Mail Facebook Twitter RSS

Inscrivez-vous à la Newsletter

Recevez chaque lundi la synthèse de l'actualité de toute la semaine



X

Prêteurs sans gages

Si vous voulez gaspiller votre argent, n’hésitez pas à souscrire aux emprunts d’Etat

Publié le 17 décembre 2012 à 14:20 dans Économie

Mots-clés : , ,

emprunt etat europe

M. Dupond, après une longue carrière d’exploitation capitaliste, a réussit à se constituer une épargne pour améliorer l’ordinaire une fois l’âge légal de la retraite passé ou, le cas échéant, pour survivre des fois que l’État ait fait faillite d’ici là. Comme il est patriote, M. Dupond décide d’aider l’État français à se financer en plaçant ces économies sur l’OAT 2,25% 25 octobre 2022, obligation émise pour de vrai le 31 octobre1.

Il faut dire que des emprunts d’État, il y en a. C’est la maladie classique des social-démocraties : elles sont en permanence tiraillées entre cette part de leur électorat qui réclame des services publics gratuits (i.e. financés par l’impôt) et ceux de leurs électeurs qui rechignent à raquer pour les autres. Du coup, afin d’assurer la réélection de l’équipe en place et une fois les trésors du génie fiscal épuisés, la social-démocratie se met à créer des dettes. Mieux encore, elle a même trouvé un moyen de justifier scientifiquement ses penchants clientélistes grâce à John Maynard Keynes : créer du déficit et de la dette, c’est une politique de croissance  et donc, c’est bien ; gérer son budget sainement, c’est de l’austérité et donc, c’est mal.

Bref. Le 31 octobre 2012, M. Dupond achète pour 100 euros (multipliez ce chiffre et les suivants comme bon vous semble) d’OAT 2,25% 25 octobre 2022, en vertu de quoi l’État s’engage à lui verser 2,25 euros d’intérêts par an pour chacune des dix prochaines années et à lui rembourser ses 100 euros en octobre 2022. Naturellement, ces intérêts seront fiscalisés soit au taux du prélèvement libératoire de 24%, soit au barème progressif de l’impôt sur le revenu et devront également être amputés de 15,5% de prélèvements sociaux : ce qui signifie que l’État pourrait récupérer jusqu’à 39,5% des intérêts qu’il paye à M. Dupond via son administration fiscale.

[...]

*Photo : Images of money.

  1. Cette émission obligataire a permis à l’État d’emprunter 4,4 milliards d’euros sur 10 ans à un taux moyen de 2,22%.
  2. L’État s’est engagé à rembourser 100 euros mais n’a jamais précisé ce que sera la valeur de ces 100 euros… D’où les velléités d’une part croissante de nos politiciens à remettre la main sur la planche à billets.
voir les commentaires / réagir         envoyer
 

Article publié dans Causeur et réservé à nos abonnés.
Pour le lire dans son intégralité...

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous

mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
 

Nos offres

A lire sur Causeur.fr

Vous devez être inscrit pour commenter.

  • 19 Décembre 2012 à 14h02

    Sophie dit

    Bravo pour votre réponse, Thaclave. A mon avis, la bonne hypothèse est les troisième car, d’après l’auteur, Madame Dupond est adepte des hurlements, et c’est déjà une bonne raison pour aller voir ailleurs s’il fait beau.

  • 18 Décembre 2012 à 6h20

    eclair dit

    Aumsant parler des dettes des états. mais quid des dettes des ménages des entreprises et des institutions financieres.
     
    http://www.les-crises.fr/dette-totale-france/
    ici on y trouve allemagne USA, japon espagne, italie,UE

    http://www.les-crises.fr/tag/dette-totale/ 

    Et de jolis graphe.

     http://leblogalupus.com/2012/06/18/le-graphique-du-jour-la-dette-totale-des-grands-pays/ 

     Vous voulez rembourser quoi comme dette?

    Ce modèle économique vit sur la dette. Supprimer la dette et il s’écroule.  

      • 18 Décembre 2012 à 6h33

        eclair dit

        Le chiffre d’endettement des banques surtout US il faut pas trop y tenir compte.
         ça tient pas compte des produits derivés ou là on frise qulque chose comme 1000% du PIB

        Alors c’est bien la paille mais faudrait aussi regarder la poutre.

        Aller encore un effort Kaplan. Cela vous as mis 5 ans pour dire que les dettes d’étatc’était du vent.
        Maintenant vous reste à regarder le reste.

        D’ici 30 ans à ce rythme vous aurez compris.  

  • 18 Décembre 2012 à 2h11

    Sophie dit

    “17 December 2012 à 16h03

    Thalcave dit

    Si Mr Dupont a des nerfs solides, il ne vend pas ses obligations en octobre 2015, il fait comme les Hedge Funds, il en rachète tant qu’il peut car le Fonds Européen de stabilité financière (FESF) et le Mécanisme Européen de Stabilisation Financière (MESF) dans l’obligation de sauver l’euro, pierre angulaire de l’Europe, vont prêter au Trésor français 250 à 500 milliards (1 à 2 fois son besoin de renouvellement d’emprunts annuels et sans doute plus compte tenue de l’importance de la France dans l’Eurozone) pour lui permettre de racheter une partie de ses obligations à un taux déprécié mais supérieur à celui du marché ce qui donnera une plus value à Mr Dupond et l’opportunité de reconstituer son capital initial avec un bonus pour payer la taxe sur les plus values.”

    Et Madame Dupond????

    • 18 Décembre 2012 à 21h19

      Thalcave dit

      Excusez moi, je m’étais fixé sur Mr Dupond pour rester dans le fil du raisonnement du chroniqueur. N’y voyez pas du sexisme. Mais votre remarque a son intérêt contrairement aux ricanements qui sont le lot commun des échanges sur ce forum où beaucoup se drapent dans la morale ce qui est une imposture comme l’ont prouvé la grande majorité des politiciens de gauche dans le passé.
      Je la donc prends en considération pour aller plus loin. Me Dupond est, en effet, partie prenante au débat. On pourrait même élargir le scénario. Mais dans le cas d’espèce, vous avez raison, mari et femme forment une communauté fusionnelle et c’est dans ce cadre qu’il faut raisonner en toute lucidité sans plus d’émotion qu’il est nécessaire et sans toujours traiter ses contradicteurs de salaud à la Jean Paul Sartre qui a épuisé le procédé jusqu’à la corde.

      En toute logique, je ne vois alors que trois cas de figures:
      1/ Elle s’en remet à Mr Dupond dont elle est en quelque sorte le sleeping partner et qu’elle a justement choisi pour cela pour la confiance qu’il lui inspire. Il est donc son mandataire, et elle le suit, les yeux fermés, et, pourquoi pas, les yeux pâmées.

      2/Elle pratique de façon moderne une gestion de couple participative. La décision de Mr Dupond est alors une motion de synthèse qui clôture de longs et fructueux où chacun a apporté sa vision des choses et sa sensibilité particulière. La synthèse est plus que la somme des parties, elle en est l’enrichissement. 1+1 n’est pas 2 mais plus que 2. L’union fait la force après avoir été un combat.

      3/ Il y a un désaccord irréductible entre Mr Dupond et Me Dupond dont les causes sont multiples, entrelacées et complexes. Leurs attitudes inconciliables face aux obligations de l’Etat français leur fait prendre conscience de la précarité de leur couple. Ils remercient ces obligations de leur avoir révélé une vérité plus profonde et essentielle : ils faisaient fausse route et leur couple n’en était pas un en réalité. Ils divorcent et chacun de son côté dispose librement de son patrimoine. Mr Dupond voit dans la chute des obligations l’opportunité d’une spéculation à contre-courant et donc fructueuse car seuls quelques élus inspirés et courageux peuvent s’enrichir au détriment de la majorité composée de moutons de Panurge. Me Dupond rendue à son libre arbitre peut acheter de l’or , de l’immobilier ou flamber ses avoirs pour profiter du temps présent avec l’intime conviction que l’État providence lui prêtera toujours son épaule compatissante.

  • 18 Décembre 2012 à 2h06

    Sophie dit

    Bravo Georges!

    Mais un autre Marseillais avait avant toi expliquer l’emprunt d’état:

    https://www.youtube.com/watch?v=FYBQcLlffyE

  • 17 Décembre 2012 à 17h00

    st2l dit

    Ce qui peche dans l’article, c’est la diatribe contre la social démocratie. Vous savez ce truc qui n’a jamais pu émerger en France, aux USA et ua Japon, soit dans les pays du G7 ceux pour qui la dette est la plus importante et, extraordinaire sens de l’histoire, ces pays dont le niveau d’endettement a notoirement progressé sous des gouvernements de droite dite libérale. En revanche, en Allemagne, en Suède et globalement des les pays du nord, c’est la social démocratie qui a engendré les réformes permettant une situation financière plus saine actuellement!!! enfin, l’allemagne est quand même à un endettement de 90% de son PIB, cela est donc relatif!
    Bref, expliquez nous votre truc ok, mais pour la discipline politique, laissez tomber, cela n’est ni crédible, ni vrai!

  • 17 Décembre 2012 à 16h03

    Thalcave dit

    Si Mr Dupont a des nerfs solides, il ne vend pas ses obligations en octobre 2015, il fait comme les Hedge Funds, il en rachète tant qu’il peut car le Fonds Européen de stabilité financière (FESF) et le Mécanisme Européen de Stabilisation Financière (MESF) dans l’obligation de sauver l’euro, pierre angulaire de l’Europe, vont prêter au Trésor français 250 à 500 milliards (1 à 2 fois son besoin de renouvellement d’emprunts annuels et sans doute plus compte tenue de l’importance de la France dans l’Eurozone) pour lui permettre de racheter une partie de ses obligations à un taux déprécié mais supérieur à celui du marché ce qui donnera une plus value à Mr Dupond et l’opportunité de reconstituer son capital initial avec un bonus pour payer la taxe sur les plus values.
    Sous un gouvernement de gauche, il faut anticiper plus que jamais! C’est ainsi que les grandes fortunes : Pinault, Arnault (ça rime) se sont édifiées sous Mitterrand avec l’argent de l’Etat. Mr Arnault est même revenu des Etats Unis où il s’était exilé pour profiter des libéralités (600 MF) offertes pour la reprise de l’empire Boussac après avoir vu Pinault extraire 600 MF de Fabius ministre de l’industrie de la Seine maritime pour sauver temporairement la papeterie de la Chapelle Darblay à Grand-Couronne (près de Rouen ).
    Tapie n’a rien inventé en jouant de la nouvelle loi socialiste sur les faillites visant à permettre la survie des canards boiteux mais il jouait petit bras. Il ne s’appelait pas Tapault. Tant pis pour lui.

    • 17 Décembre 2012 à 16h26

      Thalcave dit

      Ce que décris n’est pas un produit de mon imagination, c’est le schéma du tout récent renflouement de la Grèce.
      Au demeurant, je requinque l’image des obligations du Trésor français que l’article en discussion risquait de ternir ce qui me semble pouvoir être un délit.

  • 17 Décembre 2012 à 15h53

    Patrick Mandon dit

    Démonstration impeccable, avec ce petit supplément d’ironie qui fait le charme de Georges Kaplan.
    Mais enfin, faut il être pauvre pour se satisfaire d’un rendement de 2, 25 % !  
    Pour ce qui est du rendement des réalisations privées (sous forme d’action cotée en bourse), liées à la volonté des États mais financées en partie par des petits porteurs, braves et crédules, assurés par les banques d’un retour rapide et fructueux sur investissement, nous avons l’excellent exemple du tunnel sous la Manche. Les actionnaires qui ont survécu, vingt ans après, ont acquis surtout le sens de l’humour.
    À propos d’argent, de placements, de rendement, d’escroquerie, et de Gérard Depardieu, je recommande vivement le film de Jacques Rouffio, Le Sucre.

    • 17 Décembre 2012 à 17h17

      laborie dit

      Karbaoui/Hanin, très “typé”, y était absolument sublime…un chef d’oeuvre!
      Le roman de Conchon vaut le détour. 

      • 17 Décembre 2012 à 19h31

        Patrick Mandon dit

        Laborie, Villaterne
        Hanin, en effet, plus impeccablement roublard, menteur et assuré que nature ! Carmet, comme toujours, grandiose. Il faudra, quelque jour, célébrer cet immense acteur.
        Le sucre, le sucre, le sucre vous dis-je !
        À ma connaissance, le dernier emprunt d’État digne d’intérêt, fut l’emprunt dit « Giscard », dont le taux, fixé à 7 %, aurait traîné tous les cœurs après lui, même celui de M. Kaplan, pourtant hostile à tout ce que propose l’État. Cet emprunt Giscard a sans doute été victime de l’enchérissement progressif de l’or, à l’époque.

    • 17 Décembre 2012 à 19h16

      Villaterne dit

      Jean Carmet tournant un film dans ma ville, la production était descendu lui passer “le sucre” en projection privé.
      Par un effet qui serait trop long à expliquer ici, j’ai eu ce privilège énorme d’être assis à côté de lui, dans une salle où il n’y avait que dix personnes, pour assister à cette projection privée!
      J’étais trop jeune pour apprécier ce bonheur, mais je garde le souvenir d’un homme délicieux de gentillesse !! Et quel film !!

  • 17 Décembre 2012 à 15h27

    lisa dit

    Déjà que jamais je n’aurais acheté d’obligations d’Etat, alors là….j’attends les commentaires avec gourmandise.