Retro 2016 (3/8): Le politiquement correct, l’islam et moi | Causeur

Retro 2016 (3/8): Le politiquement correct, l’islam et moi

Entretien avec André Comte-Sponville (2/2)

Auteur

Franck Crudo

Franck Crudo
Journaliste.

Publié le 28 décembre 2016 / Société

Mots-clés : , , , ,

C'est la dernière semaine de 2016 ! Causeur.fr vous propose de relire quelques-uns de ses articles les plus marquants de l'année écoulée.

André Comte-Sponville, novembre 2014. SIPA. 00698094_000011

Franck Crudo : « Les bons sentiments ne font pas une politique », écrivez-vous. Ou encore : « Entre la loi de la jungle et la loi de l’amour il y a la loi tout court. Entre l’angélisme et la barbarie, il y a la politique. » Face à la barbarie justement, la négation du réel au nom d’un idéal comme dirait Nietzsche ou encore le politiquement correct ne deviennent-ils pas aussi dangereux que le politiquement abject ?

André Comte-Sponville : Quand bien même ils seraient aussi dangereux, ils n’en seraient pas pour autant aussi haïssables ! Qu’est-ce que le politiquement correct ? Une police de la pensée, le plus souvent intériorisée, qui interdit de dire ce qu’on croit vrai quand cette vérité ne correspond pas à ce qu’on voudrait qu’elle soit ou à ce qui serait, aux yeux de la pensée dominante, moralement ou politiquement souhaitable. C’est confondre le réel et le bien, la vérité et la valeur, au bénéfice de ces derniers. C’est moins la voix de la majorité que celle des élites réelles ou prétendues. Moins une langue de bois, contrairement à ce qu’on dit parfois, qu’une langue de coton – matériau plus doux, comme chacun sait, mais presque aussi difficile à avaler ! Par exemple il est politiquement correct de dire que l’islamisme radical n’a rien à voir avec l’islam, qui est une religion de paix et d’amour. Que ce soit souhaitable, c’est bien clair. Mais est-ce vrai ? Peu importe : il est politiquement correct de le dire… Même chose pour l’immigration : il est politiquement correct de dire qu’elle est une chance pour la France, pas du tout un problème. Comme si elle ne pouvait pas être les deux à la fois ! Mais le réel se venge : à force de refuser d’entendre ceux qui jugeaient que l’immigration extra-européenne, même nécessaire, posait un certain nombre de problèmes, on a fini par les pousser vers le parti qui prétend, bien sûr à tort, qu’elle est la source de tous nos maux ! Le politiquement correct, qui dénie les problèmes, fait le jeu du populisme, qui les hystérise. Et comme le politiquement correct, en France, est plutôt de gauche (parce que la gauche est surreprésentée dans le microcosme médiatique), il finit par faire le jeu de la droite dure, voire de l’extrême droite. C’est une raison supplémentaire de le combattre.

« Ceux qui prétendent qu’il n’y a “aucun rapport” entre le djihadisme et l’islam nient l’évidence »

Vous soulignez que le concept d’islamophobie est piégé parce qu’il a deux sens possibles (le racisme antimusulman, lequel est inadmissible, ou bien la critique d’une idéologie religieuse, laquelle est nécessaire) et que l’islam a bel et bien un rapport avec l’islamisme. Une idéologie – qu’elle soit politique ou religieuse – qui sécrète autant d’antisémitisme, de sexisme, d’homophobie, d’intolérance et qui soumet à ce point la raison à la foi est-elle compatible avec les valeurs de la République ou des Lumières ?

On a le droit, dans nos pays, d’être anticommuniste, antifasciste ou antilibéral. Pourquoi n’aurait-on pas le droit de s’opposer pareillement à telle ou telle religion, par exemple au judaïsme, au christianisme ou à l’islam ? Mais la frontière est souvent ténue entre l’antijudaïsme et l’antisémitisme, comme entre l’islamophobie et le racisme antimusulman. Il importe donc de rester doublement vigilant, pour préserver la liberté de l’esprit (on a le droit de critiquer toute idéologie, qu’elle soit religieuse ou pas) sans cesser de combattre le racisme, sous toutes ses formes. Notons d’ailleurs que le racisme antimusulman, en France, est très loin d’être le plus virulent. Un noir catholique ou un arabe athée seront beaucoup plus souvent victimes du racisme qu’un musulman de type européen ! Ce n’est pas une raison pour cesser de combattre ce racisme-là, mais arrêtons d’en faire l’essentiel.

Lisez la suite de l’entretien sur son lien d’origine.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 31 Décembre 2016 à 12h30

      persee dit

      Ce philosophe qui n’a pas étudié la spécificité de l’Islam fait la démonstration de cette pensée paresseuse qui nous tue .Je résume ;  On peut condamner  ., mais attention c’est dangereux ! .Ce philosophe qui se croit progressiste  qui disserte sur le sexe des anges va t’il oser disserter sur le sexe des démons ? Non, car  comprenez , il est au-dessus de ces basses considérations . : “hors sol ” comme on dit sur les ondes … Je ne suis pas certain qu’il fasse la différence entre les doctrines religieuses autoritaires et celles qui ne le sont pas .

    • 29 Décembre 2016 à 23h00

      Renaud42 dit

      Comte Sponville, ou comment enfoncer les portes ouvertes avec une langue de bois.
      Le philosophe n’a toujours pas compris que la sagesse n’est jamais là où l’on tient de sages propos.

      • 29 Décembre 2016 à 23h22

        chlomo dit

        ben dites moi où réside donc la sagesse que j’aille lui demander conseil .

        • 29 Décembre 2016 à 23h28

          Renaud42 dit

          La sagesse est un oiseau rebelle
          Que nul ne peut apprivoiser,
          Et c’est bien en vain qu’on l’appelle
          S’il lui convient de refuser.
          Essayez avec une pincée de sel sur la queue.

    • 29 Décembre 2016 à 19h17

      QUIDAM II dit

      Il n’y a pas lieu d’être islamophobe (et non pas « raciste antimusulman »), judéophobe ou christianophobe dès lors que les croyants de ces mythologies n’exercent pas de violence ; qu’ils ne tentent pas d’instaurer des juridictions, des pouvoirs et des territoires concurrents de ceux de la république ; qu’ils ne s’efforcent pas nous imposer leurs moeurs, leurs modes, leurs croyances, etc.
      Peu importe ce que les gens croient dès lors qu’ils ne sont pas prosélytes et n’imposent pas aux autres les emblèmes de leurs superstitions, surtout si elles sont exclusives, intolérantes, sectaires et meurtrières.  

      • 29 Décembre 2016 à 21h07

        Letchetchene dit

        Merci Quidam ll car grâce à vous je suis sur d’etre un  vrai islamophobe car votre dernier paragraphe me conforte Dans l’idée que je me fais de ces fous d’Allah
        Je le savais déjà habitant les quartiers Nord de ce ville que l’on appelle première ville magrehbine d’Europe ,mais pour nous il est déjà trop tard (!) ou alors il faudra en passer par la guerre civile si nous voulons être rétabli dans nos us et coutumes.

      • 29 Décembre 2016 à 23h14

        Renaud42 dit

        Il y a lieu d’être islamophobe et je dirai même que c’est une devoir lorsque c’est interdit. Il est tout de même hallucinant qu’une phobie soit interdite, c’est au delà de l’interdiction de penser. Et ne me parlez pas arrières pensées qui sont derrière la phobie, c’est tout de même hallucinant que la société se mêle des arrières pensées si ce sont elles qu’elle vise derrière les phobies.
        Il peut y avoir effectivement des choses qui sont plus graves que les actes de violence mais la justice ne devrait s’en mêler qu’avec la plus extrême prudence alors que c’est aujourd’hui avec la plus extrême grossièreté angéliste que sont traitées les phobies en tous genres.

    • 29 Décembre 2016 à 18h24

      Hannibal-lecteur dit

      Voilà une circonstance sur laquelle insister, à cause des conséquences qui s’ensuivent : on prend des musulmans de races parfaitement diverses et on crée un ” racisme anti-musulman “. 
      Un comble!
      Autrement dit on crée une nouvelle race : le musulman !!!
      Alors la conséquence  est magnifique :  car cela signifie que le concept de race est bien mal appréhendable, autrement dit : que toute référence à la race comme cause de quoi que ce soit est une stupidité.
      Ça mérite de la publicité, cette façon de voir les choses. 

      • 29 Décembre 2016 à 18h58

        chlomo dit

        ben , Hannibal , j’ir

        • 29 Décembre 2016 à 19h13

          chlomo dit

          excusez moi Hannibal , j’ai fait une fausse manœuvre .

          Bon , pour moi et plus bas , je fais part que cet article est une énième “feuille “sur la” chose ” et que j’en ai lues de biens meilleurs …

          d’où le qualitatif d ” d’eau tiède” !!!

          Ceci dit , ok avec vous , les musulmans ne peuvent pas être fourgués dans une race ou une nation , la réalité en fait foi .
          De même que l’islam n’est pas (du tout ) une religion dés l’instant
          -qu’elle ne renonce pas par l’intermédiaire de ces représentants petits ou grands à une hégémonie mondiale , -interfère dans les relations internationales
          -dans la vie séculière (comme cela a été bien anticipé par le journal le Figaro )et
          - régit les comportements de ses abonné-e-s jusque dans des détails triviaux …

          les deux posts plus bas vont dans mon sens : “propos lénifiants”, ” portes grandes ouvertes ” “substance insuffisante “etc

    • 29 Décembre 2016 à 7h59

      Nolens dit

      Propos lénifiants d’un soi-disant philosophe. Rarement je n’ai lu autant de niaiseries. Que de portes ouvertes enfoncées, c’est consternant de lire cela et de classer, comme beaucoup le font, ce type-là (André Comte-Sponville) dans la catégorie “penseurs”.
      Par bonheur pour lui, chez-lui, les miroirs réfléchissent, ce qui confère un peu de substance à la vacuité de sa pensée.

    • 28 Décembre 2016 à 23h50

      Tino dit

      Politiquement correct au carré ;)

    • 28 Décembre 2016 à 21h32

      chlomo dit

      à moi l’honneur d’intervenir le premier …

      à la lumière des évènements de ces toutes dernières années , je trouve cet article un peu tiède .

      Erdogan , le rôle du Qatar avec pour conséquences le pourrissement depuis des années des banlieues et la corruption des élus par exemple !

      • 29 Décembre 2016 à 2h58

        Nolens dit

        La tiédeur est de mise avec les philosophes de comptoir.
        Mais un nouveau concept est né : le racisme antimusulman. Les adeptes de l’islam constituent donc une race !!! Un scoop !!!!!!!!
        Levez un peu moins le coude à Causeur.

      • 29 Décembre 2016 à 23h23

        Renaud42 dit

        Allah vomit les tièdes.

        • 30 Décembre 2016 à 1h23

          Nolens dit

          C’est une contrepèterie ?