C’est donc le dernier chic ouvrier. Pour pouvoir se faire entendre, des salariés menacés de licenciement généralisé disposent devant leurs usines des bonbonnes de gaz, et menacent de tout faire péter si l’on continue de faire comme s’ils n’existaient pas.

Se faire entendre, oui mais de qui, hormis des riverains ?

Avant tout des médias, la bonne blague ! Télés, radios, journaux sont également formatés pour ne s’intéresser aux banlieues que quand les voitures brûlent, aux péquenots quand ils vidangent leur purin dans les jardins de préfets et aux étudiantes quand elles se prostituent. Du social, d’accord, mais seulement si le spectacle est compris, sinon on enverra plutôt les reporters stagiaires dans les squats de Montreuil, à la gaypride de Jérusalem ou au off des Francofolies.

Alors le prol, bon gars, fournit le show en bonus. Une bonbonne, même vide, ça fait une belle image, ça ressemble à une bombe, et pour cause d’étymologie commune, cette ressemblance est même visible à la radio.

La bonbonne de gaz, c’est la version d’été, light, de la prétendue « prise d’otage » qui a cours le reste de l’année. Et ça marche pareil. Les mêmes braves types de chez Nortel à Chateaufort qui demandaient en vain depuis des jours une entrevue avec leur direction, pour savoir au moins à quelle sauce ils allaient être virés, l’ont finalement obtenue après que l’opération butane a alerté les médias qui eux-mêmes ont réveillé les pouvoir publics, qui eux même ont dû trouver les mots pour convaincre le directeur de rentrer dare-dare de Saint-Jean Cap-Ferrat

Parce que maintenant, c’est comme ça. Certes, les gouvernements-castings et les annonces-showcases du président actent d’une démocratie du JT, où tout ce qui est important intervient aux alentours de 19h58, mais en corollaire, l’inverse est avéré : si on veut faire bouger les pouvoirs publics faut d’abord trouver un moyen de faire venir la télé, qui elle-même, etc….

Donc, la bonbonne c’est la voie royale pour se faire entendre des médias, de l’Etat et même du patronat. Les seuls qui resteront sourds à ce cri de détresse, parce que cela fait longtemps qu’ils se désintéressent totalement des travailleurs du secteur privé, ce sont, bien sûr, les syndicats. Pour que ceux-ci sortent de leur torpeur estivale et retrouvent les saintes colères de Vallès et Jaurès, il faudra attendre qu’on rouvre les négos annuelles sur le point d’indice dans la fonction publique.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Marc Cohen
est rédacteur en chef de Causeur.est rédacteur en chef de Causeur. Pilier du Groupe d’Intervention Culturelle Jalons, il a notamment été rédacteur en chef de "L’Idiot International ".
Lire la suite