Retro 2016 (5/8): Brexit, yes we can ! | Causeur

Retro 2016 (5/8): Brexit, yes we can !

Peuple 1 – Élites 0

Auteur

Elisabeth Lévy

Elisabeth Lévy
est fondatrice et directrice de la rédaction de Causeur.

Publié le 30 décembre 2016 / Monde

Mots-clés : , , , ,

C'est la dernière semaine de 2016 ! Causeur.fr vous propose de relire quelques-uns de ses articles les plus marquants de l'année écoulée.

Des manifestants pro-Brexit à Londres, novembre 2016. SIPA. AP21980103_000001

Ils ont osé. Ma première réaction, au réveil, en entendant les voix blanches qui causaient dans le poste, a été un immense éclat de rire, vite teinté d’une grosse pointe de jalousie (pourquoi ça n’arrive pas chez nous des trucs pareils, on a une grande gueule, mais quand faut se jeter du haut du plongeoir, il n’y a plus personne). « Pour nous qui sommes des gens de culture…. », disait un pompeux cornichon sur France Culture, justement. La messe était dite : le Brexit, c’est la victoire du plouc évidemment xénophobe qui défrise tant les beaux quartiers où on aime d’autant plus les immigrés qu’on ne les voit pas. Bref, avant d’avoir la moindre pensée, je savais que c’était une bonne, non une formidable nouvelle. Un truc comme le retour de la politique, peut-être même de l’Histoire, ai-je lancé à Muray qui rigole dans son cadre (avant le café, il ne faut pas trop m’en demander).

Souverainisme distingué et souverainisme de pauvres

Peu m’importe que les Britanniques aient eu, du point de vue boutiquier qui intéresse exclusivement les éditorialistes, raison ou tort. Ils ont eu le culot d’envoyer au diable les gens convenables, ceux qui trouvent que le populo sent mauvais et qui s’agacent qu’on perde du temps à parler alors qu’ils savent ce qui est bon pour lui. Yes we can. Le bras d’honneur géant que les sujets de Sa gracieuse viennent de faire à tous les maîtres-chanteurs, qui les menacent depuis des mois sur le thème « Si tu sors tu meurs », m’a soudain donné à moi des envies de liberté et de grand large. De vrais gaullistes, ces gens-là ! Au passage, ils ont aussi dit un peu merde à l’Amérique, aux éditocrates et aux « marchés » qui étaient remainistes et l’ont immédiatement fait savoir. Il y a un certain panache à sacrifier son PEL à ses convictions. Même s’il existe un souverainisme distingué qui a voté « out » parce qu’il pense que les intérêts britanniques y gagneront à long terme. Et aussi un souverainisme de pauvres qui, comme le disait Coluche, sont bien contents de savoir qu’ils vivent dans un pays riche.

Lisez la suite de l’édito sur son lien d’origine.

 

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 31 Décembre 2016 à 23h23

      rolberg dit

      Pendant 50 ans et plus, j’ai espéré, y travaillant à pleine main, que les Québécois oseraient de la classe moyenne oseraient arracher leur territoire aux fédéralistes profiteurs qui prêchent la bonne entente au détriment de la liberté. Comme a dit Toynbee, les civilisations meurent de suicide.

      • 1 Janvier 2017 à 20h30

        steed59 dit

        et vous les inondiez de votre gauchisme débile ces pauvres québécois ? Je comprends que le souverainisme y soit devenu si faible

    • 31 Décembre 2016 à 11h24

      persee dit

      L’homme qui croît au déterminisme intégral régentant la vie de l’individu comme celui de peuples et sociétés voit le retour du refoulé dans le choix du Brexit ( par des anglais qui veulent rester anglais avant tout ) face à une Europe qui a trahit les idéaux de ses pères fondateurs . Une Europe allemande Merkelisée  (grâce à une France inexistante ) qui impose ses normes du bon et du vrai . Comme en 40 cela ne promet rien de bon pour les autres européens. Il me semble qu’il n’y pas que la France qui en fasse les frais.  

    • 30 Décembre 2016 à 20h46

      Pepe de la Luna dit

      Dans le même genre, le prix Nobel du pet fait encore des siennes :
      http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2016/12/prix-nobel-du-pet.html
      Mais ses gesticulations médiatiques tombent complètement à l’eau.

    • 30 Décembre 2016 à 17h16

      Cardinal dit

      En regardant de près la photo, on a l’impression que la femme au bonnet blanc chante la Marseillaise.
      Cette bouche grande ouverte suggère un ” Aux Armes Sujets de sa Majesté !” plutôt que “God save our gracious Queen” qu’on ne peut chanter que la bouche semi ouverte.
      En plus on proteste mieux en France qu’en Angleterre, coté manifs les anglais ne sont pas aussi forts que nous quoi qu’en pense Elisabeth, la notre pas la leur, même s’il plonge de plus haut que nous.

    • 30 Décembre 2016 à 16h46

      IMHO dit

      United Kingdom European Union membership referendum, 2016

      Leave 17,410,742 51.89 %
      Remain 16,141,241 48.11 %
      Valid votes 33,551,983
      Turnout 65.38 %

      Le journalisme pythique, dit aussi grosse déconne en état de grâce, à des limites arithmétiques .
      3,79 pour cent des sujets de la Queen, ça fait une majorité mais c’est une très petite minorité
      Quant au Brexit réel, je crois – notez que je crois en quelque-chose, pour une fois – que nos après-nous, ceux qui sont ne pas encore spermatozoïdes, mais qui le seront un jour, le verront, le Brexit, quand il se fera, mais que ce jour-là, nous deux et bien d’autres, le vent du nord nous aura emporté depuis longtemps dans la nuit froide de l’oubli .

      • 31 Décembre 2016 à 1h25

        Warboi dit

        Il est terrible de voir à quel point cet article hystériquement vengeur tombe aujourd’hui à plat… On sait maintenant que toutes les promesses des brexiters étaient des mensonges, qu’ils ont tous disparu dès le lendemain, que May est engluée jusqu’au cou dans une situation inextricable dont elle ne se sortira pas… J’aurais bien aimé voir le UK (et Lévy) confronté à sa propre vacuité, à ses contradictions, à son populisme. Nous ne le verrons pas de notre vivant.
        Sauf si l’UE lui montre la porte. On peut toujours rêver.. Et que brexiters et trumpistes se pacsent pour le pire et le pire. Ils se valent bien.

        • 31 Décembre 2016 à 1h28

          Warboi dit

          Morale de l’histoire, la pompeuse cornichonne devrait en prendre de la graine et reprendre deux fois du café.

        • 31 Décembre 2016 à 18h45

          steed59 dit

          il est aussi terrible de voir à quel point ce post hystériquement vengeur tombe aujourd’hui à plat.

          Attendez la fin de l’histoire avant d’en tirer des conclusions. Vous croyez peut-être que Mutti Merkel est bien dans ses baskets en ce moment ? Et que ses vassaux français voient arriver le chômage pour leur bibine d’ici mai non pas avec une certaine angoisse ?

      • 31 Décembre 2016 à 5h41

        durru dit

        Diantre, les Madames Soleil poussent comme des champignons ces derniers jours…

        • 31 Décembre 2016 à 9h27

          Archebert Plochon dit

          Oui, et elles me semblent mal comprendre l’esprit de l’article qui salue une débâcle idéologique ; la cuisine technocratique qui en découle est un autre problème. Mais il est amusant de voir la panique dans le regard des adversaires : mille fois détrompés cette année, confondant systématiquement les bons et les méchants, ils n’en cessent pas moins d’abreuver le monde de sentences et de prophéties. Bonne année Imho, Sancho, François Hollande, Al Baghdadi ! 

        • 31 Décembre 2016 à 9h37

          Archebert Plochon dit

          J’oublie Barack Obama, qui est un peu le prince de la clique.

        • 31 Décembre 2016 à 11h43

          durru dit

          Et qui va pas tarder à prendre ses cliques (et ses claques, bien entendu). J’arrive pas à croire qu’il était un grand espoir pour le monde il y a huit ans… J’arrête pas de penser à la fin des Valois, mais cette fois à une échelle mondiale: dégénérescence, “après moi le déluge” avant l’heure, etc.

        • 31 Décembre 2016 à 13h20

          IMHO dit

          Bébert, je me suis regardé au miroir ce matin et je n’ai vu aucune lueur de panique dans aucun de mes deux yeux .
          Ils m’inspectaient avec détachement comme toujours .
          Je devrais peut-être les interroger à nouveau maintenant qu’ils ont vu ta prose: flegme, ennui ou amusement ?