Les primaires, braises démocratiques sous la cendre politique | Causeur

Les primaires, braises démocratiques sous la cendre politique

Une démocratie plus participative est souhaitable.

Auteur

Maurice Merchier
est professeur honoraire de sciences sociales en classes préparatoires.

Publié le 07 octobre 2016 / Politique

Mots-clés : , ,

primaire lr democratie

Sipa. Numéro de reportage : 00722332_000018.

Je ne partage pas le jugement sévère de Régis de Castelnau sur cette « idée calamiteuse des primaires à la françaises (…) ridicules importations du système américain ». Je le suivrai par contre pour ce qui est de sa réprobation des « manœuvres dolosives » que constituerait le fait pour des électeurs de gauche de participer aux primaires de droite.

Tocqueville avec nous

La démocratie représentative traverse une crise profonde, qui peut-être s’avérera fatale. Il n’est pas possible en si peu de place d’en faire l’analyse : elle est complexe et cela exigerait de mobiliser non seulement le droit constitutionnel, comme cela se fait généralement, de façon réductrice, mais l’ensemble des sciences humaines. La direction générale d’une telle analyse se ferait dans le prolongement de l’apport de Tocqueville, qui montre que la démocratie engendre une culture individualiste, qui se manifeste dans de multiples domaines, et qui en retour finit par éroder les fondements mêmes de ce système politique. Au-delà des manquements et turpitudes du personnel politique (réels), et de l’inadaptation des institutions, la crise est aussi (et peut-être d’abord… ) celle de la citoyenneté. «  L’individualisme est un sentiment réfléchi et paisible qui dispose chaque citoyen à s’isoler de la masse de ses semblables et à se retirer à l’écart avec sa famille et ses amis; de telle sorte que, après s’être ainsi créé une petite société à son usage, il abandonne volontiers la grande société à elle-même »1. Albert O. Hirschman montre qu’à l’action publique est le plus souvent préféré le bonheur privé (même s’il pense qu’il y a des vagues de reflux face aux déceptions engendrées par ce rétrécissement des horizons)2.

Il est clair  que la cassure entre « le peuple » et ses représentants est un véritable désastre, par ses conséquences politiques et sociales.  La montée tendancielle de l’abstention en est la manifestation la plus évidente. De ce fait, tout ce qui peut à l’inverse aller dans le sens d’une plus grande implication citoyenne doit être encouragé. Même s’il y a matière à scepticisme, l’orientation vers une démocratie plus  participative est souhaitable.  Incontestablement, l’instauration de primaires, à gauche comme à droite, est une petite bouffée d’oxygène civique. Certes, seule une petite minorité de citoyens y participe ; dans le cas de la primaire de droite, cela devrait concerner 6% des Français inscrits sur les listes électorales. Mais le profil sociologique qui en est dressé par le CEVIPOF3 permet d’espérer qu’ils exercent à terme un effet d’entraînement sur l’ensemble du corps électoral. En tout cas, pour le dire simplement, ils offrent un bon exemple de comportement citoyen.

TINA, non merci !

Dans ce contexte, encourager des électeurs de gauche à y participer pour favoriser l’élimination d’un candidat est une très mauvaise idée. Cela équivaut à les inciter à se comporter de la même façon que les hommes (ou femmes) politiques dans leurs pires représentations, à adopter les pratiques les plus nuisibles à la démocratie. Les magouilles, le court-termisme, le souci tactique l’emportant sur les convictions, l’idée que « la fin justifie les moyens », le tout connoté d’un zeste de cynisme, bref, tout ce qui fait l’objet des reproches ordinaires aux professionnels de la politique, on le propose en modèle aux électeurs. C’est encourager implicitement la poursuite de la décomposition de la citoyenneté : pratique du zapping électoral, ravalement du vote à un acte consumériste ; on passe d’un camp à l’autre comme on change de marque pour un produit quelconque. Cela peut produire un engouement collectif pour une personnalité nouvelle – Macron – sans avoir la moindre idée de ce que cela signifie sur le plan politique et pour cause, puisqu’en l’occurrence cela ne signifie rien. C’est ériger la superficialité comme composante essentielle du comportement politique.

Enfin, et surtout, cela entérine la proposition désastreuse selon laquelle la distinction droite-gauche n’aurait plus aucun sens. Autrement dit, l’idée selon laquelle il n’y a pas d’alternative, selon la formule thatchérienne consacrée, à la politique d’adaptation à la mondialisation, à savoir une politique néolibérale totalement tournée vers la recherche de performances à  l’exportation, par économie sur les coûts, donc au rapprochement des salaires vers ceux des nations les moins favorisées, avec transferts par voie fiscale des ménages vers les entreprises, donc  consentement à l’érosion des modèles d’Etat-Providence, etc..  Certes, le quinquennat qui s’achève est celui du ralliement explicite et assumé (il était voilé jusque-là) à cette politique.  Considérer qu’un engagement écrit à appartenir à une sensibilité plutôt qu’à l’autre  n’a aucune pertinence c’est implicitement ratifier ce ralliement.

Vouloir sortir de la crise politique, c’est encourager d’abord les citoyens à montrer de la profondeur dans les choix, de la clarté dans l’engagement, et aussi encourager tous ceux qui possèdent un porte-voix médiatique allant au-delà des misérables agoras des forums ou des réseaux sociaux : politiques, journalistes, essayistes, etc.  à travailler, chacun à leur façon à l’édification de véritables projets de sociétés offrant un avenir moins désespérant.

  1. De la démocratie en Amérique, Tome 2 Chapitre II.
  2. Albert O. Hirschman, Bonheur privé, action publique, réédition poche juin 2013
  3. Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), en collaboration avec Le Monde et réalisée par -Ipsos-Sopra Steria.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 12 Octobre 2016 à 17h24

      beornottobe dit

      “quelle différence y-a-t-il entre un pigeon” (Coluche)

    • 11 Octobre 2016 à 18h24

      beornottobe dit

      on le disait bien qu’ils étaient des “PRIMITIFS” -au sens péjoratif- (comme les autres d’ailleurs)

    • 10 Octobre 2016 à 12h29

      beornottobe dit

      ““aucun de s’engage” (etc…)” …….c’est remarquable N’EST CE PAS ?!!!
      CQFD

    • 10 Octobre 2016 à 12h20

      keg dit

      errare human es… ce n’était pas “où est le choix” mais bien

      http://wp.me/p4Im0Q-1jN

      qu’il fallait lire en dernière ligne. Merci

    • 10 Octobre 2016 à 12h08

      keg dit

      Comment choisir quand il n’y a pas de choix.
      Où est le choix parmi les préliminaires de l’ump
      Où est le choix parmi les préliminaires de la socia-lie
      Où est le choix parmi les préliminaires du FN
      Où est le choix parmi les préliminaires des écologies (ayant chacune leur primaire)
      Où est le choix parmi les préliminaires des gauches extrêmes (et pas si adroite que cela)

      Le choix se résume à :

      1) indiquer un NOM (sans polus (et surtout ne demandez pas le programme. Ils n’en ont aucun, au delà de leur généralité, comme ils disent en Espagne)
      2) indiquer un NON

      Mon choix est d’ores et déjà faut? Et vous, qu’elle est votre religion politique : “merde ou sous merde” ?

      Où est le choix parmi les préliminaires de l’ump

    • 9 Octobre 2016 à 14h26

      chlomo dit

      non , pas de Consistoire (c’est déjà “occupé” ,” pris” , “closed” )et surtout pas des Leroy , Théry , Ramadan , Plénel , Joffrin , Askolovitch à Causeur .

      comme pour le mariage homo , que le pape aille se chercher une autre formule ou un autre concept : y en a marre de” nous imiter et de nous piquer nos idées ” . on connaît la musique !

      Merde alors , on a beau fermer fenêtres et volets , on arrive toujours à entrer dans la “maison “. On en a assez des sauterelles et des cafards :-)
      que le pape s’occupe de ses ouailles (et de son cul ) tant que nous y sommes !!!

    • 9 Octobre 2016 à 14h12

      kelenborn dit

      inviter Dieu!! non je voulais dire inviter le Pape!!!ça fera moins de frais!!

    • 9 Octobre 2016 à 14h11

      kelenborn dit

      Allons !!! un petit break dans cet océan d’âneries

      Voici le titre d’un article “FIGAROTESQUE” (page web aujourd’hui)

      “Le Pape va créer 17 nouveaux cardinaux”
      On savait qu’on avait un grand pape, mais quant à penser qu’il avait même une procuration du Tout Puissant pour CREER !!! et ce un dimanche alors même que Dieu épuisé par toute une semaine où il avait créé la Terre, les animaux , les Hommes et même Caron et Morandini, s’était arrêté pour faire une sieste bien méritée et réparatrice ( se rendant compte qu’il venait de créer Eugene et qu’il avait perdu la main!!!!)
      Mais consolez vous!!! le Pape lui même a rectifié précisant qu’il allait ORGANISER un consistoire pour NOMMER des cardinaux!!! Ouf

      Au fait, Queen Elisabeth pourrait pas inviter Dieu de temps en temps pour éviter à Thery, Leroy et quelques autres d’écrire des conneries?

    • 8 Octobre 2016 à 16h23

      beornottobe dit

      des “primaires” pour des “primitifs” (le dernier mot est TRèS péjoratif!)

      • 10 Octobre 2016 à 12h06

        beornottobe dit

        qui sont aussi des “plumitifs”…… (ils n’ont peur de rien!)

      • 10 Octobre 2016 à 12h08

        beornottobe dit

        AUCUN ! de s’engage à “démissionner” s’il ne tient pas ses promesses !….
        CQFD

        • 10 Octobre 2016 à 12h18

          beornottobe dit

          “aucun de s’engage” (etc…) c’est remarquable N’EST CE PAS ?!!!

    • 7 Octobre 2016 à 19h57

      steed59 dit

      le “débat” du jour à C dans l’air (vous savez l’émission de débat où tout le monde est d’accord) : “juppé a-t-il déjà gagné ?” 
      ah oui on le sent bien le progrès démocratique engendré par les primaires, c’est tellement démocratique que les médias annoncent déjà le vainqueur avant le scrutin. 

    • 7 Octobre 2016 à 18h46

      L'Ours dit

      kelenborn,
      oui j’écrivais en même temps que je pensais, je n’ai jamais dit que c’était une bonne idée.

      • 7 Octobre 2016 à 20h12

        kelenborn dit

        Ohhhh ne te flagelle pas!!regarde Eugene, il est incapable de penser alors qu’il arrive à écrire!!!
        Donc toi tu fais les deux!! que demander de plus!! Faut pas être plus girouettiste que Leroy

    • 7 Octobre 2016 à 18h43

      mauricius dit

      Le niveau assez étonnant de l’agressivité des commentaires démontre – outre la difficulté d’avoir un débat courtois et serein, indispensable en démocratie – le degré de rejet de la classe politique. Tout ce qui vient d’elle (comme les primaires…) est systématiquement rejeté. Et cela conforte l’affirmation de l’article sur la gravité de la cassure entre les politiques et le peuple. On peut ne pas les aimer; mais rester figés dans une position d’indignation et d’invectives ne nous sortira pas de l’ornière.

      • 7 Octobre 2016 à 18h51

        Zinho dit

        Vous conviendrez que la dernière élection présidentielle a été un festival d’injure et de mépris à l’égard de qui nous savons.

        • 7 Octobre 2016 à 19h39

          mauricius dit

          Quel rapport ? Faut-il suivre cet exemple ?

      • 7 Octobre 2016 à 20h14

        kelenborn dit

        Ahhh n’aie aucune crainte !!! l’ornière, tu y es si bien, on te la laisse!!
        MK

    • 7 Octobre 2016 à 18h41

      Hannibal-lecteur dit

      C’est bien Merchié chanté, encore un coup! Car si l’analyse n’est pas mauvaise, la critique repose sur des assertions sans arguments, on peut s’asseoir dessus, et les solutions sont des généralités sans la moindre piste de mise à exécution.
      Une seule solution pour prolonger la vie démocratique : la limitation de tous les mandats à deux !
      Les pros dont l’objectif politique se résume à leur réélection renvoyés à la vie civile, voilà une bonne chose. Et des nouveaux pour les remplacer aussi incompėtents peuvent-ils être pour commencer, l’administration est là pour gérer, et s’ils ne sont pas idiots, ils apprendront vite.
      Au pire : tirage au sort. 

      • 7 Octobre 2016 à 20h19

        kelenborn dit

        Ah non non Hannibal
        Une seule solution pour prolonger la vie démocratique : la limitation de tous les mandats à deux !
        Non c’est deux mandats pour le prix d’un!!! Enfin quand vous achetez à Leclerc vous savez que vous payez moins cher, quand vous achetez à Auchans vous êtes Grosjean comme devant et quand vous achetez chez Merchier vous savez que c’est nul à chier!!! Ah avant y avait Mammouth !!demande à tes éléphants!!

    • 7 Octobre 2016 à 18h29

      beornottobe dit

      Tient……. un “remake” de Yalta ?…….
      mais !…….. ils ne semblent pas à leur place!?……

    • 7 Octobre 2016 à 18h02

      kelenborn dit

      Hors sujet mais cela vaut mieux que Mernulachier

      http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2016/10/07/25002-20161007ARTFIG00158-la-secretaire-d-etat-juliette-meadel-brigue-un-siege-a-l-assemblee.php?pagination=2#nbcomments

      Ce que je voulais vous livrer c’était les commentaires!! On est au Figaro soit mais…la bêtasse emplumée n’a pas l’air de soulever l’enthousiasme populaire!!
      Ah!! au fait, quand la parité ne suffit plus à faire des places aux copines reste la cooptation qui doit bien supposer un peu de copulation !!! Baupin montre l’exemple!!
      MK