Personne ne veut être minoritaire chez soi | Causeur

Personne ne veut être minoritaire chez soi

Entretien avec le géographe social Christophe Guilluy

Publié le 28 novembre 2013 / Politique Société

Mots-clés : , , , , ,

 fn guilluy umpCauseur. On croyait, grosso modo, que le FN captait les voix de gauche dans le Nord et les suffrages de droite dans le Sud, et voilà qu’à Brignoles, il remporte un fief communiste en plein Var. Cela vous surprend-il ?

 Christophe Guilluy. Ce résultat confirme mon analyse : la carte électorale traditionnelle est en train de s’effacer. Brignoles, l’Oise, Villeneuve-sur-Lot, qui ont enregistré une percée du vote frontiste, appartiennent à la « France périphérique » des territoires ruraux, urbains ou périurbains, qui abrite les « perdants de la mondialisation », autrement dit les nouvelles catégories populaires socialement les plus vulnérables : les ouvriers et les employés, ainsi que les jeunes et les retraités issus de ces catégories, les petits paysans…

En somme, cette « France des oubliés » serait l’électorat naturel du FN comme le « peuple ouvrier » était naguère acquis au Parti communiste ?

Oui, parce que depuis trente ans, pour la première fois dans l’Histoire, ces catégories, qui représentent 60 % des Français et les trois quarts des nouvelles classes populaires, habitent à l’écart des métropoles mondialisées créatrices d’emplois, c’est-à-dire des lieux où se crée la richesse. À l’âge industriel, les ouvriers vivaient à proximité des usines, dans les grands centres urbains, y compris à Paris.  Aujourd’hui, pour eux, la désindustrialisation est synonyme de relégation en zone rurale ou dans des villes petites et moyennes. En face, la «France métropolitaine » crée environ deux tiers du PIB français, tout en se vidant des classes populaires traditionnelles, exclues du projet économique et sociétal par cette nouvelle géographie sociale. C’est le cœur du malaise français.

[...]

 

 Fractures françaisesChamps Flammarion, 2013 (rééd.).

  • causeur7

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 65 - Novembre 2013

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur7
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 1 Décembre 2013 à 14h48

      ylx dit

      Ce qui me surprend c’est de voir que réforme suédoise s’appuie sur des valeurs “socialistes” ou que “nos” socialistes assènent à longueur de discours …et de circulaires ministérielles: citoyenneté, initiative, créativité, liberté, autonomie, démocratie participative lesquelles sont piétinées quodiennement par la bureaucratie du ministère et des rectorats.
      Les objectifs de l’école maternelle et des activités périscolaires en Suède tiennent dans un petit livret de 19 pages, que je vous invite à comparer aux armoires des directrices d’écoles maternelles françaises bourrées de dizaines de classeurs d’instructions ministérielles et rectorales (rectales ?). Les enseignants gaspillent un temps fou pour nourrir la bureaucratie insatiable. Par exemple les livrets scolaires individuels qui doivent être scrupuleusement remplis alors qu’ils finissent dans un recoin obscur du collège où l’enfant est scolarisé. Et tout celà pour un résultat de plus en plus douteux (si cette insatiable bureaucratie permettait d’élever le niveau des élèves, elle serait “tolérable ou “justifiée”, mais ce n’est évidemment pas le cas.
      Et on assiste à cet étrange paradoxe…alors que la bureaucratie ministérielle se targue de vouloir former des citoyens responsables, nanani,nanana elle transforme ses enseignants en robots !

    • 1 Décembre 2013 à 12h46

      Marie dit

      @yxl
      Le blocage il est ,à mon avis, à partir des inspecteurs jusqu’au sommet de l’EN, vous vous rendez compte que les appeler à disparaitre et à enrayer la machine à formater les esprits!
      Pour la décentralisation , sachez tout de m^me que tout e se passe pas facilement, il y a eu dans la région que je connais des “bagarres” car certainement communes ne voulaient pas rejoindre la super agglomération.
      Cela dit je suis aussi certaine que nos baronnets locaux , voir ceux de la région Midipy et le Lot qui sont indéboulonnables , ne sont pas prêts à l’idée d’une gestion en bon père de famille!Imposer voila la solution , que ce soit fiscalement ou par décisions m^me si les maires ne sont pas d’accord!

    • 1 Décembre 2013 à 11h29

      ylx dit

      @ Parceval
      Evidemment on ne peut pas faire du copier-coller avec la Suéde mais on peut y trouver des pistes de rélexion et d’action notamment – car c’était le but de l’article – pour proposer des solutions aux territoires excentrès de notre pays…autres que celles des miroirs aux alouettes.
      Le nombre d’habitants du pays, certes, mais au niveau d’un quartier ou d’une petite commune rurale de 2000 habitants la nature des problèmes ne doit pas être différente, en France et en Suède vous ne pensez pas ?

      • 1 Décembre 2013 à 12h16

        Parseval dit

        Si. Je pense qu’une décentralisation très poussée pourrait être une bonne chose. On pourrait ainsi se rapprocher d’une vraie démocratie où tout le monde participe (~ référendum permanent).
        Décentraliser les institutions hors de Paris, aussi pourquoi pas.
        Et absolument casser le cumul des mandats, en nombre et dans le temps.

    • 1 Décembre 2013 à 10h20

      ylx dit

      @Marie
      Les Suédois ne sont pas Français c’est tout le problème!
      Oui et non, et je m’en explique.
      Dans le livre écrit en 2003 l’auteur, qui a été correspondant à Paris, nous prèvient avec malice à chaque chapître :”Vous verrez que dans dix ans vous y viendrez vous aussi”. Pour la réforme de la décentralisation budgétaire c’est très loin d’être le cas et prend même le chemin inverse . Mais en revanche pour les réformes sociétales on est en plein dedans. !Le gouvernement actuel est en train d’appliquer à grande vitesse les réformes suédoises : prostitution, égalité absolue entre hommes et femmes, mariage pour tous décrites en détail dans le livre.
      Depuis 10 ans toutes les féministes attitrées du PS se sont déplacées en pélerinage en Suède pour y prendre leur inspiration, j’imagine en se bouchant le nez et les oreilles pour surtout ne pas voir à côté les grandes réformes de décentralisation budgétaire.
      Bref, les Français seraient comme les Suédois pour leur faire supporter toutes les réformes sociétales, mais pas comme eux pour les réformes de décentralisation !.
      Je connais des directeurs de Lycée et d’école qui d’ores et déjà sont d’excellents gestionnaires – tout en étant d’excellent enseignants. Une réforme de décentralisation ne les gênerait pas plus que celà. Il faudrait donc distinguer à quel niveau ça bloque: celui des syndicats ? celui des opérationnels ? celui des usagers, donc celui des parents.
      Je ne vous apprendrais rien, Marie en vous disant que la plupart des enfants des hiérarques du PS vont dans des établissements privés prestigieux qui sont gérés de façon autonome, comme pourraient l’être demain tous les écoliers, collégiens et Lycéens du “petit peuple”

      • 1 Décembre 2013 à 10h24

        Parseval dit

        Oui enfin il y a aussi le problème du nombre, on est 60 millions eux 9, plus facile de décentraliser efficacement dans ses conditions…

        • 1 Décembre 2013 à 12h37

          Marie dit

          et ils sont germaniques!

        • 1 Décembre 2013 à 12h38

          Marie dit

          “Les réformes menées tambour battant par la Suède depuis une quinzaine d’années sont, à quelques détails près, celles qu’on voudrait aujourd’hui nous faire adopter en France. Voici un pays où le nombre de fonctionnaires est en chute libre ; où le système de santé repose sur la prévention et la maîtrise des coûts ; où les directeurs d’école sont quasiment des chefs d’entreprise ; où les hommes ont le droit de prendre un congé de paternité de quinze mois ; où la doctrine en matière de sécurité routière est le “zéro mort” ; où les handicapés sont intégrés à la vie sociale ; où les bureaux de poste sont transférés dans des supérettes et des stations-service ; où les télécommunications, l’électricité et les transports publics sont totalement libéralisés. Au quotidien, ces réformes ont parfois eu des résultats inattendus. Parce que demain la société française risque en partie de vivre “à la suédoise”, le moment n’est-il pas venu, pour chacun d’entre nous, d’y regarder de plus près ?”commentaire su le site de Dalloz

    • 1 Décembre 2013 à 9h59

      Lector laetaberis dit

      • 1 Décembre 2013 à 10h01

        Lector laetaberis dit

        au dessus pour Marie

    • 1 Décembre 2013 à 9h23

      Marie dit

      http://www.mckinsey.com/insights/public_sector/an_interview_with_goran_persson

      Persson explique bien que Si on ne réforme pas ce sont les marchés qui dirigeront mais ça ce n’est pas encore compris. Le politiques rejettent sur le dos des marchés ce qui est avant tout leur impéritie à faire ce qui doit être fait, bien soutenus d’ailleurs par leurs électeurs.

      • 1 Décembre 2013 à 9h30

        Lector laetaberis dit

        “Persson explique bien que Si on ne réforme pas ce sont les marchés qui dirigeront mais ça ce n’est pas encore compris”

        Oui enfin c’est déjà le cas, c’est justement leur incompétence qui les font se soumettre aux banksters

      • 1 Décembre 2013 à 9h42

        Lector laetaberis dit

        Conclusion ? “Now, do it. Do it. Don’t wait. Because those who come too late will be punished by history.”

        Pfff quelle propagande, un problème de structure blablabla, tout ça pour finir punis par l’Histoire… c’est un vrai lui !

        • 1 Décembre 2013 à 9h43

          Lector laetaberis dit

          toujours le même discours, on voit où ça mène, et faudrait se hâter d’y aller dans le mur en plus, à coups de fouet

        • 1 Décembre 2013 à 9h52

          Lector laetaberis dit

          Ce mc Kinsey ! Des incantations sur des incantations…. houaaaaaaaaaaa je baille.

          Bonne journée qd même à vous Marie :))

    • 1 Décembre 2013 à 9h13

      Marie dit

      @ylx
      Les suédois ne sont pas français c’est tout le problème! Ils ont acceptés toutes ces réformes mais le Premier Ministre en a perdu sa place ce qu’il savait à l’avance. Je prone comme vous que l’école soit réformer en donnant toute latitude aux directeurs des établissements de choisir ses enseignants et la manière d’enseigner. Mais voilà nous avons en France un mammouth qui a pris ses aises depuis 1945… ma mère qui était enseignante en Suède a toujours regardé nos profs avec étonnement.
      Mais si la Suède est économiquement en bonne santé , le problème des étrangers ou des immigrés devient un vrai souci. On laisse à penser que les suédois les accueillent à bras ouverts , ce qui n’est pas la réalité.

      • 1 Décembre 2013 à 9h20

        Lector laetaberis dit

        • 1 Décembre 2013 à 9h27

          Marie dit

          Asselineau se trompe les suédois ne sont pas rentrés dans l’euro en attendant que la crise se passe. Les suédois que je connais y sont favorables.

        • 1 Décembre 2013 à 9h35

          Lector laetaberis dit

          ils y sont ou pas dans l’euro ? C’était là la question. N’sait pas trompé; on parle de fait ou de souhait ?

          http://fr.wikipedia.org/wiki/Couronne_su%C3%A9doise

        • 1 Décembre 2013 à 9h40

          Marie dit

          conversation en léger différé :)
          ” position des suédois sur l’euro?
          Plutôt contre (vote de 2004 : 54% de non). Et aujourd’hui, c’est un peu pareil

          à cause de quoi ? crainte ou bien volonté de garder leur spécificité d’état neutre?

          Pourtant,ils sont plus vulnérables en cas de déficit, car les taux d’intérêt sur les petites monnaies sont plus volatiles
          La France, si elle avait le franc, avec le déficit qu’elle a, ne paierait pas 0,5% d’intérêtes, mais plutôt 5% Merci l’Allemagne !

          C’est pour ça qu’ils font tout pour ne pas être en déficit
          Mais ils se rendent bien compte qu’un jour, il faudra qu’ils rentrent. *
          dans l’euro

          IL Y A UN pêu de spéculation monétaire dans le marché des changes, qui profite à des petits malins.”
          Le seul qui aurait pu réformer le pays c’était Rocard mais ..c’était en 1988 !

        • 1 Décembre 2013 à 9h48

          Lector laetaberis dit

          qui se rend bien compte de cela là bas ? Il en faudra combien de référendum ? Autant qu’il faudra jusqu’à ce que la réponse soit acceptable ?

    • 30 Novembre 2013 à 23h41

      ylx dit

      (suite)
      Quel est le principe – révolutionnaire- de cette révolution ? Tout simple : à tous les niveaux, les collectivités et administrations sont désormais responsables de leur budget dans le cadre d’objectifs qui leur sont fixés par ailleurs.
      Elles doivent finalement être gérées comme un ménage ou une entreprise. Quelle Révolution en effet !
      Bref il suffit de lire ce livre !

      • 1 Décembre 2013 à 9h14

        Marie dit

        Bien sûr que ce serait idéal mais au pays des petites magouilles…

        • 1 Décembre 2013 à 9h22

          Lector laetaberis dit

          parlez de l’Europe ? C’est plutôt les grosses magouilles

    • 30 Novembre 2013 à 22h19

      ylx dit

      (suite)
      Tout le monde a compris que le FN vise la population des territoires “excentrés” de l’Hexagone, surfant sur le thème de l’Etat-protecteur, généreux et bienveillant, armé de sa baguette magique. Relisons et méditons la Fable du Laboureur et de ses Enfants. Les citoyens n’ont rien à attendre du “trèsor” que leur promet le FN. Leur seule force est celle de leurs bras, mais faudrait-il déjà qu’on leur détache ces bras.
      Autrement dit, la démagogie, le populisme et l’idéologie ne peuvent pas prospérer lorsque les citoyens sont libres et responsables.

      • 1 Décembre 2013 à 8h45

        agatha dit

        Oui, l’avantage du FN, c’est qu’il est encore en capacité de promettre, qu’il n’a guère pu être jugé à ses actes, qu’il semble un recours inespéré. Et pourtant, je reste persuadée qu’il n’aurait ni la volonté ni l’opportunité de mettre en œuvre ce qu’il promet plus ou moins subliminalement.
        Mais l’attraction électorale est là, je le vois bien, de la part de jeunes et de vieux. J’en suis au point de penser que face à Hollande, MLP aurait une petite chance, c’est dire si je ne crois plus au “front républicain” invoqué jusqu’à la nausée !

    • 30 Novembre 2013 à 21h56

      ylx dit

      @Marie
      C’est apparemment un hors sujet, mais je vais y revenir …
      J’ai acheté (8 Euro sur Amazon) le livre “Le modèle suédois” de Magnus Falkehed qui décrit la révolution accomplie par les suédois dans tous les domaines depuis 20 ans. C’est ébouriffant de voir comment ils ont pulvérisé le socio-étatisme qui avait fini par couler la Suède …avec les meilleurs sentiments du monde.
      Parmi les mille et une leçons qui peuvent être tirées de l’exemple suédois, c’est le couplage réussi entre le libéralisme économique et la décentralisation démocratique, jusqu’au plus bas niveau, ce qui rend les citoyens plus responsables…parce que moins infantilisés (suivez mon regard).Ils se sentent – enfin – responsables de leur vie quotidienne et de leur destin.
      Le chapître le plus impressionnant pour les citoyens du pays socialo-marxiste qu’est devenu la France c’est la décentralisation totale du système d’éducation.
      Lire ce livre c’est comme lire le récit qu’un Persan ferait de sa visite de La France de Louis XIV.
      Je peux maintenat répondre à chartreux, fort de ce que j’ai appris. Dans les écoles des quartiers difficiles de Suède les enseignants adaptent leur enseignement (et les horaires des matières) dde façon à consacrer le temps nécessaire à l’apprentissage des règles de discipline, de respect, d’auto-contrôle.Dès lors les règles imposées par le réglement intérieur sont strictement respectées.
      Et de là je peux revenir vers le propos de agatha. Oui agatha le sujet n’intéresse pas “grand monde” parce “grand monde” pense que plus rien ne peut être fait pour remédier à ces situations sociales et collectives si désespérées.
      Je pense que la révolution à la suédoise EST la réponse : faire sauter toutes les contraintes qui ont fini par enchaîner la France, comme tous ces milliers de petits bonhommes qui ont fini par ficeler et paralyser le géant Gulliver…Décentraliser, aérer, libérer, décoincer, délier libérerait des énergies considérables.
      Comment être optimiste, confiant dans l’avenir, positif, constructif quand toutes les composantes de votre vie quotidienne vous échappent ? Quand votre sort dépend d’un Etat que vous savez impotent, obése, impuissant et paralytique …Quand vous savez que le sort de votre petite école cantonale dépend des décisions d’une administration kafkaienne. Avec un système d’éducation décentralisé les territoires imagineront rapidement des solutions pour régler leurs problèmes et les mettre rapidement en oeuvre.
      Le chapitre du livre consacré à la nouvelle Poste suédoise nous plonge, nous Français, dans des abîmes de perpléxité…On voit qu’il mille façons de régler la difficulté la desserte des territoires oubliés, bien meilleures que d’aller pleurer chez le Préfet.
      L’expérience suédoise n’est pas sans problèmes, mais ce qui est impressionnant c’est de constater avec quelle facilité la souplesse du système permet de remédier très rapidement aux difficultés dès qu’elles sont constatées.
      La retombée sans doute inattendue de cette révolution c’est l’amélioration impressionnante de la situation économique de la Suède …qui lui a permis de retrouver à la fois la croissance, l’équilibre budgétaire, le plein emploi…
      Je conclus par un clin d’oeil aux Tontons Flingueurs.
      “Quand on m’en fait trop, je correctionne plus, je dynamite, je disperse, je ventile…”.
      Voilà un programme d’action politique qui conviendrait bien à notre pays.

      • 1 Décembre 2013 à 9h01

        agatha dit

        Je lis votre message après celui de 21h19. J’ai le sentiment comme vous qu’un des nœuds du problème se trouve à l’école, que c’est elle qui a le plus failli, et que le vrai espoir serait qu’elle se réforme pour plus d’autorité, de respect, et plus d’apprentissage laborieux des savoirs. Sans doute, oui, en abandonnant la centralisation. Ce serait bien difficile à faire passer, mais beaucoup de pays ayant de bien meilleurs résultats nous indiquent qu’il n’y a aucune raison que les choses restent en l’état.

    • 30 Novembre 2013 à 18h25

      agatha dit

      Voilà un sujet qui n’a pas suscité la polémique dans les commentaires, et pourtant c’est certainement le plus important évoqué depuis longtemps sur Causeur, et pour un moment encore !
      Je ne comprends pas bien pourquoi C. Guilluy sépare le périurbain de la métropole, puisque les périurbains viennent en général travailler dans la métropole. Il me semble que la géographie sociale dont il parle existait déjà, plus ou moins, il y a 30 ou 40 ans. Cela fait quand même longtemps qu’il n’y a plus beaucoup d’ouvriers à Paris. C’était le cas dans ma jeunesse où j’avais déjà une conscience précise de la connotation sociale de mon lieu de résidence.
      Alors, qu’est-ce qui a changé ? Encore plus de chômage, de désespérance sociale et identitaire, et moins d’espoir d’échapper aux déterminismes de la naissance. Des causes qui sont donc humaines, politiques, et pas du tout fatales.
      L’art et la manière de tourner en rond dans cette réflexion.

    • 29 Novembre 2013 à 19h59

      chartreux dit

      je viens de rentrer a Paris par le RER D. C’etait insupportable! filles voilees, mecs à capuches avec ecouteurs/musique super fort, rires stridents de jeunes filles excitées et sans gene, pieds sur la banquette etc etc
      le respect, le calme, l’education, “l ‘autre” qui est different, qui a envie de calme ou de lire, connaissent pas, s’en foutent. Qui? ben il n’ y avait que des blacks et des maghrebins dans le RER. ouh!! comme c’est raciste de dire ça!!!

    • 29 Novembre 2013 à 14h18

      bellini dit

      Entre 2002 et 2012 le front national s’est effondré dans le 9-3. “Victoire!” ont crié les artistes contemporains de la gauche compassionnelle. L’explication , c’est que les derniers autochtones sont partis,loin très loin, se sont endettés sur 30 ans pour ne plus être les derniers à avoir une femme non voilée. Il sera bientot interdit de dire ce que l’on voit, de voir ce que l’on voit.  

    • 29 Novembre 2013 à 9h00

      aimerage dit

      Christophe Giulluy est excellent. De nombreux banlieusards parisiens vivent comme la France périphérique et ne connaissent plus la vie parisienne culturelle et touristique. Nombreux sont ceux qui diront que c’est par goût personnel : quand on ne vit pas trop mal on finit par aimer ses conditions d’existence. En fait il y a le manque de moyens, se déplacer en voiture peut être long et onéreux (parking, embouteillage) Les train les RER ne sont pas toujours très sûrs pratiques et ponctuels et puis sans qu’il y ait forcément des problèmes à partir de 20h les Souchiens sont ultraminoritaires ce qui les conduit à préférer la voiture ou à s’abstenir car faire une sortie en commençant par voyager dans des rames sales bruyantes au côté de mangeurs de cacahouètes de maïs de bananes qui laissent leurs déchets n’est pas très emballant. Le Souchien banlieusard a parfois du mal à reconnaître le Paris ou il a pu vivre plus jeune les quartiers touristiques sont assaillis de hordes de touristes eux-mêmes assaillis par des hordes de vendeurs à la sauvette, vendeur de kébabs, arnaqueurs roms ou autres beaucoup parmi les plus aisés se contentent d’une sortie occasionnelle dans les lieux de spectacle. Se détachant de la vie parisienne le banlieusard aspire souvent à rejoindre la France périphérique où il retrouvera ses marques. Inutile de dire qu’un bon nombre se vengeront des partis traditionnels (qui bouleversent les traditions) dans le bureau de vote.

    • 28 Novembre 2013 à 20h57

      Patrick dit

      Et quand il n’y a plus d’emplois en France, beaucoup de forces vives quittent le pays.

    • 28 Novembre 2013 à 18h10

      Marie dit

      Et oui dans ma campagne quercynoise, on les entend bien ces gens dirent qu’ils voteront FN … Ici on vote à gauche par tradition mais volà que ces messieurs nos super élus ont décidés de redécouper les cantons afin d’inclure une ville (petite certes) qui aspirera , mais ça chut c’est pas vrai, le peu de richesse ,et laissera les ruraux crevés.

    • 28 Novembre 2013 à 16h48

      elise dit

      Il semble que le gouvernement prenne enfin en compte le constat de C. Guilluy (qu’il fait depuis une dizaine d’années quand même) sur la France périphérique, avec le redéploiement de la Politique de la Ville; mais il le fait le dos au mur (électoral), il est bien tard…