J’admire Macron, mais je vote Le Pen | Causeur

J’admire Macron, mais je vote Le Pen

Pour lui faire comprendre que l’heure est grave

Auteur

Alain Nueil

Alain Nueil
Romancier

Publié le 03 mai 2017 / Politique

Mots-clés : , ,

Une militante colle l'affiche de campagne d'Emmanuel Macron à Saint-Jean-de-Luz, avril 2017. SIPA. AP22045457_000033

Inutile d’épiloguer sur l’échec de François Fillon. Nicolas Sarkozy avait raison de le comparer au pilote suicidaire de la Germanwings enfermé dans sa cabine de pilotage et insoucieux de la vie des passagers de l’avion. Autant le candidat vaincu m’a agacé en s’arrogeant le droit de nous donner une consigne de vote au soir de la défaite, autant il m’a paru digne le lendemain en déclarant qu’il s’effaçait et redevenait un simple « militant de cœur ». David Cameron a disparu du paysage politique anglais, François Fillon doit désormais s’habiller de vert et se fondre dans les charmants bocages de l’Ouest. « Vae victis », comme on disait avant que Najat Vallaud-Belkacem ne désapprenne le latin aux Français.

Macron n’est pas Hollande

La perspective de voir Emmanuel Macron conquérir l’Elysée ne doit pas nous rendre hystériques. L’argument « Emmanuel Hollande », qui consistait à le faire passer pour le simple continuateur d’un président impuissant qui a presque tout raté dans son quinquennat, relevait de la polémique de campagne. On peut bien l’avouer maintenant : cet argument ne valait rien car tout oppose les deux personnalités. Le jeune homme audacieux n’a rien à voir avec le vieux velléitaire, le pragmatique n’a rien à voir avec le conformiste qui n’a pas osé rompre avec la stérile idéologie de gauche, l’autoritaire qui commence à percer sous le masque de gentil garçon n’a rien à voir avec le perpétuel indécis, l’obstiné chercheur du « point d’équilibre » qui a perdu son temps à marier la carpe Valls et le lapin Hamon.

Le gouvernement déliquescent de M. Cazeneuve a intérêt à faire croire que le macronisme n’est que la continuation du hollandisme sous un visage plus avenant. La fulgurante ascension d’Emmanuel Macron ne résulte pas d’un complot socialiste, mais d’une trahison bienvenue et d’une rupture assumée avec un gouvernement incapable de la moindre réforme. Hollande et Cazeneuve peuvent bien répéter à propos du favori de l’Elysée la fameuse phrase de Cocteau : « Puisque ces mystères nous dépassent, feignons d’en être les organisateurs », personne n’est dupe.

Emmanuel Macron semble posséder quatre qualités importantes pour le redressement de la France : il est audacieux, il est pragmatique, il est autoritaire, il est évolutif. Et pourtant je ne voterai pas pour lui, comme je m’en expliquerai.

Il ne se croit pas obligé d’avoir l’air de gauche

Il a eu l’audace de quitter son poste de ministre de l’Economie et de lancer seul le mouvement En marche !, contre toutes les routines et contre l’avis de tous ceux qui prévoyaient l’éclatement de sa « bulle ». Croit-on que l’audace de Macron retombera dès qu’il sera installé dans son fauteuil à l’Elysée ? Macron, à défaut d’être le fils de François Hollande serait-il celui de Jacques Chirac qui déployait des trésors d’énergie à chaque élection présidentielle et ne faisait plus rien pendant ses mandats sinon attendre la prochaine échéance électorale ? Preuve de l’audace de Macron : il prévoit de retirer l’assurance chômage et la formation professionnelle de l’emprise des « partenaires sociaux », les syndicats de patrons et d’employés et de le confier à la gestion gouvernementale. Sans les milliards de la formation professionnelle, les syndicats seront forcés de faire la manche dans le métro. Voilà une mesure parfaitement thatchérienne, qui se révèlera excellente pour l’emploi. On peut faire la même démonstration avec le projet d’aligner les retraites du secteur public et celles du secteur privé. Macron est un Thatcher qui s’avance masqué, il a l’énergie suffisante pour mettre fin au chômage de masse et faire changer d’avis les Français sur le libéralisme. Ce malheureux peuple est éduqué à l’antilibéralisme depuis des années. Que Nathalie Arthaud soit professeur d’économie est une preuve très inquiétante de la gauchisation de l’Education nationale. Les cours d’économie en lycée sont une autre fabrique du crétin que Brighelli n’a pas pensé à dénoncer.

>> A lire aussi: Macron : un “new deal” entre la société et l’Etat

Macron est pragmatique et se moque des idéologies. Il a sur tous les hommes politiques qui se trouvent à sa gauche, de Valls à Philippe Poutou, une énorme supériorité : il ne se croit pas obligé d’avoir l’air de gauche. Avoir l’air de gauche, obéir aux innombrables prescriptions idéologiques du politiquement correct est un impératif plus fort dans la tête des socialistes que le bien de la France. Le travail du dimanche aurait créé beaucoup d’emplois, mais il fait partie des tabous de gauche, il n’a donc été mis en place que de façon homéopathique. Et tant pis pour les jeunes gens qui restent sur le carreau sans pouvoir démarrer leur vie, construire une famille ou acheter un appartement. Emmanuel Macron n’a pas de surmoi de gauche, ouf, quel soulagement ! On peut rêver du jour où il s’apercevra que l’Aide médicale d’Etat (AME) coûte très cher, qu’elle attire en France des populations qui feraient mieux d’exiger de leurs gouvernements respectifs la mise en place de vrais systèmes de santé publique. La France est le seul pays au monde où être clandestin vous procure un statut, mais tout esprit formaté par la gauche se refusera à l’idée de supprimer cette dépense. Le pragmatique Emmanuel pourra l’envisager le jour où il sera solidement arrimé au pouvoir.

Le retour de la verticale du pouvoir

Emmanuel Macron est autoritaire, et on devine chez lui un goût certain pour l’exercice solitaire du pouvoir. On ne voit guère de bras droit dans son équipe et je pense qu’il nommera Premier ministre le 8 mai un parfait inconnu, incapable de faire ombrage au chef. Je l’approuve. Les modernes, imprégnés de socialisme même quand ils se croient de droite, sont volontiers grégaires et ne croient qu’aux solutions élaborées à coups de consensus et de « démocratie participative ». « Nuit debout » a donné une illustration parfaitement caricaturale de cette tendance. Macron n’a rien de participatif, il prend ses décisions tout seul et dissimule ce bonapartisme à la fois par l’étalage effréné de son couple et par les cérémonies vaudou où il met ses partisans en état de transe collective.

Derrière ce rideau de fumée, le paradigme change complètement : la verticale du pouvoir revient discrètement après cinq ans de mare aux grenouilles parfaitement horizontale. Les gentils sourires de play boy feront place le 8 mai à la mâchoire crispée de l’homme de pouvoir. Pour faire des sourires et des ronds-de-jambe, il pourra toujours engager François Hollande comme secrétaire d’Etat aux Cérémonies d’Hommages aux Prochaines Victimes du Terrorisme. Ordonnateur des pompes funèbres est le vrai talent de notre bientôt ex-président de la République. Si Macron ne veut pas de lui, il pourra faire un tabac chez Roc-Eclair et on se le disputera pour animer les cérémonies de crémation.

Emmanuel Macron est évolutif, justement parce qu’il est pragmatique. Il ne restera pas bloqué dans ses naïvetés de Bisounours sur l’immigration massive et le danger de la destruction de la France par l’hyperviolence venue du Moyen-Orient et l’hypernatalité venue d’Afrique. Si par malheur il avait tendance à s’endormir sur ces questions cruciales, le prochain attentat du terrorisme islamiste sur le sol français le réveillerait en fanfare.

Marine, le vote utile… pour enhardir Macron

D’ailleurs, c’est justement pour lui faire prendre conscience de la gravité des menaces qui pèsent sur l’identité française que je vais voter pour Marine Le Pen le 7 mai. 30% pour le Front national et 70% pour En Marche ! , ce score permettrait de répéter les mêmes inepties sur cette minorité de fascisants, de haineux et de sous-diplômés ruraux qui sont prêts à marcher au pas de l’oie. A 40% pour la blonde et 60% pour le blond, ça aurait un autre poids, et les esprits les plus obtus commenceraient à comprendre qu’il existe un problème grave, que le Front national souligne l’existence de questions qui ne peuvent être réglés par les incantations chamaniques de la gauche. Et puis, je ne peux résister au fabuleux plaisir que je vais prendre le 7 mai à ne pas suivre les consignes des deux François. François Fillon, le pilote de la Germanwings, a fait écraser notre avion avec plusieurs millions d’électeurs à bord contre une montagne des Alpes, il n’a donc aucune légitimité pour donner quelque conseil que ce soit. Je suis, par ailleurs, scandalisé chaque fois que j’entends François Hollande mettre les Français en garde contre le Front national. Que n’a-t-il pris les mesures nécessaires pour le faire reculer, c’est lui qui était au pouvoir il me semble ? La recette est simple et je la lui confie gratuitement : pour arrêter le Front national, il fallait arrêter le chômage et arrêter l’immigration de masse. Les mesures libérales, celles qui auraient rassuré les entrepreneurs et qui leur auraient permis d’embaucher, ont été ridiculement insuffisantes. Quant à la fin du regroupement familial et du droit du sol, ce sont des tabous absolus que la gauche, de son vivant, n’a jamais osé abolir.

Marine Le Pen, malgré ses solutions incohérentes, a pris la figure de la Madone des Humiliés et des Offensés, de ceux qui n’ont pas de travail, pas de piston, pas de diplômes, pas de relations, de tous les petits Blancs qui se sentent submergés et rejetés par des nouveaux-venus qui les chassent peu à peu de leurs  quartiers et de leurs villages. On entre bien dans les raisons des terroristes, pourquoi n’entrerait-on pas dans les raisons de Marine Le Pen et de tous ceux qui votent pour elle ? Le 7 mai je serai assis dans la poussière avec les chômeurs et les dépossédés, je ne banquèterai pas à la table des puissants.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 7 Mai 2017 à 7h46

      pekpat dit

      J’exécre Le Pen et je vote Macron….j’admire Macron et ne voterai jamais Le Pen. Croire que du pire peut sortir le meilleur est insensé….heureusement les français ont un bon sens qui les protège des injonctions paradoxales.

    • 5 Mai 2017 à 10h00

      munstead dit

      J’adore le vin blanc, mais je bois du rouge. j’aime le vélo, mais je ne me déplace qu’en voiture. J’apprécie surtout le vert, mais je m’habille en noir. Je déteste les voleurs, mais je fraude le fisc, etc. Qu’est-ce que je suis brillant, non? Mais je n’aime pas ce qui brille… 

    • 4 Mai 2017 à 23h11

      lustucru dit

      J’admire l’efficacité pour convaincre de l’arriviste, sans scrupules: Macron ! Marine Le Pen s’est faite dévorer tout cru ! Je ne comprends pas qu’elle ait accepté la différence de cadrage, entre les deux candidats, et surtout; les plans de coupe qui ont été systématiquement utilisés pour déconcentrer le téléspectateur, dès qu’un membre du fn a dit quelque chose de percutant, à la télé, durant et avant la campagne.
      Objectivement, tout est vieux, éculé ou faux, dans le positionnement de Macron,or, il a fait oublier d’où il venait, son bilan, et qui allait payer ses mesures. Il a évité de redire qu’il allait diriger par ordonnances. La finance a assez attendu; il faut qu’elle mette la main sur ce qui reste de ce pauvre pays si martyrisé ! Et Marine Le Pen n’est pas capable de convaincre le pays de refuser d’être complice de sa mise à mort ? Peut-être était-elle dans un creux de forme comme l’équipe de foot du Brésil en 98, lors de la finale du mondial. Je suis sidéré de l’agressivité et la vulgarité de Macron qui l’a insultée tranquillement, la traitant de bête, parasite, menteuse, bref ! les commentateurs l’accusant, elle, d’avoir rabaissé le débat. ça faisait bagarre de cour d’école…mais c’est lui qui distribuait ces coups comme le salle gosse qu’il est. Oui ! la finance a trouvé son tueur qui peut vous assassiner sur tous les tons…à votre guise ! Macron et le monde qui est derrière lui, ses employeurs sont terrifiants ! La perspective d’avoir ça pour nous gouverner, est un cauchemar ! Qui peut encore croire que Macron ait quelque humanité ! Le peuple n’a plus aucune défense; il ne lui reste plus qu’à reprendre le pouvoir. Il était inéluctable que le peuple affronte ses prédateurs…il lui fallait juste perdre ses illusions qu’il pouvait se dispenser de se battre. C’est terrible à dire: “Hitler a écrit: “ceux qui ne veulent pas se battre, ne méritent pas vivre !” (c’est plus lié à ce qu’il avait vécu en 14-18, que du Marx ou du Nietzsche mal lus.)

    • 4 Mai 2017 à 21h23

      Anouman dit

      On vote ce qu’on veut et pour les raisons qu’on trouve. Mais les qualités attribuées à Macron dans cet article sont purement fantaisistes.
      Quant à l’avion Fillon il a été très touché par la DCA médiatique mais achevé par les tirs de son propre parti. Rien à voir avec Germanwings.

    • 4 Mai 2017 à 17h08

      Lafayette78 dit

      excellent article
      je pense comme Alain Nueil, et voterai comme lui !

    • 4 Mai 2017 à 10h34

      Donna se meurt dit

      Excellent, de bout en bout !
      D’accord sur quasiment tout, maintenant que j’ai vu le débat, où Macron a été quasi parfait et Marine très mauvaise.
      Je prenais Macron pour une étoile filante, ou une baudruche qui allait se dégonfler bien avant le 1er tour, ou alors un Hollande bis.
      J’avais tout faux. Il est brillant, endurant, calme, très pragmatique en effet. Il sait réagir au quart de tour sans caricaturer. Droit dans ses bottes et sûr de lui, il a été hier soir un rouleau compresseur sur les (nombreux) sujets qu’il maîtrisait.
      Et vous notez pertinemment qu’il “n’a pas de surmoi de gauche”. C’est pile poil ce que j’ai ressenti. Et Dieu que ça repose !
      Je voterai pourtant MLP, pour exactement les mêmes raisons que vous.
      Mais désormais je caresse l’espoir d’avoir de bonnes surprises avec ce jeune président. Et puis il n’y a pas l’épaisseur du trait avec le programme de Fillon, et il sera bien plus armé, habile et moins clivant pour le mettre en place. Il est très malin.

      • 4 Mai 2017 à 14h25

        Livio del Quenale dit

        oui, trop malin, immature, hystérique,coléreux,sectaire,autoritaire manipulable,  prêt à tout pour l’argent le pouvoir.(un regard bizarre)   

      • 5 Mai 2017 à 13h41

        Scarabas dit

        Vous avez raison. Le débat a confirmé sa combativité et son intelligence. Parmi les bonnes surprises que nous pourrions avoir, puisse-t-il se rendre compte très vite des menaces qui pèsent sur l’identité française !

    • 4 Mai 2017 à 2h59

      Jello dit

      Marrant! Je vote MLP pour faire passer Macron, alors que les vrais responsables, selon les “grands” médias, est Mélenchon…
      Sodomiser les diptères est déjà assez compliqué, mais là…
      À vomir.

    • 4 Mai 2017 à 2h48

      Livio del Quenale dit

      &&&Macron conquérir l’Elysée ne doit pas nous rendre hystériques.&&&
      -
       c’est lui macaron qui est hystérique
      -
      cet article stupide de propagande maroniste révèle le suivisme pusilanime d’un moutonspigeons scribouillard au doigt pointé, paré des vertus des bons sentiments de la pensée unique pataugeant dans le “nauséabond” dont ils se gargarisent.
      La peste soit de ses guignols du Bib et de son PS
      Qui nous ont faussé les élections  a ne plus pouvoir choisir qu’entre la peste et le choléra.     

    • 4 Mai 2017 à 2h34

      Livio del Quenale dit

      le “nuisible” termine son quinquennat par un saloperie de république bananière. 
      Et minant le terrain des élections pour troubler la sérénité de leur bon  déroulement, comme l’exige la constitution.
      Aussi le conseil d’état doit-il casser ses élections et exclure les candidats qui auront profité de ses troubles, nonobstant pour les coupables, les sanctions prévues qui s’imposent.    

    • 3 Mai 2017 à 23h46

      vinjub dit

      pas mal dit 

    • 3 Mai 2017 à 20h51

      clorouk dit

      Belle conclusion, qui vient après un panégyrique de l’ectoplasme Macron à qui l’auteur de l’article prête des lucidités que rien ne vient étayer. Macron prendra-t-il conscience de l’absurdité d’accorder un statut aux clandestins? Réalisera-t-il que l’immigration massive et incontrôlée fait peser un danger mortel à la France? L’hyperviolence moyen-orientale importée dans nos rues le touchera-t-elle? Trouvera-t-il une réponse à l’invraisemblable natalité subsaharienne dans nos maternités? A ces problèmes qui touchent à la survie de notre civilisation, l’auteur de l’article répond que Macron saura à son heure apporter des solutions. Malheureusement, rien ne permet de le penser, et je crois quant à moi qu’il faut voter Marine pour éviter le naufrage.

      • 4 Mai 2017 à 10h40

        Donna se meurt dit

        Certes vos questions sont légitimes. mais hier soir, sur ces sujets précisément, Marine a été bien trop molle. Tétanisée par la crainte de passer pour xénophobe.
        Peut-être Marion pourra-telle se permettre d’avoir plus de “coroñes”.

        • 4 Mai 2017 à 15h14

          plplalbe dit

          Dans 5 ans (c’est demain) je le crois

    • 3 Mai 2017 à 20h04

      radagast dit

      Macron est comme chacun de nous ,il a les défauts de ses qualités.
      Plus exécrables me sont ses soutiens (Drahi, Bergé, Attali , Minc) que sa personne.
      Pour cette raison il aura besoin d’être contenu par une opposition musclée , Marine demain , Baroin demain.
      Afin de lui permettre d’exprimer le moins mauvais de lui même.
      La Vème République est morte ,les temps sont révolus d’un exécutif majoritaire .
      La France pourrait verser sans problème , sine le conditionnement des masses , dans une monarchie parlementaire , les Napoléon auraient en définitive ma préférence.
      L’Europe est , évidemment! , la question fondamentale .
      Je suis contre l’U.E. qui prône la concurrence comme alpha et omega , je suis pour une Europe de la coopération entre les nations , je recluse une europe fédérale.
      Votons Marine et attendons que le vent se lève.

      • 4 Mai 2017 à 5h52

        IMHO dit

        Courage, Radagast , vous avez atteint la troisième étape : le déni et la colère vous ont quitté , presque pour de bon , un jour viendra où vous ne gaspillerez plus vos jours de quinquagénaire à écrire dans la gazette de l’asile , vous reprendrez une vie normale, vous aimerez le petit frère .
        Par ailleurs , Attali , Minc ne sont pas des soutiens de Macron, bien au contraire , ce sont d’envieux ratés qui se sont accrochés à Emmanuel Macron pour qu’il les emporte dans son ascension ou pour l’empêcher , mais en vain : Macron s’en est déjà dégagé .
        Quant à Drahi et à Bergé , je vous rappelle que l’aversion pour les juifs et les homosexuels n’excuse plus les hallucinations .

        3 Marchandage : phase faite de négociations, chantages…
        4 Dépression : phase plus ou moins longue du processus de deuil qui est caractérisée par une grande tristesse, des remises en question, de la détresse. Les endeuillés dans cette phase ont parfois l’impression qu’ils ne termineront jamais leur deuil car ils ont vécu une grande gamme d’émotions et la tristesse est grande.
        5 Acceptation : Dernière étape du deuil où l’endeuillé reprend du mieux. La réalité de la perte est beaucoup plus comprise et acceptée. L’endeuillé peut encore ressentir de la tristesse, mais il a retrouvé son plein fonctionnement. Il a aussi réorganisé sa vie en fonction de la perte.

    • 3 Mai 2017 à 18h37

      ChtiREGARD dit

      ….Suite. Je ne partage pas non plus l’idée d’Alain Nuei selon laquelle les électeurs seraient comme les passagers de la « Germanwings « victime du suicide (qui reste ici à prouver : nouvelle enquête du commissaire Maigret ou de Barnaby, à moins que les « Hauts Magistrats » français daignent à nouveau s’en mêler, comme en un remords de conscience ?) de leur pilote , car ces électeurs sont bien vivants et déterminer à mener durablement leur combat, notamment, en éliminant, dès les législatives tous les auteurs de trahison et tentatives de Putschs, car s’ils s’amusaient à se trahir les uns et les autre, c’était leur affaire , mais dans la mesure où leurs trahisons multiples annoncent celles faîtes aux Français les plus ordinaires, cela est devenu l’Affaire des Citoyens, même quand Facebook se met en tête de supprimer les comptes de trente mille d’entre eux, sous le prétexte que n’étant pas des sommités reconnues, ils devraient se contenter de parler de leurs petits bobos de santé , de leurs relations privées, type TéléRéalités et autres balivernes.

      • 3 Mai 2017 à 18h50

        ChtiREGARD dit

        Désolé pour quelques fautes d’orthographe; je ne sais pas comment revenir au Post pour les corriger, ou aussi rétablir les omissions; ainsi précédemment, quand je parlais des électeurs soi-disant entraînés, selon Alain Nuel, dans la “Germanwings”, je parlais des électeurs de Franços Fillon, dont je témoignais qu”ils étaient bien vivants !

        • 5 Mai 2017 à 9h42

          Laocoon1 dit

          Qu’ils se manifestent et se mobilisent pour les élections législatives.