Pays-Bas: la déchéance du multiculturalisme? | Causeur

Pays-Bas: la déchéance du multiculturalisme?

Entretien avec le journaliste néerlandais Kleis Jager

Auteur

Daoud Boughezala

Daoud Boughezala
est rédacteur en chef de Causeur.

Publié le 30 mai 2016 / Monde Politique Religion

Mots-clés : , , , , ,

Loin du tumulte que l'annonce de cette mesure avait provoqué en France, le Parlement néerlandais a adopté le principe de la déchéance de nationalité à l'encontre des terroristes binationaux. Dans ce pays régi par le droit du sang, les enjeux liés au multiculturalisme divisent tous les partis politiques, à l'exception du xénophobe Parti de la Liberté.
pays bas multiculturalisme decheance nationalite

Amsterdam, novembre 2004. Deux femmes se rendent au chevet de l'assassin de Theo Van Gogh. Photo : Sipa. Numéro de reportage : AP20258862_000001.

Depuis 2010, Kleis Jager est le correspondant à Paris du quotidien néerlandais Trouw.

Daoud Boughezala. Le Parlement néerlandais vient d’adopter une proposition de loi instaurant la déchéance de nationalité pour les terroristes binationaux, mesure que François Hollande n’est pas parvenu à faire voter en France. Pourquoi cette proposition si polémique dans notre pays a-t-elle fait l’objet d’un quasi-consensus aux Pays-Bas ?

Kleis Jaege. L’idée que les traîtres à la patrie soient exclus de la communauté nationale ne choque personne aux Pays-Bas. Le débat a porté sur l’efficacité de la mesure : du côté du gouvernement néerlandais comme des adversaires de la déchéance, personne n’en a fait un symbole. C’est une question d’efficacité, pas une querelle sur les principes. Dans la politique française, ce qui importe le plus souvent, ce n’est pas la valeur d’une idée en soi, mais l’identité de celui qui l’explique. Ainsi, le Front national a toujours défendu le principe de la déchéance de nationalité à l’encontre des terroristes binationaux et cela a nui au débat. Il faut dire qu’un autre ingrédient a joué : la notion de droit du sol n’est pas connue chez nous, on est néerlandais parce que ses parents le sont. Certes, on peut acquérir la nationalité mais cela n’a rien d’automatique. Au contraire des Français qui hystérisent la question, les politiques néerlandais font preuve de pragmatisme.

Ici, les promoteurs de la déchéance, à commencer par le couple exécutif Valls-Hollande, reconnaissaient que cette disposition relevait davantage du symbole et ne contribuerait en rien à endiguer le danger terroriste. Qu’en est-il aux Pays-Bas ?

Le ministre de la Justice Ard van der Steur, membre du Parti libéral, a présenté la déchéance comme un moyen d’éviter le retour au pays des djihadistes néerlandais  binationaux en en faisant des « étrangers indésirables ». Le gouvernement a étendu le champ d’application d’une loi votée en mars dernier, qui prévoyait de déchoir de la nationalité néerlandaise les binationaux ayant suivi ou dispensé un entraînement terroriste à l’étranger. Auparavant, comme en France, un citoyen binational représentant un danger pour la sécurité nationale devait attendre d’être condamné pour perdre la nationalité néerlandaise. Désormais, afin de prévenir des activités terroristes, la déchéance n’est plus conditionnée à une condamnation judiciaire : il suffit d’avoir séjourné sur les terres de l’Etat islamique en Irak et en Syrie pour tomber sous le coup de cette loi.

Après la vague d’attentats qui a déferlé sur Paris, Copenhague et Bruxelles, le maire travailliste de Rotterdam Ahmed Abou Taleb s’est illustré par ses propos très fermes sur la nécessaire intégration des immigrés musulmans. Comment la droite et la gauche néerlandaises se positionnent-elles sur l’islam et l’immigration ?

Ces questions divisent les partis. Au sein du parti social-démocrate, certains soutiennent la ligne Abou Taleb, tandis que d’autres sont plutôt sur une ligne multiculturaliste. Mais la montée du Parti de la liberté de Geert Wilders a fait évoluer le débat par rapport à ce qu’il était il y a dix ou quinze ans. Paradoxalement, par ses prises de position violemment anti-islam, Wilders a contribué à revaloriser un multiculturalisme mis en pièces par Pim Fortuyn, Ayaan Hirsi Ali et beaucoup d’autres. Alors que le multiculturalisme paraissait presque moribond il y a quelques années, son plus grand pourfendeur qu’est Wilders lui redonné des couleurs !

Justement, depuis les années 2002-2004, date des assassinats de Pim Fortuyn – par un militant écologiste « anti-islamophobe » – puis de Théo Van Gogh – par un islamiste-,  le multiculturalisme néerlandais semble en crise. Après une phase de crispation, le fameux « modèle » néerlandais, réputé plus tolérant, connaît-il un retour en grâce ?

Après 2004, la nécessité de revoir notre modèle d’intégration a fait figure de nouveau consensus, que le phénomène de Wilders est venu troubler. Aujourd’hui, on peut à nouveau être taxé de racisme et assimilé à Geert Wilders au moindre mot de travers, cela fonctionne un peu comme l’antilepénisme en France ! Néanmoins, le multiculturalisme béat et un peu naïf a disparu et nous allons de polémiques en polémiques.

Pouvez-vous nous citer un exemple ?

La dernière en date tourne autour de Sylvana Simons, une animatrice de télévision assez connue originaire du Surinam qui a choisi de rejoindre l’équivalent néerlandais des Indigènes de la République. C’est un nouveau parti créé par des parlementaires d’origine turque déçus du Parti social-démocrate qui ont voulu répliquer à Geert Wilders en occupant un créneau identitaire parallèle au sien. Ce populisme immigré provoque en retour des réactions racistes, qui se déchaînent notamment autour de Sylvana Simons. Une pétition sur Facebook exige même son expulsion du pays le 6 décembre : un clin d’œil raciste à l’imagerie populaire qui représente Saint-Nicolas distribuant des cadeaux aux enfants en compagnie de ses petits aides noirs. Les choses se sont tant envenimées que certains critiques de l’immigration appellent aujourd’hui à l’apaisement, à l’instar du plus grand magazine d’opinion néerlandais Elsevier qui a titré : « Il faut se calmer ! »

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 31 Mai 2016 à 12h21

      persee dit

      Moi je jubile du discours médiatique et politique concernant le jugement des sept djihadistes franco- maghrébins strasbourgeois partis en Syrie “faire de l’humanitaire ” et revenus parce qu’on les a trompé! . Pauvres gosses , sortez vos mouchoirs , Bon on va recréer du lien social , communiquer avec eux , etc …. ; les gars sont morts de rire, après ce qu’ils ont vu et fait …..

      • 3 Juin 2016 à 20h02

        Cardinal dit

        Curieux que jusqu’ici aucun n’a prétendu être parti en Syrie pour y rejoindre une école de foot parce qu’il n’avait pu obtenir son admission dans une école française de foot à cause de ses origines maghrébines !
        Après les dernières déclarations de Benzema et Cantona il est à parier que quelques uns de nos “repentis” utiliseront l’argument.

    • 31 Mai 2016 à 7h28

      IMHO dit

      Ah si les Français étaient un peu Bataves ! Mais pas trop .
      J’ai écrit ça, ci-dessous, et la seule réaction a été
      “restons français !” .
      Or rester français, c’est n’être que français et ce n’est peut-être pas bon pour la France et les Français .
      En effet, si nous regardons autour de nous aujourd’hui en Europe, nous voyons des peuples qui se ressemblent et à qui ils peuvent se comparer, pour se jauger et se juger .   
      Les Allemands, les Autrichiens, les Suisses alémaniques, les Néerlandais, les peuples Scandinaves se ressemblent, les peuples slaves ont des points en commun, les Britanniques font partie du monde anglo-saxon, et les petits peuples, baltes, belges, roumains, portugais, se comparent avec un ou des modèles qu’il se sont choisis.
      Seuls les Espagnols, les Italiens, les Français sont seuls à être comme ils sont, mais l’Italie et l’Espagne sont fait de régiosn autonomes et ils ne se prennent pas pour des modèles .
      Les Français sont seuls et suffisants, ce qui a pour conséquence qu’ils ne qu’ils ne jettent jamais un coup d’oeil sur ce que font les cousins et cousines, car ils n’en ont pas et ne veulent pas en avoir.
      Quand on se compare en France, c’est toujours à des peuples lointains et superficiellement, sans chercher à s’instruire,
      ou l’on admire à l’aveuglette.  
      Or, malheur au peuple solitaire, comme à l’homme seul . 
      La France ignore le reste du monde et ça la tue peu à peu.
      C’est bien beau l’identité, mais si vous n’en avez qu’une seule,
      une et indivisible, c’est une prison sans fenêtres.
      Faisons en des fenêtres: qu’il y aient des européens dans les cabinets ministériels, dans les medias, dans les ministères . 

      • 31 Mai 2016 à 9h04

        Anik dit

        C’est n’importe quoi votre tirade de bien pensance, de tous temps la France a accueilli des étrangers de partout et s’en félicite, Frédéric Chopin, Marie Curie, Pablo Picasso, Le Corbusier, etc.
        Mais ils ne venaient pas pour mettre la pagaille, revendiquer, imposer leur religion, se plaindre en permanence, critiquer nos lois, embrigader ou tuer nos Jeunes et moins jeunes ( en 1 mot vouloir nous envahir)

        • 31 Mai 2016 à 11h10

          Lector dit

          vous avez raison de Léonard de Vinci à Kundera le génie français peut, pouvait s’enorgueillir des apports nombreux en provenance. De nos jours serait-ce même en partance ? Pas sûr.

      • 31 Mai 2016 à 10h59

        golvan dit

        @ imho
        Votre tirade est absolument ridicule et semble émaner de quelqu’un qui n’a pas dû beaucoup bouger ni en Europe ni dans le monde. 
        Les Français n’ignorent pas le reste du monde et beaucoup d’entre eux travaillent à l’étranger, et dans de nombreux pays.
        La France est elle même composée de nombreuses régions tout comme l’Italie, et d’ailleurs l’Allemagne.
        Les influences des travailleurs italiens, portugais, espagnols, polonais, tous assimilés, sont constitutifs de la France, et sous cet aspect, la France a accueilli beaucoup plus d’étrangers que les autres pays européens beaucoup moins ouverts qu’elle.
        Ce que vous appelez la France, c’est plutôt celle des avantages acquis de la fonction publique française, de l’administration, du monde universitaire sous influence marxiste dont on a un bel exemple avec les “nuits debout à ne rien foutre et à raconter des conneries” , du monde politique pléthorique et en grande partie inutile. 
        Mais ça n’est pas la France, seulement ce qu’on y rencontre de pire.  

      • 31 Mai 2016 à 11h58

        Fioretto dit

        Imho vous avez une haine de la France incroyable, contrairement à ce que vous dites les français passent bcp de temps à jeter de coup d’oeil sur ce qui se passe sur leur voisins, et c’est d’autant plus ridicule ce que vous dites que vous êtes parmi ceux qui défendent l’exception française sur le code du travail !!! Justement jetez un coup d’oeil à nos voisins comme il s’en sortent en libéralisant le marché. L’Italie n’est pas faite de régions autonomes il y en a 5 c’est tout. Oui faites venir un syndacaliste éuropéen et un ministre européen pour gérer la loi travail. On voit là toute la contradiction de la gauche genre IMHO elle veut le multiculturalisme mais garder le modèle social français comme exception.

      • 31 Mai 2016 à 12h28

        IMHO dit

        Ils n’ont rien compris comme d’hab, et pourquoi est-ce qu’il n’on pas compris ?
        Parce qu’il n’ont pas lu.
        Et dire que c’est les mêmes
        qui vocifèrent contre la “baisse du niveau” des bacheliers !
        Il faut croire que de leur temps on avait le bac en prouvant qu’on savait manger avec une fourchette.
        Lisez, pour l’amour du Diable, et répondez-moi dans les clous !  

        • 31 Mai 2016 à 12h46

          Fioretto dit

          On vous a répondu, déjà en Italie seul cinq régions sont autonomes donc premier erreur. En Espagne aussi tous les régions ne sont pas autonomes. Ensuite vous proposez quoi ? la déchéance de la nationalité et la suppression du droit du sol comme aux pays bas ?

        • 31 Mai 2016 à 15h17

          IMHO dit

          J’ai eu le malheur d’écrire “autonomes” pour rappeler que l’Italie en 1850 encore était faites de dix principautés qui n’avaient jamais été unies, et qui n’ont pas fusionné depuis, et que l’Espagne, quoiqu’un royaume depuis toujours, étaient faites de régions rendues étrangères l’une à l’autre par le marasme de la société et de l’Etat.
          La conséquence de cela est que les Espagnols et les Italiens voient encore aujourd’hui plusieurs variantes de leur pays, et que leur esprit d’auto-critique en est stimulé.  

    • 30 Mai 2016 à 13h05

      meylanville dit

      Il est assez rigolo de constater que les Pays Bas, que l’on nous présentait comme un modèle de progressisme, font marche arrière sur plusieurs sujets .
      La prostitution, la drogue, et maintenant le multi-culturalisme .
      Eux ont fini par comprendre leurs erreurs .
      Nos “progressistes”, toujours pas . Car il persistent à penser que tirer une nation vers le bas la fait avancer .

      • 30 Mai 2016 à 13h23

        IMHO dit

        Vous êtes certain de ce vous dites sur la prostitution?
        Car enfin:
        MAASTRICHT 23.07.2015
        Le tribunal de Maastricht a condamné un suspect dans l’affaire de moeurs de Valkenburg à six mois de prison, dont trois avec sursis, pour abus sexuels sur une jeune fille alors 16 ans.
        Le coupable était un travailleur de la jeunesse qui a accompagné les victimes de proxénètes.
        Un second suspect a eu cinq mois de prison, dotndeux avec sursis.
        Dix autres accusés ont reçu un jour de prison, associé à un service communautaire de 120 à 240 heures.
        Légalement, le tribunal doit imposer une peine de prison et a donc choisi le tribunal pour une cellule de jour, plus des services communautaires. 

        Ce n’est pas sévère quand même . 

      • 30 Mai 2016 à 18h03

        abiess dit

        Vous pouvez lire sur “charlie Heb”(11 mai ,n°1142) la signification du mot “toléraste “.Une idée qui vient de Russie .

    • 30 Mai 2016 à 9h55

      Nolens dit

      militant écologiste « anti-islamophobe »
      Pourquoi ne pas utiliser pro-islamisme

      • 30 Mai 2016 à 11h05

        Ex Abrupto dit

        Parce que l’un n’empêche pas l’autre!!  :-)

    • 30 Mai 2016 à 9h14

      Carantec dit

      H.S, mais j’attends avec une gourmandise coupable l’article qui ne saurait tarder sur le steeple-chase bariolé sur les tombes de Verdun…

      • 30 Mai 2016 à 9h15

        Carantec dit

        Encore que les clins d’yeux multiculturalistes soient là aussi appuyés.

      • 30 Mai 2016 à 12h34

        Laurence dit

        La débandade. C’est cela donc le message que souhaitent faire passer le Père Ubu et la Mère Makrel à la jeunesse française et allemande ?
        Et pendant ce temps, le petit moustachu et sa fêlée nostalgique des harems fêtent en grande pompe la prise de Constantinople, en attendant la soumission totale.

    • 30 Mai 2016 à 9h13

      Letchetchene dit

      @Imhotep
      Je suis pragmatique et tolérant , sauf avec ceux qui veulent tuer ma famille et moi par l’occasion ainsi que d’autres Francais!
      Donc oui à la déchéance de Nationalité pour ces tueurs , n’êtes vous pas d’accord sans “hysteriser” la question ?  

    • 30 Mai 2016 à 8h50

      thierryV dit

      Ce qui est théorisé et débattu dans les pays qui nous entourent est diabolisé chez nous .Ce qui prouve bien que les droites françaises n’ont jamais su développer , sous la pression des gauches et des médias ,un langage intelligible et déculpabilisé.
      On en est arrivé à dénoncer comme fasciste des velléités populistes et même libérales. La pression sur les droites françaises est constante et stratégique .Mais, de plus en plus ,les souvenirs douloureux s’éloignent et la culpabilité s’atténue . Les gauches en font lentement les frais et reculent en résistant pas à pas. Pour cela elles emploient tous les outils qu’elles réussi à mettre en place depuis un certain temps et pratiquent un clientélisme choquant.

    • 30 Mai 2016 à 8h05

      IMHO dit

      ” les Français qui hystérisent la question ” : c’est bien dit .
      Les néerlandais, eux, ne sont pas tolérants au sens d’indulgent ou d’accommodant, ils sont flegmatiques et pragmatiques, ce sont des traits de leur caractère national dont ils sont fiers.
      Ah si les Français étaient un peu Bataves ! Mais pas trop . 

      • 30 Mai 2016 à 8h11

        Archebert Plochon dit

        C’est bien dit ? Ah bon, je croyais qu’il n’existait pas de verbe “hystériser” ;) je comprends mieux d’où vous vient cette male suffisance, Imho : vous êtes un brin analphabète.

      • 30 Mai 2016 à 8h11

        desi75015 dit

        ce qui est surtout français, c’est de croire que l’herbe est plus verte ailleurs…

      • 30 Mai 2016 à 9h56

        IMHO dit

        Je voudrais bien comprendre : le torrent de jérémiades que l’on lit dans Causeur ne contient donc aucune parcelle d’autocritique?
        Le postulat est donc ” tout est la faute aux mauvais Français” ?
         

    • 30 Mai 2016 à 8h03

      thierryV dit

      Nous avons tous été culpabilisés par des actions au long cour mené par des ” engagés missionnés” . ils ont réussi a faire de nous des coupables de ne pas souhaiter un mélange programmé . Et donc de vouloir stopper des migration digne d’un processus de peuplement . En quoi cela est il honteux . Il s’agit bien là d’un choix nous appartenant et dont la nature ne peut que couler de source . OU se trouve le mal ? La honte ? l’odeur nauséabonde ? N’aurait on plus le droit d’exprimer nos inquiétudes légitimes ? Sommes nous entré dans une forme numérique de la dictature de la pensée ?
      L’humanisme d’état doit il être devenu notre seul repère ? La démocratie médiatique a t elle gagnée sa bataille pour l’alignement des cerveaux ?

    • 30 Mai 2016 à 7h48

      Rattachiste dit

      Ce que la légende de la photo ne mentionne pas c’est que le nom de l’hôpital est “Notre dame”…en voyant les deux “saintes vierges” voilées en face, cela ne manque pas de piquant…

    • 30 Mai 2016 à 6h36

      QUIDAM II dit

      La déchéance de nationalité n’a pas pour objet de dissuader un terroriste de passer à l’acte. Elle a pour objet de ne pas mettre à la charge des citoyens ceux qui auront voulu les assassiner.

      En effet, après s’être blessé au cours d’une opération terroriste (ou d’une opération militaire pour l’Etat Islamique, par exemple), un djihadiste qui n’est pas déchu de sa nationalité peut bénéficier de soins gratuits… et d’une pension à vie payés par ses compatriotes qu’il a essayé d’assassiner.

      D’une certaine manière, ce faisant, certaines démocraties apportent, de manière certes indirecte mais très réelle, leur concours au djihadisme : elles assurent bel et bien un service hospitalier et une retraite à certains des “soldats” d’Al Qaïda et de Daech.

      Il semble pourtant évident qu’il n’est pas absurde et qu’il n’y a rien d’immoral à refuser que des citoyens prennent en charge celui qui a voulu les tuer.

      C’est donc avec bon sens que les Pays-Bas ont approuvé la déchéance de nationalité pour les djihadistes binationaux. Ils auraient pu approuver la déchéance même pour les nationaux…