Pour une droite sociale, populaire et républicaine | Causeur

Pour une droite sociale, populaire et républicaine

Exit Le Pen, Fillon, Dupont-Aignan. Il faut reconstruire!

Auteur

Alexandre Grevet
est docteur en droit.

Publié le 15 juin 2017 / Politique

Mots-clés : , , , , ,

Dans une Europe déboussolée, l'enjeu est de reconstruite une droite sociale, patriote, populaire et républicaine afin de redonner des perspectives d'avenir à la France.
fillon dupont aignan lepen droite

Drapeau de la France libre. Wikicommons.

La primaire de la droite et du centre plébiscitée par plus de quatre millions d’électeurs est désormais loin, très loin. Elle aura pourtant mis en avant une droite sans complexe affirmant les valeurs républicaines fortes telles que l’attachement à notre histoire commune, la volonté de contrarier les sceptiques d’un avenir « français » dans le monde et l’envie de manifester une « certaine idée de la France » : sociale, populaire et républicaine. Une France sociale qui n’exclut pas. Une France populaire qui vit de ses différences. Une France républicaine qui place au-dessus de toutes autres valeurs l’ambition d’égalité, de liberté et de fraternité.

Ses valeurs sont orphelines. Marine Le Pen aura tenté en vain sa conquête. François Fillon aura été discrédité tout au long de sa campagne. Nicolas Dupont-Aignan a démontré son manque de clairvoyance.

Trois naufrages à droite

Marine Le Pen. En tentant le grand écart pour rallier les républicains de gauche mouvance chevènementiste sous l’influence de son lieutenant Florian Philippot, Marine Le Pen s’est attirée les foudres des « historiques » (Marie-Christine Arnautu, Bruno Gollnisch…) comme des nouveaux « traditionalistes » (David Rachline, Marion Maréchal Le-Pen,…). Le Front national est arrivé au bout de sa logique. Le FN ne fédère pas. C’est inscrit dans ses gènes. Il ne s’agit pas d’un parti de gouvernement et le débat du second tour de l’élection présidentielle l’a montré : l’outrance et l’approximation sont les deux faces de la pièce FN. Les résultats de ce premier tour des élections législatives montrent que Marine Le Pen réussit, mais seule.

Nicolas Dupont-Aignan. Son ralliement d’entre deux tours à Marine Le Pen a démontré son manque de vision politique. Après avoir parcouru un long chemin seul depuis son départ du RPR en 1999 lors des élections européennes de la même année, le fondateur de Debout la France est frappé à son tour par le syndrome Pasqua-Villiers qui l’emmène désormais dans l’arrière-cour du paysage politique français. Le candidat souverainiste aurait eu tant à gagner à ne pas appeler à voter Marine Le Pen et donner à la droite un nouvel élan en fixant lui-même la limite à ne jamais franchir. Après qu’il a déçu ses principaux compagnons de route (Jean-Pierre Enjalbert, Dominique Jamet, Eric Anceau,…), Nicolas Dupont-Aignan joue son avenir national. Encore quelques jours pour que sa présence dans l’hémicycle appartienne peut-être au passé.

François Fillon et Les Républicains. 465 696. C’est le nombre de voix qui  auront manqué à François Fillon pour se qualifier au second tour. Autant dire une feuille de papier à cigarette au niveau du corps électoral français. Il est certain que l’affaire Penelope a condamné le candidat Fillon à l’impossible. Les élections législatives donneront sans doute une majorité (absolue grâce aux résultats de ce premier tour des législatives) au président de la République et ce au détriment du parti LR dont une partie de ses élus comme de ses cadres ne cachent plus leurs ambitions pour participer directement ou non à la mise en œuvre de la politique du gouvernement, cultivant ainsi leurs contradictions.

Baroin et les irréductibles LR

Reste alors une poignée d’irréductibles à commencer par François Baroin condamné à assumer la défaite annoncée et à devoir laisser, à l’issue de ce cycle électoral, sa place à Laurent Wauquiez en pleine ascension. Débarrassée d’un centre qui aura toujours tergiversé (à commencer par François Bayrou mais également Jean-Christophe Lagarde, Yves Jego et Chantal Jouanno) ainsi que d’une frange libérale et fédéraliste (Gérald Darmanin, Bruno Lemaire, Alain Lamassoure….), la droite sociale, populaire et républicaine n’a d’autre choix que de quitter le maquis pour occuper la place qui lui revient. A en juger à la projection du faible nombre de députés (80 à 100) qui siègeront sous l’étiquette Les Républicains dans le prochain hémicycle, l’opposition s’organisera hors des murs de l’Assemblée.

L’enjeu ? redonner un avenir

Emmanuel Macron a réussi le rassemblement des forces dites de « progrès » synonyme d’un modèle social-libéral à l’image d’une « troisième voie » à la française empruntée à celle de Tony Blair au Royaume-Uni. La République en Marche a convaincu les français dans le renouvellement des élus, à la fois espéré et nécessaire. En se dotant d’une large majorité, le nouveau président de la République a également réussi à dégager la voie pour l’émergence d’un rassemblement des forces sociales, populaires et républicaines car après le renouveau des visages, le renouveau des idées reste attendu et les résultats sont à la hauteur de l’espoir suscité. En rassemblant d’un côté, le succès de La République en Marche a laissé place à un vide de l’autre.

Dans ce nouvel environnement politique qui fixe les contours du paysage politique français jusqu’aux prochaines échéances (nationales en 2019 avec les élections européennes et locales en 2020 avec les élections municipales), l’enjeu n’est pas de refonder la droite. L’enjeu est désormais de donner un avenir, une alternative, sociale, populaire et républicaine aux Français dans une Europe au carrefour de son histoire. Le défi reste d’innover et de formuler des réponses claires et concrètes aux défis à relever (sécurité, éducation, emploi et intégration) et de s’investir dans les débats sociétaux qui couvent (famille, drogue, fin de vie). Mais avec qui ? La question reste entière.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 19 Juin 2017 à 15h34

      lafronde dit

      18 Juin 2017 à 22h00
      Moi ex Adhérent dit
      “Un fossé d’incompréhension se creuse entre “les pros de la politique”, tenant les mêmes discours depuis bientôt 50 ans, et l’électorat les ayant entendus, d’où les 57% d’abstention.”

      Si les offres politiques de la Société civile ont été backboulées de la présidentielle (faute de signatures des élus), elles étaient présentes lors des législatives. Manque de pot le megaphone mediatique présidentiel était déjà En Marche ! c’est conforme à un clientélisme présidentiel fait d’échanges de services entre le Presse et l’Exécutif (complaisance contre subvention ou nomination amies dans le PAF public.

      Ce qu’il nous faut ce sont des medias subsidiarisés au niveau de la Société civile locale, qui seule a les moyens de les faire vivre. La Démocratie exige des medias indépendants, pluralistes et ce n’est pas gratuit !

      Croire qu’une Démocratie peut se satisfaire de medias gratuits est une erreur qui se paie cher ! Vous allez voir vos impôts !
      Si c’est la pub qui paie, le journal se conformera aux critères de l’annonceur : pas de clivages durable, ni de risque de polémiques incontrolables. Un journal où rien ne fâche !
      Si c’est le contribubale, il paie via l’Etat, le media public ne doit rien directement au citoyen, ni à l’auditeur ou télé-spectateur, dont l’avis ne comptera pas !

      Combien de publications avez vous soutenu depuis un an ? Combien d’essais politique avez vous acheté ?

      Voter quatre fois en fin de quiquennat est nécessaire mais très insuffisant.

    • 18 Juin 2017 à 1h31

      Livio del Quenale dit

      17 Juin 2017 à 14h38 Moi ex Adhérent dit LAFRONDE
      &&& La débandade prévisible sera peut-être salutaire … on peut toujours l’espérer.&&&
      -
        le bouleversement d’un système même pas très bon ne mène à rien les gardes fous érigés avec l’expérience sautent et une sorte de pagaille s’installe faisant le lit de la racaille et des mafias .
      -
       La nature ne bouleverse rien, mais s’adapte calmement dans sa logique aux situations nouvelles. Bon , c’est qq fois long, enfin pour nous, ça parait long, mais à son échelle cela se fait à temps.
      -
       Même pour le réchauffement climatique et la surpopulation elle va régler le problème , pas forcement en douceur ,ni à notre gôut c’est pour ça que nous devrions faire qq chose avant elle.
      -
       Jusqu’à maintenant elle a envoyé des épidémies de toutes sortes, mais avec notre foutue intelligence, nous nous acharnons à les enrayer, cela satisfait notre sensiblerie judéo-chrétienne , mais la glace fond, la mer monte, les gens reculent au sec, les terres arables diminuent, on pollue, air, les sols et l’eau potable objet de la prochaine guerre .
      …/… 

      • 18 Juin 2017 à 1h44

        Livio del Quenale dit

        …/…*
        Revenons à nos moutons (moutons-pigeons) la révolution n’a rien changé, un régicide au palmarès des français, une période de terreur inhumaine et tout le reste, Napoléon, l’Algérie, trois grandes guerres etc… Pour finalement être revenus à une féodalité. Les privilèges et les sous ont changés de poches, souvent dans l’injustice et la détérioration du patrimoine par des sauvages incultes, c’est tout!
        -
         (rassurez-vous je ne suis pas royaliste, j’observe juste,  C’est ce que la gauche appelle l’alternance, enfin l’alternance au château , parce que pour les serfs c’est pareil. Enfin il ont un frigo une machine à laver et une auto, auto, nouveau prétexte pour être saigné à chaque kilomètre, même si vous ne bougez pas alors imaginez quand vous parcourrez le royaume présidentiel si on vous attend au coin des radars, des péages, des des parc-mètres, sans oublier les rançons des bandits de grands chemins, que vous n’avez pas le droit d’occire, l’état de droits en est seul responsable et s’en acquitte, enfin devrait, essayez de survivre, si vous pouvez…
        -  
         Si on vous agresse à la campagne, la nuit, appelez la maréchaussée, un robot vous répond … une ineptie, au regard de l’urgence qui vous occupe .
        Alors, bon citoyen, vous vous laissez griller les pieds au chalumeau par des sauvages qui vous réclament votre carte de crédit avec le code, qui vous finissez par leur donner, bien sûr, puis il vous assassinent pour ne pas faire de témoins et brûlent votre maison et vous avec, si vous n’êtes pas tout à fait mort et que quand même vous vous en sortiez, ça doit laisser des séquelles .
        Vu qu’il rigolent de la répression française on se demande bien ce qui va les arrêter à par un coup de lance au milieux du front.

        (Entraînez-vous, ce n’est pas facile;o)
        –  

      • 18 Juin 2017 à 8h29

        Moi ex Adhérent dit

        Je comprends votre désarroi, et votre amertume.
        La France est en marche, mais mal barrée.

        En 1999 Chevènement lança le terme de “sauvageons” pour désigner les mineurs multirécidivistes. Lutter sans surenchère, ni démagogie, disait-il, applaudi par nos élites médiatisées.
        Mais la CFDT-Justice lui reprocha de “stigmatiser et d’exclure les jeunes en difficulté.
        Article dans Libération “sauvageons, le mot qui fâche”.

        En l’économie.
        La droite pense que c’est grâce aux employeurs, qu’il y a des employés
        La gauche pense que c’est grâce aux salariés que les patrons s’enrichissent.

        Macron, l’homme de la situation, ou de l’illusion, je n’en sais rien.
        Par contre, je sais qu’il aura beaucoup de mal à fédérer les mentalités si différentes de la gauche et la droite.

        • 18 Juin 2017 à 19h53

          Livio del Quenale dit

          la droite remplissait les caisses et avait du mal a “les” lâcher.
          La gauche les gaspille, pour cause d’incompétence 
          ne fait rien d’utile, pour cause d’inaptitude
          se vante beaucoup et dépense encore en écrans de fumée, pour masquer son laisser-aller, sauf pour sauvegarder son fauteuil.
          Aujourd’hui droite et gauche se confondent dans une caste politique au profit de cette caste politique.
          Voila pourquoi macron fleurit sur ce fumier, c’est dire la fleur…
          voila pourquoi le peuple nourrit une colère sourde que traduit son abstention.
          –   
           

        • 18 Juin 2017 à 22h00

          Moi ex Adhérent dit

          Livio
          Un fossé d’incompréhension se creuse entre “les pros de la politique, tenant les mêmes discours depuis bientôt 50 ans, et l’électorat les ayant entendus, d’où les 57% d’abstention.

    • 17 Juin 2017 à 15h12

      Pierre Jolibert dit

      Sur l’absence d’un parti conservateur au rendez-vous électoral de ce mois-ci,
      entendre le Répliques de ce matin (surtout la fin)
      et lire ces nouvelles d’un auteur d’outre-Manche bien connu à Causeur :
      http://boomerang2017.fr/actus/le-figaro-roger-scruton-le-progres-dans-la-science-la-tradition-dans-les-arts-la-continuite-dans-la-morale
      (merci Eugénie Bastié)

    • 17 Juin 2017 à 11h26

      reflechisson dit

      Monsieur GREVET est un bon français.(le défi reste d innover et de formuler des
      réponses claires aux défis a relever,sécurité,éducation,emploi,et intégration)
      Il oublie a mon sens,comme la plus grande partie des français l ECONOMIE.
      Sans puissance économique,pas de bonne éducation,pas de sécurité,pas d emploi,pas
      d intégration.Il aurait du lire jean TIROLLE (un des problèmes de la FRANCE,c est
      sa balance commerciale).Combien de français se préoccupent de ce problème, ou est
      la responsabilité de nos hommes politique qui ont bradé nos industries

    • 17 Juin 2017 à 10h12

      lafronde dit

      L’UMP n’a pas tiré les leçons de sa défaite de 2012. C’est le problème d’un corps de professionnels de la politique. L’UMP a simplement attendu l’échec du quinquennat socialiste, comme Chirac l’avait fait après sa dissolution ratée.

      Tirer les leçons d’une défaite politique de mande d’observer le contexte.
      Institutions.
      Notre régime s’est fortement présidentialisé. Le résultat des Législatives dépend de plus en plus du résultat de la présidentielle, avec une abstention différentielle croissante. C’est un risque, l’avenir du pays se joue sur un coup de dé – ou de poker mediatique.

      Medias.
      Nous vivons encore pour les mass medias, à l’ère du PAF mitterandien. Un système clientéliste s’est instauré entre les Rédactrions toutes progressistes et le pouvoir d’Etat : complaisance mediatique contre nominations progressistes

      Le quinquennat présidentialisé est illégitime : il interpose entre le Peuple Souverain et sa représentation nationale à l’Assemblée, une élection personnelle, certes éminente, mais réductrice du débat public, et aisément manipulable par les medias. Le présidentialisme concentre les pouvoirs et permet un clientélisme à grand échelle : le déficit budgétaire chronique est contemporain de la première dissolution de synchronisation en 1981.

      Le CSA et le PAF sont illégitimes. Le CSA est nommé par les dirigeants de l’Etat. Contrairement à sa mission, le CSA ne garanti pas l’Art. 34 de notre Constitution sur le pluralisme des medias. La régulation du CSA s’avère un obstacle à la Liberté de la Presse, au renouvellement et à la concurrence dans ce secteur.

      Les subventions à la Presse sont illégitimes. Elles empêchent la destruction créatrice dans ce secteur, et figent le marché publicitaire.

      L’échec de Fillon vient de l’hostilité des medias qui “en même temps”faisaient la campagne de Macron.

      Une preuve ? Fillon était antisocial en mettant la Sécu en concurrence. Macron est “rationnel” lorsqu’il abandonne la hiérarchie des normes du Code du Travail !

      • 17 Juin 2017 à 11h46

        Moi ex Adhérent dit

        Votre analyse de la droite est juste.
        Je suis plus nuancé sur Mitterrand et les médias.Le clientélisme ne venait pas de lui.
        Les journalistes craignaient Mitterrand, qui les a quand même traités de chiens, chassant en meute. Aucun n’avait osé parlé de sa double vie à l’Elysée.
        La droite a peur des médias. Sarkozy avait pourtant doublé les aides à la presse.
        Macron est comme Mitterrand sur le sujet.

    • 17 Juin 2017 à 0h08

      Alex Z dit

      Voyez-vous, Fillon, par son incurie, n’a pas seulement signé sa mort politique personnelle (qui lui fera confiance désormais ?), mais il a aussi entraîné avec lui LR.
      Aujourd’hui quand je vois Baroin, je vois Fillon. Quand je vois Wauquiez je vois Fillon, Quand je vois Woerth, NKM, et toute la clique, je vois Fillon.
      Ils l’ont soutenu jusqu’au bout, et pour cela ils iront en enfer avec lui. Qui pourra de nouveau leur faire confiance aujourd’hui après leur soutien jusqu’auboutiste à l’insoutenable ?
      C’est pour cela que mon dernier espoir est EM. Si lui échoue, on aura la dictature des extrêmes, et c’est ce qu’on aura mérité.

      • 17 Juin 2017 à 4h33

        Livio del Quenale dit

        Non les LR ont foutu le camp, comme des lapins au premier coup de fusil du parquet financier en lâchant Fillon au lieu de faire beaucoup de bruit derrière lui et en menaçant la gauche de leur faire pareil, bon nombre n’ont pas les moyens de risquer le coup.
        – 

        • 17 Juin 2017 à 10h33

          lafronde dit

          “Ont détalés comme des lapins” ! Bien dit !
          en fait les ump ou lr ont peur des medias “bien pensants” ils ont été formattés par eux. Sarkozy savait en jouer. Ce qui n’est pas donné à tous.

          Donc si on veut un parti conservateur (par exemple Sens commun : “la Droite que nous voulons”) il est nécessaire d’avoir des medias qui exposent aux citoyens les points de vues que les medias “mainstream” n’exposent pas.

          Sous Hollande, le CSA a verrouillé cette possibilité. Mais si le citoyens s’organisent, si une opposition politique se fédère, c’est possible.

          D’autant plus que les publics clients potentiels sont nombreux : conservateurs, libéraux authentiques, patriotes, catholiques, régionalistes, fédéralistes, traditionalistes, réactionnaires, royalistes. Radio Courtoisie fédère très bien tous ces auditoires depuis trente-cinq ans. Radio Courtoisie est le France Culture mais conservateur. Le CSA bloque sa diffusion en province !

          Journée de Radio-Courtoisie, la plus vaste librairie politiquement incorrecte de France ! Découvrez-là dimanche 25 juin, Pte de Champerret.

        • 17 Juin 2017 à 14h38

          Moi ex Adhérent dit

          LAFRONDE

          En effet, rien n’empêchait l’UMP de faire un forum internet réservé aux adhérents et sympathisants.
          Sans doute que les professionnels de la politique, pensent encore qu’il est nécessaire de distiller le prêt-à-penser quotidien à ses ouailles perdues sans argumentaires pré-mâchés, ou bien préfèrent-ils une seule ligne, celle du chef.
          Dans les 2 cas, ça ne fonctionne plus.
          La débandade prévisible sera peut-être salutaire … on peut toujours l’espérer.

      • 18 Juin 2017 à 1h21

        Livio del Quenale dit

        17 Juin 2017 à 0h08 Alex Z dit : &&& Si lui échoue, on aura la dictature des extrêmes, et c’est ce qu’on aura mérité. &&&
        -
        Parce que lui, ça ne serait pas la dictature !?
        si je me mettais à votre place, j’essayerais d’être un peu plus objectif sans suivre la doxa ni les bourre-crânes TV et des médias tous d’accord pour et surtout subventionnés par le GVT et donc vos impôts.Au besoin, faites vous aider à y voir clair, par un ami sûr intelligent et non conformiste .  

    • 16 Juin 2017 à 19h11

      radagast dit

      Au moins on peut espérer en finir avec cette comédie qui nous présentait un parti théoriquement de droite et en fait gouverné par les centristes (Juppé , Raffarin etc.) , désormais ouvertement fédéraliste et mondialiste.
      Macron et son ” centre pluriel ” ne réussira pas ou ne réussira que partiellement , cinq ans c’est trop court et ni ses amis de l’Europe , ni ses amis de la finance ne lui donneront le temps nécessaire .
      Il n’y aura plus de parti aussi majoritaire que par le passé (P.S. , U.M.P.) , la future majorité du parti des progressistes ne sera due qu’ à un effondrement passager de ses opposants et pas à une adhésion massive.
      Un parti de droite traditionnel , droite hors les murs depuis longtemps ou droite des garagistes aura toute sa place dans le futur kaléidoscope politique.
      J’espère que Wauquiez et Marion Maréchal Le Pen s’entendront et en seront les chevilles ouvrières.

      • 17 Juin 2017 à 0h54

        i-diogene dit

        Ragaga,

        - “J’espère que Wauquiez et Marion Maréchal Le Pen s’entendront et en seront les chevilles ouvrières.”,

        .. Ca ressemble à une prière..!^^

        … Certains agissent, d’autres prient..!

        • 17 Juin 2017 à 8h16

          radagast dit

          Il y a des cons qui s’ enrichissent , vraisemblablement par une absence totale de scrupules , et vous semblez en faire partie .
          Cette époque est la vôtre” , profitez en !
          Mais rira bien qui rira le dernier.

    • 16 Juin 2017 à 17h29

      Daniel Jean-Louis dit

      Le problème est que l’on part toujours du présupposé que l’Europe en tant qu’union politique existe, alors qu’il ne s’agit en fait que d’un mythe. Allez vivre dans d’autres pays pendant plusieurs années en faisant un effort d’intégration et vous comprendrez qu’une union politique entre pays européens est une illusion. Des accords, certainement , mais une union, impossible.

      • 18 Juin 2017 à 4h21

        Livio del Quenale dit

        16 Juin 2017 à 17h29 Daniel Jean-Louis dit &&& Allez vivre dans d’autres pays pendant plusieurs années en faisant un effort d’intégration et vous comprendrez qu’une union politique entre pays européens est une illusion.&&&

        Oui, c’est pour ça que je dis l’Europe pourrait commencer a se faire en faisant une confédération “union” de pays souverains plutôt qu’une fédération,(qui a voulu copier les USA) “fusion” quand l’Europe est faite de pays aux Histoires millénaires différentes, aux langues différentes, aux coutumes différentes, aux monnaies différentes, aux niveaux économiques différents.
        Enfin aux cultures différentes. Et en dernier lieux aux religions différentes.
        Encore les pays chrétiens pourraient peut-être s’entendent mais avec l’arrivée des musulmans, l’islam n’est pas démocratique.
        –    

    • 16 Juin 2017 à 16h36

      Hannibal-lecteur dit

      M. le Docteur Grevet, quelle bouillie dans votre tête vous fait dire : ” En rassemblant d’un côté LREM a laissé un vide de l’autre .” ? De quel autre côté? De quelque côté qu’on se tourne, on constate exactement le contraire : ceux qui étaient là ont laissé un vide,( eux, pas Macron ), qui a eu vite fait de se remplir. Et maintenant le plein est fait : plein de LREM!
      D’une si piètre analyse comment tirer une conclusion? Passons sur les lieux communs :donner un avenir, une alternative (?), sociale, populaire et républicaine …que des mots vides de sens car vides des moyens pour y parvenir.
      Reste donc seul : le défi d’innover !!?? Vous auriez dû donner l’exemple en le faisant vous-même car tout ça n’est que du réchauffé insipide, du banal habituel creux et vide. 

    • 16 Juin 2017 à 16h33

      i-diogene dit

      … La droite n’ a jamais été sociale et ne le sera jamais, c’est une grosse intox..! Ptdr..

      La droite, c’ est la bourgeoisie, donc le capital..!^^

      • 17 Juin 2017 à 14h59

        Fixpir dit

        Waow!
        Quelle puissance d’analyse!
        Je suis impatient d’entendre ce que vous pensez des blancs, des polonais, des juifs, de communistes etc… en appliquant une telle finesse d’analyse et en vous appuyant autant sur des exemples réels.
        [/ironie]

    • 16 Juin 2017 à 15h30

      rolberg dit

      L’Europe déboussolée dites-vous ? Elle le paraît parce que les puissants n’arrivent pas toujours facilement à imposer leur ordre à tout et chacun. Mais personne ne réussira à recréer une Europe faite de coopération.

    • 16 Juin 2017 à 14h43

      staeubli dit

      Honnêtement, je crois plus que vous à l’avenir de Dupont-Aignan. Mais n’est-il pas condamné de par son charisme à ne rester qu’un politicien de seconde zone, ce qu’il a toujours été. Je comprends pas ce ralliement précipité à Le Pen qui était perdu d’avance et qui ne correspondait qu’à se tirer une balle dans le pied. Alors je me dis que c’est un coup politique, risqué. Il est quand même aujourd’hui beaucoup plus connu. Le défi de ces 5 prochaines années va être la reconstruction politique : quelle force saura s’opposer à la France des dents longues, des start-up et du marketing ?
      Il y aura peut être la france insoumise d’un côté. De l’autre je crois vraiment qu’une droite sociale, souverainiste et humaine (gaulliste donc) pourra être une vraie et belle opposition. Mais je ne sais pas si elle saura se construire… il faudrait déjà qu’elle se trouve. Il faut juste espérer qu’elle saura le faire avant la fin de ce quinquenat.

    • 16 Juin 2017 à 14h22

      Nolens dit

      Une droite sociale !!! On a déjà l’UMPS, tous socialistes, tous partisans de plus d’impôts, plus d’aides aux plus démunis (i.e. aux bons à rien).
      On ne pense pas à remettre les gens au travail ? Du moins les français, les autres on les dégage.

    • 16 Juin 2017 à 8h07

      L'Ours dit

      Celui qui a défendu cela, c’est Guaino! Qu’en a-t-on fait? Les maires lui ont craché dessus et aux législatives les électeurs l’ont jeté aux orties.

      • 16 Juin 2017 à 9h30

        steed59 dit

        personne ne l’a forcé à se présenter dans la circo la plus bourgeoise de france

      • 16 Juin 2017 à 16h13

        Hannibal-lecteur dit

        Ce qui tendrait à prouver que les propositions de l’article sont stupides …du moins aux yeux des électeurs s’ils sont tous comme ceux de Guaino…

    • 15 Juin 2017 à 20h57

      Moi ex Adhérent dit

      La droite sociale ?
      Elle l’a toujours été. De Gaulle fut à l’origine de la Sécu, avec le gouvernement hétéroclite de la libération. Son électorat ne l’a jamais remise en cause.
      La droite populaire ?
      Elle est, lorsque “ses représentants” parlent de leurs problèmes, leurs réalités vécues au quotidien.
      La droite Républicaine ?
      C’est quoi ?
      Liberté … très encadrée dans les moindres détails, et dans tous les domaines
      Egalité … pleine de différences
      Fraternité … ponctuelle ou automatique.

      La droite doit choisir entre :
      parler de tout ce qui ne va pas, sans exceptions
      parler de rien … surtout de ce qui nous concerne

      • 16 Juin 2017 à 9h30

        JeanBart dit

        Sur les origines de la Sécu, vous avez tort. Mais difficile de vous en vouloir compte tenu de la propagande qui l’entoure :
        http://eric-verhaeghe.entreprise.news/2015/08/09/les-racines-vichystes-de-la-securite-sociale/
        http://eric-verhaeghe.entreprise.news/2016/11/24/sociale-revisionnisme-historique-assume-de-gauche/

        • 16 Juin 2017 à 14h39

          Moi ex Adhérent dit

          JeanBart
          Vous avez vos sources, j’ai les miennes
          3 juin 1944
          Début du gouvernement provisoire de la république française, présidé par De Gaulle
          4 octobre 1944
          début des ordonnances pour la création de la Sécurité Sociale.
          Eric Verhaeghe peut refaire l’Histoire, ça ne change rien

        • 16 Juin 2017 à 15h02

          JeanBart dit

          J’adore : vous ne lisez même pas, vous restez bien assis sur des convictions, issues d’informations partielles et transmises avec des biais évidents. On vous met sous les yeux des papiers sérieux, issus d’un travail d’historien, dénonçant la manipulation et retraçant factuellement les choses, le moment pour vous de prendre un peu de hauteur, mais vous niez. Ces papiers ont été publiés dans des feuilles de choux complotistes comme L’Opinion, Atlantico ou Le Figaro.
          Verhaeghe ne refait pas l’histoire, il la complète et l’éclaire crument. Et cette lumière crue semble vous déranger. Pourquoi ?

        • 16 Juin 2017 à 20h50

          Moi ex Adhérent dit

          Eric Verhaeghe reconnait l’existence de l’ordonnance de De Gaulle.
          Il prétend que la Sécu aurait été imaginée par Vichy, sans fournir beaucoup d’explications, sinon les preuves.
          Peut-être les avez-vous trouvées.
          Par contre, il ne ménage pas ses critiques contre le modèle de la Sécurité Sociale. Effectivement, il est difficile de le contredire d’après les résultats que l’on voit.

    • 15 Juin 2017 à 19h42

      Liamone dit

      La droite c’est le gaullisme qui l’incarne désormais, avec les valeurs et les idéaux de la Résistance et de l Libération. Les gaullistes ne s’allieront jamais avec l’extrême droite qu’incarnent les héritiers de Pétain.

      • 17 Juin 2017 à 0h30

        Alex Z dit

        Et en avant les clichés ! Philippot suppôt de Pétain c’est sérieux ?
        C’est quoi le gaullisme d’après vous ? La droite a quitté depuis bien longtemps l’esprit gaullien. Et d’abord de quoi parle-t-on ? La droite n’existe plus. Quand on pense à la droite aujourd’hui, on ne peut s’empêcher de penser à Fillon. Personne ne peut oublier qu’ils l’ont soutenu jusqu’au bout. La droite aujourd’hui paie le prix de son soutien à l’insoutenable. Elle ne pourra espérer revivre qu’après que tous ses piliers auront été remplacés.

      • 17 Juin 2017 à 15h19

        Fixpir dit

        Comme la dernière fois que vous avez appelé Pétain à l’aide, je vous rappelle que vous vivez dans le passé. Le même temps s’est écoulé entre le décès de Louis XVIII, frère de Louis XVI et la naissance de Pétain, qu’entre la chute du mur de Berlin et aujourd’hui.

        On a reproché aux généraux Français d’être toujours en retard d’une guerre. De 1870 en 1914, de 1918 en 1939. Mais ce n’était, après tout, que 20 à 40 et une guerre. En évoquant Pétain à toutes les sauces, vous laissez sur place ces retardataires. La montée des fascismes, c’est il y a un siècle (95 ans la prise de pouvoir par Mussolini). En vous focalisant sur une personne déjà largement en retard au moment de la seconde guerre mondiale, vous oubliez la guerre froide, les guerres d’indépendances, les guerres autour de l’Islamisme!

        Trois guerres de retard, une sorte de record! Votre attitude rappelle celle de ces royalistes attardés des années 60.

        Les Français se fichent totalement de Pétain, au FN comme ailleurs – sauf vous, et vos pareils, pour tenter de discréditer sans débat un parti politique.

        Il est temps de débattre des 10, 50, 100 prochaines années, pas de ressasser l’arrivée au pouvoir de Pétain et des débats d’un siècle d’âge. Pourquoi pas la bataille d’Austerlitz et le plateau de Pratzen, ou bien les Thermopyles?

        Comme dans tout débat, dans toute guerre, c’est sur la réalité présente qu’il faut agir, et non rejouer le passé dans une sorte de jeu vidéo.

        • 18 Juin 2017 à 15h10

          Hannibal-lecteur dit

          Ah, Fixpir, merci de votre vertu pour tenter d’éclairer Liamone. Peut-être qu’une de vos bonnes vieilles colère serait plus efficace avec un binaire comme lui, un simple pour qui le monde se coupe en deux : pétainiste ou pas !!
          S’y référer encore aujourd’hui montre qu’il n’a pas compris grand’chose à l’évolution du pays et que cette référence largement périmée l’autorise à émettre un avis que, sans elle il serait incapable d’exprimer .
          Déjà que le Pétainisme, pour ceux qui ont un peu vécu cette période, c’était pas simple. C’était même très compliqué et posait des problèmes difficiles aux braves gens de l’époque. Alors les Liamone qui croient y voir aujourd’hui qqchose de clair , hein, quelle sottise !

    • 15 Juin 2017 à 18h27

      palast dit

      Triste état des lieux , la reconstruction sera longue et un certain renouvellement humain et idéologique nécessaire.

      La droite française est centre gauche ce qui oblige la gauche ou ce qu’il en reste à être très à gauche…..

      La majorité Macron risque de décevoir avec ses promesses non financées

      Tous les jours on apprend que des candidats Macron sont dans des situations étranges.

      Exemple : Dans le sud ouest une candidate Macron Cartomancienne de son état est poursuivie pour travail dissimulé, elle n’avait pas prévu son contrôle

      Ce sera peut être la première députée tireuse de cartes….

    • 15 Juin 2017 à 17h56

      CYNORRHODON dit

      Vrai et faux : l’enjeu est de FONDER une droite française libre, pas une droite sous tutelle idéologique et morale de la gauche (=”drauche”).

      Il faut que LR meurent pour que naisse une droite (parti conservateur) française.

      “Ils devront être en mesure d’assumer clairement une pensée politique de droite, déclinée autour d’un retournement copernicien, et de trois axes majeurs.

      http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2017/06/12/31001-20170612ARTFIG00268-legislatives-la-droite-la-plus-bete-du-monde.php

      Op. Cit.
      “Le retournement copernicien, c’est, enfin, placer les questions économiques derrière les questions de souveraineté et de vouloir-vivre. Une fois la droite à nouveau dans ses murs, elle pourra décliner un vrai programme de rupture et de progrès, autour des axes suivants: remettre la loi, l’ordre, la République, la stricte laïcité, les valeurs de travail et d’excellence au centre du fonctionnement de la cité ; replacer la politique étrangère sous le strict sceau des intérêts de la France, ce qui signifie, entre autres, se souvenir que l’Europe est un moyen, et non un but ; moderniser l’économie française en adoptant enfin un programme de réformes drastiques qui ramènera le coût de l’action publique à son juste niveau.”

      • 15 Juin 2017 à 18h25

        Letchetchene dit

        A CYNORRHODON

        Je suis d’accord en gros sur les axes que vous avez définis , mais , il y a un mais, quel est donc votre position sur l’E.U. , car pour moi les axes que vous avez définis ne peuvent être mis en œuvre que dans un pays souverain, avec ses frontières et libre de prendre ses décisions (politique étrangère) et non pas attaché à une bureaucratie de plus de 40 000 personnes à Bruxelles ou Strasbourg!

        Donc pour moi sortie de l’E.U. et mise en œuvre de vos axes ainsi défini!

        Est ce là que le bat blesse???

      • 15 Juin 2017 à 18h32

        JeanBart dit

        C’est très juste, mais il faudrait enfin arrêter d’opposer stérilement questions économiques et politiques : elles sont si étroitement liées qu’on devrait les aborder de front !
        Comme pour les enfants quittant le foyer familial, il est difficile d’être véritablement indépendant tant qu’on est pas robuste financièrement.

      • 15 Juin 2017 à 18h33

        gnu dit

        Non, droite et gauche sont has been : cette vision binaire tout le monde s’en tape à présent, excepté les dinosaures.
        Il va falloir utiliser un autre vocabulaire et d’autres qualificatifs.
        Votre texte entre apostrophe, excusez moi mais c’est de la langue de bois que n’importe quel parti pourrait écrire, allez le présenter aux ouvriers d’une usine …

    • 15 Juin 2017 à 17h17

      rico34 dit

      D’accord avec vous Mr Grevet.Votre énoncé des défis demande une grande vigilance mais je suis certain que beaucoup de contemporains partagent ce souci et finiront par “se trouver” pour agir..via Causeur où? ??

    • 15 Juin 2017 à 17h04

      t hdo dit

      C’est fou, cette incapacité des fillonistes à reconnaître que leur candidat s’est planté tout seul, et qu’il s’est planté parce que son programme économique était un programme d’enfoiré.

      Personne ne se serait soucié de ses affaires privées s’il n’y avait pas eu, en arrière plan, son programme économique : c’est la combinaison des deux qui a montré au peuple ce qu’est ce Fillon, et ce que sont ceux qui le soutiennent, des égoïstes forcenés qui veulent tout casser pour s’en mettre plein les poches.
      La preuve en est que Chirac, accusé d’innombrables magouilles et avec la concurrence de l’UDF (2 candidats), a tout de même été premier en 2002.

      Donc, si vous voulez construire une union de la droite, il va falloir que vous bougiez au minimum :
      - sur ce programme économique
      - et puis sur l’UE
      - plus fondamentalement encore, sur l’imbécile politique consistant à émanciper les grands groupes par les privatisations au moment même où on a le plus besoin de les tenir en laisse

      Comme vous n’en dites pas un mot dans votre texte, j’imagine que le délitement de la France par cause de la coupure des droites va continuer encore des années. Une politique suicidaire, hélas.

      • 15 Juin 2017 à 17h15

        JeanBart dit

        Non, il a été élu à la primaire sur son programme.
        Il a perdu par 1/ la faiblesse de sa stratégie : la probité ne marche que si on a le cul propre.
        2/ Son impréparation: comment lui et ses équipes ont pu imaginer que cette histoire ne ressorte 2ans après le mur des cons et alors que Hollande vient de créer le PNF
        3/ Sa nullité tactique : dès le premier soir au JT de 20h, il aurait du tout napalmer en mettant en cause, de façon très crue, les mouvements magiques de dossiers fiscaux qui passent de bercy aux bureaux de journalistes du carnard, l’autosaisine du PNF, etc. au lieu de lancer aux juges un “pas cap de me mettre en examen”. bref, il a perdu tout seul, parce qu’il est nul, alors qu’il était le seul proposer un programme à la fois ambitieux et réaliste.

        • 15 Juin 2017 à 17h22

          t hdo dit

          Il a perdu parce que le programme des petits vieux retraités de gauche et des empaffés libéraux ne convient qu’à quelques millions d’électeurs des primaires.

          Mais continuez à jouer au con, vous verrez bien ce que vous obtiendrez…

        • 15 Juin 2017 à 17h42

          JeanBart dit

          Alors, je m’inscris en faux, M. Thdo : c’est vous qui jouez au con, en voulant absolument voir ce qu’il se passe lorsqu’on arrive à court d’argent des autres.

        • 15 Juin 2017 à 17h43

          JeanBart dit

          Ceci dit, vous avez le droit. Mais vous ne pouvez pas à la fois clamer votre amour de la patrie et votre volonté de la voir s’effondrer.

        • 15 Juin 2017 à 18h22

          gnu dit

          Il a été élu à la primaire par majoritairement des vieux qui veulent défendre leur retraite et leur fric, donc une large minorité de la population.
          Il a été élu à la primaire en descendant ignoblement descendu Juppé et Sarkozy sur la probité.
          Son programme était de la daube.
          Là où je suis d’accord, c’est que c’est un nul qui n’a jamais réussi qu’en suivant son maître. 
          Ce que je regrette, c’est que tout LR ne l’ait pas lâché pour qu’un autre candidat soit élu à sa place comme cela aurait dû être le cas. 

        • 15 Juin 2017 à 18h27

          JeanBart dit

          Son programme c’était de la merde, parce que, dans le fond, c’était un programme de droite.
          Et vous voulez refonder la droite ? Avec des programmes de gauche alors ?

        • 16 Juin 2017 à 3h06

          eclair dit

          jeanbart

          non c’est un programme de rentiers.

          faudrait peut etre arreter de dire que défendre la rente c’est de droite! Et assumer que c’est favoriser la rente

        • 16 Juin 2017 à 9h25

          JeanBart dit

          Plus exactement, c’était favoriser la constitution de patrimoine, dont l’apparition de futurs rentiers. Mais en cassant d’autres rentes, celles de situations.
          C’est d’ailleurs un des rares points du programme de Macron dont on peut être sûr qu’il ne sera jamais appliqué: la suppression des statuts – dis-moi qui est ton employeur, et je te dirais tes droits.
          On peut d’ailleurs noter que les plus acharnés opposants à ce point sont ceux qui n’ont que le mot égalité à la bouche.

      • 17 Juin 2017 à 0h43

        Alex Z dit

        Faux ! Les français se foutent des programmes. Sinon ils n’auraient pas plébiscité Macron. En revanche les français, des honnêtes gens, comme vous et moi, sont sensibles à la personnalité, à la moralité, à la probité de celui qui va diriger leur pays pendant 5 ans. Fillon a été rejeté (après avoir été adulé) uniquement à cause de son immoralité. Les français détestent ça l’immoralité surtout en matière d’argent. L’image que s’est donné Fillon a été rédhibitoire. Dommage que LR n’aient pas pu comprendre cela dès le début. Aujourd’hui, ils ne paient que le prix que de leur soutien à Fillon.