Retro 2016 (4/8): Voile et mini-jupe, un peu de pudeur Esther Benbassa! | Causeur

Retro 2016 (4/8): Voile et mini-jupe, un peu de pudeur Esther Benbassa!

La mini-jupe est un droit, le voile une prescription

Auteur

Elisabeth Lévy

Elisabeth Lévy
est fondatrice et directrice de la rédaction de Causeur.

Publié le 29 décembre 2016 / Société

Mots-clés : , , , , , ,

C'est la dernière semaine de 2016 ! Causeur.fr vous propose de relire quelques-uns de ses articles les plus marquants de l'année écoulée.

Un défile de mode à Londres en 1997. SIPA. 00313427_000001

La mini-jupe et le voile islamique, deux faces opposées de la même aliénation des femmes : alors que la loi scélérate de pénalisation des clients de prostituées vient d’être adoptée, les amateurs de « convergence des luttes » vont adorer la dernière trouvaille d’Esther Benbassa. La bonne blague, se dit-on d’abord par réflexe laïque. D’abord, je n’ai pas de voile dans ma garde-robe. Et puis, j’aimerais que personne ne décide à ma place par qui et comment je me fais aliéner. Entre nous, qu’on me dise quel serait l’intérêt des jeux érotiques et amoureux s’ils ne comportaient une dose, variable et tournante, d’aliénation. Au fond, une société se définit peut-être par les formes d’aliénations qu’elle admet. Il me semble que la nôtre a forgé au cours des siècles un goût pour la séduction qui devrait lui faire préférer la mini-jupe au voile. Chez nous, la coquetterie a pour habitude de narguer les canons religieux, pas de s’y conformer. En France, mode islamique est un oxymore.

Bref, tant qu’à être aliénée, je préfère l’être en me dévoilant qu’en me voilant. Cependant, notre estimable sénatrice écolo parisienne n’a pas tort sur toute la ligne. Le voile et la mini-jupe ont bien quelque chose à voir l’un avec l’autre. D’abord, comme toute fanfreluche, ils parlent de ce que nous voulons être. Mais en outre ces deux fanfreluches-là ont en commun de parler de la sélection des partenaires sexuels. Le voile dit « non-musulman, pas touche ! » tandis que la mini-jupe signifie que tout homme peut fantasmer qu’il a sa chance, pour peu qu’il sache causer aux dames. Attention, cela ne signifie pas que toute femme en mini-jupe soit en quête d’un homme réel. On peut être équipée en mari et/ou amants et aimer susciter le trouble fugace d’inconnus qu’on aurait pu aimer et dont on ignorera toujours le prénom. La mini-jupe parle d’échange informulé, de désir inassouvi, le voile culpabilise le désir.

Lisez la suite de l’article sur son lien d’origine.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 2 Janvier 2017 à 6h50

      Pyrrhon dit

      “Le voile culpabilise le désir”….ou l’exacerbe, pour les imaginatifs. Une amie m’a raconté avoir vu une prostituée cherchant le client dans cette tenue (islamique), dans un hôtel chic du Caire. L’avantage d’une tenue, c’est qu’elle peut s’enlever. Un homme expérimenté n’est pas vraiment surpris de ce qu’elle va dévoiler.
      Par contre, les événements “révolutionnaires” de la Place Tahrir en 2011 ont montré les limites protectrices de la tenue européenne. 

      • 2 Janvier 2017 à 15h53

        accenteur dit

        On n’est pas obligé de dire n’importe quoi.

    • 1 Janvier 2017 à 8h05

      QUIDAM II dit

      Les homosexuels et les transgenres (qui sont jetés depuis les toits sur la chaussée par des fanatiques de l’islam) auraient une cause commune convergente avec ceux qui les martyrisent ?
      Les femmes battues auraient également une cause commune convergente avec ceux dont la religion permet explicitement de frapper son épouse ? « 
      La convergence des luttes » est simplement une escroquerie non seulement grossière mais également malhonnête.
      Les seules sociétés de liberté et d’égalité sont les sociétés occidentales de traditions judéochrétiennes. 

    • 30 Décembre 2016 à 19h05

      Terminator dit

      Esther Benbassa est l’objet de tous mes fantasmes… que je me garderai bien de dévoiler ici car ils sont loin d’être “politiquement corrects” ! :-)

    • 30 Décembre 2016 à 18h13

      Prenchere dit

      Quand j’étais petit mon maître d’école disait que les allemands avaient attaqué les premiers…Ainsi il suffit de dire “provocation” pour s’excuser de toute réaction. Tout ce qui provoque n’est pas provocation ! Et quant même ce serait,et alors… ça sent le tartuffe !

    • 30 Décembre 2016 à 18h06

      Jihème dit

      Pardon ! La somme au singulier suffira amplement !
      Et quant au voyeurisme, abondamment produit ou suscité par la mode, les médias et l’ensemble de la publicité, faut-il considérer qu’il fait partie des “avancées sociétales” dont notre société libérée semble si fière, ou bien faut-il le considérer comme une régression de la civilité qu’il vaudrait donc mieux éviter de susciter et d’entretenir ?

    • 30 Décembre 2016 à 18h02

      Jihème dit

      En sommes, E. Levy, vous admettez que les deux tenues sont des provocations : le voile provoque le non musulman pour lui donner la fièvre obsidionale, la minijupe provoque le fantasme sexuel. Mais dans les deux cas, ou au moins dans le second, vous n’admettez pas que celui qui est provoqué, allant au-delà du plaisir trouble du voyeurisme, ait une réaction que nous dirons excessive, par euphémisme. Et dans ce cas, n’y aurait-il pas responsabilité partagée? Chacun est responsable de la provocation qu’il ou elle crée sciemment, autant que le provoqué qui réagit à sa manière à la provocation. Ou alors vivons-nous dans une société d’irresponsabilité totale et un peu de pudeur serait-il une denrée périmée et grotesque dans une société prétendue libérale et libérée ?

    • 30 Décembre 2016 à 17h38

      Prenchere dit

      La vérité, la mienne, est que les jolies femmes peuvent tout se permette. Leur beauté les cachent. Les autres devraient s’abstenir et se servir de qualités moins voyantes, plus profondes et durables. Tout ça c’est le jeu du fantasme qui toujours trompe celui qui y croit; mais parfois quel délice de se tromper! Moi j’aime bien. Celles qui montrent comme celles qui cachent exitent la jouissance de l’idiot, du dupe, du mâle; c’est pourquoi c’est un jeu de femme, subtil et essentiel pour que notre idiotie partagée nous fasse lâcher le sérieux qui constipe les sérieux.

    • 30 Décembre 2016 à 13h24

      dacey dit

      D’accord avec Élisabeth Lévy sur le voile, pas d’accord sur la minijupe. Il n’a a pas plus de “droit à la minijupe” qu’un droit de se balader en culotte ou à poil. Non, je ne m’habille pas “comme je veux”, pas plus que je “dis ce que je veux” et je “fais comme je veux”. Il se trouve qu’il y a des règles en société, à commencer par la décence ordinaire et le bon goût. Habillez vous ras-du-cul dans votre jardin si cela vous plaît, mais de grâce évitez d’exposer en public un spectacle vulgaire, obscène et surtout très laid !

      • 30 Décembre 2016 à 17h22

        Hannibal-lecteur dit

        Dacey, allons allons, si vous n’aimez pas ça n’en dégoûtez pas les autres…fermez les yeux, gentiment, ne jouez pas les tyrans moralisateurs cela donne à croire que vous n’aimez pas ceux qui trouvent leur plaisir où vous ne le trouvez pas vous-même ? Fermer les yeux c’est mieux que censurer, non? Censurer c’est tant soit peu brimer, punir, donner des leçons …ça vous fait croire à votre supériorité ? Ah bon.

    • 30 Décembre 2016 à 10h57

      accenteur dit

      je réalise que ce rapprochement avec les mongoliens (voir plus bas) est une offense faite aux mongoliens que je respecte. En réalité cette femme opportuniste est allée passer ses diplômes à EHESS lieu de formation axé à gauche toute, et a adhéré à EELV attrape tout et surtout n’importe quoi comme Duflot. Cette opportuniste bête n’a pas plus de réflexion sur cette question qu”un pingouin. Pourvu qu’elle soutienne le beau Tarik.

    • 29 Décembre 2016 à 19h33

      persee dit

      Il n’y avait qu’un seul parti où cette dame pouvait militer c’et EELV . le parti non pas de l’écologie militante mais du “sociétal”  militant anti français . Pour quel résultat ?

    • 29 Décembre 2016 à 18h05

      srul dit

      benbassa nvb même combat la honte des femmes celles que j’admire et y en a plein surtout mes infirmières de la pitié salpétrière bonne année à vous.

      • 29 Décembre 2016 à 18h21

        Sancho Pensum dit

        Quel service ? Neuropathologie ?

        • 29 Décembre 2016 à 21h27

          Letchetchene dit

          Dans le service où vous êtes interner en temps que patient
          “La psychiatrie “

    • 29 Décembre 2016 à 18h04

      Sancho Pensum dit

      Dans cette affaire, la seule question qui vaille, in fine, est celle de la liberté.
      Nos députés abolitionnistes s’étaient rangés à l’argument du non-consentement à la prostitution pour voter la loi pénalisant le client : le consentement des femmes à la prostitution était forcément inexistant pour celles qui étaient victimes des mafias, et étrangement nié pour les autres. Aucune n’étant FONDALENTALEMENT libre de se prostituer, on pouvait donc décréter le client comme complice d’une privation de liberté.
      Malgré tout le bien qu’on peut penser de l’article de Lévy, il ne faudrait pas refaire la même erreur. Qui nous dit que le voile n’est pas aussi, pour certaines, librement consenti, voire même revendiqué ? Peut-on condamner le port du voile, en faire un instrument de la sujétion des femmes, supposer qu’il ne résulte que d’une pression exogène et non d’un choix personnel réfléchi, si un pourcentage non négligeable d’entre elles y consent librement ?
      Le port de la mini-jupe, comme celui du voile, ou comme le choix de la prostitution se situe également à l’intersection de la pression sociale, de la liberté individuelle et du regard (positif ou négatif) porté par la société.
      Il y aurait donc moins une différence de nature entre la mini-jupe, la prostitution et le voile qu’une différence de degré. Ou plus précisément une différence de statistique. Le regard qu’on portera sur ces questions dépendra étroitement du pourcentage de cas individuels où le choix est libre.
      C’était un des enjeux du débat sur la pénalisation. Les pour affirmaient que les prostituées “victimes” dépassaient 90 %. Les contre qu’elles étaient loin de représenter la majorité.

      • 30 Décembre 2016 à 0h26

        buddy dit

        C’est très simple, tu fais une expérience imparable :
        Tu envoies deux nanas dans un café devenu célèbre du 9.3.
        L’une en minijupe, l’autre en niquab.
        Tu auras tout de suite ta réponse sur la “liberté consentie” comme tu dis.
        Hamon, sors de ce corps!

    • 29 Décembre 2016 à 17h42

      marie210917 dit

      Benbessa ? Vite aux chiottes et surtout on tire la chasse ….

    • 29 Décembre 2016 à 15h42

      accenteur dit

      Dés que Benbassa apparait, encore plus quand elle l’ouvre, on voit aussitôt la nouille, l’imbécile profonde, la mongolienne. Comment cette femme est-elle devenue député ? Mettre sur un même plan une mode fugace par essence et un interdit religieux venant de la religion la plus criminelle au monde est une absurdité qui mérite un haussement d’épaule. Pourtant nous sommes dans une attitude frôlant la trahison de nos valeurs. Pauvre conne à expulser d’urgence.

      • 29 Décembre 2016 à 15h44

        lisa dit

        “mongolienne” comme insulte, c’est choquant.
        Sinon d’accord pour le jugement sur la religion concernée.

        • 29 Décembre 2016 à 16h22

          accenteur dit

          Vous avez raison lisa, je retire ce terme par égard à “Causeur”, à sa charte de bonne conduite et à ceux que je choque comme vous. La colère est mauvaise conseillère…mais là j’en rajoute car je n’en pense pas moins.

        • 29 Décembre 2016 à 17h08

          lisa dit

          Merci c’est sympa !

      • 29 Décembre 2016 à 17h43

        marie210917 dit

        Comment ? Le piston pardi !