Benoît Hamon, l’homme qui énerve | Causeur

Benoît Hamon, l’homme qui énerve

Et c’est bon signe

Auteur

Jérôme Leroy

Jérôme Leroy
est écrivain.

Publié le 23 janvier 2017 / Politique

Mots-clés : , , , , ,

Benoit Hamon vient de s'adresser à ses militants après l'annonce des résultats du premier tour de la primaire socialiste. SIPA. AP22003737_000059

On pourra gloser indéfiniment sur la participation à ces « primaires citoyennes », en fait celle du PS et de ses satellites, et décréter qu’il s’agit d’un mauvais chiffre, d’un chiffre moyen ou d’un chiffre honorable étant donné les circonstances : ceux qui ont raison à la fin, comme dans toutes les élections, ce sont ceux qui se sont dérangés. Et ceux qui se sont dérangés ont mis assez nettement en avance Benoît Hamon devant Manuel Valls. Si l’on rajoute les voix obtenues par Montebourg, le chiffre indique bien que même ce qui reste du PS récuse de manière éclatante le social-libéralisme au pouvoir depuis cinq ans et que l’électorat de gauche est plus à gauche que ceux qui ont prétendu le représenter.

Bobos contre cathos

On pourra aussi gloser de la même manière, et les commentateurs ne s’en privent pas, sur la composition de l’électorat Hamon, jeune, urbain, plutôt ouvert sur les sujets sociétaux et désireux d’une économie réellement redistributive teintée d’une forte préoccupation écologique. On objectera à ces observateurs que si ça ne fait pas une majorité sociologique, si Hamon a su mobiliser un électorat bien défini, cela a aussi été naguère le cas de François Fillon qui a joué la carte du libéral-conservateur profondément ancré dans une France catholique dure, plutôt âgée, qui s’est estimée agressée par le mariage pour tous. Là non plus, il n’y a pas de majorité sociologique. Ce dont la campagne de Fillon qui patine à la grande angoisse de ses lieutenants, est déjà la preuve.

Mais, pour Hamon comme pour Fillon, est-ce si important ? On pourra être reconnaissant à ces deux hommes de clarifier les choses. Si la droite classique est devenue beaucoup plus à droite, il semble que la gauche de gouvernement incarnée par ce qui reste de militants PS est elle, pour sa part, beaucoup plus à gauche.


Benoît Hamon : surprise de la primaire à gauche par lalibre

Le cauchemar des antisystèmes

A voir l’agressivité froide d’un Alexis Corbière, premier porte-flingue de Mélenchon, sur les plateaux hier soir, on sentait bien que la victoire d’un Valls l’arrangerait. Cela enfermerait les reliquats du PS dans son libéralisme suicidaire puisqu’il est peu ou prou celui de Macron qui a le vent médiatique en poupe. C’est comme ça : les médias mainstream favorables à ce qu’ils osent appeler une gauche moderne alors qu’elle recycle en moins bien des idées et des solutions vieilles de quarante ans, a changé de cheval cette dernière année. Exit Valls plombé par l’impopularité de Hollande, bonjour Macron dans ses beaux habits blairisto-schroederiens.

Mais voilà, c’est Hamon qui a gagné hier soir. Là aussi qu’importe si, victorieux la semaine prochaine, il ne fait qu’une pâle performance à la présidentielle. Il aura fait, comme on dit, une candidature de témoignage. L’important est de savoir de quoi elle témoigne. Elle témoigne tout simplement que la gauche est… de gauche mais d’une gauche qui, à la manière de Podemos ou même de La France Insoumise de Mélenchon, se renouvelle et n’hésite pas à aller à contre-courant de ce qui nous est quotidiennement présenté comme une France droitisée.

Quel repos ce fut, pour une fois, d’entendre la campagne d’un candidat qui avait décidé de penser le pays non pas à la seule aune du sécuritaire, de l’identitaire, du travail comme valeur indépassable et de la nécessité d’un réarmement moral. On dirait que Hamon, qui par certains aspects va plus loin que Mélenchon et même que Montebourg sur lequel il a pris l’ascendant, fait le pari d’un changement radical de paradigme et prend à rebrousse-poil tout ce qu’on nous vend comme les craintes ou les désirs majoritaires d’aujourd’hui.

Le changement, c’est (enfin) maintenant ?

Hamon est pour un revenu universel afin d’acter la fin du travail dans une société où l’on nous demande pourtant, dans un paradoxe que décidément personne ne veut voir, de travailler plus en gagnant moins. Il est pour la légalisation du cannabis autant pour suivre une réalité des comportements en décalage avec la loi que pour détruire l’économie parallèle et la criminalité qui va avec. Il est pour la PMA pour les couples gays tout en excluant la GPA qui reste de l’ordre de ma marchandisation des corps et appartient, in fine, à la vision d’une société de marché où tout se vend et tout s’achète. Il veut sortir de la « culture de la détention » et prôner les solutions alternatives comme la Suède qui a vidé ses prisons sans pour autant faire exploser la délinquance. Il est même pour accorder des visas humanitaires aux migrants. Bref, le cauchemar intégral pour tout électeur de Valls à Marine Le Pen en passant par Les Républicains.

Oh, il est seul, c’est vrai. Même à gauche de la gauche, notamment sur le revenu universel ou sur la croissance toujours envisagée de manière classique, il heurte toute une culture politique. Détesté à droite, au centre et énervant ceux qui se pensent plus à gauche que lui, Benoit Hamon est finalement infiniment plus neuf que Macron, en tout cas plus « révolutionnaire » pour reprendre une terminologie usurpée par En marche.

Tout cela pour dire qu’il aura apporté un peu d’air frais. Ce qui n’était pas gagné dans le contexte politique étouffant et désespérant des temps qui sont les nôtres.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 28 Janvier 2017 à 11h41

      DIVINMARQUIS dit

      Une vision de l’écologie de bobos bien pensants,en dehors des réalités des citoyens engagés au quotidien ,populisme de complaisance,programme irréaliste,poids coq face aux poids lourds que sont POUTINE ET TRUMP,AU VU DE DES RÉCENTS ÉVÉNEMENTS de cette campagne
      rien de rassurant et plausible chez chaque candidat,des élections à très hauts risques pour notre devenir commun.je demeure très perplexe,le réveil du printemps
      pourrait révéler à vif les fractures de notre société,d’une manière dont seule l’histoire en ses mystérieuses arcanes possède le secret.

    • 27 Janvier 2017 à 12h15

      Patrice Lucchini dit

      “Tout cela pour dire qu’il aura apporté un peu d’air frais”. Moi, je le trouve plutôt vicié cet “air frais”. Vicié par la connivence affichée avec l’islamisme incarné par le CCIF, vicié par les considérations de Hamon sur les femmes et leur place dans l’espace public, vicié par ses références au prophète et à son 1er muezzin (on reproche assez à Fillon ses références chrétiennes), vicié par ses propositions de revenu universel dont les conséquences seraient socialement et sociétalement catastrophiques. Bref une prise de position qui aurait sa place dans Libération ou chez Terra Nova mais que je suis surpris de retrouver dans Causeur.

      • 28 Janvier 2017 à 21h19

        AGF dit

        Il suffit de se souvenir de quelques petites entorses à l’éthique et on comprendra à qui on a affaire.
        Emeute :c’est assez courant à Trappes mai=s ça ne porte pas ce nom et c’est sans conséquence pour les émeutiers. La synagogue incendiée. Pas de quoi faire une salade mais ces Juifs sont incorrigibles. En France ils refusent leur statut de Dhimmi alors ils râlent. Et d’autant plus que des probables coupables ont été arrêtés mais on n’a rien retenu contre eux . Vous n’imaginez tout de même pas que pour un incendie de synagogue on allait risquer un émeute de jeunes qui finiraient par demander à la police de s’excuser pour son islamophobie.
        Alors ,c’est génial. On a trouvé: une cigarette mal éteinte. Probablement celle du rabbin un jour de shabbat.Et qui est le maire de cette commune où l’imagination est au pouvoir?

    • 27 Janvier 2017 à 9h36

      2HARDEL dit

      Ben Letchetchene… (votre 24/01 de 14:15)
      Je vous suggérais simplement de changer d’ordi pour un Mac , puisque votre PC Windaubé ne semble pas vous donner satisfaction… °-)
      Par ailleurs, soyez aimable, quand vous m’adressez la parole, de rester à deux pas de moi, d’ôter votre casquette, de baisser les yeux et de m’appeler Not’ Bon Maître, ou Monsieur le Comte. 
      Vous pouvez retourner à l’office, mon garçon.  °√°   

    • 26 Janvier 2017 à 2h15

      russia56 dit

      Leroy, il a fumé du shit lorsqu’il a écrit cet article ? Complètement détraqué le monsieur ! Vraiment, vraiment la mentalité de nos soit-disant écrivains ne s’arrange pas, ils sont à vomir autant que les journaleux !

      • 26 Janvier 2017 à 14h36

        Jérôme Leroy dit

        Et les commentateurs de votre genre, ils carburent à quoi? La connerie et l’insulte? Parce que c’est de la bonne, apparemment…Et bien concentrée…

    • 25 Janvier 2017 à 21h21

      Bibi dit

      Génialissime le candidat de Plenel, de l’UOIF, de Ramadan et de Soral.
      :-DDDDDD

      • 25 Janvier 2017 à 21h28

        steed59 dit

        tu regardes le “débat” ?

        • 25 Janvier 2017 à 21h35

          Bibi dit

          J’ai mieux à faire.

        • 26 Janvier 2017 à 7h28

          steed59 dit

          Au fait t’as regardé le reportage avant hier sur arte sur euro-auschwitzland-mickey ?

      • 25 Janvier 2017 à 21h30

        durru dit

        Il est fort quand même Hamon. Il parle, le plus sérieusement possible, de “revenu universel ciblé” :D

        • 25 Janvier 2017 à 21h35

          Lector dit

          parce qu’en fait la mise en place de ce revenu dont l’universel ne viendrait que dans un deuxième (ou 3ème) temps, serait pour commencer un revenu de base (effectivement ciblé i.e. aux plus pauvres et aux étudiants). C’est Valls qui joue sur les mots.

        • 26 Janvier 2017 à 9h35

          durru dit

          Mais, Lector, on en a déjà plein de “revenus de base” et autres aides multiples et variées. Au fond, Valls a raison. Tout ce que veut Hamon, c’est faire des Français une nation d’assistés.
          Je suis plutôt favorable au concept de revenu universel, mais à la place de toutes les aides qui existent déjà, pas en supplément. Pour que, justement, toute activité utile à société soit réellement valorisée.

        • 26 Janvier 2017 à 16h45

          i-diogene dit

          <Durru,

          - C'est justement le point commun entre le revenu universel et le chômage pour tous: simplifier et standardiser la solidarité nationale (couverture sociale et aide sociale confondues).. A la place de toutes ces merdes qui coûtent très cher en traitement bureaucratique, en gestion des prélèvements, en gestion des ayants-droits, etc…

          .. A titre d' exemple, un chômeur qui travaille une semaine pour un remplacement provisoire, coûte environ 320 €uros pour le radier et 470 € pour le ré-inscrire au chômage (traitement bureaucratique)..

          C'est pas du gâchis et des complications inutiles..?

          Les deux projets garantissent un revenu minimal dès l' âge de 18 ans..

          La seule différence, c' est dans le financement: l' un endette l' Etat (donc l' activité économique et les consommateurs), l' autre s' auto-finance… !

    • 25 Janvier 2017 à 20h35

      Pathfinder dit

      “(…) solutions alternatives comme la Suède qui a vidé ses prisons sans pour autant faire exploser la délinquance.”!??
      Elle serait presque drôle celle-là. Je propose un séjour d’une semaine (à peine) à l’auteur sous nos lattitudes pour observer sur place. Cessez de prendre le Royaume pour un pays de cocagne, la constante des élus de tous bords est de mentir. Hier, aujourd’hui, et sûrement demain!
      Le Premier Ministre, Stefan Löfven, est un Hollande en plus “placide”, et sans les petites blagues… bref une grosse blague.
      Ils y sont tellement attachés aux mensonges, qu’un des débats actuels porte sur le fait que BRÅ (Brottsförebyggande rådet; le conseil de prévention des crimes/délits) ne pourra pas inclure l’origine ethnique des délinquants dans ses statistiques. Chose qui a régulièrement été faite plus tôt, en prévention.

    • 25 Janvier 2017 à 17h45

      Alex Z dit

      Je vais faire bondir Leroy, mais pourtant…. La richesse est créée en France (comme ailleurs), par les entreprises. Et les entreprises, ce sont d’abord des entrepreneurs. Pas d’entrepreneurs, pas d’entreprises, pas d’entreprises pas de travail, pas de travail, pas de salaires, pas de retraites, pas de sécu, pas d’assurance chomedu, pas de RSA, etc…
      Toute les rémunérations (salaires y compris ceux des fonctionnaires, retraites, et allocations diverses, tout l’argent distribué ne vient, directement (salaires) ou indirectement (prélèvements sociaux et fiscaux) que d’une et unique source : les entreprises.
      Dans cette économie mondialisée (que je décrie, mais qui existe pourtant malgré moi), lorsque les entreprises en ont assez de payer, toujours payer, et il faudra bien que les entreprises créent 400 milliards de richesse par an, eh bien, les entreprises iront créer de la richesse dans d’autres pays.
      Sinon, M. Leroy, si on élude ce petit problème, effectivement, la perspective de recevoir un revenu mensuel sans aucune condition, me ravirait personnellement.

      • 25 Janvier 2017 à 19h28

        L'Ours dit

        C’est ce que j’ai toujours défendu ici.
        Mais pour faire comprendre cela, bonjour!

        • 25 Janvier 2017 à 20h52

          Lector dit

          comme pour vous faire comprendre les fonctionnements et principes de la protection sociale et ses différentes prestations et/ou encore le financement déjà existant/ou nouveau (eh oui il y a plusieurs scénarios dont vous vous fichez totalement) du revenu de base.
          C’était quoi votre propos déjà ? Ah oui : chacun son cancer et débarrassons nous de la sécu qui coûte trop chère. Bonsoir !

      • 25 Janvier 2017 à 20h38

        Pathfinder dit

        @Alex
        Vous oubliez une méthode: l’emprunt permanent! Avec l’emprunt on règle tout, même ses dettes. On en crée d’autres, mais c’est pas grave, on emprunte plus. De toute facon, ce sont les c*ns qui paient :)

    • 25 Janvier 2017 à 16h02

      L'Ours dit

      J.L.
      Ah!ok! j’étais à côté.

    • 25 Janvier 2017 à 15h38

      Warboi dit

      Finalement, on ne va pas “gloser” sur la participation.
      Bourrage ou trichage, that is the only question.
      Avec effet désastreux à la clé, candidats complètement décrédibilisés et désignation probable dimanche d’un garçon sympa qui fera 5% car il ne représente aucun mouvement populaire sérieux et crédible en France où on adore la valeur travail.
      Ces élections me plaisent de plus en plus.