Osez le féminisme : aujourd’hui, le féminicide | Causeur

Osez le féminisme : aujourd’hui, le féminicide

En droit, la femme est un homme comme les autres

Auteur

Jean-Paul Brighelli

Jean-Paul Brighelli
Enseignant et essayiste, anime le blog "Bonnet d'âne" hébergé par Causeur.

Publié le 25 novembre 2014 / Politique Société

Mots-clés : , , ,

feminicide osez feminisme

Osez le féminisme ose tout, c’est même à ça qu’on le reconnaît. C’est à peu près ainsi que se terminait mon précédent billet. Mais je n’avais pas tout vu.

Voici que le même groupuscule d’activistes obsédées par le Père et la paire propose désormais, sous la plume d’une certaine Aude Lorriaux, d’ajouter au Code pénal, qui est déjà assez complexe, le crime de « féminicide » — une revendication majeure de cette association de punaises. Ce serait une circonstance aggravante que de tuer une femme. Après le « masculinisme », un néologisme supplémentaire est né du cerveau fertile mais dérangé des féministes déjantées.

Ou incultes. Probablement se trompent-elles sur l’étymologie du mot « homicide ». « Homo », c’est l’être humain — homme ou femme. « Homicide », cela suffit. Sans doute les féministes d’Osez le féminisme pensent-elles qu’« homo » renvoie à « homme » — après tout, certains élèves encore jeunes ne croient-ils pas qu’un homicide, c’est le meurtre d’un homosexuel… Pareil pour « homo sapiens » : va falloir inventer, les filles ! Femina sapiens ? Surtout que, comme me le souffle une amie, ça doit vous agacer que la sapience soit attribuée aux hommes — ou aux homos ? Peut-être faudrait-il les renvoyer en classe ?

La loi répertorie d’ailleurs bon nombre de circonstances aggravantes, dans l’article 221-4 du Code pénal. Je signale particulièrement le 4 bis à l’auteur (non, pas de e à auteur ! On peut aimer les femmes et la langue ! Il vaut mieux, même), où le meurtre d’un(e) conjoint(e) est une circonstance aggravante.
Mais ces crétines bornées veulent faire rajouter « sexe » au paragraphe 6 (« À raison de l’appartenance ou de la non-appartenance, vraie ou supposée, de la victime à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée »). Ce qui mettrait les juges dans des situations complexes, et enfreindrait l’un des principes les plus solides du Code, l’égalité devant la loi : on serait mieux servi si l’on est une femme qu’un homme ? Allons donc !
Mais j’argumente en vain contre des gens qui n’ont pas un atome de raison.

Qu’on me comprenne bien. J’ai participé, dans les années 70, aux activités du MLAC (Mouvement pour la Liberté de l’Avortement et de la Contraception), j’ai milité avec certaines « Gouines rouges », cette excroissance du MLF version Marx, j’exalte en classe la Marquise de Merteuil, « née pour venger [s]on sexe », je n’ai de reproches ni de conseils à recevoir de personne en fait de féminisme. Et j’aime les femmes — je les aime assez pour ne pas supporter qu’un quarteron d’hystériques les dégrade collectivement à mes yeux. Amies, révoltez-vous : Osez le féminisme dégrade les femmes, les avilit, les consigne dans des revendications imbéciles et des postures tout aussi contraignantes que maman et putain, et les dresse contre les hommes, en croyant les libérer. Oui, révoltez-vous — ou ne vous étonnez plus des discours misogynes et des comportements-limites. « Les hommes auteurs de vos maux », disait Laclos. Eh bien aujourd’hui, ce sont les femmes qui sont les plus grands ennemis des femmes. Enfin, certaines.

Cela dit, je suis assez favorable à un délit de « féminicide » au sens de « ce qui porte atteinte à la féminité ». Les mutilations génitales communautaristes, excusées par les belles âmes, ou le port du voile, désormais autorisé par Najat Vallaud-Belkacem pour escorter les élèves dans le cadre des sorties scolaires. Entre autres exemples.
Ah bon ? Osez le féminisme n’y a pas pensé ? Faudrait-il penser pour elles ?

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 27 Novembre 2014 à 7h40

      un éléphant dit

      A faire dans le « À raison de l’appartenance ou de la non-appartenance, vraie ou supposée » sur condition de naissance, “sexe” devrait apparaître en premier, ne serait ce que parce que c’est la seule à peu près objective.
      Le sexisme c’est comme le racisme.
      Et c’est mal, mieux vaut le rappeler en lieux où l’anti-communautarisme a souvent bon dos.

    • 26 Novembre 2014 à 23h39

      Cadichon dit

      La principale objection que je fais aux féministes, depuis les années 60, c’est de vouloir rabaisser l’ensemble des femmes au niveau d’une égalité purement fantasmée puisque la plupart d’entre elles sont infiniment supérieures à la plupart des hommes. Ne généralisons pas.
      Ces pauvres khônnes font des procès staliniens à tous ceux qui sont plus instruits qu’elles et respectent une grammaire dont elles ignorent les règles. Il faut dire que cette déviance est originaire du Québec, région où la correction grammaticale est notoirement sinistrée depuis que les bons pères et les bonnes soeurs ont été virés des écoles. 

      Leurs revendications sémantiques sont le syndrome d’une société orwellienne
      La parité: une absurdité ubuesque. 
       L’homme féministe veut une promotion, c’est légitime.
      La femme féministe est maso ou stupide, ou encore les deux.  

      • 30 Novembre 2014 à 10h26

        stella dit

        Je suis d’accord avec vous, les mots “auteure”et “écrivaine” me hérissent le poil, mais se faire traiter de KHôNNES” dans tous les messages me froisse presqu’autant ……

    • 26 Novembre 2014 à 20h59

      vjt dit

      Mr Brighelli devrait les remercier, elles détruisent le féminisme radicale. Mais comme il est lui-même féministe, il a peur que ces idiotes le détruisent, donc il les insulte. Pourtant, le féminisme modéré n’existe pas, et ne peut qu’amener à cette indigence intellectuelle, à cette tristesse et hargne des deux sexes envers l’autre, et à son auto-destruction.
      Conclusion, Mr Brighelli a contribué à créer ces connes, alors au lieu d’être si fier de sa lutte pour l’IVG, il devrait le dénoncer.

      • 30 Novembre 2014 à 10h22

        stella dit

        Oula ! Vous faites PEUR ! 
        le féminisme amène à l’indigence intellectuelle…..
        le droit à l’IVG doit être dénoncé !?
        Rassurez-moi : vous êtes “un homme” disciple de “Civitas”?
        …..signé : une CONNE( parmi tant  d’autres! et qui vous EMMERDE!)

    • 26 Novembre 2014 à 20h19

      GRAINDE SEL dit

      un relatif équilibre était arribé AU FIL DES siecles…. mais la Gauche est arrivée avec ses gros sabot et a voulu faire croire que nos ancêtres avaient tort enTOUT;;;;;;;;
      ce en QUOI les siècles disent :”ALLLEZ VOUS FAIRE METTRE”……. 

    • 26 Novembre 2014 à 19h31

      Theodora dit

      Le droit français est concis ? C’est oublier l’influence anglo-saxonne qui nous envahit via le droit européen. Voyez(parmi d’autres) l’article 225-1 du code pénal : “ Constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes physiques à raison de leur origine, de leur sexe, de leur situation de famille, de leur grossesse, de leur apparence physique, de leur patronyme, de leur lieu de résidence, de leur état de santé, de leur handicap, de leurs caractéristiques génétiques, de leurs moeurs, de leur orientation ou identité sexuelle, de leur âge, de leurs opinions politiques, de leurs activités syndicales, de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée” … Ouf ! 
        

      • 26 Novembre 2014 à 19h57

        eetu dit

        D’après votre extrait, Theodora, je constate que l’on peut discriminer (voire stigmatiser ?) le raton laveur, il n’est pas cité …

    • 26 Novembre 2014 à 12h53

      Jaguar75 dit

      Merci M. Brighelli,

      Vous exprimez avec comme d’habitude beaucoup de talent ce que j’ai ressenti hier en entendant les délires de cette hystérique sur France Info. 

      Inculture totale, négation de la réalité, fanatisme… “Osez le féminisme” serait-il une officine des Verts? l’ADN de base est là, en tout cas. A moins, comme vous ne le suggérez en début d’article, que ce groupscule ne fasse simplement partie de cette vaste sous-population qu’Audiard a beaucoup étudiée…

    • 26 Novembre 2014 à 12h41

      Wil dit

      les féministes voudraient”…ajouter au Code pénal, qui est déjà assez complexe, le crime de « féminicide » — une revendication majeure de cette association de punaises. Ce serait une circonstance aggravante que de tuer une femme.”
      Si je comprends bien la logique “particulière” de ces connes,les femmes auraient besoin d’être plus protégées par la loi que les hommes.Donc,ça veut dire implicitement qu’elles seraient inférieures aux hommes.
      Plus con,tu meurs…

    • 25 Novembre 2014 à 18h24

      GHMD dit

      Pour moi, il faut combattre résolument et sans complexe les féministes. Egalité des droits. Rien de plus : c’est une question de droit individuel et dignité de l’Homme (quel que soit son sexe…..). Pour le reste, nada. Je milite contre la parité, pour une répartition des rôles sociaux entre hommes et femmes qui respectent les différences biologiques, fondement de l’espèce : la femme met les enfants au monde, l’homme l’aide à préserver et faire grandir sa progéniture, dans le respect des autres et de soi. Pour moi, il faut organiser la société autour de cela, réinventer le répartition des rôles entre hommes et femmes dans le contexte d’une société d’oisifs post-modernes à partenaires successifs (voire multiples). Le plus difficile, c’est d’imaginer cette répartition sans se référer aux anciens cadres de la société rurale que l’humanité occidentale vient tout juste de quitter (l’homme au pouvoir, la femme aux casseroles), mais qui reste une réalité en Turquie, par exemple…La parité n’est qu’une mesure statistique, stupide à force d’être grossière, de “l’avancée” de la “condition féminine”, par rapport aux sociétés rurales du xixe siècle. Les imbéciles (e) ont voulu en faire un objectif…et les médias, obtus, les suivent en bêlant…! Tous et toutes au combat pour l’Homme !

      • 25 Novembre 2014 à 19h12

        i-diogene dit

        Ouais, la famille catho bien réac, quoi..! 

        Mal barré d’ être aussi complexé et de se sentir aussi inférieur aux femmes.. 

        Quoique dans bien des cas, c’ est juste la réalité..!^^ 

        • 25 Novembre 2014 à 20h31

          Mangouste1 dit

          Excellent, ça, Idiogène! Du tout haut niveau, comme d’hab’.

        • 25 Novembre 2014 à 22h07

          GHMD dit

          Inférieur aux femmes ? Supérieur aux femmes ? Cela sort de quel complexe, cela ? Lisez mieux, lisez mieux, avant de classer ! La famille oui. Catho ou juive ou musulmane, je sais pas : je ne pratique aucune religion. Lisez mieux vous dis-je, et pensez un peu si vous pouvez !

        • 26 Novembre 2014 à 2h11

          i-diogene dit

          Réfléchissez-donc un peu avant d’ écrire :

          - “..Je milite contre la parité, pour une répartition des rôles sociaux entre hommes et femmes qui respectent les différences biologiques, fondement de l’espèce : la femme met les enfants au monde, l’homme l’aide à préserver et faire grandir sa progéniture, dans le respect des autres et de soi..”

          Vous distribuez les rôles comme n’ importe quel bigot… La famille catho dans toute sa navrance étriquée..!^^

          Vous militez pour un modèle en faillite :

          - vous cantonnez les femmes au rôle de pondeuses-domestiques..!

          C’ est occulter :

          - les femmes actives (même celles qui vous dirigent),
          - les couples homosexuels (hommes ou femmes),
          - les familles monoparentales,
          - les couples libres, etc…

          Plutôt que d’ imposer votre modèle biblique qui ne s’ appuie sur rien de naturel, laissez-donc chaque couple déterminer le rôle de chacun… 
           

    • 25 Novembre 2014 à 16h21

      isa dit

      Étant pour l’égalité hommes et femmes, je demande a ces idiotes de dire que nous pouvons tous être des pervers narcissiques, celańa rien a voir avec la virilité.
       

      • 25 Novembre 2014 à 18h29

        GHMD dit

        Pardonnez-moi de m’immiscer dans votre fil de discussion avec vos amis, mais il y a quand même une question qui m’intrigue : c’est quoi, pour vous, la “virilité” (mises à part les valseuses et leur accessoire, bien sûr) ?

        • 25 Novembre 2014 à 21h00

          isa dit

          Pas moi qui ai employé le terme mais ce sont les donzelles.
          J’aurais du utiliser des guillemets. 

      • 25 Novembre 2014 à 19h03

        borgoloff dit

        Voyez Isa, je suis parfois d’accord avec vous.
        Et pas que pour ça. Si vous voulez savoir, je suis assez israëlophile. 

    • 25 Novembre 2014 à 16h07

      mogul dit

      J’aimerais bien relativiser comme Nadia l’importance et la capacité de nuisance de ces pintades. Mais il y a peu, elles foulaient encore les parquets d’un de nos ministères où elles agitaient les fils qui faisaient mouvoir Najat VB. Ça fait froid dans le dos. Et elles n’étaient pas le seul lobby prêt à couper tout ce qui dépasse… Et dire que certains s’étonnent du succès (mérité) de Z…

      • 25 Novembre 2014 à 16h57

        Mangouste1 dit

        D’accord avec toi, Mogul : ces connasses ne se contentent pas de se ridiculiser dans des actions et revendications ubuesques : elles ont parfois l’oreille du prince. Ca fout les boules quand même. 

        • 25 Novembre 2014 à 19h05

          eetu dit

          “… elles ont parfois l’oreille du prince. Ca fout les boules quand même”
          Les oreilles du prince ?
           En plus de la queue ?
           Et les boules en prime …
           Il s’en passe de belles quand on entre dans la reine …
          C’est assez olé olé votre histoire, Mangouste …

        • 25 Novembre 2014 à 19h55

          mogul dit

          Magic eetu.

        • 25 Novembre 2014 à 20h26

          Mangouste1 dit

          Respect! :o)))))

        • 26 Novembre 2014 à 2h23

          i-diogene dit

          Mangouste dit:

          - “.. ces connasses..” 

          Ha, bin ça, c’ est un argument de beauf de haut niveau..!^^ 

          Je les trouve quand-même nettement moins ridicules que les nazes qui s’ agenouillent devant une croix, pour prier la larme à l’ oeil, dégoulinants d’ une piété servile…Parce que ça, pour résoudre les problèmes… C’ est encore moins efficace que de se foutre à poil..! Hahahaha…  

    • 25 Novembre 2014 à 15h41

      alainpsy dit

      Un bon feu, une guitare…et puis après on s’embrase tous sur la bûche.

    • 25 Novembre 2014 à 15h24

      nadiacomaneci dit

      Mais non on ne se révoltera pas, parce qu’on s’en fout de cette association qui tient dans votre vie à vous une place étrangement démesurée au point de légitimer les discours misogynes et les comportements limites genre “les pires ennemies des femmes ce sont d’autres femmes”.
      Soignez le mal par le mal, faites un stage chez celles qui vous obsèdent et vous verrez leur insignifiance.
      Et puis vous tournerez peut être la page, il y a une vie en dehors d’OLF.

      • 25 Novembre 2014 à 15h49

        Pierre Jolibert dit

        Peut-être, mais ce qui est intéressant, c’est que le même raisonnement : détournement d’un schéma juridique général en temps normal fondé sur les droits de l’homme au sens de l’être humain en général, au bénéfice d’un groupe particulier qui parvient à imposer des fictions et extorquer des privilèges particuliers déguisés en sacrosaintes lois éternelles et universelles.
        Là, le cas est exemplaire. La loi est parfaitement capable de s’adapter aux circonstances (être en position particulière de fragilité), mais non il faut absolument fabriquer un nouveau -cide.
        Eh bien cette entorse au général est la même depuis longtemps. Tiens, avec la loi sur la parité, par exemple.

        • 25 Novembre 2014 à 16h30

          Parseval dit

          Comme la loi prévoit déjà plus ou moins ce qui est demandé ce n’est pas tant “extorquer des privilèges particuliers” que demander (ça fait très droit anglo-saxon) une “reconnaissance” gravée dans le marbre avec une liste absolument exhaustive de toutes les sortes des meurtre, par exemple, qui existent (meurtre d’un homme, d’une femme, d’un petit garçon, d’une petite fille, d’un homme noir, d’une femme noire, …, d’un homme noir juif homosexuel nain aveugle diabétique et obèse &c avec toutes les combinaisons possibles).
          Je suis d’accord avec vous, ce n’est pas bien. Mais c’est pratiqué, parfois avec succès, par d’autres groupes (on pourrait en verser de l’huile sur le feu) et ça ne gêne pas tout le temps JPB.

        • 25 Novembre 2014 à 17h37

          Pierre Jolibert dit

          Je trouve que le droit anglo-saxon a bon dos.
          Je suis sûr que JPB est parfaitement capable de dénoncer avec la même vigueur tous les abus de ce type.

        • 25 Novembre 2014 à 18h00

          Parseval dit

          C’est à dire que le droit anglo-saxon a la réputation de faire des listes interminables et sur-détaillées là ou le droit français adopte une concision qu’admirait Stendhal.
          (Belle littéralisation de “jeter de l’huile sur le feu”.)

        • 25 Novembre 2014 à 18h03

          Pierre Jolibert dit

          Eh bien s’il a toujours fait ça, le droit anglo-saxon a raison de continuer à le faire. Le problème du “féminocide” et du reste est qu’il déguise une revendication de type anglo-saxon (si on y tient) en langage français, ce qui fait péter le droit concis et dans la forme et en esprit.
          (oui, je vous prie de m’excuser, là c’était vraiment plus fort que moi)

        • 25 Novembre 2014 à 18h06

          Parseval dit

          Oui, c’est ce que je sous-entendais, vous aviez compris l’inverse ?

        • 25 Novembre 2014 à 18h11

          Pierre Jolibert dit

          Non, pas du tout, mais parfois les gens disent que tout ça c’est rien que la faute aux Amerloques, et n’examinent pas les vertus de la common law.
          Mais je crois que je voulais dire autre choses en fait : c’est bel et bien le caractère concis du droit français aussi qui aboutit à la fabrication et au désir de fabrication de mots qui se croient universels ; l’habitué de la common law n’a aucune envie, j’imagine, de parler de féminocide.

        • 25 Novembre 2014 à 18h33

          Pierre Jolibert dit

          OK vous avez raison…
          il ne me reste plus qu’à tenter de démontrer qu’il s’agit là d’une contamination de l’esprit anglais par la folie française des concepts tranchés. Là je n’ai plus le courage, et je vous souhaite une très bonne soirée.

        • 25 Novembre 2014 à 18h38

          Parseval dit

          :-)

      • 25 Novembre 2014 à 16h17

        isa dit

        Nadia, la très bizarre que j’ai entendu sur France Info remettait ministres et président a leur place au poulailler, ELLE savait tout: ce qu’il faut faire pour que les femmes ne soient plus battues et que les hommes ne soient plus machos: il faut inventer une loi contre.

        Mais c’était une honte, réellement, d’entendre ça et de savoir que le destin des femmes battues se trouve entre les mains de telles petites connues.
        Je ne pensais pas entendre ça un jour et moi devoir écrire un truc.
        Mais entre les luttes féministes et les exigences de ces merdeuses, il y a comme un gouffre.
        Et Briggheli a raison, elles ridiculisent tous nos anciens combats.

         

        • 25 Novembre 2014 à 18h19

          nadiacomaneci dit

          Mais je suis d’accord avec toi.
          D’autant plus que certains genre Zemmour n’attendent que ça pour légitimer qui l’antiféminisme, qui la xénophobie ou le racisme, qui l’homophobie, qui le FN. On a le choix, tous ces courants ou mouvements ont suscité des réactions qui en fait les renforçaient à force d’outrance.
          La contre-productivité chimiquement pure.
          J’ai pour ma part l’habitude de penser que l’exagération engendre l’insignifiance.
          Elles sont insignifiantes, au premier sens du terme, et ne représentent rien ni personne.
          Mais tu m’ôteras pas de l’idée qu’en parler autant, jusqu’à l’obsession, n’est pas insignifiant pour le coup…

        • 25 Novembre 2014 à 18h42

          isa dit

          Jusqu’à présent, Nadia, je croyais comme toi que Causeur était juste obsessionnel de Osez machin.
          Mais que penser du fait que la journée consacrée aux femmes battues et qui meurent de violences conjugales soit carrément corna sûre par cette organisation totalement débile?
          Après, des Zemmour qui vont te dire qui ta que lez immigrés qui battent leurs femmes, on va s’en prendre plein les yeux et plein les oreilles.
          Leur argumentaire est d’une bien-dire rue sans nom a ces nanas, et elles ont critiqué la nouvelle ministre qui s’occupe du droit des femmes( je ne sais pas qui c’est, d’ailleurs) au prétexte qu’elle faisait tout plus mal que Najat.
          Mais cette gourdasse( qui est passe n fois sur Radio Paris dans la journée) note les ministres?

           

        • 25 Novembre 2014 à 23h05

          nadiacomaneci dit

          On n’a pas besoin d’Osez le féminisme (quel nom ridicule) pour savoir qu’il y a des femmes battues et humiliées dans absolument tous les milieux. Elles ne servent à rien, juste à légitimer les rires gras des barbons et des frustrés de tous poils.

    • 25 Novembre 2014 à 14h38

      hartman dit

      Moi j’aime assez OLF, et autres associations guignolesques subventionnées.

      Difficile de faire plus qu’elles contre la cause qu’elle croient défendre.

      Quoi de mieux pour accréditer la thèses de femmes hystériques et intellectuellement limitées, d’un sexe féminin carburant aux émotion au détriment de toute raison, qu’un discours de ces suffragettes ?

      Si elles n’avait cette influence hors de proportion avec le nombre de celles qu’elles représentent, elle ne serait qu’un sujet de plaisanterie pour les hommes, au pub assis devant un match de foot et une pinte de bière (moi aussi je peux manier le cliché). Elles rassembleraient quelques femmes agitées épuisant leurs jeunesses avant de s’assagir sous la houlette d’un mari, en élevant leurs enfants, pour n’être plus qu’un souvenir amusant, évoqué à l’heure du thé entre ces mères au foyer heureuses, mais qui s’ennuient un peu. (ce cliché là plaira moins, j’imagine).

      Bref, ne serait ce la démultiplication médiatique, qui transforme leurs élucubration privé entre une injonction à la puissance publique de choisir entre un féminisme ridicule d’outrance, ou un monde fantasmé ou chaque homme est le meurtrier en puissance de sa femme et de toutes les autres, on pourrait en rire.

    • 25 Novembre 2014 à 14h36

      Thierry613 dit

      “« féminicide » au sens de « ce qui porte atteinte à la féminité »”

      A fond avec vous !

      “mutilations génitales communautaristes” :

      Communautaristes ou pas, d’ailleurs…

    • 25 Novembre 2014 à 14h29

      Thierry613 dit

      “le meurtre d’un(e) conjoint(e) est une circonstance aggravante.” :

      J’ajoute même de l’eau à votre moulin. Le conjoint, c’est l’autre personne du couple, donc une femme est LE conjoint de son mari comme celui-ci est le conjoint de sa femme.

      Cependant, ça fait beaucoup à avaler…

      • 25 Novembre 2014 à 14h32

        Thierry613 dit

        Je précise : c’est quand on parle de chacun des époux considéré en fonction de l’autre. cf. http://www.cnrtl.fr/lexicographie/conjoint?

      • 25 Novembre 2014 à 14h40

        Parseval dit

        C’est un participe passé substantivé, non ? Donc l’accord en genre et en nombre n’est pas aberrant.

      • 25 Novembre 2014 à 14h59

        Thierry613 dit

        Tout à fait ; les deux existent.

        Cependant, ce qui me paraît intéressant dans le mot “conjoint”, c’est qu’il peut désigner l’autre personne d’un couple, d’une façon générale et générique, si le sexe du conjoint en question est inconnu ou n’a aucune importance.

        En plus, ça peut être rigolo. Exemple : “La sentinelle est triste parce qu’elle a récemment perdu son conjoint.”

        Homme ? Femme ? (ou autre) :-)

    • 25 Novembre 2014 à 14h18

      isa dit

      Le délit de machisme, elle demandait!!!!

    • 25 Novembre 2014 à 14h17

      isa dit

      Comme vous j’ai participé au MLAC et je viens d’entendre l’abrutie de service dur FI parler des femmes battues.
      Sincèrement, je n’avais jamais entendu ces nouvelles féministes, mais c’est une honte! Elles ridiculisent même les femmes battues, faut le faire!