Si c’est un noble | Causeur

Si c’est un noble

Générosité de la «vieille France»

Auteur

Olivier Prévôt
anime le site et la revue L'Esprit de Narvik et le blog Les Carnets de Betty Poul sur Causeur.

Publié le 04 octobre 2016 / Culture Monde Société

Mots-clés : , , , , ,

Les pépites

Les Pépites, documentaire de Xavier de Lauzanne

Le film Les pépites (sortie : mercredi 5 octobre) est la bonne surprise de cette semaine de cinéma. Loin des banlieues et des questions identitatires (Chouf de Karim Dridi, Le ciel attendra, de Marie-Castille Mention-Schaar), l’émouvant documentaire de Xavier de Lauzanne, nous emmène au Cambodge où l’association, Pour un sourire d’enfant, combat l’extrême pauvreté depuis plus de vingt ans.

Née d’une urgence, d’un coup de tête d’un couple d’aristos voyageurs, P.S.E scolarise aujourd’hui plus de 7000 jeunes et emploie 450 personnes. Pourtant, rien ne prédisposait Marie-France et Christian des Pallières, issus de la plus vieille noblesse française, à porter secours à ces enfants du bout du monde. Rien, sinon « un coeur gros comme ça » et une certaine idée de l’homme et de sa dignité.

Entretien exclusif pour Causeur avec Xavier de Lauzanne, réalisateur du film.

Olivier Prévôt : Les pépites, c’est sa richesse, peut-être abordé de multiples manières : l’émotion face à l’histoire de ces enfants sauvés de l’extrême misère, la formidable aventure de l’association P.S.E passée en quelques années de quelques gamelles de nourriture à une sorte d’Empire du Bien… Mais aussi le destin tout à fait extraordinaire, quasi-romanesque, d’un couple, Marie-France et Christian des Pallières à l’origine de cette association.

Xavier de Lauzanne : Je voulais montrer cette histoire, cette rencontre, ce choc face à la misère la plus terrifiante que Marie-France et Christian découvrent au Cambodge et qui les poussent à agir. De la nécessité première, immédiate, à ce que P.S.E est devenu au fil du temps.

Lisez la suite de l’article sur le blog d’Olivier Prévôt.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 6 Octobre 2016 à 12h44

      beornottobe dit

      si certains sont “nobles” ( de sentiments, de comportement, etc etc…) d’autre ne sont qu’ig…nobles! (par exemple les socialistes!)

    • 6 Octobre 2016 à 5h34

      beornottobe dit

      mais aussi (proclament-ils) : PAS D’AMALGAME !……

    • 6 Octobre 2016 à 5h33

      beornottobe dit

      Comment …?….. des “Aristos”?…… mais c’est abominable pensent (et disent) nos socialistes BIEN PENSANTS ……

      ce sont les “réacs” à l’envers……!

    • 6 Octobre 2016 à 5h30

      beornottobe dit

      grandeur et décadence d’une société……

      • 6 Octobre 2016 à 12h13

        beornottobe dit

        depuis les socialos…..! depuis la “Révolution criminelle”

    • 5 Octobre 2016 à 16h04

      bu2bu dit

      Je n’ai pas la solution M. Borgo. Je déplore simplement la pérennité d’un système archaïque, inopérant, basé sur une vision N/S issue des temps coloniaux; où la bonne volonté des acteurs ne masque pas la réalité du ” baraing” ( Occidental ) venu sauver de pôv’ ti gniakoués incapables de s’en sortir par eux-mêmes.

      J’ai des amis ici, qui ont créé des Sociétés, ni plus ni moins qu’ils ne l’auraient fait en France, en utilisant les ressources locales : Lotus pour la soie, laque…en faisant travailler et acquérir des compétences, à des Cambodgiens participant à la reconstruction de leur propre pays.

      Et mes amis ne se la ” pétent ” pas pour autant, sans recourir à ce genre de roman débile pour ados rêveurs, qui ne fait que soigner le surmoi de ceux qui y participent.Et ils ne se voient pas comme des espéces de Chevaliers blancs venus sauver de pôv’ gens désespérés. Pas du tout. Les relations sont professionnelles, ni plus ni moins.
      Comme il se doit.

      • 5 Octobre 2016 à 18h39

        Syagrius dit

        Eh bien bravo pour vos amis, très bien! Je fais juste observer que si ça se trouve ils ont embauché des jeunes formés par PSE, jeunes qui, sans PSE, seraient morts ou dans la merde. Puisque vous vivez au Cambodge, vous savez très bien que ce que je dis est vrai. Et je ne comprends pas pourquoi vous dites que les des Pallières “se la pètent”. Il n’y a pas plus humble qu’eux. Simplement pour faire marcher leur institution il leur fallait beaucoup de fric et ils se sont donc médiatisés au maximum, non pas pour la gloriole, je peux vous l’assurer, mais pour ratisser large. Et ils ont eu raison. Et le seul “reproche” que je leur fait est de ne pas s’être fait connaître davantage.

    • 5 Octobre 2016 à 15h24

      Robinson dit

      Vieille ou jeune France, tous ceux qui acceptent de mettre les mains dans la boue et le cambouis pour aider sont admirables.
      Ceux qui auraient pu se contenter de rester dans le standing technocratique ou aristocratique, yaka, fauquon, le sont peut-être un peu plus.

    • 5 Octobre 2016 à 11h51

      Francois_Sanders dit

      Ils pouvaient aider le clochard du coin.

      • 5 Octobre 2016 à 17h36

        Hannibal-lecteur dit

        Vous pouviez dire quelque chose d’intelligent…

        • 5 Octobre 2016 à 21h38

          Singe dit

          ça vous arrive à vous ?

        • 6 Octobre 2016 à 10h24

          Hannibal-lecteur dit

          Ouais, tout le temps, je sais que c’est vexant pour vous chez qui c’est si rare, veuillez m’en excuser…

      • 6 Octobre 2016 à 11h06

        Etoile Vesper dit

        A un commentaire con, on peut répondre quelque chose de constructif. La différence entre le clochard du coin et les petits cambodgiens, c’est que que la clochardisation ne procède pas d’un déterminisme. On peut aider un clochard, mais sans pour autant empêcher des milliers d’autres gens de le devenir pour des raisons qui sont aussi diverses que les individus concernés. Changer un système pour que des enfants aient un avenir devant eux et puissent à leur tour construire une société plus viable, c’est une autre démarche.

        • 6 Octobre 2016 à 11h11

          C. Canse dit

          D’autant qu’en France, un clochard peut bénéficier d’aides sociales, nombreuses.

    • 4 Octobre 2016 à 22h59

      Warboi dit

      Franchement, personne ne voit le rapport avec le fait d’être aristo.
      Causeur a besoin de donner des gages à la manife pour tous ou à je ne sais quelle réacosphère ?

      • 4 Octobre 2016 à 23h00

        Warboi dit

        Qui préviendra Elisabeth Lévy que “de Lévy” ne lui donnera aucun quartier de noblesse ?

        • 5 Octobre 2016 à 15h08

          lisa dit

          en effet la particule n’est pas signe de noblesse….

    • 4 Octobre 2016 à 21h03

      GigiLamourauzoo dit

      Et pendant ce temps là,personne pense à cette pauvre Kim Kardashian!

      • 4 Octobre 2016 à 21h09

        Singe dit

        Elle est pas aristo et je suis certain qu’elle vote pas Juppé.

    • 4 Octobre 2016 à 20h51

      Singe dit

      La photo est un miracle de spontanéité :D

    • 4 Octobre 2016 à 20h25

      alain delon dit

      Mais que fait Alain Juppé sur ces immondices?

      • 4 Octobre 2016 à 20h39

        C. Canse dit

        Z’êtes miro ? C’est l’inverse ! : D : D

    • 4 Octobre 2016 à 18h35

      Singe dit

      C’est certainement une très belle œuvre mais le fait qu’elle soit dirigée par des aristos ne la rend plus admirable que d’autres non ?

      • 4 Octobre 2016 à 18h51

        Syagrius dit

        Assurément et je ne vois pas l’utilité de souligner le côté aristo de Christian des Pallières. Sauf pour ceux, mais il y en a peut-être un ou deux qui lisent Causeur, qui pensent qu’un aristo étant de droite forcément, c’est un coeur sec, forcément…Le bon coeur et la générosité étant, nous dit-on, l’apanage des gens de gauche.

        • 4 Octobre 2016 à 19h45

          Singe dit

          Euh, c’est l’auteur du texte qui souligne que monsieur des Pallières est aristo.

          On peut être de gauche, de droite et être généreux.

          On a l’impression que pour l’auteur (ce serait pas vous ?) c’est une meilleure œuvre car monsieur des Pallières est aristo.

        • 4 Octobre 2016 à 21h28

          GigiLamourauzoo dit

          J’peux me permettre de vous dire qu’en france,il n’y a plus d’aristos? Certes ils ont des noms d’aristo,et ce qu’ils font est noble,mais l’article vous berne un peu,comme quoi,dans nos tetes,on est tjrs en monarchie (élective,mais quand meme).

        • 4 Octobre 2016 à 21h43

          Singe dit

          Il n’y a plus d’aristos en effet, ceux qui restent datent de la loi Giscard sur les pseudo particules.

        • 5 Octobre 2016 à 15h10

          lisa dit

          Syagrius,
          Il y a plein de gens qui pensent cela en effet, mais pas les causeurs, qui sont intelligents ! sauf peut-être i-d, s, i….

        • 5 Octobre 2016 à 21h40

          Singe dit

          Lisa, donc à Famille Chrétienne ou Edouard votre mari écrit on pense qu’être noble, enfin pseudo noble, c’est être plus charitable ?

    • 4 Octobre 2016 à 18h03

      Borgo dit

      Vous avez la solution M. Bubu ?
      Ah oui, une bonne révolution, le pouvoir au peuple, quelques têtes qui dépassent à raser, etc.
      On a déjà fait là-bas ? Et ça n’a pas fonctionné ?
      Merde. C’est qu’on n’aura pas éliminé tous les ennemis du peuple…

    • 4 Octobre 2016 à 17h36

      bu2bu dit

      Ce genre d’aventure présente l’inconvénient de recouvrir les vrais problémes du Cambodge, et les vraies solutions qui permettraient, sinon de les résoudre, mais au moins d’en atténuer la portée; et cela en les recouvrant, dis-je, sous une épaisse gelée de compassion, une dégoulinante de bons sentiments indigeste, et pour tout dire, écoeurante.

      Impossible d’imaginer une vision plus Occidentalo-centrée, plus éloignée des progrés possibles dans le sens de réformes structurelles collant à la réalité de la société Cambodgienne.
      Cette “ONG”, pour utiliser une terminologie moderne, ne fait que prolonger, quel qu’en soit le succés, la vision poussiéreuse et vide de sens qu’à l’Occident de considérer ce que doivent être les rapports Nord-Sud.

      Une survivance des Sociétés de “bienfaisance” nées dés le XIXe siécle, qui n’ont jamais rien résolu, mais ont toujours présenté l’avantage de donner bonne conscience aux “généreux donateurs”, sous couvert de charité chrétienne ou de volonté de justice sociale.
      Rien de nouveau ici, ce genre d’activité reste trés répandu partout dans le monde, et le Cambodge est un terrain de jeux privilégié dans ce domaine pour des myriades d’ONG, petites et grandes.

      Je ne marche pas. Et à toutes fins utiles, jee précise que je vis au Camboge…

      • 4 Octobre 2016 à 18h12

        Syagrius dit

        Votre position n’est pas totalement stupide, mais vous vous tirez une balle dans le pied en balayant avec mépris une oeuvre admirable. Ayant travaillé quelques semaines à PSE, j’attends tranquillement qu’on me prouve qu’elle ne l’est pas. Il passera pas mal d’eau sous les ponts du Mékong avant que vous y arriviez. Surmontant donc le dégoût qu’inspirent vos propos méprisants, je dirai que certes ce ne sont pas avec des PSE ici et là que l’on va régler les problèmes du Cambodge ou d’autres pays comparables. Mais on se trouve alors confronté au choix d’une réflexion très docte et très chic pour définir des actions politiques plus inapplicables les unes que les autres (vous savez vous comment foutre en l’air le régime archi-pourri qui écrase le Cambodge et mettre en place un régime plus soucieux de son peuple ? Moi pas …), réflexion éthérée durant laquelle les enfants crèvent, ou bien l’on plonge dans la merde et quelle merde !… pour se coltiner avec elle, nourrir des enfants, les éduquer, leur trouver un job enfin. C’est pas si nul que ça et c’est même un tour de force….

        • 4 Octobre 2016 à 21h08

          Singe dit

          vous êtes d’une modestie qui vous honore beaucoup.

        • 4 Octobre 2016 à 21h10

          Singe dit

          Je connais des personnes âgées qui ont travaillé quarante ans pour les plus pauvres sans en faire étalage.

      • 5 Octobre 2016 à 17h43

        Hannibal-lecteur dit

        La seule question. Ubu roi des critiques creuses, c’est : ces enfants seraient-ils mieux sans cette ONG?