Osez, osez, Caroline ! | Causeur

Osez, osez, Caroline !

De DSK à l’aspirateur en passant par le clito…

Publié le 12 août 2011 / Société

Mots-clés : , ,

photo : busy.pochi, Flickr

Sans Dominique Strauss-Kahn et Nafissatou Diallo, on n’aurait sans doute jamais vu Caroline de Haas à la télévision, Jamais le collectif Osez le féminisme ! n’aurait supplanté ses glorieuses aînées les Chiennes de garde sur la scène médiatique. Chargée de la communication de Benoît Hamon au Parti socialiste, cette jeune femme trentenaire a intelligemment profité des trois jours qui ont suivi le coup de tonnerre de New York − et des maladresses de bonshommes qui défendaient leur copain − pour aller porter la bonne parole sur les plateaux de télé. Avouons-le : nous avons bien ri en imaginant Caroline donnant aux mâles récalcitrants des cours d’aspirateur et des leçons d’anatomie féminine devant une affiche sensément représenter un clitoris mais où nous ne distinguions, pour notre part, qu’une sorte de dindon. Méchants que nous sommes, nous finîmes par surnommer ce collectif : « Osez le glouglou ! ». Mais, depuis Boris Vian, nous savons que l’humour est la politesse du désespoir. Ces plaisanteries ne visent qu’à conjurer l’effarement, la consternation et même la trouille panique. En réunissant toutes les pièces du puzzle disséminées ça et là par Caroline et ses copines, on distingue un sombre tableau où la famille traditionnelle constitue le danger le plus abouti, raison pour laquelle la sphère intime doit cesser d’être privée.

[...]

  1. Natacha Polony, L’Homme est l’avenir de la femme, Jean-Claude Lattès, 2008
  2. Lucie Sabau, « Le clito, clé de voûte d’un changement de mentalité », Libération, 26 juin 2011

  • causeur 37

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 37 - Juillet-août 2011

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur 37
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 14 Août 2011 à 22h07

      Patrick dit

      “Voici donc le pot aux roses : une campagne « coup de poing » en faveur du plaisir solitaire et de la jouissance de soi, conforme à l’air du temps”

      Donc si j’ai bien compris, il y a trois catégories de personnes : les hétéros, les homos et les solos…
      ;-)

    • 14 Août 2011 à 0h22

      Sophie dit

      Mangouste, vous êtes un parfait gentilhomme!

    • 13 Août 2011 à 20h07

      Mangouste1 dit

      Soit dit en passant, ce petit hors sujet – voire! me fait penser au “Traité des caresses”, que je viens de terminer. Incroyable le nombre de “boutons” dont nous sommes parsemés, je n’aurais jamais cru que l’être humain en fût si bien fourni – si ce n’est mon jeune voisin et pour un autre type de boutons, lui qui vit en ce moment une adolescence difficile et qui fait la fortune de son dermatologue : il est vrai qu’à quelque chose malheur est bon, comme dit le croque-morts…

    • 13 Août 2011 à 19h58

      Mangouste1 dit

      Sophie,
       
      « C’est parfois ce qui nous rassemble, ici. » Ce qui vous rassemble aussi, c’est le tripotage des boutons!”

      Certes, mais comme l’a écrit Didier, c’est un peu dans notre nature qui, selon certains, n’existe pas. 

      Toutefois, pour ne pas vous déplaire plus longtemps, je poserai désormais mes bafouilles au bon endroit, mais pas avant de vous avoir fait, Madame, mes plus sincères excuses.

    • 13 Août 2011 à 19h14

      Impat1 dit

      Avez-vous connu des femmes apprécier les boutonneux ?
      Non ? Alors oubliez ce bouton une fois pour toutes, de grâce ! 

    • 13 Août 2011 à 19h00

      Sophie dit

      Oui, Didier, certes, mais je pense que nul d’entre vous, Messieurs, ne peut plus maintenant prétendre ignorer quel bouton il s’agit de tripoter, non?

    • 13 Août 2011 à 18h47

      didier H dit

      @Sophie
      vous êtes notre ange gardien, la gardienne du temple.
      Mais que voulez-vous? Les hommes ne peuvent s’empêcher de tripoter.:-) 

    • 13 Août 2011 à 18h01

      Sophie dit

      “C’est parfois ce qui nous rassemble, ici.”

      Ce qui vous rassemble aussi, c’est le tripotage des boutons!