Mail Facebook Twitter RSS

Inscrivez-vous à la Newsletter

Recevez chaque lundi la synthèse de l'actualité de toute la semaine



X

« L’Opus Dei est démocrate et républicain »

Entretien avec Mgr de Rochebrune 1/2

Publié le 24 décembre 2012 à 16:00 dans Société

Mots-clés : , ,

opus dei rochebrune

Propos recueillis par Jacques de Guillebon et Gil Mihaely

Gil Mihaely. Comment expliquez-vous la réputation sulfureuse de l’Opus Dei ?

Mgr Antoine de Rochebrune. D’abord, permettez-moi de vous rappeler que l’Opus Dei est une institution  catholique, parfaitement reconnue et intégrée au sein de l’Église. Malgré nos efforts, nous n’avons pas encore réussi à bien nous faire connaître dans notre pays : mais nous y travaillons, en répondant bien volontiers aux questions, et en ouvrant bien nos portes : pas de secret chez nous. Pourtant, qui connaît vraiment l’Opus Dei en France ? Vous savez comme moi avec quelle facilité l’on peut stigmatiser telle ou telle catégorie de personnes dans le monde aujourd’hui, à base de clichés faciles et de courts-circuits sémantiques. La force des fantasmes véhiculés par des livres comme le Da Vinci Code trouble l’image d’une institution peut-être trop catholique au goût de certains.

GM. Quelle est la position de l’Opus Dei par rapport aux intégristes ?

L’Opus Dei est profondément unie au pape et aux évêques. Notre message est moderne, et s’inscrit dans une vision vraiment positive du monde dans lequel nous vivons.

[...]

La suite demain…

voir les commentaires / réagir         envoyer
 

Article publié dans Causeur et réservé à nos abonnés.
Pour le lire dans son intégralité...

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous

mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
 

Nos offres

A lire aussi

La rédaction de commentaires nécessite d'être inscrit

8

Déjà inscrit, connectez-vous

mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
 
  • 25 Décembre 2012 à 21h21

    Jesse Darvas dit

    “l’appropriation des édifices religieux par l’État, qui en est toujours propriétaire”

    Il serait bon de simplement rappeler que ces édifices ont été bâtis grâce à l’appropriation, par l’Eglise, de ressources publiques (impôts affectés à l’Eglise) pendant les siècles qui précédèrent la Révolution Française… Ce qui a été bâti par l’impôt ne saurait être assimilé à une propriété privée expropriée…

    • 26 Décembre 2012 à 9h54

      Jacques de Guillebon dit

      L’appropriation avec le fouet, la roue, la torture sous toutes ses formes pour extorquer au manant son dernier jaunet dissimulé sous la couche infâme où il laboure la nuit sa femme entre ses dix-huit enfants survivants.

  • 24 Décembre 2012 à 18h57

    Mangouste1 dit

    Loin du monstre comploteur et fanatique que l’on présente parfois. 

  • 24 Décembre 2012 à 17h34

    Vassili Tchouïkov dit

    Intelligence, subtilité, mesure, la classe ! Respect Monseigneur. Décidément, les catholiques sont des gens sérieux.
     Monsieur de Guillebon, la séparation de 1905 était dirigée contre l’église catholique? Évidemment, contre qui auriez vous voulu qu’elle le soit?

    • 25 Décembre 2012 à 17h15

      Jacques de Guillebon dit

      Eh bien, les Juifs, les protestants, les musulmans, puisqu’il paraît que nos racines ne sont pas vraiment catholiques.

      • 25 Décembre 2012 à 18h03

        Vassili Tchouïkov dit

        Joviale mauvaise foi.
        Les juifs, avec l’affaire Dreyfus avaient tendance  à raser les murs. Les protestants? Partis après la révocation de l’édit de Nantes. Quant aux musulmans, Sarko n’avait pas encore créé le CRFCM. C’est justement parce que les racines de la France sont catholiques et romaines qu’il a fallu “sortir” l’Eglise de l’espace public. Les autres n’étaient pas vraiment emmerdants en 1905.
        Aujourd’hui? C’est une autre question.  

      • 28 Décembre 2012 à 6h38

        JMS dit

        N’exagérons rien, il reste deux millions de Français de tradition réformée.