Présidentielle: le bulletin de santé du patient France | Causeur

Présidentielle: le bulletin de santé du patient France

Qui l’achèvera le premier?

Auteur

Eric Vartzbed

Publié le 12 avril 2017 / Politique

Mots-clés : , , , , ,

François Fillon, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen et Benoît Hamon lors du premier débat de la présidentielle, mars 2017. SIPA. AP22029732_000008

La France est un malade qui souffre d’un symptôme grave : un chômage chronique qui atteint les 10%. Voilà pour le constat, le diagnostic.

En cette période électorale, quelques candidats thérapeutes se relaient au chevet du malade et proposent différents traitements.

Qui est le plus Hippocrate?

Marine Le Pen mise sur l’aseptise : il faut isoler le patient, nettoyer ses plaies, tenir à distance tous les corps étrangers. On veillera à éradiquer tous les microbes tropicaux et les bactéries exotiques.

François Fillon, lui, prescrit une diète drastique : le patient devra suivre un régime sec, afin d’éliminer toute la mauvaise graisse étatique. Par cette ascèse, on visera à réduire toutes les pesanteurs qui freinent le dynamisme, nuisent à la vitalité.

Mélenchon et Hamon, eux, proposent un recours massif aux drogues : alterner les psychostimulants et les sédatifs, la coke et le haschich… Concrètement, redistribuer à foison l’argent que l’on n’a pas, creuser la dette, donner magiquement à tous de quoi consommer plus. Il s’agit d’offrir à chacun la possibilité d’acquérir une multitude de biens de consommation, ceci afin de relancer l’économie, avec des effets secondaires positifs sur la croissance et le chômage. On veillera aussi à masquer que le dynamisme économique relancé de la sorte ne touchera guère la France, car les objets achetés sont produits à l’étranger. On touche là aux limites des traitements keynésiens à l’heure de la mondialisation.

>> A lire aussi: Emmanuel Macron: le mirage, jusqu’à quand?

Quant à Macron, il applique un peu tous les remèdes, avec comme fil conducteur le refus des excès et un habile pragmatisme. Ses solutions semblent plus nuancées que celles de ses collègues, plus subtiles. Il donne le sentiment d’avoir pris la mesure de la complexité du mal. Pour notre part, nous ne croyons guère à l’efficacité de ses méthodes, mais celles-ci auront au moins pour mérite de ne pas aggraver l’état du malade. A ce titre, Macron s’inscrit dans la tradition hippocratique du primum non nocere, d’abord ne pas nuire.

Etat désespéré?

Contrairement à ses collègues extrémistes qui dans cinq ans, à l’heure des bilans, s’abriteront sans doute derrière une formule cynique de type : « l’opération a réussi, mais le patient est décédé », Macron, lui, n’aura pas achevé le malade. Nous pressentons plutôt un modeste statu quo, avec quelques améliorations cosmétiques.

Cela dit, nous l’avons observé lors du débat à onze, Macron était le seul candidat qui semblait capable d’une véritable écoute. Il prenait des notes, demeurait attentif, concentré et respectueux. Sa personnalité nous a séduit. Il émanait de lui un mélange de sérieux, de douceur et d’autorité. Le charme opérait. Et ce point est d’importance, car comme le notait Michael Balint : « la première chose que le médecin prescrit, c’est lui-même ». La rencontre avec une personnalité est en effet cruciale.

Bref, en profondeur, Macron ne résoudra probablement rien, mais nous le plébisciterons quand même pour des raisons sentimentales, sans illusions quant à ses résultats.

Et pour conclure, mais nous nous trompons sans doute, il nous semble que la France n’est plus guère transformable. Cette vieille nation paraît inapte au changement et son cas relève peut-être plus de la médecine palliative, que curative…

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 14 Avril 2017 à 9h24

      keg dit

      l’état de mort clinique est avancé… Le pronostic vital est enclenché.
      La France à l’agonie attend don ultime croque-mort.

      Que vont devenir les Français (les citoyens et pas les autres)? Combien de temps durera sa traversée des desserts desservis.

      http://wp.me/p4Im0Q-1Dp

    • 13 Avril 2017 à 10h10

      librervé dit

      La France est une nation malade car les français n’acceptent pas les réformes structurelles que la plupart des Pays européens ont faites, temps de travail, dépenses publiques et surtout la dette publique qui atteint presque 100% du PIB contre 62% en Allemagne. Aucun budget voté à l’équilibre depuis 40 ans! Le prochain Président, quel qu’il soit, n’aura aucune liberté d’action pour appliquer son projet et réduire ce chômage destructeur. Surtout si les taux d’intérêt continuent d’augmenter pour financer la dette. “Mon ennemi c’est la finance”. Nous en sommes de plus en plus dépendants!

    • 13 Avril 2017 à 9h17

      IMHO dit

      En annexe un tableau fait sur les données d’Eurostat et qui montre que les ressources intrinsèques des Français ont diminué depuis 2005 : l’équivalent des rentrées dans un ménage , salaires etc , à l’exclusion des services entre membres du ménage = le vrai produit national brut , + le solde des biens vendus / achetés à l’étranger , qui négatif , augmente le niveau de vie et appauvrit ou positif , le diminue et enrichit , + les revenus primaires (financiers) , l’équivalent des revenus du patrimoine dans un ménage = Revenu National Intrinsèque Disponible

      https://www.dropbox.com/s/frr3sfui452b7nm/VA%20Intrins%C3%A8que%20BE%20DE%20FR%20IT%202005%202010%202015.xls?dl=0

      • 13 Avril 2017 à 9h28

        IMHO dit

        Donc , ceci montre que les Français ont de solides motifs de ne pas être insouciants et contents : leur niveau de vie a baissé de 2005 à 2015 , et donc le capitaine de pédalo a en fait gouverné le petit navire de la chanson , et donc il est normal que l’équipage se mutine .
        Cela changera-t-il ? Oui , quand l’industrie ne sera plus un terrain de golf pour la caste des décideurs set qu’on se décidera à créer un vrai Ministère de l’Industrie dans un vrai gouvernement dans une vraie démocratie .
        PS les chiffres italiens sont surement trafiqués vers le bas .

        • 13 Avril 2017 à 10h08

          saintex dit

          Cela changera-t-il ? Oui , quand… on se décidera à créer un vrai Ministère de l’Industrie dans un vrai gouvernement dans une vraie démocratie.
          Je croyais que tu supportais Chéri.

        • 13 Avril 2017 à 13h31

          IMHO dit

          Je soutiens , du bout des doigts , Macron , parce que c’est le moins mauvais et aussi surtout parce que j’espère que même , s’il se voit en empereur romain , revêtu de la maiestas et de la puissance tribunicienne , le défaut de famille politique à son service le contraindra à rendre de l’autonomie au pouvoir législatif et donc à liquider de facto la Vième République . L’interdiction du cumul des mandats que François Hollande a fait voter est importante car elle va obliger les partis à se reconstituer , condition première de la démocratie législative .
          En fait , la Vième République aurait pu être un régime politique acceptable si les élections législatives avaient précédé les présidentielles et que par conséquent les Français en élisant le chef de l’Etat avaient su avec quel pouvoir législatif il devrait compter , sans le pouvoir de le renvoyer . La Logique de la Vième est que le Président conduit la nation où elle accepte de se laisser conduire par la volonté de l’assemblée des élus de cette nation . J’espère donc que la léthale lubie de pourvoir personnelle du Dupont-Aignan historique va cesser d’infecter la politique française , grâce à l’élection d’un homme seul .
          Et il faut dire aussi que s’il est vraiment homosexuel, l’homme seul , ça me fera prodigieusement marrer de le voir élu à la barbe des catholiques de la MPT . Pourquoi se refuser ce petit plaisir ?

        • 13 Avril 2017 à 13h57

          durru dit

          Les chiffres italiens sont sûrement corrects.

        • 16 Avril 2017 à 12h33

          saintex dit

          Liquider la cinquième ? Mais c’est Méluche ça ! Lui dit où il veut aller, mais toi ?
          La transformation du Parlement en chambre d’enregistrement a été aboutie avec la loi Taubira et les pouvoir législatif l’a clairement exprimé, vous devez voter comme dit le gouvernement et surtout éviter les débats. A PS, seul Malek Boutih s’est insurgé contre ce discours. Et le PS, on le retrouve En Marche.
          Chéri était déjà annoncé homo au début de son ministère, et ça a été “validé” par les “humoristes” de France Inter. On peut même supposer qu’il y a des psy pour dire que souvent les homos aiment tant leur maman que même adultes ils veulent l’épouser. Et bien il est probable que les cathos s’en foutent comme des mignons de Henri III ou des dérives “soldatesques” de Henri IV.
          En revanche, soutenir un candidat à la présidence parce qu’il pourrait déplaire à ceux qu’on ne connaît pas, c’est enfantin.

    • 12 Avril 2017 à 20h21

      Sancho Pensum dit

      Ce qui pourrait sauver le malade, c’est la grève des médecins qui se succèdent à son chevet depuis 40 ans et lui prescrivent des ordonnances longues (et couteuses) comme le bras.
      Il ne s’agit pas de voter pour celui qui aurait le meilleur diagnostic ou les meilleurs remèdes, mais pour celui qui ne fera strictement rien au malade et le laissera se rétablir tout seul dans un coin. Avec au pire, un peu de phytothérapie, beaucoup d’homéopathie et encore plus de placebos.
      Il faut voter pour le candidat qui promet une assemblée nationale réduite à dix membres, qui seront exclusivement chargés d’inaugurer les chrysanthèmes et un gouvernement réduit à 3 ministres, de préférence grabataires, pour faire illusion à l’étranger. Et les fonctionnaires encore valides dans les ministères seront chargés de proposer la suppression de 99% des lois, décrets et arrêtés qui ont été votés et signés depuis 3 ou 4 décennies.

      • 12 Avril 2017 à 21h11

        ZOBOFISC dit

        Bien qu’il manque  un élément essentiel à votre ordonnance : la prière, j’ai bien reconnu votre candidat : c’est Mohammed Ben Abbes, mais je ne l’ai pas vu dans la liste officielle. Y est-il sous un nom d’emprunt ? Est-ce Asselineau ?

    • 12 Avril 2017 à 17h47

      modramalina dit

      C’est marrant: on dirait que cet article a été écrit par le Macron de Carabas déguisé en bon docteur Vatzbed . Tout y est: reprocherait-on à notre Diafoirus de soutenir le petit marquis qu’il nous sortirait un bout de phrase affirmant le contraire (et vice-versa) Du Mac Aron tout craché comme quoi ce jeune homme c’est bien un français moyen comme vous et moi!
      Bref c’est nul et ce devait être nul car il en allait de l’honneur de Causeur: voila des semaines que Causeur nous récure le bénitier pour faire oublier que le père Grapillon a pissé dans l’eau bénite en faisant appel à des talents qui auraient pu figurer à “la chance aux chansons” ou “l’école des fans”, il fallait épuiser les stocks et puis, sauf à être accusé de vendre son cul à l’aristochat, rester distant ou faire semblant de l’être!
      A ce compte, même Crassepoutine finira par nous convaincre qu’il n’a jamais été PEGC!

    • 12 Avril 2017 à 17h45

      Kernoa dit

      Que voilà donc une belle analyse.
      Ce qui est ahurissant et est une première dans une élection présidentielle, c’est que TOUS les candidat s’accordent à dire que la France est malade.
      Tous y compris les candidats qui sont ou responsables de la maladie de la France.
      Et c’est cela qui est extraordinaire et rend l’atmosphère qui entoure cette élection quelque peu brumeuse,un peu comme dans un film à suspense.
      Alors on a Fillon, qui le premier a osé faire un diagnostique de la France réaliste alors qu’il était aux commandes du pays, le second-capitaine du bateau France. Mais qu’a-t-il fait, qu’a-t-il entrepris alors qu’il le pouvait pour soigner la maladie? Quelqu’un peut le dire?
      Rien!
      Au contraire il l’a aggravée en augmentant considérablement la dette de l’État.
      Et maintenant qu’il est candidat et que le peuple sait désormais que pendant qu’il aggravait la maladie de la nation, il s’empiffrait majestueusement sous le dos des contribuables, il nous propose une remède du moyen-âge: la saignée. Un remède qui sera responsable de tant de morts.
      Mais le pire, selon moi, le plus abasourdissant, c’est qu’il y a encore des Français qui le soutiennent, qui souhaitent sans vergogne soit le prochain président de la république française.
      Non mais !
      Quant aux autre, il faut s’empresser de dire qu’ils ne sont pas médecins soignants du tout. Tout au plus cadres infirmiers. Et encore!
      Alors comme ils ne savent pas comment faire, ils tergiversent. Ils proposent des emplâtres dont ils savent qu’ils ne sont pas mortels directement (du moins pas avant le terme de leur mandat s’ils sont élus) , mais ne soignent pas.
      De toute les manières, tous ces candidats n’ont pas l’étoffe d’un chef d’État loin s’en faut.
      Surtout pas le gringalet Emmanuel MACRON qui déçoit fortement.
      Alors que reste-t-il. Quel médecin-candidat nous propose un remède sérieux pour sauver notre pays en voulant traiter les vraies causes de la maladie?
      Vous ne le savez pas?
      Moi si !

    • 12 Avril 2017 à 17h28

      Habemousse dit

      Macron ne sait pas lire, il ne connaît pas la Guyane, et  même pas compter : il ne savait pas qu’il devait payer l’impôt sur la fortune.

      Il prend des notes, sans doute pour prouver qu’il sait écrire.

      Dur dur d’être un minet. 

    • 12 Avril 2017 à 17h10

      Moumine dit

      Bref, avec Macron, c’est buis béni et extrême-onction, quoi.

      • 12 Avril 2017 à 17h18

        Moumine dit

        Les soins palliatifs en tout cas.

    • 12 Avril 2017 à 17h02

      Lector dit

      ben tiens, et l’a-t-il prise la mesure de la complexité de “l’île de la Guyane” ? Hahaha Ah il en faut des diplômes…
      Quant aux reformes en France, elles sont faites depuis plus de 15 piges et l’on en voit le résultat ! L’inapte, voire l’inique, c’est de ne pas vouloir le comprendre.
      Non seulement ce papier est mensonger ou caricatural, mais en plus il est débile.

    • 12 Avril 2017 à 16h56

      Circé dit

      Quelle analyse fulgurante! Causeur, il serait bon d’avoir quelques exigences de qualité: ce n’est pas le premier article prnsé et écrit avec les pieds!

    • 12 Avril 2017 à 16h54

      Sadim dit

      Le serment d’Hyppocrate vaut dans sa totalite et non dans ses parties. Le primum non nocere est facile a executer, il suffit de ne rien faire. C’est dans le cadre d’une veritable therapie qu’il devient exigeant!

      L’inaction est le mal dont la France souffre et nous verrons si c’est le suisse qui a raison…