Mail Facebook Twitter RSS

Inscrivez-vous à la Newsletter

Recevez chaque lundi la synthèse de l'actualité de toute la semaine



X

Pierre Boutang le bagarreur

Jérôme Besnard nous fait redécouvrir une figure intellectuelle majeure du siècle dernier

Publié le 06 janvier 2013 à 14:30 dans Culture

Mots-clés : ,

pierre boutang besnard

Si Jérôme Besnard n’était pas né en 1979, on jurerait qu’il combattit aux côtés de l’armée d’Afrique durant la seconde guerre mondiale, qu’il assista aux nombreuses dérives de la bande des Hussards et qu’il fréquenta tout aussi bien Charles Maurras que le général de Gaulle ou le comte de Paris. Car c’est en conteur nostalgique d’une époque dont il a rencontré bien des témoins que Jérôme Besnard nous livre les secrets d’un temps où la droite avait encore des penseurs, à commencer par l’extraordinaire figure de Pierre Boutang. Professeur de philosophie, journaliste, poète, romancier, critique littéraire, Boutang fut sans aucun doute un des acteurs et observateurs de la vie politique et intellectuelle les plus marquants du XXème siècle.

Saint-Étienne, Lyon, Vichy,  Rabat, la palmeraie de Gabès, Saint-Germain-en-Laye, Paris bien sûr… Avec les lieux, Jérôme Besnard écume la vie de ce penseur hors norme, de ses passages sur les bancs de la rue d’Ulm, au gouvernement du général Giraud, dans les bars de Saint-Germain-des-Prés, à l’université de Brest puis, enfin, en Sorbonne. Et il résume ainsi la belle apostrophe de François Mauriac : « L’Action française est un rond-point tragique d’où partent en étoiles des destins. »

En fait de destin, celui de Pierre Boutang aura toujours été guidé par « une philosophie critique appuyée sur une culture et un corps de doctrine considérables », selon les propres mots de son ami Roger Nimier. Fils spirituel de Charles Maurras, membre d’une Action française sujette à certaines compromissions pendant la seconde guerre mondiale, le professeur de métaphysique sait trier le bon grain et l’ivraie. À Lucien Rebatet qui plaide pour une collaboration active, la réponse de Boutang est sans appel : « Je préfère le pire des juifs à n’importe quel honnête père de famille allemand occupant mon pays ! ». C’est aussi cette lucidité qui conduit Boutang à refuser l’enfermement d’une partie de sa famille de pensée dans une opposition à la politique d’indépendance menée par le Général de Gaulle. Avec ce dernier, ils partageront d’ailleurs la même velléité de redonner un monarque à la fille aînée de l’Eglise.

À côté de la politique – mais surtout au dessus -, il y a l’œuvre. Le lecteur assidu de Dante et saint Thomas, l’admirateur de William Blake, le passionné de Dostoïevski et des Illuminations sait-il au moins que ses écrits rivalisent avec ceux dont il s’abreuve ? Jérôme Besnard nous offre ainsi de savantes recensions sur l’Ontologie du Secret ou Les Abeilles de Delphes, tout en ne manquant pas d’exposer la bibliographie de son sujet d’étude, un véritable trésor de livres à redécouvrir. Sans oublier La Nation Française, l’hebdomadaire qu’il dirigea de 1955 à 1967, où écrivirent Daniel Halévy, Antoine Blondin, Gabriel Marcel mais aussi Philippe de Saint-Robert et Gabriel Matzneff… Ce journal ouvertement royaliste et nationaliste réussit le tour de force de défendre à la fois la présence de la France en Algérie et la politique d’indépendance nationale du général de Gaulle, une vision capétienne de la France et la défense de l’Etat d’Israël !

Entre histoire, politique et philosophie, Jérôme Besnard propose aussi avec humour et style bon nombre d’anecdotes pour le moins extravagantes. Car l’on peut bien être grand philosophe et grand buveur, grand chrétien et grand bagarreur. Comme le résume Besnard, il fut pour les écrivains de droite de l’après-guerre « un chef de file et un meneur ».

Après une anthologie remarquable sur la Contre-révolution[1. Jérôme Besnard – La Contre-Révolution, le Monde, 2012.], c’est en toute logique que Jérôme Besnard a choisi de pousser encore un peu plus la réflexion et d’insister sur l’extraordinaire figure d’un contre-révolutionnaire pour le moins révolutionnaire. Blondin, à son propos, parlait d’un « âge de Pierre ». Il n’est pas si lointain : Redécouvrons-le !

Jérôme Besnard, Pierre Boutang, Muller édition, 156 p., 14,50 euros.

*Photo : INA.fr.

Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !
Participez au développement de Causeur, faites un don !

voir les commentaires / réagir         envoyer
 

A lire aussi

La rédaction de commentaires nécessite d'être inscrit

12

Déjà inscrit, connectez-vous

mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
 
  • 22 Décembre 2013 à 11h16

    didierjb dit

    C’est avec intérêt et sans aucun parti pris que j’ai lu cet article. En effet, étant lycéen à l’époque au lycée Turgot, j’ai eu comme professeur de philosophie et de Français Pierre Boutang. Ce n’est que très longtemps après que j’ai compris que j’avais côtoyé un personnage hors normes, quelle que soit l’opinion qu’on puisse avoir de lui. Je me souviendrai toujours de l’une de ses phrases en cours à propos du Général De Gaulle : “De Gaulle, c’est quelque chose d’énorme, en bien ou en mal”. Une autre phrase de lui à propos de la peine de mort : “je suis contre la peine de mort, parce que condamner quelqu’un à mort, c’est condamner quelqu’un à quelque chose que l’on ne connait pas”

  • 11 Janvier 2013 à 17h04

    girafe234 dit

    Et un auteur fasciste défendu par Causeur, et un!

    • 13 Janvier 2013 à 15h50

      ReCH77 dit

      Fasciste Boutang ? Vous n’y êtes pas du tout. Monarchiste, rimbaldien, anti-conformiste… Mais pas fasciste.

  • 9 Janvier 2013 à 10h40

    ReCH77 dit

    PS: La série “Français, si vous saviez est visible” sur YT
    http://www.youtube.com/watch?v=J36gE8dw5AQ 

  • 9 Janvier 2013 à 10h33

    ReCH77 dit

    J’ai revu récemment la série documentaire en trois volets “Français, si vous saviez” de Alain de Sédouy et André Harris (1972) dont le champ historique va de la Grande guerre à la guerre d’Algérie. Au milieu d’un casting impressionnant rassemblé par les réalisateurs (Duclos, Soustelle, Argoud, Teitgen,… tous les acteurs politiques et militaires étaient encore vivants), Boutang le royaliste rimbaldien crève l’écran. Cette série n’a pas été rééditée sur support numérique, dommage.
    + Merci à Gil pour le lien YT 

  • 8 Janvier 2013 à 14h58

    pic dit

    Où se situera ma peur de lire ce que d’aucuns considèrent comme réactionnaire ?
    Acheter ce livre me rendra-t’il honteux comme, lorsqu’adolescent j’allais à la pharmacie pour des “capotes” !
    Ou bien, ce geste fait, serai-je heureux comme après avoir “utilisé” mon achat ?

  • 7 Janvier 2013 à 23h05

    Gil dit

    “Je crois de moins en moins au contre et de plus en plus à l’auprès”!!

  • 7 Janvier 2013 à 23h04

    Gil dit

    Et on peut aussi commencer à l’appréhender avec ces cinq entretiens qui survolent les cimes: http://www.youtube.com/watch?v=aCTfGczu8SY

  • 6 Janvier 2013 à 15h55

    Patrick Mandon dit

    Le style, la culture, l’amour de la France, la subtile compréhension de ce pays difficile (et fermé aux crétins), la capacité à être seul, à penser seul : un fameux bagarreur, en effet ! Voilà un homme qui eut une influence considérable sur un petit cercle magique de compagnons d’intelligence (dont Alexandre Astruc).
    C’est bien de lui consacrer un livre (et un article). 

  • 6 Janvier 2013 à 15h38

    Villaterne dit

    Et je ne parle pas uniquement des buveurs de cigüe !

  • 6 Janvier 2013 à 15h28

    Villaterne dit

    “Car l’on peut bien être grand philosophe et grand buveur”
    C’est une plaisanterie cette opposition supposée !
    Tous les grands buveurs sont de grands philosophes !

  • 6 Janvier 2013 à 15h24

    Villaterne dit

    Jérôme Leroy, vous seriez-vous laissé griller la politesse?
    Je vous avez bien dit de faire vite !!