Trotskiste un jour, trotskiste toujours ? | Causeur

Trotskiste un jour, trotskiste toujours ?

Le journalisme, stade suprême du militantisme

Auteur

Luc Rosenzweig

Luc Rosenzweig
Journaliste.

Publié le 04 juin 2013 / Médias Politique

Mots-clés : , , ,

plenel trotski journalisme

Comment et pourquoi Edwy Plenel est-il devenu journaliste ? Cette question n’a rien de futile ni d’anecdotique : l’explication par la biographie nous est d’ailleurs suggérée par l’intéressé, qui a exposé son itinéraire dans Secrets de jeunesse, paru en 2001. À la fin des années 1960, la vocation du jeune Edwy Plenel était de devenir un« révolutionnaire professionnel » à l’ancienne, à l’image de ceux qui peuplent la légende historique et littéraire de la première moitié du XXe siècle. Malraux, Victor Serge, Jan Valtin1enflamment l’imagination adolescente de ce fils d’un haut cadre de l’Éducation nationale, vice-recteur en Martinique, qui mettra sa carrière en danger en prenant fait et cause pour les émeutiers « anticolonialistes » antillais. Plenel est néanmoins trop jeune pour s’engager dans les luttes étudiantes contre la guerre d’Algérie, qui furent le creuset de cette « génération 68 », celle qui allait investir les appareils de pouvoir (politique, culturel, médiatique) à partir des années 1980. En 1970, âgé de 18 ans, il s’engage dans l’organisation trotskiste la plus proche de son idéal de révolutionnaire « sans patrie ni frontières », la Ligue communiste révolutionnaire d’Alain Krivine. Ce dernier, s’il remarque le talent d’organisateur et d’agitateur du jeune militant, au point d’en faire un « permanent », a suffisamment de perspicacité pour s’opposer à son désir d’aller mettre le feu révolutionnaire dans les champs de canne à sucre antillais. Son champ d’action sera l’université où ses activités, essentiellement militantes, ne lui laissent pas le temps de passer le moindre examen, puis la presse de l’organisation comme rédacteur à Rouge, l’hebdomadaire de la LCR, de 1976 à 1980, date à laquelle il entre au Monde comme journaliste spécialisé en éducation.

[...]

*Photo: Wikipedia commons

  1. Jan Valtin (1905-1951) : communiste allemand devenu agent du Komintern, il effectua plusieurs missions en Europe en en Asie dans les années 1920 et 1930. Après avoir déserté l’URSS en 1938, il écrivit ses Mémoires de révolutionnaire professionnel, Sans patrie ni frontières, republiés chez J.C. Lattès en 1975.
  2. Après les révélations de Claude Askolovitch sur le passé politique caché du Premier ministre, c’est un quarteron de « trotskistes culturels » infiltrés au Monde (Edwy Plenel, Laurent Mauduit, Jean-Paul Besset, Sylvain Cypel) qui apporta la preuve que Lionel Jospin avait, dans les années 1960, pratiqué l’entrisme au PS à la demande de la direction de la branche « lambertiste » du mouvement trotskiste. Nos courageux camarades masquèrent leur forfait en signant leur papier « Enquête du service politique du Monde ».
  3. Bernard Poulet : Quand un journal veut changer la France, La Découverte, 2003. Philippe Cohen et Pierre Péan : La Face cachée du « Monde », Mille et une nuits, 2003. Laurent Huberson : Enquête sur Edwy Plenel. De la légende noire du complot trotskiste au chevalier blanc de l’investigation. Le Cherche-Midi, 2008.

  • causeur2

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 2 - Mai 2013

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur2
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 2 Novembre 2013 à 18h29

      abilliard dit

      E. Plenel prend des airs de donneur de leçon insupportables, sans aucune modestie. Et je me souviens de l’art de distiller petit bout par petit bout les informations pour dégommer Cahuzac.
      Médiapart a eu la peau de J. Cahuzac, qui s’est bien mis en défaut par rapport à la loi, mais la manière de Médiapart laisse un goùt bizarre …
      AB

    • 4 Juin 2013 à 22h49

      Brighella de Tocqueville dit

      @Pierre Robes

      C’est vraiment ignoble de votre part de faire accroire qu’une personne d’une telle qualité qu’Elisabeth LEVY puisse faire ses emplettes chez ce fou extrêmiste et voyou d’Avigdor Liberman : HONTE SUR VOUS !!!

      • 5 Juin 2013 à 22h12

        Pierre Robes dit

        j’aime beaucoup votre humour !!!

    • 4 Juin 2013 à 21h14

      Pierre Robes dit

      AH !!!!! je me disais….3 jours sans attaques contre E Plenel ..
      .est ce que le “cerveau” de Causeur aurait fuit …
      mais non apparemment E Levy est de retour d’Israel avec son cabas rempli des recommandations de Lieberman !!

      • 4 Juin 2013 à 21h31

        Brighella de Tocqueville dit

        @Pierre Robes

        Est-ce d’ Avigdor Liberman dont vous voulez parler ?

        • 4 Juin 2013 à 22h11

          Pierre Robes dit

          Voui !! Voui !!… les noms propres (sales en l’occurrence ….) n’ont ,dit-on , pas d orthographe !

    • 4 Juin 2013 à 19h37

      Brighella de Tocqueville dit

      L’auteur de cet article quelque peu panégyriste “oublie” de parler d’un pourtant mémorable et extraordinaire loupé de Plenel, à savoir, en citant Wikipedia : ” A l’été 1991, à l’occasion d’un voyage d’un mois sur les traces du « découvreur » de l’Amérique, Plenel écrit pour Le Monde toute une série d’articles dont le titre est Voyage avec Colomb. Alors que cette série se termine, le 24e volet est présenté comme un scoop : Un scandale à Panama. Plenel avance que, quelques années plus tôt, le régime du général Noriega (comprendre l’argent de la drogue) aurait financé le Parti socialiste, notamment dans le cadre de la campagne de l’élection présidentielle française de 1988. Des lettres sont produites, à en-tête de l’ambassade de France au Panama, datées de 1987. Dans les heures qui suivent la parution du Monde de ce 27 août 1991, le PS dément formellement les allégations de cet article, mais le rectificatif du journal n’apparaîtra que le 5 septembre suivant : Le Monde y exprime son « regret » auprès « des lecteurs et des divers intéressés » d’avoir publié des « informations non vérifiées ». Et pour cause : les fameuses lettres se sont révélées être des faux très grossiers, Plenel n’ayant pas vérifié que le signataire de celles-ci n’était, depuis longtemps, déjà plus en poste à l’ambassade de France du Panama”…

    • 4 Juin 2013 à 18h13

      Eugène Lampiste dit

      non mais au coca, quoi !!!

      ce plenel ne peut pas se contenter de vendre du temps de cerveau disponible aux publicitaires, comme pratiquement tous les médias ? 

    • 4 Juin 2013 à 18h03

      fogarty dit

      Je le verrais bien en Big Brother, mettent sur pied une tchéka de la pensée, comme le fit Trotski lors de la révolution d’octobre.
      A moins qu’il ne soit le pompier pyromane de Farenheit 451brulant les libres auxquels il n’aurait pas donné son “imprimatur”, mais surement pas comme un journaliste.

    • 4 Juin 2013 à 16h24

      xray dit

      On devrait obliger à lire votre excellent article les nuées de jobards qui considéraient le journal Le Monde comme le sommet indépassable de l’objectivité journalistique…alors qu’il était aux mains de cet ennemi acharné de la démocratie parlementaire, en tant que principal obstacle à la révolution.

    • 4 Juin 2013 à 16h07

      Claude Roche dit

      C’est marrant, cela.. passant par votre site, je lis votre article et je vois que vous n’êtes pas bien informé sur ledit Edwy Plenel , dit JK. De deux choses l’une : soit vous n’avez pas assez bossé votre sujet – c’est possible. Soit alors EdwyP est terriblement bien protégé ( je crois que c’est le cas). Mais dans tous les cas je vous recommande de mieux vous renseigner
      En tout cas , un causeur a raison : ce qui motive beaucoup de gens comme EdwyP c’est le ressentiment !

    • 4 Juin 2013 à 14h41

      D.F. dit

      Excellent article !

    • 4 Juin 2013 à 14h13

      Alpin dit

      Là…excellent et très très bien visé.

      A lire aussi l’étude de Philippe Raynaud sur l’extrême gauche rééditée en poche chez “Tempus”.

    • 4 Juin 2013 à 13h43

      CVT dit

      C’est bizarre, mes convictions politiques m’auraient portées à trouver E.Plenel sympathique. Le problème, c’est que pour lui, la fin justifie toujours les moyens, comme toujours chez les trotskistes.
      Et toujours cette posture morale qui cache toujours des intérêts qui pour moi demeurent mystérieux: pour qui roule-t-il? Certainement pas pour le peuple, car il semble avoir un profond mépris de la démocratie. Il affirme faire une croisade contre les puissants, mais sa collusion avec A.Minc à l’époque du Monde le conduisait plutôt à pourchasser les économistes hétérodoxes et anti-libéraux comme F.Lordon ou J.Sapir.
      Bref, ce type est un mystère car on perçoit mal des motivations profondes autres que le ressentiment…

    • 4 Juin 2013 à 13h14

      laborie dit

      De fait le vrai, le seul, l’unique Che, c’est Plenel et je vais de ce pas me faire imprimer un ticheurte à son effigie. Atchoume….

      Beaucoup plus dangereux qu’Ernesto mais beaucoup moins Rock ‘n’ Roll…. On verra le résultat lors de la prochaine Manif Pour Tous…

    • 4 Juin 2013 à 12h19

      magoturf dit

      UNE NOUVELLE AFFAIRE D’ETAT !!!

      Je me trouve devant l’obligation d’intervenir par un communiqué officiel avant qu’une simple anecdote ne devienne une affaire d’état à la « Une » de Médiapart !
      A l’occasion de la manifestation organisée aux arènes de Cimiez « Au soleil des deux rives », J’étais invité par M. Gérald Léger, responsable du CDHA (Centre de documentation historique de l’Algérie) afin de dédicacer mes deux derniers livres « 50 ans…c’était hier l’Algérie française » et « J’accuse De Gaulle »
      Au stand réservé aux écrivains, je reçois la visite de Gérald Léger accompagné de M. Benveniste, chargé de mission auprès de M. le député-maire de Nice, Christian Estrosi.
      Ce monsieur me demande de bien vouloir retirer momentanément mon « réquisitoire » contre De gaulle avant le passage de Monsieur ESTROSI.
      Comme je refuse, Gérald Léger me sollicite aimablement de le faire afin de lui éviter des désagréments avec la municipalité.
      Dès lors je prends, SEUL, la décision de me retirer avec mes deux livres afin de les exposer librement sur le stand du Cercle Algérianiste, où Michèle Soler, la présidente, m’accueille chaleureusement.
      Mes livres resteront exposés toute la journée et connaitront un franc succès.
      Est-ce pour cette raison que Monsieur le député-maire de Nice a négligé de visiter le stand du Cercle Algérianiste ? Il faudra le lui demander directement.
      Au cours de l’après-midi, M. Benveniste est venu me trouver afin de me présenter ses excuses pour m’avoir demandé de « dissimuler » mon livre « J’accuse De Gaulle » et me demande si j’en ai parlé au président ???
      Ne voyant pas de quel président il s’agissait je lui ai affirmé ne pas avoir encore eu le temps d’en référer à François Hollande !!! Je ne sais pas s’il saisit l’humour de ma réponse mais me demande ensuite si j’accepte ses excuses ?
      Oui bien entendu je les accepte mais à la condition qu’il achète mon réquisitoire contre De Gaulle et lui souhaite une bonne lecture, tout en espérant qu’il l’offrira à Christian Estrosi afin que tous deux connaissent mieux le parcours de « leur héros » statufié qui sert de pissotière aux chiens et de dépotoir aux fientes des pigeons niçois.
      J’affirme « les yeux dans les yeux » qu’il s’agit là de ma vérité.