Mon ami Paul Lombard | Causeur

Mon ami Paul Lombard

Hommage à l’homme de coeur et au grand avocat

Auteur

Jean-Paul Brighelli

Jean-Paul Brighelli
Enseignant et essayiste, anime le blog "Bonnet d'âne" hébergé par Causeur.

Publié le 18 janvier 2017 / Société

Mots-clés : , ,

Paul Lombard, février 2011. SIPA. 00613866_000015

Paul Lombard, qui vient de mourir, était devenu un ami — ou pas loin. J’avais été chargé de l’aider à écrire ce qui devait être son testament — un livre qui a été écrit jusqu’au bout, et que de sérieux ennuis de santé, en 2011, l’empêchèrent d’amener au stade éditorial, puisqu’il ne pouvait plus le défendre. Je tiens, en hommage à un « ténor du barreau », comme dit la Presse, et à un homme de cœur, comme je dirais moi-même, à vous en livrer une page.

Fifi n’était peut-être pas très maligne, mais c’était une créature voluptueuse, et elle aimait les hommes — elle les aimait beaucoup. Jusqu’au jour — en 1942-43 — où elle rencontra Otto (ou Fritz, ou Wolfgang, bref, un soldat allemand). Coup de foudre trans-national. Du jour au lendemain, Fifi fut fidèle. Elle accoucha même, neuf mois plus tard, d’un joli bébé blond comme son père — une rareté, à Marseille, à cette époque.

Puis vint la Libération. Tous les résistants de la onzième heure émergèrent pour libérer une ville qui l’était déjà. Et, pire encore, leurs vertueuses épouses se mirent de la partie.

On alla chercher Fifi chez elle (Otto avait été déplacé sur le front russe, elle était sans nouvelles, elle était dans les affres et ne pensait à rien d’autre), on la traîna dehors, et avec la délicatesse que l’on imagine, on la tondit.

Ce n’était pas encore assez. On l’amena à la Plaine (un quartier qui, comme son nom ne l’indique pas, domine la Canebière et le lycée Thiers où j’étais lycéen), et on se proposa de la faire baiser par l’âne qui baladait les enfants. « Puisqu’elle avait baisé avec un Allemand, elle pouvait bien baiser avec une bête… »

On avait déjà déshabillé Fifi, on l’installa sous l’animal, qui, terrorisé, menaçait de l’écraser, on commençait à exciter manuellement la bête, pour la mettre en état, quand Louis Rossi, un vrai résistant celui-là, porte-flingue de Defferre qui venait de prendre d’assaut le Petit Provençal, journal collaborationniste, fendit la foule, tua l’âne d’un coup de revolver, et pointant son arme sur la foule :

- Le premier qui bronche, dit-il, je l’abats.

Lisez la suite de l’article sur le blog de Jean-Paul Brighelli

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 24 Janvier 2017 à 11h40

      AGF dit

      Rien n’a changé.
      Aujourd’hui Polanski est la victime des chiennes féministes ,qui refusant de combattre les tournantes dans les territoires perdus de la république ou le port de la burka imposée,généralisé dans la France “laïque” s’en prennent au mâle blanc même si celui-ci a payé sa dette depuis plus de quarante ans.
      Ces femelles seraient vite défigurées au vitriole si elles s’attaquaient aux vrais machos qui viennent pourrir nos sociétés au nom d’une religion mortifère. Mais pas folles les guêpes, elles savent bien que le fameux “état de droit” ne fonctionne que pour ceux qui l’acceptent. Et ce n’est pas dans la France islamique où la charia domine qu’on fera cas des fantasmes de ces refoulées.
      A propos ont-elles demandé, ces parangons de vertu, que soit promulguée une loi qui interdirait aux mères d’aller vendre leurs nymphettes évidemment mineures à des agences ,des photographes ou autres sans avoir l’obligation d’assister aux séances de pose…

    • 24 Janvier 2017 à 11h35

      AGF dit

      Rien n’a changé.
      Aujourd’hui Polanski est la victime des chiennes féministes ,qui refusant de combattre les tournantes dans les territoires perdus de la république ou le port de la burka imposée,généralisé dans la France “laïque” s’en prennent au mâle blanc même si celui-ci a payé sa dette depuis plus de quarante ans.
      Ces femelles seraient vite défigurées au vitriole si elles s’attaquaient aux vrais machos qui viennent pourrir nos sociétés au nom d’une religion mortifère. Mais pas folles les guêpes, elles savent bien que le fameux “état de droit” ne fonctionne que pour ceux qui l’acceptent. Et ce n’est pas dans la France islamique où est ma

    • 19 Janvier 2017 à 12h32

      persee dit

      M. Brighelli , vous le savez “l’anecdote est détestable ” et tout le monde y a recours , parce qu’elle est redoutable d’efficacité . Que jamais ces temps odieux de la haine et de la vengeance ne reviennent. Si le Peuple est souverain , la populace ne l’est pas !   

    • 19 Janvier 2017 à 10h03

      Habemousse dit

      La similitude des deux affaires ne saute pas forcément aux yeux.

      Sait-on ce que sont devenus les deux enfants de madame Gabrielle Russier ?

      Ils sont bizarrement absents de l’article.

    • 18 Janvier 2017 à 21h49

      Wil dit

      “…on la tondit.
      Ce n’était pas encore assez. On l’amena à la Plaine (un quartier qui, comme son nom ne l’indique pas, domine la Canebière et le lycée Thiers où j’étais lycéen), et on se proposa de la faire baiser par l’âne qui baladait les enfants. « Puisqu’elle avait baisé avec un Allemand, elle pouvait bien baiser avec une bête… »
      On avait déjà déshabillé Fifi, on l’installa sous l’animal, qui, terrorisé, menaçait de l’écraser, on commençait à exciter manuellement la bête, pour la mettre en état…”
      Hmmmm,la France comme on l’aime.
      Celle d’hier,celle d’aujourd’hui et bien sûr celle de demain.
      Quelle belle anecdote!…
      Ca me rappelle une anecdote que ma raconté mon grand père multimédaillé de la résistance me l’a plus ou moins raconté.
      A la libération en Bretagne,à Ploermel,il y avait une femme qui avait couché avec un type de l’armée allemande,peu importe qu’il ait été gradé ou pas,qui sait,elle était peut être amoureuse.
      Le groupe de résistants de mon grand père et les villageois l’ont tondu.Ensuite,certains ont voulu tondre sa fille qui avait entre 10 et 15 ans si je me souviens plus ou moins.
      Finalement,elle n’a pas été tondue parce que selon mon grand père,les résistants se sont interposés.
      Quelle est la vérité?Personne ne le sait.
      Mais ça a été comme ça la France aussi et pire.
      Mais c’est aussi de grandes choses.
      Bref,comme tous les autres pays.

      • 18 Janvier 2017 à 21h52

        Wil dit

        Pardon,pris par le récit j’ai oublié le principal.
        Condoléances à ses proches.

      • 19 Janvier 2017 à 16h03

        Liamone dit

        En voila une de la même eau:
        L’ancien dirigeant du parti d’extrême droite a aussi vu confirmée, compte tenu de sa “mauvaise foi”, sa condamnation à verser 3.000 euros à l’ancien ministre du Redressement productif, pour procédure abusive.

        Le 23 février 2014, en pleine campagne pour les municipales, le ministre socialiste avait débattu avec Marine Le Pen, fille et héritière politique du cofondateur du FN: “Moi je n’oublie pas que le président d’honneur du FN a fait il y a quelques années l’éloge de la Gestapo et de l’occupation allemande”, avait-il alors déclaré