Par-delà Mossoul, la survie des sunnites et de l’Irak contemporain | Causeur

Par-delà Mossoul, la survie des sunnites et de l’Irak contemporain

Le plus dur commencera après la bataille

Publié le 31 octobre 2016 / Monde Religion

Mots-clés : , , , , ,

Depuis la chute de Saddam Hussein, la promesse d’un « contrat social » à des populations qui en avaient été privées pendant une décennie est ce qui a permis aux djihadistes de prendre durablement pied à Mossoul, ville d’autant plus réceptive à l’entreprise panislamiste d’Abou Bakr al-Baghdadi qu’elle a toujours été un lieu réputé pour sa piété et son conservatisme religieux. Qu'en sera-t-il demain?
irak sunnites mossoul

Des Irakiens qui ont fui Mossoul, retrouvent des proches, près du checkpoint de Aksi Kalak, à 40 km à l'est d'Erbil, le 26 octobre 2016 © AFP BULENT KILIC

L’assaut militaire lancé, le 17 octobre 2016, par le Premier ministre irakien Haïdar al-Abadi pour reconquérir Mossoul ne déterminera pas seulement l’avenir proche comme plus lointain de cette ville la deuxième plus importante d’Irak, capturée par l’État islamique en juin 2014. Sur le plus long terme, c’est bien celui de l’État irakien en tant que tel qui est en jeu.

Tandis que la chute de la « perle du nord » aux mains du groupe djihadiste avait été perçue comme une autre séquence du long processus de déliquescence et de fragmentation de l’Irak contemporain, nombreux sont ceux qui considèrent que la bataille de Mossoul permettra, précisément, de recoller les « fragments » de la nation irakienne. Des dizaines de milliers de troupes sont ainsi amassées aux portes de Mossoul, soit le plus ample contingent déployé depuis l’invasion américaine du printemps 2003.

Des anticipations divergentes

Plus que toutes les campagnes qui l’ont précédée, l’opération sur Mossoul, déclenchée depuis plusieurs mois en réalité, aura des répercussions durables : pour l’Irak tout d’abord, et pour l’ensemble d’un Moyen-Orient ensuite, déstabilisé en son cœur par l’État islamique et par les reconfigurations géopolitiques complexes qui s’y sont associées. La question, de ce point de vue, n’est pas vraiment celle de la libération, qui adviendra sans nul doute compte tenu de la puissance de feu de la coalition et de ses alliés. Elle concerne davantage les arrangements politiques qui suivront la bataille et au sujet desquels rien n’a été tranché.

Les anticipations entourant l’« après » divergent ainsi de manière fondamentale : les plus optimistes tablent sur la capacité des acteurs à la manœuvre de s’entendre – dont les forces armées irakiennes, les peshmergas, les tribus sunnites et autres minorités. Les plus pessimistes misent, quant à eux, sur l’irruption de nouveaux conflits jusque-là mis en sommeil – plus particulièrement si les milices chiites cherchent à endosser un rôle accru dans des territoires traditionnellement sunnites et qui leur sont hostiles.

Entre ces appréhensions légitimes et « récits conflictuels », certains ont pu décrire la bataille comme prématurée, soulignant que l’annonce faite par l’émissaire américain Brett McGurk d’un plan et d’un commandement uniques dissimulait mal l’hétérogéité des protagonistes en présence et l’ampleur de leurs dissensions, synonymes de positions parfois irréconciliables. Même en cas de victoire militaire, les lendemains pourraient ainsi être désastreux à Mossoul.

L’absence structurelle d’État

L’état de destruction de son centre et de ses environs est déjà avancé, résultante de la terreur exercée par les djihadistes depuis plus de deux ans et des combats et bombardements récents. Mossoul n’est, à ce titre, que le reflet d’autres territoires sunnites certes « libérés » du joug de l’État islamique mais totalement dévastés et où la « reconstruction », devenue pour beaucoup un terme sans fond, reste fantomatique. Les populations civiles y craignent les représailles des adversaires de Daech, à commencer par celles des milices chiites dont les dérives et exactions ont été amplement documentées.

Mossoul est une ville essentiellement arabe sunnite, dont le passage sous contrôle djihadiste mérite d’être éclairé tant ses causes ont pesé dans la crise amorcée en 2014 et pourraient ruiner les futurs efforts de pacification et de stabilisation si elles ne sont pas mieux prises en compte et désamorcées.

La première est l’absence structurelle d’institutions dans les régions que l’État islamique a administrées pendant de longs mois, qui s’est traduite avant l’arrivée des jihadistes par une situation d’abandon social, de précarité économique et de marginalisation politique pour ceux qui y vivent. C’est sur ces dysfonctionnements ainsi que sur la violence communautaire pro-chiite quasiment officialisée par Bagdad que l’État islamique a bâti sa fortune symbolique et le succès de son projet théologico-politique révolutionnaire.

L’enjeu d’une représentation sunnite viable

La promesse d’un « contrat social » à des populations qui en avaient été privées pendant une décennie est ce qui a permis aux djihadistes de prendre durablement pied à Mossoul, d’autant plus réceptive à l’entreprise panislamiste d’Abou Bakr al-Baghdadi qu’elle a toujours été un lieu réputé pour sa piété et son conservatisme religieux.

Les partis plus traditionnels, en particulier les Frères musulmans, y avaient par ailleurs été discrédités en raison de leurs liens avec le pouvoir, de leur inefficacité politique et de leur implication dans des affaires de corruption. On touche ici à l’autre facteur essentiel de popularité de l’État islamique, qui influera aussi sur sa suite : l’absence d’une représentation sunnite viable en Irak, qui puisse incarner une alternative face à l’incontestable domination des chiites et des Kurdes.

C’est, en partie, le sens de l’ingérence turque au nord du pays : contrebalancer l’influence iranienne et celle de ses partenaires locaux (au premier plan desquels les milices chiites) en mettant en selle de nouveaux acteurs sunnites, en majorité originaires de Mossoul et qui n’ont jamais trouvé leur place au sein des forces et institutions dites « nationales » et marquées en réalité par une nette prépondérance chiite en leur sein.

Une énième « libération »

Cependant, il n’est pas dit que cette stratégie se révèle payante, tant l’état de morcellement de l’entité sunnite irakienne est profond, troisième raison ayant facilité l’ascension rapide de l’État islamique dont le « califat » et les ambitions hégémoniques, tournés vers la restauration de la « gloire sunnite », ne pouvait emporter qu’une large adhésion en 2014.

Aujourd’hui, les habitants de Mossoul sont pour la plupart désillusionnés et n’attendent pas énormément de cette énième « libération » qui leur est annoncée. Certains ont pu fuir, d’autres tentent de résister aux djihadistes au prix de leur vie, tandis que les plus désabusés demeurent passifs.

Les scénarios sont donc multiples et en même temps relativement limités : retour dans le giron de l’État central, malgré un fort ressentiment réciproque ; autonomisation de Mossoul et des gouvernorats sunnites, comme y appellent certaines tribus et personnalités politiques dans le camp sunnite ; partition de l’Irak, qu’un grand nombre d’observateurs extérieurs au conflit redoutent plus que tout.

L’avenir de Mossoul, qui fut l’un des lieux fondateurs de l’Irak contemporain, aura – à n’en pas douter – des répercussions géopolitiques majeures tant pour le pays que pour son voisinage proche et plus lointain.

The Conversation

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.


Irak : les soldats kurdes reprennent du terrain… par francetvinfo

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 1 Novembre 2016 à 22h12

      Bibi dit

      Pour revenir au sujet de l’article, que l’aureureE nous explique le Farhoud — pogrome anti-juif de juin 1941, correspondant au pogrome de Jassy du même mois de la même année. Du même nazisme.

      • 1 Novembre 2016 à 22h34

        eclair dit

        hs sans interet.

        • 2 Novembre 2016 à 12h43

          Schlemihl dit

          Le pogrome de juin 1941 succède au coup d’ état manqué de Rachid Ali , coup d’ état soutenu par l’ Allemagne nazie et reconnu par l’ URSS , fidèle alliée . Le coup d’ état a fait flop et les incidents entre allemands et soviétiques à partir du 22 juin , incidents qui ont été jusque à prendre un caractère inamical , je dirai même acrimonieux , ont fait oublier ce détail .

          Le pogrom marque le début de la fin pour la communauté juive irakienne , qui était présente depuis 2535 ans seulement . Et le tour des autres minorités religieuses n’ allait pas tarder . En perdant les juifs , tous les coups de bâton que ceux ci prenaient allaient revenir aux autres

          Moralités : ce n’est pas parce qu’ une chose dure depuis plus de 25 siècles qu’elle va continuer

          une minorité qui reçoit les coups sert de matelas et protège les autres

          Ce qui est tout à fait d’actualité

    • 1 Novembre 2016 à 20h18

      steed59 dit

      de toute façon vu la proximité immédiate de l’isthme de Suez, cette région a été, est, et sera toujours stratégique

    • 1 Novembre 2016 à 19h46

      steed59 dit

      @ schmelil

      “Mais en 1840 , la Palestine c’ est une province misérable de l’ Empire ottoman , et ça ne comptait pas beaucoup depuis plusieurs siècles .”

      pas d’accord, il y avait bcp de missions qui opéraient en terre sainte et les grandes puissances s’y affrontaient pour y gagner en influence (russe orthodoxe v français catholiques, les anglais qui soutenaient les druzes …). Faut pas oublier que la guerre de Crimée a démarré suite à une bagarre de moines à Bethléem 

      • 1 Novembre 2016 à 20h11

        Bibi dit

        Il a oublié l’occupation “égyptienne” 1830-40, et les capitulations ottomanes, davantage prononcées post Crimée1.
        Ainsi que les changements démographiques. Le policier falastini qui a ouvert le feu sur des israéliens hier soir s’appelait Turkman: encore une famille/clan qui a fait son “aliya” vers la fin du 19ème et prétend être indigène, “depuis la nuit des temps”.

        • 1 Novembre 2016 à 20h16

          steed59 dit

          c’est marrant on nous bassine à longueur de journées dans la presse officielle et les divers organes de propagande que la France est une terre de passage et les français un peuple métissé (sic), en ce qui concerne les “palestiniens” ce serait l’inverse, un peuple stable et homogène depuis 25 siècles

        • 1 Novembre 2016 à 20h31

          Bibi dit

          Est-ce que le livre de Sir Lawrence Oliphant a été traduit en français?
          Ce parlementaire et journaliste britannique a habité Haïfa et le village druze Daliat el-Carmel d’à côté entre 1882-6. Il a réuni ses reportages sur place dans ledit livre. Il y a des descriptions très intéressantes sur les arrivés et les indigènes. Entre autres, il se demande comment les turkomen et les circassiens allaient s’entendre dans leur colonie à côté de Césarée.

          Son épouse est enterrée au village druze, et sa maison dans le village sert de nos jours de mémorial pour les druzes tombés dans les rangs de Tsahal pour la patrie israélienne.

        • 1 Novembre 2016 à 20h36

          Bibi dit

          On confond allègrement de nos jours nation et peuple. Mais ce qui tient pour les juifs ne tient pas forcément pour d’autres. Dénonçons les juifs.

      • 1 Novembre 2016 à 20h21

        Bibi dit

        Et l’Empire Austro-Hongrois, et le Germanique, (la brèche de la muraille de Jérusalem à côté de la porte de Jaffa est ottomane — pour permettre à Keiser Wilhelm d’entrer sur sa monture dans la cité). Ne pas oublier les ritals…
        Et il y avaient au 19ème aussi les colonies américaines à Jaffa et Jérusalem, ainsi que les colonies allemandes.

        • 1 Novembre 2016 à 20h35

          steed59 dit

          c’est ici la réponse à l’éternel question de la sur-dramatisation du conflit machinelo-trucmuchtinien, la terre sainte donne l’impression d’appartenir à tt le monde alors que les juifs aimeraient l’avoir que pour eux seuls.

        • 1 Novembre 2016 à 20h43

          Bibi dit

          C’est que, dans un second tour, on l’a achetée. Rubis sur ongle.
          Conformément aux précédents de’Abraham (qui a acheté ce qui est devenu le Caveau des Patriarches), et de David, qui a acheté ce qui allait devenir le Mont du Temple qu’il venait de conquérir.

      • 1 Novembre 2016 à 20h55

        Schlemihl dit

        Steed  je pensais surtout à la description de la Palestine vers 1850 par Flaubert , qui était un bon observateur . Le description est affreuse .

        • 1 Novembre 2016 à 21h08

          steed59 dit

          mouais pas convaincu par l’objectivité de flaubert. A l’époque il était de bon ton dans la bourgeoisie européenne en plein ascension sociale de mépriser les peuples orientaux, car la structure sociale de l’empire ottoman était restée très féodale. Après tout Chateaubriant dit des choses affreuses sur les arméniens dans ses mémoires d’outre-tombe

        • 1 Novembre 2016 à 21h17

          Bibi dit

          Celle de Lamartine itou. Et de Mark Twain, et de tas d’autres.
          Marécageux par-ci, désertiques par là, les terres de la “Palestine istorique” fourmillaient — de moustiques et de sang-sues. Personne “à la campagne”, misérables en “ville”.

          Heureusement, les néo-historiens nous apprennent que tous ces gens étaient mal-voyants: il y avaient des millions de musulmans transparents qui animaient un récit primaire. Donc vénérable.

        • 1 Novembre 2016 à 21h25

          Schlemihl dit

          Non Steed

          Flaubert était sérieux . Je ne veux pas dire qu’il n’avait pas de préjugés – qui n ‘en a pas – mais ça ne l’ empêchait pas de voir ce qui était sous son nez et croyez moi , c’est plutôt rare .

          Ce qui me convainc , c’est ce qu’il dit des juifs , entre autres choses . D’autres voient des types d’ usuriers et de pharisiens , ou des choses du même genre . Flaubert note que la synagogue est une petite salle sans aucun intérêt et il voit une femme juive qui lui fait l’ effet d’ une brave bonne femme . Exactement le genre de vérités vulgaires que la plupart des gens ne voient pas . Ils voient des types orientaux primitifs , une richesse soigneusement dissimulée , des regards de haine etc …. Flaubert voit ce qui EST .

          Je lui fais confiance , sa description est probablement exacte . 

        • 1 Novembre 2016 à 21h29

          Saul dit

          oui enfin il y a d’autres description de cette riante contrée. Ainsi en 1867, il n’y avait pas une route carrossable dans le coin, Jaffa était le seul port et y accoster constituait en soi une épreuve telle que les touristes de l’époque n’étaient pas prêt d’oublier.
          Bref le coin était assez sous développé.

        • 1 Novembre 2016 à 21h33

          steed59 dit

          de toute façon tout l’empire ottoman était à la traine de l’Europe à l’époque, donc difficile de croire que la palestine de l’époque puisse être un pays de cocagne. La région la plus riche de l’empire était les balkans, considéré comme la région la plus pauvre du continent c’est dire. Cela ne l’empêchait pas d’être stratégique et un enjeu des luttes internationales. Il n’y a pas que la richesse matérielle qui attirait les puissances de l’époque mais aussi la richesse “spirituelle” – le “soft power” contre le “hard power” déjà à l’époque. 

        • 1 Novembre 2016 à 21h45

          Bibi dit

          Absolument Solo mio.
          Et s’il n’y avait pas eu de poussée moderniste de l’Yichouv Juif hiérosolymitain, safedien, et jaffésien, combiné

        • 1 Novembre 2016 à 21h59

          Bibi dit

          Combinés avec divers fous “occidentaux” tels que Montefiore, le pays serait resté dans son primitivisme mortel, si adulé par des gôcho primaires franchouillards.

        • 1 Novembre 2016 à 22h02

          steed59 dit

          société féodale ne signifie pas société primitive

        • 1 Novembre 2016 à 23h35

          Schlemihl dit

          Je ne sais pas trop comment la Palestine était gouvernée vers 1850 . Peut être n’ était elle pas gouvernée du tout et le gouvernement turc se contentait d’en tirer tous les ans un revenu , peu élevé je pense . Je ne vois pas qu’elle ait été féodale , type de société qui a existé en Europe de l’ ouest au Japon ….et dans le royaume de Jerusalem . J’ai l’ impression qu’elle était tribale et très arriérée . L’ état sanitaire , le trachome le paludisme , le brigandage , la vendetta , formaient des circonstances très défavorables . Le gouvernement turc , mettant des impôts sur les arbres fruitiers , devait décourager le travail . La côte manque de ports et le pays tourne le dos à la mer . Il n’ y avait pas de canal de Suez . 

        • 2 Novembre 2016 à 8h13

          steed59 dit

          elle était féodale au sens où la propriété de la terre – dans le cadre d’une économie principalement agricole – était concentrée dans un petit nombre de familles, souvent d’origine turc (souvenir de l’ancien système du timar) qui vivait en ville. Les terres étaient donc mal exploitées et le rendement faible. D’autant que la région était coincée entre deux régions plus “riche” et donc plus attractives, la Syrie au Nord et l’Egypte au Sud. Le seul attrait de la Palestine à l’époque est sa puissance symbolique, historique et religieuse. Les pèlerinages y battaient leur plein

        • 2 Novembre 2016 à 9h09

          Bibi dit

          …qui vivaient en ville… et plutôt à Damas, Beyrouth ou au Caire qu’à Jérusalem ou Jaffa (mais y avaient des résidences secondaires).
          Il y avaient très peu de terres arables.

    • 1 Novembre 2016 à 18h04

      Patrick dit

      j’en connais deux qui disent “l’Israël” : c’est JMLP et sur ce forum, l’Idiogène !

      • 1 Novembre 2016 à 18h14

        dov kravi דוב קרבי dit

        Ah, enfin l’explication : la haine antisiomite. Merci Patrick.
        Je pensais l’idiot affilié à la secte dieudosoralienne. Il est vrai que la frontière est poreuse.

    • 1 Novembre 2016 à 17h57

      maxou dit

      pour ceux qui ne comprennent pas pourquoi “Israël” et non l’Israël” c’est qu’ Israël et le prénom de l’ancêtre des Juifs, le fils de la première femme d’Abraham, Sara, Ismaël et le fils d’Abraham et de leur servante. Donc leur pays porte un nom qui est un prénom, je pense qu’il doit y avoir des personnes qui s’appellent peut-être : Irlande, Italie ou Allemagne mais je n’en connait pas de la le fait qu’on parle de ces pays en les liant avec un article défini. Mais une femme peut s’appeler plutôt Marie-France.

      • 1 Novembre 2016 à 18h19

        steed59 dit

        merci pour cette précision.
         

      • 1 Novembre 2016 à 18h37

        Patrick dit

        Le fils d’Abraham, c’est Isaac. C’est le petit-fils d’Abraham et fils d’Isaac, Jacob qui a été appelé Israël par la suite, ce qui signifie “qui lutte avec Dieu“, suite à une lutte entre lui et un ange de Dieu.
        (Genèse 32.24-30).

        • 1 Novembre 2016 à 19h06

          Bibi dit

          En effet, Patrick (Hello!).
          Voir mon post plus bas adressé à Steed.

        • 1 Novembre 2016 à 19h38

          Schlemihl dit

          Mais les Français descendent de Francus , Prince de Troie et fils d’ Hector , les Tchèques Polonais et Russes descendent de trois frères , Czech Lech et Rous , les Arabes descendent d’ Ismaël , les Italiens d’ Enée , les Spartiates étaient fils d’ Abraham ( eh oui ) …. Tout le monde a une illustre origine 

    • 1 Novembre 2016 à 17h57

      maxou dit

      pour ceux qui ne comprennent pas pourquoi “Israël” et non l’Israël” c’est qu’ Israël et le prénom de l’ancêtre des Juifs, le fils de la première femme d’Abraham, Sara, Ismaël et le fils d’Abraham et de leur servante. Donc leur pays porte un nom qui est un prénom, je pense qu’il doit y avoir des personnes qui s’appellent peut-être : Irlande, Italie ou Allemagne mais je n’en connait pas de la le fait qu’on parle de ces pays en les liant avec un article défini. Mais une femme peut s’appelait plutôt Marie-France.

    • 1 Novembre 2016 à 8h07

      QUIDAM II dit

      Pourquoi faudrait-il « sauver » l’Irak en obligeant des populations à vivre ensemble, alors qu’elles se haïssent et sombreront inévitablement dans des affrontements sanglant, comme c’est le cas depuis des siècles ?
      Les chrétiens d’Irak (l’une des plus anciennes communautés chrétiennes du monde) ont fui en masse leur pays : le peuple chrétien d’Irak a, d’une certaine façon, été éliminé… un génocide, en quelque sorte, a eu lieu.
      Pourquoi ne faudrait-il pas décoloniser le Kurdistan en le libérant de l’impérialisme arabe ?
       

    • 31 Octobre 2016 à 23h06

      nedobejkine dit

      kim, 90% des états sont des constructions artificielles des états occidentaux ou non.

      Toute l’europe centrale est constituée d’états artificiels

      La Pologne est issue du démembrement de l’empire russe, de l’allemagne et de l’autriche hongrie

      L’autriche, la hongrie, la tchéquie,la slovaquie issus du démembrement de l’empire austro hongrois comme la syrie et l’irak ont été issues de l’éclatement de l’empire ottoman après la guerre de 14-18.

      Toute l’Afrique est constituée d’états artificiels à commencer par l’Algérie qui, pour reprendre la citation de ferhat abbas n’a pas été colonisée par la France mais inventée par la France.

      Et le Nigéria? Le Congo? Le Zimbabwe? Le Kenya? la Tanzanie?

      Et l’inde, n’est pas un état “artificiel”? et même l’Allemagne ou l’Italie? issus de l’agglomération de provinces entre elles. ET je ne parle pas des Etats Unis. Ils sont tellement artificiels qu’ils ne se sont pas embêtés pour le découpage des états. Certains sont des carrés ou des rectangles.

      • 1 Novembre 2016 à 4h37

        thd o dit

        Pour les Etats européens il semble y avoir confusion sur la définition d’Etat artificiel, car ces Etats sont bien organisés autour d’une nationalité.

        Les Etats-Unis, c’est le foutoir, mais ce sont eux qui dominent depuis 1945. Pas mal de problèmes idéologiques actuels viennent sans doute du fait que c’est un Etat de bric et de broc et sans traditions qui domine le monde…mais malgré tout, les Etats-Unis existent au moins dans le sens où il y a une éthique suffisante pour que l’Etat y fonctionne, ce qui n’est sans doute pas le cas partout en Afrique.

      • 1 Novembre 2016 à 14h59

        Schlemihl dit

        Nedobejkine

        les peuples et les états sont des constructions mentales , donc artificielles . Mais il y a une différence entre des pays unis par des souvenirs , des traditions , des sentiments , des croyances , et des pays faits de bric et de broc constitués de peuples différents qui n’ ont pas assez de choses en commun , s’ ignorent ou se haïssent .

        Nigéria , Liberia , Afrique du sud , et fort possiblement Irak Syrie sont des états artificiels . Les USA ont une histoire commune , des traditions communes , et le Wyoming n’est pas si artificiel que ça , bien que ses frontières le soient .

        Les états trop artificiels ( Inde avant la sécession du Pakistan , Tchécoslovaquie , Yougoslavie , URSS  ) peuvent se fragmenter . A propos , quoi de neuf sur l’ UE ?

        • 1 Novembre 2016 à 15h10

          Schlemihl dit

          Un rappel sur l’ âge de quelques états vénérables …..

          En 1800 liste d’ états inexistants : Irlande Norvège Finlande Allemagne Italie Grèce Serbie Croatie  Lituanie Pologne Lettonie Estonie Finlande Biélorussie Ukraine ….. pour l’ Europe seulement .

          Je me demande ou sont passés le royaume des Deux Siciles le royaume de Savoie la Livonie le royaume de Würtemberg le royaume de Prusse l’ empire d’ Autriche les états pontificaux ? disparus ! le réchauffement climatique peut être . et ou diable sont passés Koenigsberg Allenstein Stettin Danzick et Breslau ?

          Autre mystère : que sont devenus les Tartares ? ils disparaissent vers 1900 , remplacés semble t il par un peuple qui doit occuper un territoire très vaste : les Kalmouks .

          Je me demande ou sera l’ UE en 2050 ? et qui sera président de la République française ? 

        • 1 Novembre 2016 à 15h17

          steed59 dit

          faut pas confondre les Etats et les nations. Les Etats évoluent, les nations traversent les âges.

        • 1 Novembre 2016 à 16h34

          Bibi dit

          Et Israël est un état-nation. :-D

    • 31 Octobre 2016 à 21h13

      Wil dit

      Je ne sais pas quelles seront les répercussions de la prise de Mossoul sur l’avenir de l’Irak,je ne fais pas dans la boule de cristal.Et même si j’ai tort,j’avoue que je m’en fous.
      Ce qui me fout hors de moi c’est la différence de traitement médiatique qui prouve une fois de plus la malhonnêteté des médias français entre ce qui se passe entre l’Irak et ce qui se passe en Syrie.
      En Irak,les médias français parlent peu voir pas du tout des victimes civiles et des combattants comme des “forces de la coalition” (coalition USA-France-Irak-Euh…bref,les gentils…une bande de traines savates incapables de se défendre par eux mêmes depuis 10 ans avec de la logistique et des forces spéciales occidentales qui font le gros du boulot.) qui combattent l’Etat Islamique.
      En Syrie,les médias français parlent de l’état syrien et des russes qui bombardent et massacrent les soi disant (gentils)”rebelles” sous des tonnes de bombes à grand renfort d’images d’enfants en sang et en pleurs juste pour attaquer Poutine,parce qu’il faut attaquer Poutine.Ben oui,ce sont les américains qui sont nos alliés qui disent qu’il est méchant.
      Chez les gouvernants français,ça va pas plus loin que ça.
      “rebelles” de Syrie qui sont au passage et entre autre Al Qaîda(11 septembre 2001 pour les amnésiques,il y en a pleins),et le front Al Nosra qui ne vaut pas mieux que l’Etat Islamique et dont notre grand ex ministre des affaires étrangère et désormais président du conseil constitutionnel entre deux siestes Laurent Fabius a dit qu’il faisait “du bon boulot”.
      Bref,d’un coté les libérateurs américains et les français qui suivent et de l’autre les salauds de russes.
      Plus d’URSS,plus de communisme en Russie,c’est même la caricature de l’ultralibéralisme mais toujours la même propagande “antirouges”.
      Pourquoi?Simplement parce qu’il ne peut y avoir qu’un seul “sheriff en ville.”Une seule grande puissance qui contrôle l’Europe.les USA ou la Russie et les médias français qui ne réfléchissent pas au milieux.

      • 31 Octobre 2016 à 22h10

        Bibi dit

        Depuis plus de 5 ans, le Syrak est un hachoir de chair humaine. Mais comme ces pauvres gens n’ont pas la “chance” de se faire descendre par l’armée sioniste, ils n’ont ni la publicité ni le prestige de ceux qui le sont. Des arabes qui s’entretuent, quoi. Normal.
        De plus, il faut apaiser “nos amis wahabites” tout comme nos nouveaux “amis chiites” et leur “juste nucléaire”, dans l’espoir que ça nous rapporte — l’argent n’a pas d’odeur. En attendant, nous nous montrons très éclairés et ouverts, et surtout d’une moralité supérieure — la paix à tout prix! — il y a des gens qui la payent, de leurs vies.

        • 1 Novembre 2016 à 0h07

          i-diogene dit

          Bibi, l’ Israël a fourni des moyens militaires et financier pour la guerre d’ Iraq..

          Ma

        • 1 Novembre 2016 à 0h20

          i-diogene dit

          … ENsuite, l’ Israël a soutenu Al-Nostra et Al-Qaïda en Syrie, en Libye…

          L’ Israël ne va surtout pas combattre l’ Etat Islamique et Daesh qui déstabilisent tout les pays du Golfe et l’ Afrique du nord… C’est tout bénéf..!^^

          Lez rêve ce serait que l’ EI déstabilise l’ Iran…!^^

        • 1 Novembre 2016 à 9h50

          dov kravi דוב קרבי dit

          l’idiot-con-gènital, vous savez bien que l’ét

        • 1 Novembre 2016 à 9h54

          dov kravi דוב קרבי dit

          que l’état islamique est une créature du maussade. Comme toutes les entités terroristes du monde entier, moines tibétains compris.
          Au reste, l’entité sioniste est elle-même terroriste et génocidaire.
          Soyez aimable de m’expliquer pourquoi, dans vos commentaires sagaces et documentés, vous vous acharnez à affubler l’entité sioniste de l’article défini. Marque de mépris insigne ?

        • 1 Novembre 2016 à 14h50

          Schlemihl dit

          Bibi Tout le monde dit Israël et non l’ Israël , comme l’ Irlande l’ Italie l’ irak l’ Islande . C’ est en effet une exception qui ne m’avait pas frappé jusque là , mais elle est curieuse . Je me souviens d’avoir déjà lu ” l’ Israël ” , généralement sans la moindre amitié sur ce pays , mais cette forme est nettement incorrecte .

          Exception du à des causes lointaines , comme cheval avec son pluriel inhabituel , amour délice et orgue ? mais Israël a reçu son nom en 1947 , ce n’est pas si vieux .

          Je crois que personne en France ne considère Israël comme un pays comme les autres . 

        • 1 Novembre 2016 à 15h04

          steed59 dit

          et c’est quoi exactement un pays “comme les autres” ? tout les pays ont leur propre particularité ce qui fait que cette expression est particulièrement stupide

        • 1 Novembre 2016 à 15h11

          Guenièvre dit

          @ dov kravi,
          ” Soyez aimable de m’expliquer pourquoi, dans vos commentaires sagaces et documentés, vous vous acharnez à affubler l’entité sioniste de l’article défini. Marque de mépris insigne ?”

          D’autant plus que je n’ai jamais vu i-diogène écrire “le Cuba ” ou “l’Haïti”

        • 1 Novembre 2016 à 15h20

          steed59 dit

          apparemment israël et l’israël sont aussi différents que antisémite et anti-sémite

          d’ailleurs j’avais entendu dire que  le vrai terme est eretz israël

        • 1 Novembre 2016 à 15h25

          Schlemihl dit

          Steed

          je le reconnais c’ est stupide . Ce n’ est pas de ma faute si le conflit israélo arabe qui est un des moins meurtriers du monde et porte sur des territoires fort petits occupe à lui seul plus de journalistes que Libye Nigeria Soudan Ukraine Russie Chine  Yemen Irak et Syrie .

          Il faut faire un effort d’ imagination pour se souvenir qu’il y a à peu près 13 millions de juifs dans le monde , dont on parle plus que de un milliard trois cent millions de chinois , qu ‘ Israel est plus grand que trois départements français mais plus petit que quatre , que la Cisjordanie a les dimensions voisines du Lot et Garonne , et qu’ on en parle plus que de la Russie et du Canada qui à eux sont plus de mille fois plus grands qu’ Israël , qu’aucun pays n’ est plus détesté condamné par l’ ONU et ses sous culs , accusés de crimes plus terribles , ni la Chine au Tibet ni le Soudan du nord ni le Soudan du sud ni la Russie en Tchétchénie ni l’ EI ni l’ Iran ni personne . 

          C’est vrai , tous les pays ont leurs particularités . Israël a celle d’ intéresser plus que le Rwanda , ou on a tué beaucoup plus . 

        • 1 Novembre 2016 à 15h46

          steed59 dit

          cette particularité tient au fait que minuscule territoire se situe justement à l’endroit du monde où l’Histoire – avec un grand H – est la plus présente – et la plus chargée. Faut pas oublier que l’occident a longtemps considéré Jérusalem comme étant le centre du monde. Tout le monde – directement ou indirectement – se sent concerné par ce qui se passe à J’lem. Alors bon le rwanda ou le soudan à côté, c’est gentiment provincial …

        • 1 Novembre 2016 à 16h43

          Bibi dit

          Salut Steed,
          Eretz Israel (le pays/la terre d’Israël) est le nom historique du foyer ancestral des enfants d’Israël (de Jacob, dont c’est l’autre prénom). En 1948, en vue de déclarer enfin l’indépendance, il y a eu plusieurs propositions pour le nom de l’état hébreu renaissant, Israël l’a remporté.
          En hébreu, le “le/la” se réfère au pays ou à l’état: HaAretz=le pays; HaMedina=l’état. L’état d’Israël = MedinaT Israël. Singulier… singularité…

        • 1 Novembre 2016 à 19h27

          Schlemihl dit

          Steed

          La position géographique à la charnière de trois continents , entre le monde méditerranéen et une dépendance de l’ Océan Indien et à côté de la seule voie terrestre unissant l’ Asie et l’ Afrique , cela a pu jouer son rôle . c’est aussi un des foyers de diffusion de l’ agriculture et Jericho est peut être la plus vieille ville du monde . 

          Mais en 1840 , la Palestine c’ est une province misérable de l’ Empire ottoman , et ça ne comptait pas beaucoup depuis plusieurs siècles .

          Ca a changé . 

      • 1 Novembre 2016 à 17h43

        maxou dit

        Et puis les russes : vous avez vu la taille de ce pays ? quelles réserves de matières premières !!! les amerlocs aimeraient sans doute beaucoup croquer dans ce beau gâteau. Mais Poutine ne se laisse pas emberlificoter dans leurs magouilles. et quand il n’y aura plus de pétrole ailleurs, si le peuple russe reste uni, il en aura encore pour lui.

    • 31 Octobre 2016 à 16h47

      kim dit

      La Syrie et l’Irak sont des constructions artificielles des pays occidentaux. Ces pays agglomèrent des des sunnites et des chiites qui ne peuvent envisager de vivre ensembles. En effet, les occidentaux laïcs oublient que tous ces régimes sont religieux par essence et fondamentalement intolérants. Surtout après ces guerres, l’Irak et la Syrie d’avant ne pourront pas être reconstitués. Il y aura un Irak chiite et un Irak sunnite qui annexera la partie de la Syrie à majorité sunnite . Sans oublier la création d’un Etat Kurde. Il faudra bien que les occidentaux acceptent la remise en cause des frontières artificielles qu’ils avaient créées.

    • 31 Octobre 2016 à 15h32

      montluc dit

      N’allez pas chercher loin, le profit auquel la casse et le redécoupage des frontières et de la propriété des puits de pétrole bénéficie depuis des lunes!…
      Tout concourt à penser que cela est commandité par le grand allié d’outre mer océane, au profit de ce petit pays vieux de 67 ans, et qui est actuellement en danger du fait de l’arme nucléaire iranienne!…
      En effet, une célèbre dispersion – diaspora – votant comme une seule voix, fait et défait les présidents de ce grand pays allié…d’où son importance colossale pour le monde occidental!…

      • 31 Octobre 2016 à 15h55

        dov kravi דוב קרבי dit

        חרה ! Montcul vient de nous repérer. Comme il le dit si justement, ” n’allez pas chercher plus loin “. Enfer, nous voici démasqués. Argggh !
        Dès lors, nous ne pouvons plus tisser notre toile diabolique sur le monde. Ne nous reste plus que les golems.

        • 31 Octobre 2016 à 16h29

          Bibi dit

          Tout à fait. Je sors d’une réunion de loge du LoBibi et le conflit souchi n’était que le point 21 à l’ordre du jour.

        • 31 Octobre 2016 à 18h09

          Schlemihl dit

          Mes enfants je vous ai déjà dit de moins parler , de grandes oreilles ( hihan ) nous écoutent . 

          Voici quelques messages personnels :

          Transportez la dynamite chez l’ oncle Albert
          Envoi d’ urgence à Moss….. des cristaux ( avec ravitaillement ) aux isl… et des paquets aux kur….
          Passage à la phase II de l’ opération Trump
          Renforcez propagande anti EnituoP ( utilisez décodeur )
          Tout en ordre pour élections en Fr…
          Transfert des quatre milliards de dollars à l’ EI retardé jusque’ à clarification de la situation au point B
          Sabotage des vérins hydrauliques de la Tour E…. ( Paris ) phase finale réussie
          Très important : essayez de déchiffrer message de Montluc ( Blaise ) et d’ identifier la diaspora en question .

          Vich ouf daïne voïnzess ount kiss mir tukhas ( eiusse set sehcatsuom te esiab iom sel sessef )   faites transmettre . 

        • 31 Octobre 2016 à 21h23

          Bibi dit

          Di ayer lernen di hiner, Zaïde?

        • 31 Octobre 2016 à 21h27

          Schlemihl dit

          Roger Ikor Bibi

        • 1 Novembre 2016 à 18h23

          steed59 dit

          le cuisinier secoue les nouilles

          je répète

          le cuisinier secoue les nouilles 

        • 1 Novembre 2016 à 19h45

          Schlemihl dit

          A propos de Trump , rappel 

          L’ élection des roux , c’est du lard pour les douves , et si elles sont pleines on glisse dans la piscine . 

    • 31 Octobre 2016 à 13h50

      desi75015 dit

      Elisabeth, si j’étais vous, je me méfierais de cette Benraad et de ses articles.
      Ce n’est pas la chercheuse impartiale qu’elle fait mine d’être, elle a des accointances et sympathies troubles, notamment au CCIF.

      • 31 Octobre 2016 à 16h30

        Bibi dit

        Et ça ne vous convient pas d’avoir Al-Jazira sur seine? ;-)

        • 31 Octobre 2016 à 16h54

          dov kravi דוב קרבי dit

          Nul besoin d’al-Jazira : le Monde, Libé, les Inrocks, Télérama et de nombreux autres font largement son boulot.
          Je viens de tomber sur les articles de Slate (datant de tsouk eytan) expliquant au lecteur forcément non informé qu’Israël utilise des obus qui relâchent des milliers de fléchettes en acier et du phosphore blanc !
          Bien entendu, infaux gracieusement fournie par le Palestinian center for human rights (on ne rit pas) et b’tselem (dont la fiabilité en matière d’infaux sur tsahal n’est plus à démontrer).

        • 31 Octobre 2016 à 17h07

          Bibi dit

          On nous épargne les décomptes macabres de civils innocents tués par telle ou telle force, utilisés comme bouclier sous-humain… Pas d’images pour pleurer et déplorer et s’indigner et manifester…

    • 31 Octobre 2016 à 13h45

      Jean_Rémy dit

      Et voilà ! Le scénario , fomenté du temps du sinistre Bush , est entrain de se réaliser sous nos yeux impuissants .

      Nous n’avons pas suffisamment réfléchi aux conséquences de ce qui se déroule sur le terrain . Il nous paraissait comprendre que c’est un complot contre le monde Arabo-Islamique.
      Et même si nous avions réfléchi comme il se devait , que pouvions nous faire au milieu de ces vacarmes de bombes,de destructions , de pleurs et de gémissements?

      Les Sunnites d’Irak risquent de subir le même sort que les Améridiens d’Amérique . Et les choses s’accélèrent . Leur affaiblissement d’abord et leur écrasement si personne n’intervient.
      Je comprends mieux la position d’Erdogan et de l’Arabie qui se consultent fréquemment. Ces deux , et il est évident, défendent le Sunnisme . Par contre l’Irak , avec ces brigades de Sadr et consorts, c’est une revanche acharnée contre tout ce qui rappelle Saddam. La brigade Iranienne va jusqu’à promettre à El Assad, après avoir nettoyé l’Irak – bien sûr- d’aider les Syriens à récupérer l’intégrité de leur territoire.

      Mais , en échange de quoi ?
      D’étendre le Chiisme sur tout le moyen-Orient ?

    • 31 Octobre 2016 à 13h25

      rolberg dit

      Ce qui est le  plus désastreux à mon avis, c’est que ce nième étalage de conflits à fondements religieux ne changera rien à l’opinion de tous ces croyants. La religion, c’est bon, parce que c’est bon. Des vrais chrétiens.

    • 31 Octobre 2016 à 11h43

      Pol&Mic dit

      ou…… les conséquences d’une utopie de la Gauche Française et américaine! (une fois de plus)

    • 31 Octobre 2016 à 10h59

      A mon humble avis dit

      N’oublions pas que l’Irak a été artificiellement créé par les Anglais sur les ruines de l’empire ottoman, en reniant toutes les promesses faites aux Arabes et aux Kurdes pendant la guerre.
      L’unité du pays ne pouvait se faire que par la force, soit de la dynastie royale originelle imposée, soit de la dictature qui a suivi, en maintenant au pouvoir des sunnites minoritaires, et en bridant les volontés indépendantistes des Kurdes.
      G.W. Bush a tout fait exploser, et Obama s’en est lavé les mains en retirant ses troupes d’Irak et en laissant la situation se pourrir en Syrie.
      Aujourd’hui tout est chaos, et la paix (relative) ne pourra s’installer que dans une dictature, la démocratie n’étant pas une éventualité crédible. La question est: sera-t-elle laïque comme celles de feu Saddam ou d’El-Assad, ou islamique comme en Iran ou en Arabie? Pour la sauvegarde des chrétiens de la région, mieux vaudrait la première option, si tant est qu’on ait le choix.

    • 31 Octobre 2016 à 10h46

      dov kravi דוב קרבי dit

      Qui peut croire que l’Irak (et la Syrie) pourront revenir à la situation antérieure d’état-nation après 300’000 morts, disparitions et tortures par les bons offices de toutes les parties en présence (à l’exception des kurdes) ?
      Qui n’a toujours pas compris que ces cultures tribales et claniques musulmanes ne sont ni désireuses ni capables d’adopter un système politique démocratique tel que celui peaufiné par nos sociétés depuis des siècles ?
      La fitna (conflit sunnites/chiites) ensanglante le monde depuis des siècles. Ce qui nous laisse un peu d’air.

      • 31 Octobre 2016 à 13h54

        desi75015 dit

        il serait même souhaitable de l’alimenter, tant à l’extèrieur qu’ à l’intérieur.
        Mais a-t-on des dirigeants qui en comprennent la nécessité et les modalités?
        Ce ne sera pas Juppé, qui est le pire d’entre eux tous, sur le sujet.

        • 31 Octobre 2016 à 16h58

          dov kravi דוב קרבי dit

          pourquoi l’alimenterions-nous ? ils s’en chargent très bien tout seuls.
          Quant à Juppé, probable futur élu car chouchou des médias, vous n’avez pas fini de rigoler avec les accommodements déraisonnables qui feront la part belle aux shariaphiles.

    • 31 Octobre 2016 à 10h08

      Singe bleu dit

      Nous avons laissé les chrétiens irakiens se faire massacrer à Mossoul, nous laissons les sunnites se faire anéantir de même. Pense-t-on vraiment que des mots d’indignation éparpillés sur le web auront une quelconque influence sur la catastrophe qui arrive ?