Poutou, coqueluche de la post-vérité | Causeur

Poutou, coqueluche de la post-vérité

De Foucault à Boucheron, ça déconstruit sec

Auteur

Emmanuel Dubois de Prisque
Chercheur associé à l'Institut Thomas More.

Publié le 05 avril 2017 / Politique

Mots-clés : , , , ,

poutou boucheron post verite foucault

Philippe Poutou. Sipa. Numéro de reportage : 00801028_000037.

Ce que Christine Angot a raté lors de “L’Emission politique” sur France 2 il y a dix jours, Philippe Poutou l’a réussi hier soir sur BFM, RMC et CNews. Grâce à sa légitimité d’ouvrier, il a réussi à déstabiliser ceux que les médias poursuivent de leur vindicte depuis le début de cette triste campagne. Contrairement à Christine Angot, Philippe Poutou a la hargne sympathique.

Lorsqu’il s’agit de taper sur Le Pen ou Fillon, il dit tout haut ce que tous les people pensent tout haut. C’est très bien, mais ce n’est pas pour cela que ces mêmes people voteront pour lui plus tard. Après tout, cela fait longtemps que le NPA ne sert qu’à ça : exécuter les basses œuvres de la bien-pensance, tandis que celle-ci adopte une ligne toujours plus postindustrielle. Philippe Poutou est l’idiot utile des liquidateurs de la classe ouvrière dont il fait partie. Ceux qui aujourd’hui proposent vraiment de la défendre, que ce soit par un accent mis sur l’investissement productif ou sur un protectionnisme intelligent, sont cloués au pilori : ceux qui ne voient l’industrie que comme un long chemin de croix dont l’économie virtuelle ou le revenu universel viendra nous libérer, sont au contraire chouchoutés par les médias…

Quand Boucheron oint Poutou

Ce matin sur France Inter, Philippe Poutou a même reçu l’onction de la nouvelle star du monde intellectuel français : Patrick Boucheron. Invité par Patrick Cohen pour nous expliquer ce qu’il faut penser de questions aussi graves que celle du statut de la vérité dans notre monde en miettes, Patrick Boucheron a prétendu pour cela s’appuyer sur la pensée de Michel Foucault. Curieux, alors même que Foucault fut le principal fossoyeur du concept de vérité, en affirmant que la vérité n’existait que comme « effet de vérité » et non pas en elle-même. C’est d’ailleurs dans une certaine fidélité à cette conception purement performative de la vérité que Patrick Boucheron a produit récemment son Histoire mondiale de la France, tentative sans doute réussie de planter le dernier clou dans le cercueil de notre roman national. Inviter Boucheron à nous aider à lutter contre le monde de la « post-vérité », c’est un peu comme inviter un enthousiaste héritier du pyromane en chef que fut Michel Foucault à nous expliquer comment éteindre un incendie.

Soljenitsyne-Poutou, même combat!?

Mais ce dernier, sans trop le reconnaître ouvertement, a retourné sa veste à la fin de son existence. Il propose en exemple, dans son tout dernier cours, intitulé Le Courage de la vérité, l’attitude des anciens Grecs et des premiers chrétiens face au pouvoir, à travers la figure du parrèsiaste, celui qui ose dire et incarner la vérité, fût-ce au péril de sa vie. La parrhèsia est un concept omniprésent dans le Nouveau Testament. Son succès dans le christianisme est inséparable de la déchirure dans l’ordre politique dont le Christ est responsable, lorsqu’il instaure l’ordre du monde et celui de Dieu. Cela, Boucheron s’est bien gardé de nous le rappeler, se contentant, lorsqu’il s’est agi de nommer des figures de parrèsiastes, de passer sans transition et sans craindre le ridicule d’Alexandre Soljenitsyne à Philippe Poutou. Voilà donc le monde dans lequel nous nous trouvons : le courage de la vérité autrefois incarné par Soljenitsyne est aujourd’hui incarné par Philippe Poutou. Hier, le courage de la vérité consistait à oser parler face aux loups, aujourd’hui, pour Patrick Boucheron, cela consiste à hurler avec eux.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 9 Avril 2017 à 0h58

      José Bobo dit

      Poutou n’a aucun intérêt ! C’est un prolo, la belle affaire il y a au moins autant de cons chez les prolos que dans les autres classes de la société. Et les gens qui les apprécient (ou disent les apprécier)pour le simple fait qu’ils soient des prolos sont, eux, bien plus cons que la moyenne !

    • 8 Avril 2017 à 23h31

      Livio del Quenale dit

      Poutou: une illusion de grande gueule du politiquement correcte, porte voix des merdias.
      Sinon rien, superfluité du type poussé devant, par ces kamarades. 

    • 8 Avril 2017 à 18h01

      Pyrrhon dit

      C’est beaucoup d’honneur pour un moulin à prières tibétain !

    • 6 Avril 2017 à 21h03

      modramalina dit

      http://www.linternaute.com/actualite/depeche/afp/21/1722848/cabinet-noir-denonce-par-fillon-le-parquet-financier-n-enquetera-pas.shtml
      Il y a deux interprétations
      1. celle de Causeur, Forenrut et ses copains: cela prouve bien que le PNF est un instrument au service de l’infernal Flamby et cela confirme le complot
      2. Celle d’autres gens qui diront : ben oui, Fillon , dans la merde a utilisé la technique Pasqua ( on crée une affaire pour étouffer l’affaire) mais il n’y avait pas matière!Et pour cela le PNF ne poursuit pas
      Alors c’est simple, il suffit d’attendre !!!Et on saura ! et en attendant nul besoin que Causeur se déshonore dans un pitoyable combat dans lequel il y a sans doute présomption d’innocence mais aussi de bons motifs de supposer la culpabilité!
      Dans les deux cas, la démocratie n’en sortira pas grandie. Causeur a une chance sur deux : espérons pour lui qu’il ne s’est pas trompé car on a déja du pardonner à Frankencroute d’avoir été Mao, et à Crassepoutine d’avoir été stalinien !! C’est pas les restos du coeur quand même et c’est pas non plus la fête des cocus!

      • 6 Avril 2017 à 23h18

        Martini Henry dit

        La question que je me pose et à laquelle je n’aurai jamais de réponse (sauf si Fillon finit, comme il le prétend par désigner tous ceux dont il dit avoir tous les noms et qui seraient à l’origine de cette affaire) est de savoir quelle aurait été l’attitude de ce PNF dans le cas où de tels soupçons de “cabinet noir” auraient été dénoncés par un socialiste sous Sarkozy… Aurait-il; là aussi, refusé d’enquêter?

        • 9 Avril 2017 à 0h57

          Sancho Pensum dit

          Fillon y croit tellement au supposé cabinet noir qu’il était allé lui demander la peau de Sarko, il y a quelques années…

    • 6 Avril 2017 à 16h42

      Tolstoy dit

      Poutou ? Bof…c’est rien !! 

      • 6 Avril 2017 à 17h59

        Sancho Pensum dit

        C’est vrai qu’il n’est guère épais, le bonhomme, un peu comme vous, quoi…
        Ha ha ha ha !

        • 6 Avril 2017 à 23h36

          Martini Henry dit

          Oh le beau!

        • 7 Avril 2017 à 12h41

          saintex dit

          Allons donc, Sancho a des photos des intervenants maintenant.