Quand le PCF voulait « arrêter l’immigration » | Causeur

Quand le PCF voulait « arrêter l’immigration »

Il y a 30 ans, Georges Marchais n’avait pas peur des mots

Auteur

Tefy Andriamanana
est rédacteur web.

Publié le 03 août 2012 / Politique

Mots-clés : , , , ,

Un maire de banlieue parisienne a suspendu quatre animateurs d’une colonie de vacances qui avaient jeuné pendant le Ramadan, arguant d’une possible mauvaise condition physique. Cet édile a reçu le soutien du FN. Mais devant la bronca, il a finalement décidé de ne plus imposer aux animateurs de s’alimenter en août « pour apaiser le débat ». Or, cet élu n’est pas un fan de Claude Guéant ou un sympathisant de Riposte Laïque, c’est Jacques Bourgoin, maire de Gennevilliers et membre du… PCF.

Jacques Bourgoin s’est déjà fait connaître en mars 2011 en imposant un couvre-feu aux mineurs de sa ville après la mort d’un jeune dans des violences entre bandes rivales. Une telle fermeté vient-elle d’une quête des voix FN ? Bourgoin n’en a pas spécialement besoin. A Gennevilliers, Marine Le Pen n’a recueilli que 10,71% des voix à la présidentielle (contre 17,9% au plan national), à l’inverse Mélenchon a obtenu 28,04% des voix et Hollande 40,30%.

Autre élu PCF aux positions atypiques : Patrice Carvalho, député-maire de Thourotte. Ce dernier s’est opposé au droit de vote des étrangers en des termes forts. « L’intégration ne se fait pas par le vote, mais en parlant la langue et en participant à la vie collective », avait-il clamé dans Le Monde, dénonçant « les dames qui ont des foulards sur la tête et qui ne parlent pas français ». Mais à l’inverse de Bourgoin, Carvalho est soumis à une forte concurrence du FN. Il a été élu député en juin dans une triangulaire avec l’UMP et FN et Marine le Pen a obtenu 25,54% des voix dans sa ville lors de la présidentielle.

Il y a aussi le cas d’André Gérin, ex-député de Vénissieux qui fut un fervent partisan de l’interdiction du voile intégral. En juin 2011, il avait publié un billet sur son blog estimant que « l’immigration n’est pas une chance pour la France » et que « limiter y compris l’immigration régulière devient vital face une situation intenable et explosive dans des centaines de villes populaires ». Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF, avait qualifié ses propos d’ « indignes ».

Pourtant, Gérin n’est pas le premier communiste à réclamer une limitation de l’immigration. En janvier 1981, c’était le cas de… Georges Marchais. Le secrétaire général du PCF adresse alors une lettre au recteur de la Mosquée de Paris Hamza Boubakeur. A l’époque, le maire giscardien de Saint-Maur des Fossés fait détruire un foyer d’immigrés et les renvoie vers la ville communiste de Vitry. Les immigrés s’abritent dans un foyer insalubre. Face au danger, le maire PCF fait détruire ce foyer.
Loin de condamner son élu, Marchais prend la plume pour répondre au recteur de la Mosquée de Paris. Pour lui, la destruction du foyer de Vitry n’était qu’une « riposte à l’agression raciste » du maire de Saint-Maur, qui refusait de prendre sa part dans l’accueil des immigrés. Marchais va plus loin et « approuve (le) refus (du maire de Vitry) de laisser s’accroître dans sa commune le nombre, déjà élevé, de travailleurs immigrés ».

Ce que craint Marchais, c’est le coût de l’immigration dans les communes les plus pauvres : « Les charges d’aide sociale nécessaire pour les familles immigrées plongées dans la misère deviennent insupportables pour les budgets des communes peuplées d’ouvriers et d’employés ». Il dénonce aussi une pression sur les salariés les plus précaires : « Quant aux patrons et au gouvernement français, ils recourent à l’immigration massive, comme on pratiquait autrefois la traite des Noirs, pour se procurer une main-d’œuvre d’esclaves modernes, surexploitée et sous-payée ». Et il conclut : « C’est pourquoi nous disons : il faut arrêter l’immigration, sous peine de jeter de nouveaux travailleurs au chômage ».
Marchais lie donc fermeté sur l’immigration et pensée communiste. Pour lui, la limitation de l’immigration relève bel et bien de la protection des travailleurs et non de préjugés racistes. Sauf à penser que le dirigeant d’un parti historiquement anti-colonialiste et antifasciste serait en fait un agent double de l’extrême droite, haïssant l’islam et les Maghrébins.

En février 1981, Marchais récidive. Il se rend à Montigny-les-Cormeilles, ville dirigée par un certain Robert Hue. A l’époque, le futur successeur de Marchais venait de manifester devant le logement d’une famille accusée de trafic de drogue. Dans son discours, Marchais, vient une fois de plus au secours de son élu : « Nous posons le problème de l’immigration, ce serait pour favoriser le racisme ; nous menons la lutte contre la drogue, ce serait parce que nous ne voulons pas combattre l’alcoolisme prise par notre clientèle (…) Pour la jeunesse, je choisis l’étude, le sport, la lutte et non la drogue (…) Alors, comme l’autre jour un dirigeant socialiste, ils crient tous en chœur : ‘pétainisme !’ Quelle honte, quelle idée lamentable ces gens-la se font des travailleurs (…) Je le dis avec toute la force de mon indignation, de telles attaques ne déshonorent que leurs auteurs et ils ne méritent que le mépris ».

On répondra que Marchais cherchait déjà à éviter la concurrence du FN. Sauf que début 81, le FN est groupusculaire. En 1980, le parti frontiste ne compte que 270 adhérents. Aux législatives de 78, le FN n’a obtenu que 0,33% des voix. Il faudra attendre Dreux et les élections cantonales de 82 pour assister à la première éclosion du Front. A cette époque, la concurrence au PCF vient plus du PS et de Mitterrand que de Jean-Marie Le Pen.

La ligne Marchais n’est donc une surenchère autour de l’extrême droite. Au contraire, défendre l’autorité de l’Etat, réguler les frontières, c’est défendre les classes populaires. C’est s’assurer que les habitants des HLM ne croisent plus de dealers en bas de leur immeuble, c’est équilibrer le marché du travail au profit des plus précaires. De même, défendre la laïcité et l’intégration, c’est assurer la cohésion républicaine contre le repli sur soi dans les quartiers les plus pauvres.

Aujourd’hui, les choses ont changé. Au delà des prises de positions de Gérin et autre, le PCF a adopté une ligne laxiste en matière d’immigration, de laïcité et de sécurité par hostilité à tout ce qui ressemble de près ou de loin à du lepénisme. Cette évolution est facile à comprendre. La rupture du PCF avec les positions de Marchais va de pair avec la perte de son identité ouvrière et sa recherche d’un nouvel électorat. Mais le parti va-t-il finir comme le PS et succomber au discours de Terra Nova, abandonnant ainsi les classes populaires au profit des jeunes, des diplômés, des femmes et des minorités ? Triste destin. En cherchant à gagner quelques voix chez les bobos, le PCF perdra à coup sûr son âme. Mais n’est-ce pas déjà le cas ?

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 5 Août 2012 à 16h05

      ariane.h dit

      Il y a 30 ans on pouvait encore s’exprimer librement et ouvertement , ça s’appelait la liberté d’expression ;aujourd’hui le PS-Verts-média acoquinés censurent , méprisent , condamnent tout ce qui sort de leur dogme construit artificiellement pour des besoins électoralistes et mercantiles , ce dogme tue à petit feu les esprits critiques- créatifs- entrepreneurs pour en faire des larves “lobotomisées” et effrayées , n’osant plus ni réfléchir , penser s’exprimer sans peur de déraper et ainsi être montré du doigt et à la vindicte des maîtres normaux , ceux qui détiennent la Norme , représentés aujourd’hui par l’Homme Normal ! 

      • 13 Août 2012 à 21h02

        hedgehogmsx dit

        C’est à nuancer. On peut toujours s’exprimer librement, mais on affronte alors non pas des contre-arguments, mais des condamnations, des insultes, des insinuations, jusqu’aux plus pitoyables des points Godwin. Il n’y a plus de débat, mais un dialogue de sourd, parfois factice quand on sait qu’au final, sur bien des sujets, Sarkozy et Hollande font quasiment la même chose (Europe, règle d’or etc.).
        Du coté des médias audiovisuelles et des milieux de l’édition, majoritairement de gauche, c’est plus compliqué, mais il reste encore de l’espace, sans quoi on n’entendrai jamais Levy, Zemmour, finkielkraut etc.
        Certes, il ne semble pas, pour aller dans votre sens, qu’il y ait un équilibre, mais nous n’en sommes pas encore au silence total. Il faut résister.

    • 3 Août 2012 à 14h24

      Jesse Darvas dit

      Etrange article. Le PCF n’existe plus depuis un bon moment, sauf dans quelques bastions dont une partie sont d’ailleurs tombés aux dernières législatives. Il tirait sa légitimité de l’espérance révolutionnaire, qui a été jetée aux oubliettes depuis belle lurette. L’auteur semble indiquer qu’à défaut de se battre pour le Grand Soir, le PCF pourrait conserver son “âme” et son “identité ouvrière” en s’en prenant aux immigrés… alors que la composition actuelle de la population ouvrière est telle qu’on ne peut s’en prendre aux immigrés et la défendre en même temps…

      Enfin je note une certaine confusion dans cette phrase:
      “Sauf à penser que le dirigeant d’un parti historiquement anti-colonialiste et antifasciste serait en fait un agent double de l’extrême droite, haïssant l’islam et les Maghrébins. ”

      1) l’antifascisme n’a rien à voir avec l’antiracisme; le “front antifasciste” créé dans les années 30 relevait d’une stratégie politique particulière pour s’opposer à des forces qui n’étaient en rien motivées par une haine de l’islam et des Maghrébins mais plutôt par l’antisémitisme et l’antirépublicanisme.
      2) l’anticolonialisme du PCF est à nuancer fortement: durant la guerre d’Algérie, le souci du sort des pieds-noirs et de l’intégrité territoriale française lui fit prendre pendant une bonne partie des hostilités des positions qui n’étaient pas réellement distinctes de celles des autres partis. L’une des raisons pour lesquelles l’Union soviétique mit pas mal de temps avant de prendre franchement le parti du FLN, c’était d’ailleurs de ne pas trop mettre dans l’embarras le PCF…

      • 4 Août 2012 à 6h51

        Alex73 dit

        Vouloir stopper l’immigration et s’en prendre aux immigrés est différent…

    • 3 Août 2012 à 12h24

      quadpater dit

      Un renoncement peut être un acte politique courageux. L’abandon par le PCF du modèle politique soviétique en fut un. Mais le PCF est allé, sur certains sujets, bien au delà des renoncements. Par le simple fait de déclarer les immigrés Afro-Maghrébins intouchables et victimes systématiques, on le voit aujourd’hui défendre des pratiques religieuses, oublier la cause des femmes, justifier des émeutes, et flirter avec l’antisémitisme.

      Certes les cocos ne sont pas les seuls à avoir adopté toutes ces postures infâmes uniquement pour ne pas être mis à l’index par SOS Racisme. Cependant le PCF est un parti que j’ai longtemps respecté car regroupant des gens biens qui défendaient mal des gens bien, je suis très déçu de leurs fréquentations d’aujourd’hui. Les autres je m’en fous, les socialos n’ont jamais été des gens bien.

    • 3 Août 2012 à 10h15

      kriktus dit

      Très bon article! Je serai curieux de connaitre la position de JL sur ce sujet.

      • 3 Août 2012 à 10h29

        eclair dit

        Les discours de marchais de l’époque rares sont les communistes à les commenter. Car cela les renverrait vers les abandons s qu’ils ont fait.