Les godelureaux des lettres

Quand Bedos et Rey écrivent, les têtes à claques ont du talent

Mots-clés : · · ·

Posté par Arnaud Le Guern le 8 Janvier 2013 à 14:30 Dans Culture

nicolas rey bedos

On se passe le mot dans les rédactions : à l’heure où Bernard Pivot twitte, Nicolas Bedos et Nicolas Rey, eux, ne seraient pas sérieux. Le genre à affoler les étudiantes, passer des soirées frivoles, célébrer les amours dilettantes et le temps des copains. Ne pas en parler, donc, dans les colonnes sévèrement tenues par les « professionnels de la profession » littéraire.

Pour exciter encore plus les jaloux, Bedos et Rey s’affichent sur les plateaux télé, chroniqueur ou invité vedette, parfois même sur grand écran. Ils pourraient d’ailleurs sortir des Godelureaux, un Chabrol millésime 61, où des gandins troussent leur vie avec légèreté et provocation.

Aggravant leur cas, ils écrivent aussi dans les journaux des papiers superficiels, forcément superficiels.

Ainsi, Nicolas Rey en a longtemps profité pour signer de beaux portraits d’actrices de Brisseau ou de traductrices de Dorothy Parker. Nicolas Bedos, lui, tient dans Marianne son Journal d’un mythomane où il castagne Copé, suit Jean Dujardin à Hollywood, envoie des fleurs à Anne Sinclair et Laure Sainclair, l’actrice porno. Dernièrement, il a salué L’Amour est déclaré, le « formidable roman de la gueule de bois » de Nicolas Rey : « Françoise Sagan n’est donc pas morte, puisque Nicolas Rey revit. »

[...]

Nicolas Bedos, Une Année particulière, 312 p., 19,50 euros, Robert Laffont, 2012.

Nicolas Rey, L’Amour est déclaré, 183 p., 17,50 euros, Au Diable Vauvert, 2012

*Photo : C à vous.

Article imprimé depuis Causeur: http://www.causeur.fr

URL de l'article: http://www.causeur.fr/nicolas-rey-bedos,20684

Copyright © 2011 Causeur. All rights reserved.