HLM: le clientélisme est roi | Causeur

HLM: le clientélisme est roi

Des logements attribués à partir de procédures opaques

Auteur

Tugdual Le Bihan
Journaliste

Publié le 15 février 2017 / Société

Mots-clés : , , ,

Quand la mairie attribue des logements à partir de procédures opaques, la tentation est grande de privilégier l'impétrant qui votera comme il faut.
paris hlm clientelisme ps lr

Photo: Leemage.

Tous les élus vous le diront : l’attribution d’un logement HLM est l’un des plus sûrs moyens de fidéliser des électeurs. Il n’est donc pas surprenant que le logement social soit le royaume d’un clientélisme qui se traduit régulièrement par des scandales. À Paris, où le taux de rotation est seulement de 4 %, il faut attendre en moyenne sept ans pour entrer dans le parc social. Inutile de dire que ces tensions favorisent toutes les combines.

L’humanisme s’efface derrière l’opportunisme

Conseiller Les Républicains en charge du logement, Jérôme Dubus nous dresse un sombre panorama d’une politique opaque, où l’humanisme s’efface derrière l’opportunisme. « Le clientélisme s’exerce de deux manières : par la multiplication de logements sociaux afin de changer le visage électoral de la ville, d’une part, et d’autre part par les attributions de logements sociaux. » Quelques exemples éclairent ce mécanisme. « La municipalité bétonne de logements sociaux dans les circonscriptions qui, sans être acquises à la gauche, ne sont pas clairement marquées à droite comme le VIIe et le XVIe », soupire un élu. À croire un conseiller de Paris LR, « cette politique est très visible dans les XIIe et XIVe arrondissements ». C’est que ces deux arrondissements constituent, en quelque sorte, les swing States de la capitale. Si on prend le XIVe, on prend Paris. Raison pour laquelle c’est dans cet arrondissement que NKM a choisi de poser ses valises.

A lire aussi >> “J’ai décidé d’empêcher la construction de tout HLM en centre-ville”: entretien avec Robert Ménard.

La Gauche ne l’ignore pas et, pour s’y maintenir, elle s’emploie à façonner sa population – et par là même, son électorat. L’étude de la répartition des logements sociaux par arrondissement est, à ce titre, éclairante : si la loi Duflot du 18 janvier 2013 impose aux communes de plus de 3 500 habitants un pourcentage de 25 % de logements sociaux, le XIXe arrondissement plafonne à 38 %, talonné de près par le XIIIe puis par le XXe. Dans le très chic VIIe arrondissement, on ne compte, en revanche, que 1,38 % de logements sociaux. Inutile en effet de gaspiller des efforts pour ce fief imprenable.

[...]

  • causeur.#43.bd.couv

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 43 - Fevrier 2017

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur.#43.bd.couv
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 16 Février 2017 à 11h07

      IMHO dit

      L’insuffisance du nombre des logements sociaux parisiens et de la détresse des demandeurs sont telles que l’on peut et douter que ceux à qui il incombe d’attribuer ces logements aient le pouvoir et l’envie de finasser dans leurs choix.
      Quant aux plans subtils et rusés, fomentés, selon “un conseiller de Paris LR”, pour faire basculer un arrondissement en y construisant des logements sociaux, il ne peuvent porter que sur les logements sociaux construits au-delà de la logique démographique, donc très peut et c’est contredit par ci-dessus:
      “si la loi Duflot du 18 janvier 2013 impose aux communes de plus de 3 500 habitants un pourcentage de 25 % de logements sociaux, le XIXe arrondissement plafonne à 38 %, talonné de près par le XIIIe puis par le XXe. Dans le très chic VIIe arrondissement, on ne compte, en revanche, que 1,38 % de logements sociaux. Inutile en effet de gaspiller des efforts pour ce fief imprenable”
      car les XXe, XIXe, XIIIe arrondissements sont eux aussi imprenables, par la droite .

    • 15 Février 2017 à 20h33

      jetoc dit

      Et toujours rien dans mes medias sinon le mépris pour le seul homme intègre et compétent parmi les candidats : Nicolas DUPONT AIGNAN. OUI LE SEUL qui redonne le goût à la politique car il la conçoit pour servir la France et non pour se servir. SES RESULTATS dans sa ville de banlieue (30000 hbts) le prouvent.Et tous les médias continuent de nous rebattre les oreilles avec les traîneurs de casseroles qui dégoûtent les Français du monde médiatico-politique. ALORS POURQUOI CAUSEUR NE SERAIT PAS LE PREMIER A REVERSER LA TABLE ???

      • 15 Février 2017 à 22h01

        dacey dit

        Personnellement, je préfère l’original au clone du FN …

        • 20 Février 2017 à 9h56

          Ganzo dit

          Il ya la gauche et l’extrême drtoite, c’est ce que vous voulez dire ?

    • 15 Février 2017 à 14h10

      rolberg dit

      Que faire avec ceux et celles qui n’ont même pas de ligne de départ ?

    • 15 Février 2017 à 14h08

      rolberg dit

      Des procédures opaques. Bien oui, les élites détestent les procédures claires. Elles limitent leur liberté d’action et d’inaction.

      • 15 Février 2017 à 19h54

        GHMD dit

        Ces gens dont vous parlez ne sont pas des “élites”, se sont des gens au pouvoir. Je ne vois pas en quoi ces gens méritent d’être désigné par “élites”. Les “zélites” ne sont pas des élites. Ce sont des puissants qui cultivent leurs réseaux. Effectivement, les réseaux sont occultes, contrairement aux organigrammes. A force d’oublier le sens des mots de la langue française, on enfonce la France chaque fois un peu plus.

    • 15 Février 2017 à 11h58

      meylanville dit

      Petit oubli de votre part en ce qui concerne la personne chargée de l’attribution des HLM de la ville de Paris…qui occupe elle-même un HLM depuis dix ans !
      Elle, au moins, on est certains qu’elle vote “bien” .