Avec la signature éclair du contrat égyptien portant sur l’acquisition de 24 avions de combat Rafale, puis la conclusion ce matin même de la commande qatarie, le gouvernement français et l’avionneur Dassault ont poussé un grand soupir de soulagement. L’avion de combat français n’avait connu jusqu’à présent que des échecs à l’export, le dernier en date au Brésil, au terme d’un véritable feuilleton à suspense qui s’était conclu sur une nouvelle rebuffade et l’annonce du choix du suédois Gripen par le gouvernement de Dilma Roussef. Un mois à peine après l’Egypte, l’Inde a annoncé à son tour son intention d’acquérir 36 Rafale, afin de moderniser sa flotte de combat vieillissante et la série en or s’est poursuivie quinze jours plus tard quand le cheikh Tamim Ben Hamad Al-Thani a confirmé son souhait de voir le Qatar acquérir 24 avions de combat Rafale.

Pour le ministère de la Défense, le soudain succès du Rafale à l’étranger après des années de vaches maigres est une bénédiction. Le contrat indien n’est certes pas encore signé mais ces trois annonces marquent l’aboutissement d’un très long travail pour enfin placer le fleuron de l’aéronautique française à l’étranger. Cela permet aussi à Dassault de respirer enfin puisque son poulain n’était maintenu en vie artificiellement que par les commandes du ministère de la Défense dont le grand patron Jean-Yves Le Drian peut se réjouir d’avoir décroché non seulement les premiers succès à l’export du Rafale mais également une  rallonge de 3,8 milliards d’euros concédée avec peine par Bercy pour boucler son prochain budget, une bonne nouvelle n’arrivant décidément jamais seule…

Le contexte politique et économique a largement contribué à faire tourner la roue dans le bon sens pour la France et pour Dassault, à commencer la situation au Moyen-Orient. Le Maréchal Abdel Fatah al-Sissi, nouvel homme fort de l’Egypte, avait grand besoin de s’assurer du soutien diplomatique des Occidentaux à sa croisade contre les Frères musulmans. L’Egypte apparaît aussi comme le nouveau fer de lance de la guerre contre l’Etat Islamique. L’achat de Rafale à la France, en même temps qu’un contrat nucléaire civil signé avec Moscou, permet à Sissi de diversifier ses alliances et de se distancier très subtilement d’un allié américain qui n’avait pas hésité à engager le dialogue avec les Frères Musulmans et qui négocie aujourd’hui une alliance de circonstance avec l’Iran, ce qui n’est pas pour inspirer confiance aux pays arabes. Des raisons similaires semblent pouvoir expliquer également le succès du Rafale au Qatar qui souhaite non seulement pouvoir moderniser rapidement sa flotte de combat dans un contexte très tendu mais également pouvoir continuer à compter sur le soutien fidèle de son allié français. La série pourrait d’ailleurs se poursuivre. « Jamais deux sans trois » avait prophétisé Laurent Fabius après le contrat indien, « jamais trois sans quatre », affirme-t-il aujourd’hui au site L’Usine Nouvelle. Les Emirats Arabes Unis cherchent en effet également à renouveler leur flotte vieillissante de Mirage 2000 et le contexte géopolitique de la région pourrait jouer là encore en faveur de la France.

L’annonce indienne trouve une explication essentiellement technologique. Le Dassault Rafale est un avion dit de génération « 4++ », c’est-à dire une génération d’avions de combat qui succède aux F-15, F-16 et F-18 américains (respectivement mis en service en 1976, 78 et 83), aux Mig-29 et Su-27 russes (1983 et 84) et au Mirage 2000 (1983). À ce titre, le Rafale, dont le premier prototype a volé en 1991, se glisse aujourd’hui, après sa longue traversée du désert, dans un interstice technologique favorable. En effet, il faudra attendre encore quelques années avant la véritable arrivée sur le marché des avions de cinquième génération comme le T-50 ou PAK FA (développé par la firme russe Sukhoi pour le marché indien, dont le premier prototype s’est élancé dans les airs en 2009) ou de l’avion chinois Shenyang J-31 (premier vol d’un prototype en 2012). Seul le F-35 Lightning américain, véritable multirôle, contrairement au F-22 dédié uniquement à la supériorité aérienne, a vraiment fait son apparition, mais sur un marché pour le moment limité à l’OTAN (Royaume-Uni, Canada, Pays-Bas, Norvège, Turquie, Italie et Danemark) ou aux alliés historiques des Etats-Unis (Australie, Israël et Japon).

Le Rafale se trouve donc, dans la catégorie « multirôle », en compétition avec l’Eurofighter Typhoon (premier vol en 1994), le Gripen du suédois Saab (premier vol en 1988), le Su-30 (1989), le Su-35 (première version en 1992, réactualisé en 2008) et avec le F/A-18 Hornet… Qui vola pour la première fois en 1978. Le Rafale est certes un avion extrêmement coûteux (suivant les estimations, son prix se situe entre 90 et 100 millions d’euros l’unité) mais bien moins cependant que le F-35 dont le programme de développement est l’un des plus pharaoniques de l’industrie aéronautique américaine, avec un retard de 7 ans et un dépassement de budget astronomique. À l’opposé en terme de coût, le Gripen suédois  coûte peut-être deux fois moins cher que le Rafale, ce qui lui a permis de rafler la mise en Suisse et au Brésil, mais il s’avère aussi bien moins performant, l’avion français bénéficiant des tout derniers développements technologiques, du missile air-air METEOR (premier tir effectué le 28 avril dernier) au radar RBE2 AESA capable de poursuivre 40 avions et d’en engager 8 en même temps tout en assurant simultanément la détection de cibles terrestres ou navales.

Cet équipement renforce encore l’aspect multirôle d’un appareil qui avait été capable de tenir en combat aérien la dragée haute aux F-22 américains et à l’Eurofighter Typhoon lors d’exercices internationaux à Doha en 2009. Si le Rafale remporte aujourd’hui en Egypte, en Inde et au Qatar le succès qui lui a été dénié au Brésil et en Suisse, c’est que ces deux pays représentaient peut-être tout simplement une erreur de casting : ils ont très logiquement fait le choix du Gripen, moins performant et moins cher en l’absence d’un voisinage réellement menaçant. Ce n’est en revanche pas le cas des pays du Moyen-Orient, relancés dans une véritable course aux armements, ou de l’Inde voisine de la Chine et du Pakistan, équipés des récents J-10 « Vigorious Dragon » et du JF-17 « Brave Dragon », développée en 1998 et 2003 par la firme chinoise Chengdu. On comprend donc que les trois récents clients qui ont permis à l’industrie aéronautique française de pousser de vigoureux cocoricos aient choisi de mettre le prix pour se remettre rapidement à niveau.

Enfin, la baisse de l’euro, tombé à son plus bas niveau en douze ans (1 euro = 1,06 dollar contre 1,40 en mars 2014, son cours est même inférieur au cours d’introduction de 1999) a pour effet de favoriser les exportations en rendant plus compétitifs les produits français, surtout quand il s’agit de produits aussi chers qu’un avion de combat. Cette baisse, décidée par la BCE de Mario Draghi qui a inondé de devises les marchés européens depuis mars, est clairement destinée à favoriser les exportations européennes tout en profitant du niveau toujours bas des cours du pétrole. La France s’impose déjà, avec la Grèce ou l’Italie, comme l’un des grands bénéficiaires de cette politique.

Le succès de Rafale sert donc aujourd’hui de vitrine (de luxe) à cette nouvelle embellie commerciale. Tout vient à point à qui sait attendre. Les bénéfices dégagés par cette série de super-contrats permettront peut-être à François Hollande de se consoler de devoir rembourser la somme déjà payée par la Russie pour les porte-hélicoptères Mistral. Autant de vents contraires pour l’industrie française… mais en attendant de savoir ce que la France pourra faire des deux navires géants conçus pour un environnement arctique, les Mistral pourront peut-être temporairement servir à accueillir la fameuse « structure chargée d’accueillir en charge les jeunes de retour de zones de conflit » (ceux, du moins, ne faisant pas l’objet de poursuites judiciaires) que Manuel Valls souhaite créer d’ici la fin de l’année. Après tout, on ne pourrait rêver meilleur cadre pour refroidir les ardeurs djihadistes qu’un porte-hélicoptère construit pour affronter les milieux polaires…

*Photo : wikicommons.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
co-anime le site http://idiocratie2012.blogspot.fr/
Lire la suite