Audiovisuel: Rendez le Service public au public! | Causeur

Audiovisuel: Rendez le Service public au public!

Signez la pétition

Auteur

Gilles-William Goldnadel
Avocat

Publié le 09 février 2017 / Médias

Mots-clés : , , , , ,

La façade de l'immeuble de France Télévisions à Paris, décembre 2008. SIPA. 00563532_000051

À l’initiative de notre ami Gilles-William Goldnadel, une pétition pour le pluralisme dans le Service public de l’audiovisuel est lancée aujourd’hui. À Causeur où règne parfois l’hyper-démocratie (ce qui signifie que chacun a le droit à ses petites délicatesses idéologiques), nous avons opté pour l’élégante formule du soutien sans participation. Grâce à cette trouvaille casuistique des socialistes d’antan, nous adhérons pleinement à l’objectif de la pétition sans en assumer toutes les formulations. Ou en y apportant ce codicille : l’exigence de pluralisme n’est pas l’apanage d’un camp politique, la preuve, c’est que même des gens de gauche trouvent France Inter insupportable. Ne les décourageons pas de mener ce combat. Cela dit, trêve de chichis. Moi je signe !

Elisabeth Lévy

Eux-mêmes en conviennent : les journalistes ont mauvaise presse.

Une majorité de gens sont désormais exaspérés par l’information convenue et c’est ce qui explique le succès de l’information parallèle pas forcément convenable.

Curieusement, les journalistes dont c’est en principe le métier, n’ont pas la curiosité élémentaire de rechercher les raisons de l’exaspération.

Pour leur faire gagner du temps, nous leur dirons que celle-ci trouve sa source principale dans le moralisme prêchi-prêcha et l’occultation d’une partie de la réalité dérangeante.

Dans ce cadre révulsif, la palme ne saurait être disputée âprement à l’audiovisuel de service public de l’information français.

Les responsables de celui-ci ne se donnent même pas la peine de contester que la sensibilité de gauche y est majoritaire, tant la chose leur paraît naturelle.

Ils n’y trouvent rien de honteux ni de critiquable. Ils ne s’en cachent pas. C’est ainsi que très récemment, la préposée à la revue de presse de France Inter trouvait très gratifiant de citer le journal l’Humanité qui considérait que l’ensemble des humoristes de la radio active bien à gauche sauvaient l’honneur de l’antenne.

C’est ainsi encore, que la présidente très antiraciste de France Télévisions trouvait bienséant et nullement raciste de regretter qu’il y ait trop de blancs à la télévision.

C’est ainsi enfin que le président très distingué de Radio France décrétait tranquillement que la mission du service public était de combattre « le populisme »…

Le sentiment d’impunité paisible qui prévaut provient largement de la résignation du monde politique intellectuel, fût-il d’opposition, à la pensée médiatique gauchisante ou multiculturaliste.

Il considère une mauvaise fois pour toutes que l’audiovisuel du service public est un territoire occupé définitivement par la gauche et son extrémité.

En conséquence, la charte professionnelle qui le régit et qui impose à ses serviteurs le respect de la neutralité du pluralisme est devenu une simple et risible clause de style.

De la même manière, la gabegie financière qui y règne, et qui est chaque année rituellement autant que platoniquement dénoncée par la Cour des Comptes fait l’objet de la même obséquieuse résignation à ranger précautionneusement dans le magasin de faïences du privilège des permanents du spectacle audiovisuel.

Certains cependant, dont nous sommes, n’acceptent pas cette molle démission. Ils savent qu’elle est la source du politiquement correct comme du terrorisme intellectuel qui auront pratiquement détruit les structures sociales, sociétales et culturelles du pays.

Ils n’acceptent pas qu’en tant que copropriétaires de ce moyen d’information national, astreints au paiement d’une redevance fiscale, une majorité de Français soit exclus par une minorité d’un territoire culturel stratégique de la république.

Ils pensent que le scandale réside précisément dans le fait qu’il n’y ait pas scandale.

L’affaire est d’autant plus affligeante qu’il existe au sein du service public audiovisuel des gens de qualité qui ont à cœur de faire un travail qui leur ressemble. Nous ne voulons certainement pas les chasser, ce ne sont pas des sorciers, nous demandons seulement qu’ils s’ouvrent à d’autres esprits ouverts et qu’ils veuillent bien faire voir d’autres regards.

Un Collectif des Usagers du Service Public de l’Information met en ligne aujourd’hui sur change.org une pétition qui dénonce cette mainmise liberticide par une idéologie jalouse autant qu’intolérante.

Causeur, parmi d’autres médias libres et libérés a décidé d’en promouvoir largement la diffusion. Adhérez en masse à ce mouvement citoyen, pour employer cette expression trop longtemps dévoyée.

Le combat pour le pluralisme dans l’information de service public est un combat existentiel.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 11 Février 2017 à 23h22

      Wil dit

      Je la signe mais sans illusion.
      La médiacratie,c’est à dire la gauche caviard a tous les pouvoirs actuellement et depuis Mittérand.Elle fait quasiment ce qu’elle veut dans ce pays depuis 35 ans.
      Elle décide de ce que le populo doit savoir et comment il doit le savoir par l’AFP,fait les sondages bidons qui vont dire ce qu’elle a envie qu’ils disent et qui vont influencer le peuple abruti par overdose de TV qui a à nourrir ses gosses et donc les décisions des politicards qui ne veulent que rien ne change quand ils sont dans le système pour ne rien perdre de leurs avantages et qui vont donc rendre ces avantages à cette médiacratie qui les aide à rester au pouvoir.
      C’est donnant/donnant.Tout le monde est content.
      Sauf le peuple évidemment qui se fait rouler comme d’hab mais qui de toute façon est abruti tous les soirs avec une double dose de Hanouna et de pubs en rentrant du boulot et qu’on “réveille” lors des élections pour lui dire pour qui voter avec les magnifiques sourires télégéniques de starlettes liseuses de prompteurs qui se prennent avec le temps,on le sait déjà avec Ferrari,Pulvar et Lapix par exemple(elles sont tellement connes que c’est trop facile)pour de vraies journalistes à qui on demande d’écrire(souvent même pas besoin de demander,ça leur vient seule avec la connerie générale) un bouquin qu’on écrira pour elles et qu’on enverra chez le Ruquier du jour pour leur donner du “sérieux” quand elles rapportent les conneries qu’on leurs dit de dire.
      Bref,Le référendum de 2005 n’a pas empêché le traité de Lisbonne,je doute que cette pétition fasse des journalistes français,des journalistes dignes de cette profession.
      Mais ne dit-on pas que chaque voyage commence par un pas?

    • 11 Février 2017 à 13h38

      Ganzo dit

      Cette expression “mouvement citoyen” me hérisse et, in-petto, me rend méfiant.

    • 10 Février 2017 à 11h26

      georges dit

      Vous oubliez toutes les merdes que nous propose France télévision :
      Mille et une vies bon Lopez et la pudeur c’est pas trop son truc, son truc célébrer le genre humain et dire que nous possédons 100 milliards de neurones!
      Actuality, comment vous dire …
      C’est à vous soeur consanguine de France Inter.
      C’est l’hebdo nom d’une pipe !
      Le clan adverse TMC quotidien pure propagande etc.
      Il me reste la lecture . C’est un vrai combat.

    • 10 Février 2017 à 11h01

      Aladdinsane dit

      Pétition signée des deux mains !

      • 10 Février 2017 à 11h50

        Sancho Pensum dit

        Histoire de gonfler artificiellement le score ?

    • 10 Février 2017 à 10h44

      Causin dit

      Un débat intéressant sur le pouvoir des médias:

      https://www.youtube.com/watch?v=U1IF22zoYdw

    • 10 Février 2017 à 8h58

      Eric Dufour dit

      “(…) la sensibilité de gauche y est majoritaire, (…)”

      Pas en ce qui concerne les analyses économiques et l’UE en tous cas !!!!! 

      • 10 Février 2017 à 11h04

        malinamodra dit

        Ah bon!!!Parce que le “Non au repli sur soi” (message adressé par le bouffon Hollande à Trump ); c’est pas ce que dit la gauche?

      • 11 Février 2017 à 13h40

        Ganzo dit

        Tiens donc, la gauche n’est elle pas massivement béate devant la grande Europ ? Le Grand Maître Mitterrand n’a t il pas indiqué la ligne d’horizon indépassable ?

    • 10 Février 2017 à 8h02

      bea33 dit

      Il est extrêmement intéressant d’analyser les intervenants du monde des médias et du spectacle subventionné. A coté de cette caste les parlementaires font pâle figure en matière de népotisme.

    • 10 Février 2017 à 7h24

      Craffe dit

      La main mise des schtroumpfs à lunette sur l’audiovisuel n’a pas que des inconvénients. Ça rend plus facile le sevrage total de la télévision qui est de toute façon chronophage. Et puis une radio comme France Culture apparaît clairement comme ce qu’elle est : une radio de divertissement, à prendre au second degré, qu’on écoute dans les transports en commun pour arriver de bonne humeur à son travail.

      Et puis pour l’information quotidienne il reste les sites mal notés par Decodex…

    • 10 Février 2017 à 2h00

      Croix dit

      Ou est le texte de la pétition de Me Goldnagel ?

      • 10 Février 2017 à 7h22

        Thalcave dit

        Vous cliquez sur le texte en rouge dans l’article de Goldnagel, vers la fin, c’est à dire sur:
        “une pétition qui dénonce cette mainmise liberticide”.

        C’est un lien qui qui vous envoie sur la pétition.

    • 10 Février 2017 à 1h02

      Cracker causeur dit

      Ce jeudi soir, j’ai regardé sur France 2 “l’émission politique”, avec comme invitée Marine le Pen.
      Vous l’avez deviné : ce fut un procès en sorcellerie plus qu’un débat, les Torquemadas se succédant les uns après les autres sans interruption pendant plus de deux heures.

      Malgré l’excellente résilience dont a fait preuve Marine le Pen, ce fut une boucherie qui devrait être interdite sur une chaîne du service public.
      Le contribuable n’a pas à payer des millions de redevance pour supporter la propagande gauchiste non-stop qu’on nous inflige.
      ça, c’est du détournement de fonds à côté duquel l’affaire Bygmalion, le pénélopegate ou le million d’euros que réclame l’Europe au FN font figure de menue monnaie.

      Je signe.

    • 9 Février 2017 à 23h58

      RED (From Tex) dit

      On parlera peut-être un jour des “procédures” de recrutement dans le “Service Public de l’Audiovisuel”…