Pourquoi les exclus vont au front | Causeur

Pourquoi les exclus vont au front

Les adversaires de Marine Le Pen devraient commencer à penser

Auteur

La rédaction

Publié le 26 novembre 2013 / Politique Société

Mots-clés : , , , , ,

marine-le-pen-fn

On ne s’en lasse pas. Enfin, un peu tout de même. Nos grand-mères disaient que c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes. À force d’être cuite et recuite, servie à toutes les sauces et à tous les repas, la bouillie antifasciste finit par être indigeste même si, paradoxalement, elle semble parfaitement convenir aux estomacs délicats et aux âmes qui vont avec.

Voilà trente ans que, dans la politique française, tous les chemins mènent à Le Pen. Hier c’était le père, aujourd’hui c’est la fille, mais peu importe : il paraît que seul l’emballage a changé, que la seconde est d’autant plus dangereuse qu’elle a l’air plus fréquentable et qu’il faut être idiot ou déjà contaminé pour ne pas le voir. Ainsi Christiane Taubira a-t-elle récemment fustigé devant quelques micros « l’idéologie meurtrière et mortifère » du Front national, formule qu’elle a répétée trois fois pour être sûre que même les sourds avaient compris. À entendre une ministre de la République proférer une telle accusation, on se disait que la langue de la « peste blonde » avait dû fourcher et que le vernis républicain avait craqué, révélant une vieille nostalgie pour le IIIe Reich ou le projet de jeter tous les coiffeurs à la mer. Bernique. Ce que Madame Taubira reprochait à Marine Le Pen, c’était d’avoir débarqué une candidate coupable d’avoir tenu des propos infâmants et carrément racistes sur la madone du « mariage pour tous ». On a du mal à imaginer ce qu’aurait dit l’insultée si l’insulteuse avait été maintenue. Quoiqu’à la réflexion, elle n’eût pas forcément été plus sévère, puisqu’en faisant semblant de n’être que la fille de son père et pas sa réincarnation, Marine Le Pen ajoute la duplicité à la longue liste des péchés du « Vieux ».

On ne se prononcera pas ici sur la sincérité et sur la profondeur de la mutation bleu Marine. Il n’est d’ailleurs pas certain que nous partagions exactement le même point de vue. En revanche, nous pouvons nous accorder sur deux points : primo, l’appellation de « fascisme » ne fait qu’empêcher de penser ; deuxio, il faut être aveugle (ou imbécile) pour prétendre que rien n’a changé du FN de Jean-Marie et des blagues de fin de banquets à celui de Marine et des envolées sociales. En tout cas, il est assez curieux, voire un peu tordu, de toujours sonder le sous-texte plutôt que le texte, les arrière-pensées plutôt que les pensées et les ambitions cachées plutôt que les intentions avouées. Les défenseurs autoproclamés de la vérité factuelle ne s’intéressent qu’aux non-dits…

[...]

*Photo: LCHAM/SIPA.00669594_000033.

  1. En 1983, à l’occasion d’une municipale partielle, la liste FN de Jean-Pierre Stirbois avait obtenu 17 % au premier tour, un score jamais vu jusqu’alors pour le Front. Au second tour, la liste Stirbois avait fusionné, au grand dam de la gauche, avec celle du candidat RPR, qui remporta néanmoins l’élection contre la maire PS sortante.
  2. Le climat de ces années-là est admirablement restitué dans le dernier roman de Marc Weitzmann, Une matière inflammable, publié chez Stock.

  • causeur7

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 65 - Novembre 2013

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur7
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 5 Décembre 2013 à 17h55

      Dangerousses dit

      Pourquoi ! Simple ! Les autres ne veulent tout simplement pas écouter le peuple qu’ils méprise la plupart du temps, bizarrement les socialistes en particulier font fuirent à toutes jambes les ouvriers et employés. Le socialistes avec leur internationalisme, les autres avec leur mondialisme, tout ça est réservé aux classes sociales friquées, “les citoyens du monde” se sont ceux qui ont de l’argent.

    • 1 Décembre 2013 à 19h01

      jacotine dit

      Sur certains points comme l’immigration dont le coup est énorme avec des familles de 7 à 8 personnes qui arrivent puis ils appèlent les cousins et la france distribue les prestatipns sociales , le FN a raison .Mais sur d’autres comme la retraite â 60 ans c’est l’avis de la cgt fo et mélenchon. Quant â sortir de l’europe il n’aurait pas    fallu y rentrer et surtout garder nos monnaies car en sortir maintenant nous feraient perdre 30 pour cent de notre épargne et notre dette devrait toujours être remboursée sur le taux de l’euro nos importations de gaz pétrole seraient beaucoup plus chères donc l’essence franchirait rapidement 2 euros le litre.
      Sur le plan économique le FN n’est pas en condition de pouvoir gouverner .Il n’y a que sur l’immigration et l’insécurité où il a raison ça devient épouvantable sauf pour les bobos bien pensants super protègés. 

      • 1 Décembre 2013 à 19h25

        eclair dit

        @jacotine
        30% de votre épargne vous la perdrez de toute manière votre épargne.

        Nonnotre dette la plupart des contrats sont en droit français et serait transferés vers la nouvelle monnaie.
        De plus il s’agit également  d’emprunter dirctement à la banque centrale et de ne plus passer par les banques commerciales.

        C’est vrai que faire veir des roumains pour tavailler à la place des français car trop cher cela vas aider l’économie.

        Sur le plan économique vous avez 1 million d’euro en liquide je suppose que non donc rester dans l’UE vas vous essorer.