Monsieur Soral,

Je vous regarde toujours avec intérêt sur internet. Pas tellement pour comprendre l’Empire, ses maçons sodomites et ses américanos-sionistes, mais plutôt pour voir jusqu’où vous allez descendre.
Vous déclarez dans l’un de vos derniers communiqués que « tous les grands écrivains et les grands penseurs avant 1945 sont antisémites sauf Charles Péguy parce qu’il est mort jeune ». Je laisse à plus cultivés que moi le soin de nuancer vos propos et je pose une question : n’avez-vous pas trouvé là une formidable façon d’inciter une partie de notre jeunesse à se pencher sur la littérature ? Les professeurs de lettres qui s’échinent dans les ZEP devant des collégiens divers et rétifs pourraient vous citer, nous verrions alors des milliers d’élèves se plonger dans la lecture de Shakespeare ou de Stendhal à la recherche de personnages d’usuriers ou de maquereaux israélites. Cela risquerait-il de rendre ces jeunes des quartiers sensibles plus antisémites qu’ils ne le sont ? J’en doute, mais moins ignorants, on peut l’espérer et nous n’aurions pas tout perdu. Même si en d’autres temps, nos persécuteurs lisaient Goethe et écoutaient Wagner.

Mais vous-même n’avez rien contre les juifs et vous l’avez maintes fois prouvé. Ne craignez-vous pas que ce manque de discernement compromette votre carrière d’écrivain ? On vous a vu hier au côté d’un rabbin. Antisioniste certes mais tout ce qu’il y a de plus juif. Aujourd’hui, vous semblez intéressé par les propos d’un juif orthodoxe qui vous invite à faire le tri entre les vrais et les faux. Cela semble nouveau pour vous mais depuis trois mille ans, nous autres subissons ces crétins savants qui traitent les circoncis impies de faux juifs et de vrais idolâtres et appellent Dieu à punir les débauchés. Vous qui aimez les modes de vie traditionnels, vous devriez pouvoir vous entendre avec ces culs-bénits qui préfèrent la dhimmitude à la souveraineté, caillassent les mécréants et séparent les hommes des femmes dans les autobus. Mais attention. Si tous les grands penseurs sont antisémites, votre humanisme et vos nouveaux copains pourraient vous faire passer à coté de votre destin.

Vous affirmez également qu’ « Elisabeth Lévy est plus raciste que Marine le Pen.» Je ne connais pas Marine le Pen aussi bien que vous, mais je connais Elisabeth Lévy. Je me permets de vous détromper car je vous sais attaché à la vérité. Elisabeth Lévy n’est pas raciste, elle n’est même pas islamophobe, c’est dire si elle a un grand cœur. Elle pense par exemple que les hommes et les femmes qui immigrent peuvent parfaitement devenir français quelles que soient leurs ethnies ou leurs religions mais qu’il faut un peu d’exigence d’une part et un peu de bonne volonté de l’autre. Pour avoir souvent défendu cette conviction, elle est dénoncée comme raciste par des gens infiniment mieux pensants que vous. Parce que certains croient ces affirmations sans fondements mais récurrentes, il lui arrive d’être insultée dans la rue. Je n’aimerais pas qu’elle soit importunée un jour par des crétins qui croient Alain Soral sur parole.

Je veux également rectifier quelques autres de vos erreurs. Elisabeth Lévy ne vous a jamais fait virer d’émissions comme vous le prétendez. Nous savons que la chose se pratique mais le chantage n’est pas dans ses manières et sur les plateaux télé, elle ne craint personne. Elle ne s’est pas non plus réjouie quand une milice juive vous a agressé. Elle l’a condamné comme elle a condamné le saccage d’une librairie aux ouvrages pro-palestiniens, perdant au passage quelques lecteurs, ce qui, dans l’exercice artisanal de la plume que vous connaissez, est presque aussi dommageable que de perdre des amis. Je vous l’affirme, elle n’a jamais renoncé à l’idée qu’on ne cogne sur un idéologue qu’avec des arguments et rien d’autre. Vous ne manquez ni d’intégrité ni de courage, ayez l’honnêteté de les reconnaître chez vos adversaires quand vous en rencontrez, ce n’est pas si répandu. Sur ces faits, on vous aura mal renseigné. Vous voilà affranchi et donc en mesure, je veux le croire, de cesser ces calomnies.

J’ajouterai que je ne suis pas aussi généreux qu’Elisabeth. Je pense par exemple que les populations immigrées comptent un certain nombre d’individus aux comportements arriérés, parasites, hostiles et revanchards qui risquent de ne jamais devenir français, avec ou sans papiers. Suis-je raciste ? Je ne crois pas mais je vous laisse juge. Par contre, je suis sûrement islamophobe, comme devraient l’être tous les conservateurs en Occident et tous les progressistes du monde. Vous êtes bien islamophile, comme semblent l’avoir été d’authentiques nazis.
Alors je vous invite à un peu de retenue si l’envie vous reprend de jeter le nom d’une femme en pâture à l’hystérie antiraciste et puisque vous aimez désigner vos ennemis, la prochaine fois que vous aurez besoin de cracher sur un « sioniste haineux et raciste », comme vous dites, adressez-vous plutôt à moi.

Lire la suite