petit malin qui se fait étendre ça fait toujours plaisir .

    • 28 Mai 2017 à 21h04

      thierry bruno dit

      Très intéressant tout cela, surtout au moment où le gouvernement, par la personne de l’inénarrable Bayrou est en train de sortir une loi de moralisation de la vie publique – Bayrou n’a pas quelques casseroles aux fesses ?
      Que penser des révélations du Canard enchaîné ? Sur le fond, qu’il n’y ait rien d’illégal, c’est possible. Mais ce népotisme à retombées économiques est tout de même choquant. Sur la forme, le palmipède tape tout doucement et va rapidement passer à autre chose. Il tente d’équilibrer après le coup Fillon mais en fait, il ne cherche ni à faire virer Ferrand ni à mettre en difficulté Macron; il amuse la galerie. Pour mémoire, le volatile n’a jamais rien sorti contre la grande crapule devant l’Eternel qu’était Mitterrand. Entre vieux potes, on se fait des fleurs. Macron est trop proche des banques pour que le palmipède vienne s’y frotter.
      Donc tout l’intérêt de cette histoire, c’est la réaction des médias, ou plutôt leur absence de réactions et celle de la justice qui ne trouve rien à redire. Peut-être est-ce le cas, mais je crois que dans quelques mois, M. Fillon bénéficiera d’un non-lieu. L’objectif fixé en avril a été atteint et maintenant, nous avons un président “génial”, démocratiquement élu, et bien que n’ayant encore, en tant que président – car comme conseiller économique puis ministre, on a vu et ça n’était pas brillant – strictement rien fait, la presse ne cesse de lui tresser des lauriers.

      • 29 Mai 2017 à 22h43

        janloup91 dit

        “Macron est trop proche des banques pour que le palmipède vienne s’y frotter ” Le Canard Enchainé a amassé une cagnotte de 130 millions d’euros,oui 130 millions , au cours des années .Il est toujours bénéficiaire chaque année même si assez modestement ces dernières années . Qu’a t-il donc à craindre des banques ? Rien.D’autant que ces statuts , interdiction pour les actionnaires de vendre leur part empèchent toute tentative de prise de contrôle de l’extérieur .qUAND N VOIT L4INFLENCE DES BANQUES PARTOUT ON SE TROMPE RAREMENT ET POUR CAUSE MAIS DANSLE C

      • 29 Mai 2017 à 22h48

        janloup91 dit

        “Macron est trop proche des banques pour que le palmipède vienne s’y frotter “. Le Canard Enchainé a amassé une cagnotte de 130 millions d’euros,oui 130 millions , au cours des années .Il est toujours bénéficiaire chaque année même si assez modestement ces dernières années . Qu’a t-il donc à craindre des banques ? Rien.D’autant que ces statuts , interdiction pour les actionnaires de vendre leur part empèchent toute tentative de prise de contrôle de l’extérieur .Quand on voit l’influence des banques partout on se trompe assez rarement, et pour cause, mais dans le cas du Canard Enchainé vous vous trompez complètement d’autant que le Canard Enchainé place son argent sur le marché monétaire,(pas de placement spéculatif)

    • 28 Mai 2017 à 14h11

      àboutdepatience dit

      Très intéressant point de vue de Bernard Accoyer sur le sujet. BFM politique aujourd’hui

    • 28 Mai 2017 à 8h21

      commissaire joss dit

      au canard enchaîné comme à médiapart, il devrait paraître évident d’être en présence d’une brochette de journalistes habitant le paradis de la vertu que ces derniers ont eux-mêmes créé. Ce sont tous des saints et aucun de leurs confrères ne se permettraient d’enquêter sur la moindre zone d’ombre de ces pisse-copies. Avez-vous remarqué qu’aucun journaliste n’a jamais enquêté sur un confrère ? Le journalisme est un univers clos, une mafia bien organisée où chacun s’occupe de son territoire. Pour résumer, ils ne font jamais leur boulot à fond. S’occuper de la probité des politiciens, c’est bien, mais les journalistes devraient par souci éthique, nettoyer leurs chiottes avant de dire que ceux des autres sont sales. Je suis certain qu’on devrait pouvoir trouver quelque chose d’anormal chez mediapart et au canard enchaîné ? en cherchant bien…

      • 28 Mai 2017 à 10h02

        QUIDAM II dit

        Votre idée me paraît excellente, mais le vice des uns n’excuse pas celui des autres.

    • 28 Mai 2017 à 6h51

      QUIDAM II dit

      La manoeuvre artificieuse de Richard Ferrand, pour faire payer les mutualistes à la place de la SCI de sa femme, est peut-être légale mais elle est certainement immorale.
      C’est pourquoi Macron et Philippe se discréditent complètement quand ils protègent l’un de leurs amis et « en même temps » font votre une loi de moralisation de la vie publique.
      Il se discréditent, se ridiculisent et renforcent le sentiment d’écoeurement des citoyens pour la politique et les politiciens.

      • 28 Mai 2017 à 9h00

        Miss-sourire dit

        D’accord avec vous.

        Je suis étonnée de la facilité avec laquelle certains s’évertuent à défendre une caste oligarque et aristocratique qui a la mainmise sur le pouvoir et la financiarisation de notre pays.

    • 28 Mai 2017 à 6h33

      EDNALLOH dit

      Je suis désolé, mais une manipulation de ce type faite par n’importe quel chef d’entreprise, si elle est découverte, l’envoie en tôle illico pour des années. C’est de l’abus de bien social doublé d’une escroquerie de l’entreprise.

    • 27 Mai 2017 à 21h00

      accenteur dit

      Réaliser une bonne affaire sur le dos des adhérents de la mutuelle n’est qu’une crapulerie. Il y aura donc une crapule dans le gouvernement Macron et Bayrou regardera ailleurs pour garder son poste.