Et maintenant, le lycée unique? | Causeur

Et maintenant, le lycée unique?

Les réformateurs ne désarment jamais!

Auteur

Laurent Cantamessi
co-anime le site http://idiocratie2012.blogspot.fr/

Publié le 15 mars 2016 / Société

Mots-clés : , , , ,

Après la destruction du collège, c'est au tour du lycée d'être dans le viseur des réformateurs. Un récent rapport de la Cour des comptes préconise d'y «resserrer le volume d'instruction» et de «simplifier l'offre de formation». Au nom de l'égalité des chances, bien sûr!

Photo : Image extraite de «Pink Floyd: The Wall» d'Alan Parker, de 1982.

C’est l’histoire d’un type qui glisse sur le trottoir et se fait très mal à la tête. Rentré chez lui, il prend deux cachets d’aspirine. Le lendemain, ayant encore mal au crâne, il prend rendez-vous chez le médecin. Celui-ci, partisan des méthodes radicales, lui prescrit encore de l’aspirine. Deux jours après, le type a toujours mal à la tête et retourne voir son médecin qui lui conseille de reprendre de l’aspirine. Le type meurt. Le médecin conclut tristement : « J’aurais dû lui donner plus d’aspirine. »

L’éducation nationale a bien mal au crâne en 2016 et, depuis quarante ans, des médecins lui prescrivent des réformes à forte dose qui ont autant d’effet que l’aspirine sur un trauma crânien. L’an dernier, le collège était l’objet de toutes les attentions de Najat Vallaud-Belkacem, déclarant le 11 mars au micro d’Europe 1 : « Le vrai problème qu’on a aujourd’hui au collège, c’est que les élèves s’ennuient. » Il s’agissait donc une fois de plus de transformer les professeurs en « gentils organisateurs », grâce à de nouveaux dispositifs innovants : enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) et accompagnement personnalisé (AP) proposant un suivi plus individualisé des élèves, effectué en classe entière, au prix d’une réduction substantielle des heures de français… Car il ne faudrait pas, tout de même, qu’une mesure fasse sens. Accompagnée de l’annonce de la suppression des options langues anciennes et des classes bilangues1, la réforme fit descendre les profs dans la rue à la rentrée 2015, sans changer d’un iota la politique ministérielle.

La destruction du collège étant en bonne voie, on dirait que c’est le lycée qui est aujourd’hui dans le viseur des réformateurs. À en croire un rapport de la Cour des comptes2 publié en septembre 2015, le lycée français est beaucoup plus cher que celui de nos (toujours) vertueux voisins européens (particulièrement allemand et suédois, les Italiens et les Espagnols nous rejoignant dans le coin des cancres près du radiateur).

[...]

  1. On notera cependant que 95 % des classes bilangues ont été supprimées dans l’académie de Caen, alors qu’elles ont été conservées à 100 % dans l’académie de Paris. Source : Normandie-actu, 6 février 2016.
  2. « Le coût du lycée », Cour des comptes, 29 septembre 2015.
  3. Rapport établi par la Commission des affaires culturelles et de l’éducation, en conclusion de la mission sur les liens entre le lycée et l’enseignement supérieur, enregistré par la présidence de l’Assemblée nationale le 8 juillet 2015. Les passages en gras le sont également dans le rapport.

  • causeur 33

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 92 - Mars 2016

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur 33
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 20 Mars 2016 à 19h54

      salaison dit

      Les “socialistes” veulent faire DISPARAÎTRE une société vieille de plus de deux mille ans !….. du jour au lendemain !!!!!!
      après il leur faudra couper des têtes  (et les têtes qui dépassent)

    • 16 Mars 2016 à 18h46

      plouc dit

      programmes adaptés pour les classes multiculturelles afro arabo musulmanes de la nouvelle société multiculturelle qui doit remplacer ” la France d’ avant ” et la faire disparaitre puisque ce gouvernement socialaud arabo musulman sunnite terroriste n’ en veut plus et veut la faire disparaitre !!!!!

    • 16 Mars 2016 à 17h35

      salaison dit

      “classes bilangues”……
      c’est en attendant la langue unique !…. (mais PAS LE FRANçAIS !) 

    • 16 Mars 2016 à 14h43

      lieretango dit

      On peut se demander comment il se fait que les manifestations “anti” concernant les réformes du code du travail réussissent à faire réagir les responsables gouvernementaux tandis que les mêmes réactions de violente opposition concernant celles de la réforme du collège (et du lycée)semblent hélas échouer ! …

    • 16 Mars 2016 à 14h42

      lieretango dit

      On peut se demander comment il se fait que les manifestations “anti” concernant les réformes du code du travail réussit à faire réagir les responsables gouvernementaux tandis que les mêmes réactions de violente opposition concernant celles de la réforme du collège (et du lycée)semblent hélas échouer ! …

    • 16 Mars 2016 à 13h53

      caffer dit

      Ce matin à la radio, on nous dit qu’une étude très sérieuse du CNRS arrive à la conclusion que la suppression de la notation à l’école est de nature à lutter contre l’échec scolaire.
      Ainsi il n’y aura plus de mauvais élève, donc d’échec scolaire.
      Il fallait y penser ! 

    • 16 Mars 2016 à 12h15

      meylanville dit

      L’égalité des chances ne pourra jamais s’appliquer que sur le papier, car c’est une utopie . Une utopie vers laquelle on peut essayer de tendre, tout en sachant que ça reste une utopie avec fort peu de chances de succès .
      Comment voudriez vous qu’un enfant dont les parents sont par exemple professeurs puisse avoir les mêmes chances que celui dont les parents ne comprennent même pas notre langue ?
      Il y aura toujours plusieurs niveaux dans toute société, et refuser de l’admettre est une tromperie .
      Et le nivellement n’est souvent qu’un nivellement par le bas pour nous faire croire qu’il existe . Il n’apporte rien à la société et ne fait que la dévaluer pendant que d’autres pays s’appliquent à niveler par le haut à force de travail et d’efforts .

      • 16 Mars 2016 à 12h47

        Guenièvre dit

        Je suis d’accord avec vous : l’égalité des chances est une formule qui essaie de concilier le principe d’égalité avec la liberté laissée à chacun de réaliser son destin. Mais pour être réalisée entièrement il faudrait que les enfants soient enlevés à leur famille…
        Mais comme vous le dites : on doit essayer de tendre vers cet idéal.

    • 16 Mars 2016 à 12h08

      LU980 dit

      On a du mal à voir le rapport entre “l élève s’ennuie” (ce qui n’est pas faux, ds une scolarité, on voudrait bien avoir le % de temps où on n’écoute pas,et vagabonde. pour moi, il est phénoménal !)
      et l’annonce de la suppression des options langues anciennes. Certains n’ont jamais été aussi intéressés qu’en latin ou grec ou…
      Alors, pas de cause à effet !
      D’un autre côté, on ne va pas continuer à discourir indéfiniment
      tout seul, croyant distiller la culture à qqun qui n’en entend pas la moitié. Est-ce cela “ne pas niveler par le bas” ?
      A un moment il faut bien changer qq chose pour justement niveler par le haut, en faisant en sorte que le temps des élèves ne soit non plus perdu.

    • 15 Mars 2016 à 21h16

      cioranpat dit

      Quand un pays n’a que des “calculettes” en forme de cerveau pour réfléchir sur son destin, à son approche des savoirs mais aussi de la culture en général (ou en particulier), c’est un pays “foutu”.

      Quand allons-nous remplacer tous ces “experts” en idiocratie du renouveau et de la modernité comparative (qui paie le moins en Europe pour que vite, vite nous nous alignions sur celui-ci?) par des logiciels munis d’intelligence artificielle ? Au moins cela aura l’avantage de ne pas enfreindre les lois de la logique associées à des capacités d’analyse en “profondeur”.

      Le crétinisme est la chose la mieux partagée en France. Et je pense qu’à la Cour des Comptes ils y sont pléthore. Mais pas que là

    • 15 Mars 2016 à 19h20

      eclair dit

      il n’y a qu’une réforme nécessaire.

      C’est diminuer le nombre d’années comme les coréens viennent de le faire. 

    • 15 Mars 2016 à 16h29

      gerryq dit

      Le principe de la Cour des comptes est bon; mais pas les exemples.
      Le gâchis n’est pas tant dans des options prétendûment “élitistes” que dans des doublons incohérents; Sait-om par exemple que, si 98% des élèves finissent par apprendre l’anglais, ils peuvent le faire à partir de la 6ème (première langue), de la 4ème (seconde langue), de la Seconde (troisième langue), voire de la Première dans certains cas. Et tous ça fait souvent des groupes squelettiques, pour le plus grand bonheur de certains enseignants. Et je ne parle que de l’anglais, où les effectifs sont de loin les plus nombreux.
      Quant aux options folkloriques (au sens propre) du baccalauréat, elles demandent de heures d’enseignement en amont, bien sûr! 
      La France est le pays qui offre le plus grand nombre d’options au Monde. (d’où, d’ailleurs, des emplois du temps souvent ahurissants). mais ce ne sont pas le latin et le grec qui coûtent le plus cher, loin de là! 

    • 15 Mars 2016 à 16h17

      C. Canse dit

      Et si on est allergique à l’aspirine ?
      ´Faut virer le lycée unique, c’est simple.