Modèle allemand, catastrophe au tournant | Causeur

Modèle allemand, catastrophe au tournant

La France a tout à perdre à le copier

Auteur

Bastien Gouly
Journaliste

Publié le 30 novembre 2016 / Économie

Mots-clés : , , ,

De François Fillon à Emmanuel Macron, nos hommes politiques vantent les vertus du fameux "modèle allemand". Ceux qui l'ont essayé l'ont pourtant vite regretté...

Le Premier ministre François Fillon passe devant le président Sarkozy et la chancelière Merkel lors d'une rencontre à Paris, février 2012. SIPA. AP21166881_000005

Et si le modèle allemand était en réalité un modèle à ne pas suivre ? Diantre ! Notre classe politique nous mentirait-elle sur la bonne santé économique de l’Allemagne ? Et dans quel intérêt ? Il faut bien avouer qu’ils sont peu à ne pas vanter le « modèle allemand. » Un peu de Mélenchon et de Chevènement par-ci, un peu de Dupont-Aignan par-là. Quant aux grands ténors de la classe politique actuelle, leurs yeux pétillent en évoquant la puissance allemande. Dans les discours et les arguments, elle est généralement utilisée pour attaquer la France et discréditer son modèle social. Les chiffres parlent pour eux : l’Allemagne ne déplore que 6,1% de chômage en septembre 2016 (contre 9.9% en France, au troisième trimestre), son plus bas niveau depuis la réunification de 1990.

Selon les propos du président François Hollande en 2013, cette réussite est due au « courage » allemand du début des années 2000, sous l’ère Schröder (« courage » qui lui a pourtant valu sa réélection). Des privatisations à tout-va et une libéralisation brutale de l’Etat-providence. Modèle suivi par son successeur, Angela Merkel. Constater le leadership allemand dans la zone euro suffit à se conforter dans cet angélisme. A entendre la majorité des commentaires politiques, l’erreur française viendrait de son conservatisme à préserver des blocages économiques. Le premier d’entre eux : le code du travail. Trop lourd pour François Bayrou. « Il fait plus de 3000 pages ! » s’était-il offusqué sur le plateau de « Des paroles et des actes », en février 2015, dans une audacieuse comparaison avec le très mince code du travail suisse. En Allemagne, il est beaucoup plus léger : 3000 pages…

 

 

Quels sont les sempiternels autres « obstacles » à l’économie française ? Une trop grande protection accordée aux salariés en CDI, la lourdeur des charges sociales pour les entreprises (qu’elles soient petites, moyennes ou grandes), la crainte de la justice prud’homale et les 35 heures. Il faut  « réécrire » le droit du travail , martelait, en 2015, le Premier ministre socialiste Manuel Valls. Avec moins de brutalité que ses voisins, la France a donc épousé la réforme. « Le minimum de ce qu’il faut faire », commente encore l’ancien président de l’Eurogroupe Jean-Claude Juncker, chantre du libéralisme et de l’austérité en Europe.

A bien regarder, nul doute, les lois Macron et El Khomri ont quelque peu assoupli notre marché du travail. Egalement, avec le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE), les entrepreneurs ont pu profiter d’aides étatiques afin d’améliorer – c’était le but – l’embauche. Malgré cela, les résultats, sur la courbe du chômage, se font encore attendre.

Des “minijobs” à 80 centimes l’heure

Tous ces mécanismes pourtant sont inspirés des modèles allemand et anglo-saxon (lui, aussi, généralement vanté). Incontestablement, les « minijobs » allemands (ou le contrat zéro heure en Angleterre) – des contrats à temps partiels – ont permis de faire réduire le chômage.  Ce ne sont, en revanche, ni François Fillon, ni Alain Juppé, ni même Emmanuel Macron qui évoqueront les salaires de misère (plafond maximal de 450 euros par mois pour un salarié) convoyés par ces modèles. En Allemagne, cela concerne 20% de sa population active. L’Italie, l’Espagne et le Portugal, sur les recommandations de l’Union européenne, ont bien suivi le schéma de ces petits emplois précaires, si faciles à « faire sauter » pour l’entreprise. Toutefois, dans ces trois pays latins, encensés par la droite française et la gauche sociale-libérale, rien ne s’est déroulé comme le plan le prévoyait. Il y a bien eu une petite baisse du chômage, mais à quel prix ? Les réformes ont explosé chaque modèle social, sans que celles-ci ne puissent permettre de recouvrer une sérénité économique et politique. Les inégalités se sont creusées, la pauvreté a augmenté (le nombre de sans-abri grimpe, des maladies rares refont leur apparition et la malnutrition infantile inquiète, particulièrement au Portugal), les services publics (à commencer par les hôpitaux) sont dans un état catastrophique et les jeunes diplômés, sans espoir, fuient massivement leur pays.

Quant à l’Allemagne, sa situation n’a rien de reluisante : outre-Rhin, l’écart entre les pauvres et les riches ne fait, là aussi, que s’amplifier. En 2015, près de 12,5 millions de ses habitants vivaient sous le seuil de pauvreté (15,29 % de la population). Le seuil étant fixé à 892 euros en Allemagne contre 935 euros en France, où, selon l’Insee, 4,9 millions d’habitants sont sous ce plafond (7,28 % de la population).

Des usines de 30 000 porcs

La prétendue « réussite » allemande est due à sa violence dans les rapports avec ses partenaires. L’Allemagne n’a pas de scrupules lorsqu’elle vient concurrencer par un dumping social ses voisins, comme les salariés français – paysans en tête. L’alliance européenne a bon dos…

Parmi les attaques économiques : l’agriculture. Le choix allemand s’est orienté vers la surproduction, la culture intensive – sans recherche de qualité, des fermes à 3000-4000 vaches dans les « länder » de l’Est. Aucune chance pour les exploitations françaises, de quelques dizaines de vaches, de les concurrencer, sauf à fabriquer des « fermes » à mille vaches. Il en est de même pour la filière porcine : l’Allemagne a créé des usines de 10 000 à plus de 30 000 porcs.

La paysannerie est, là, loin de sa vocation nourricière (au sens noble) et de recherche de qualité. L’avenir de l’agriculture française est morose et ce n’est pas un chèque de consolation, donné par l’Etat, qui lui donnera de la visibilité. La lutte est impossible. D’autant plus que l’Allemagne s’amuse à une concurrence totalement déloyale en employant des travailleurs détachés de l’est, des Bulgares, des Roumains, des Polonais, plus ou moins déclarés, payés quelques euros de l’heure. Au final, leur viande est vendue 20, 30 % moins cher que notre production. La France ne peut suivre un modèle de mise en péril de la condition, tant humaine qu’animale.

100 000 emplois destinés aux réfugiés

Les logiques économiques de l’Union européenne tendent à vanter ce canon productiviste. Dès lors, il n’était pas surprenant de voir l’enthousiasme d’Angela Merkel, durant l’été 2015, à souhaiter l’arrivée massive de migrants en terre allemande. Loin d’un discours pieux et humanitaire, la chancelière avait provisoirement ouvert les vannes de l’immigration, sur les conseils du patronat allemand. Une aubaine pour provoquer la baisse des coûts salariaux et faire face au vieillissement de la population active. Les migrants permettent de concurrencer directement les salariés allemands et les poussent à travailler plus pour moins cher. Le ministère du travail allemand compte d’ailleurs créer 100 000 emplois destinés aux réfugiés, des « minijobs » à 80 centimes de l’heure…

Pour obtenir un bref succès allemand (ou l’illusion d’un succès), la France devrait donc massacrer son système pour parvenir à rivaliser avec ses voisins. Est-ce là l’idée de l’Union européenne ? Où est la recherche de la troisième voie, celle de l’innovation et du courage politique ? Pour l’heure, la France n’en vient qu’à copier les dogmes économiques existants. L’échec est assuré.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 1 Décembre 2016 à 14h58

      Martini Henry dit

      Je vous le répète. Ne vous déchirez pas sur le modèle allemand. Ce peuple, compte tenu de sa natalité en berne, sera, à très court terme sur le plan historique, effacé de l’histoire et remplacé par d’autres aux qualité complètement différentes! La composition ethnique de l’Allemagne va tendre à se rapprocher très vite de la notre, ainsi que sa culture et sa religion. Fin de la rigueur prussienne. Les mêmes causes produisant toujours les mêmes effets, ce différentiel Allemagne/France va très vite (à l’échelle de l’humanité) disparaître.
      On ne travaille pas de la même façon quand le statut des femmes n’est pas le même, quand la religion n’est pas la même (relire Weber et son éthique du protestantisme pour comprendre comment une religion peut avoir une influence sur le rapport au travail), quand la conception de l’éducation des enfants est différente ou l’esprit d’entreprise…
      Patience et longueur de temps comme disait l’autre.
      Nous communierons bientôt tous dans cette merveilleuse Oumma sous l’égide de l’islam, qui a si bien réussi, sur le plan technique et technologique, aux pays où il domine!
      Don’t panic!

      • 1 Décembre 2016 à 15h15

        himavat dit

        pour le Japon, il est plus facile de se protéger, c’ est une île …
        autrement je vous sens pessimiste

        pour détendre l’ atmosphère, voici en avant-première le titre notre prochain article:
        “Le modèle suisse, une catastrophe en coulisses”

      • 1 Décembre 2016 à 20h31

        i-diogene dit

        >La propagande FN te file des cauchemars délirants, Martini..!^^

        • 1 Décembre 2016 à 20h57

          himavat dit

          comment allez-vous?
          pour vous c’ est le modèle hollandais?

        • 3 Décembre 2016 à 2h31

          i-diogene dit

          L’ abus de Martini est nuisible pour la santé mentale..!^^

        • 3 Décembre 2016 à 2h45

          himavat dit

          en fait, je n’ attendais qu’ un mauvais jeu de mot sur “hollandais”
          vous êtes revenu en Thaïlande?
          vous avez un nouveau roi?
          si vous êtes là bas racontez nous ça, ça sera au moins plus réaliste que certains articles de “spécialistes”

        • 3 Décembre 2016 à 4h11

          i-diogene dit

          Bah, je suis au Cambodge depuis le mois de mai, c’ est mon pays préféré: moins de tourisme, plus authentique, plus sauvage, carrément féodal dans certains villages isolés..!

          J’y ai beaucoup d’amis(es) de Phnom Penh à Siem Reap, en passant par Kompong Tom, Kampot, Sihanoukville et la campagne..

          … Des expats commerçants, des citadins khmers, mais aussi des ruraux, paysans, pêcheurs.

          .. Un vrai bonheur pour un curieux avide de découvertes..

          Un jour, je ferai une vidéo avec mes meilleures photos..!^^

    • 1 Décembre 2016 à 12h37

      Roleo dit

      Je dois me corriger: ma réaction concerne l’article, mais non pas, comme l’ai écrit ,”les commentaires” dont beaucoup sont raisonnables et remettent beaucoup de choses `leur place.

      Autre chose: nous allons avoir en Allemagne “enfin” Charlie hebdo en Allemand. Attendons les réactions !

    • 1 Décembre 2016 à 12h30

      milo dit

      Cet article donne des indications erronées sur le seuil de pauvreté en France: il est quasiment le même que Allemagne (en France 14% et 894€ en sachant que la différence de % est dûe au modèle mathématique). L’uteur doit vérifier ses sources!

    • 1 Décembre 2016 à 12h03

      Roleo dit

      ..Et moi qui aime tellement “Causeur”, le seul journal qui me propose des lectures intelligentes ! mais ici, j’ai trouvé la couche franchouillarde: le plaisir de critiquer pour le plaisir de l’argumentation, même si celle-ci serait boiteuse. Une vielle amie francaise avait une formule imbattable qu’elle me servait avec un rire en coin: “.. oui oui… mais… c’est nous qu’on est les mieux … C’EST NOUS QU’ON EST LES PLUSSS MEILLEURS “, et c’etait la rigolade.
      Cet article, et les commentaires, sont de la même veine. Moi qui vit en Allemagne depuis une longue vie, je vais en faire la traduction pour mes amis, et on va s’ètonner. “D’où ce type-là a-t-il tiré tout ca ?”. En tout cas, il n’y a pas en Allemagne la tristesse, la dépression qu’une telle description laisserait supposer.
      Il y a meme des francais qui s’y plaisent.

      Comment Pascal parlait-il de cela… “l’esprit critique”, ou “l’esprit de critique” ?

    • 1 Décembre 2016 à 11h53

      Prince Murat dit

      Encore un article sur la ”formidable réussite du modèle allemand” !

      Afin d’éviter les discussions stériles ”de cour de récréation d’école primaire”, je propose la création d’une ”question préalable obligatoire”.

      Regardez-moi dans les yeux, et répondez à la question :

      ”Tous les pays du monde peuvent-ils, au même moment, être en excédent commercial les uns vis-à-vis des autres ?”

      • 1 Décembre 2016 à 13h30

        himavat dit

        oui
        mais en trichant …

        • 1 Décembre 2016 à 14h04

          Prince Murat dit

          Exact, cela s’appelle ”Assouplissement Quantitatif”, ou également ”Pyramide de Ponzi”.

        • 1 Décembre 2016 à 14h07

          himavat dit

          tout le monde s’ inquiète EN MEME TEMPS de
          - la baisse des excédents commerciaux de la Chine
          - l’ accroissement du déficit commercial avec la Chine

          cherchez l’ erreur

    • 1 Décembre 2016 à 10h32

      enfer dit

      Nul! Archi nul! cet article…Avec ses vieilles coupures de l’Obs. Comme si ce torchon avait un jour compris quelque chose à l’économie…
      D’autant que dans un domaine qui est mon métier; l’élevage et la commercialisation de porcs ces données sont fausses; méconnaissance ou volonté de nuire?
      Essayez de vendre de la viande fraiche ou des charcuteries à Adli ou Lidl et vous comprendrez votre douleur si vous travaillez dans les conditions françaises, où tout est fait pour bloquer les économies d’échelle.
      On va rétorquer :”Et la pollution?”… En France une administration qui transforme la réglementation en boulet…En Allemagne elle conseille et aide…Bilan: 5000 méthaniseurs outre Rhin…25 en France…
      On va nous resservir la qualité “exceptionnelle” des produits français produits dans des conditions sociales moyennageuses dans nos exploitations dites familiales où on exploite surtout la famille souvent pour pas de salaire du tout…

      • 1 Décembre 2016 à 10h49

        Warboi dit

        Je dirais méconnaissance et volonté de nuire.
        Merci, merci pour votre commentaire, enfin un peu de bon sens. Ne pas chercher ailleurs, sous de pitoyables excuses, notre décrochage face à l’Allemagne.

        • 1 Décembre 2016 à 19h02

          i-diogene dit

          Excellent: l’ avis d’ un professionnel apporte un éclairage sérieux..!^^

        • 1 Décembre 2016 à 20h55

          Lector dit

          oh oui, quel sérieux par le petit bout du nombril… la lorgnette aveugle ! Les méthaniseurs ça ne vaut pas grand chose sur les cheminées des centrales à charbon ; la belle hypocrisie écologique de l’Allemagne. Quant au défaut de la dette de ce pays vis à vis de la Grèce… c’était dans l’Obs justement… ben merdalors.

        • 3 Décembre 2016 à 22h39

          himavat dit

          pour la Grèce
          ça craint un peu
          oh, juste un peu

    • 1 Décembre 2016 à 10h08

      oups dit

      Arrêtons avec les modèles.
      Il faut simplement que la France arrête de vivre au-dessus de ses moyens .
      L’endettement du pays va coûter beaucoup plus cher avec l’augmentation prévisible des taux d’intérêt , par conséquent l’argent gratuit va disparaître et l’état devra réduire son train de vie , ses emprunts et ses projets ou augmenter encore la fiscalité qui priverait définitivement le pays de relance économique.

      • 1 Décembre 2016 à 19h03

        i-diogene dit

        Oui, c’ est logique..

    • 1 Décembre 2016 à 7h59

      Naif dit

      il y a de plus en plus de gauchistes qui interviennent sur ce site avec toujours le même discours. le libéralisme c’est le mal absolu, les salaires les plus bas en oubliant bien sur de parler des tares du système social-démocrate qui d’ailleurs n’existe pas vraiment puisque les socialiste refuse la démocratie lorsqu’elle ne leur est pas favorable mais c’est certainement un détail pour un journaliste faisant parti du système et gravement payé par les télévisions.

      • 1 Décembre 2016 à 11h00

        Warboi dit

        Ce ne sont pas des gauchistes, c’est l’extrême-droite de MLP, voire Guaino qu’une feuille de papier sépare de la papesse de l’anti-libéralisme identitaire. Nuance. Même s’il faut une loupe pour les départager de Mélenchon.

        Avant de redistribuer, faut créer des richesses. Et donc vendre. On n’a jamais rien fait de mieux que le libéralisme pour ça.
        La sociale-démocratie c’est très bien quand les coffres sont pleins.

        • 1 Décembre 2016 à 12h57

          durru dit

          Et le communisme encore mieux, demandons à Méluche :)
          Bah, MLP, Guaino et autres NDA, c’est des gauchistes déguisés, c’est tout. A vivre sur le dos des autres, et encourager toute la populace à le faire…

        • 1 Décembre 2016 à 18h16

          Martini Henry dit

          Et comment vous créez des richesses, comment vous vendez dans un monde où, compte tenu de la liberté totale de circulation des biens et des marchandises, nos produits ne sont pas concurrentiels?
          En alignant tout le monde sur les conditions de travail et les coûts sociaux de la Chine pour arriver à la même compétitivité qu’eux? En faisant toujours venir plus d’immigrés quand on ne peut pas délocaliser pour faire baisser les salaires?
          C’est ça votre solution? Elle est grotesque.

        • 1 Décembre 2016 à 18h35

          expz dit

          En vendant ce qu’ils ne produisent pas (exemple avec Airbus),à la condition que nous soyons crédibles,ça s’appelle la spécialisation.Inutile de les concurrencer sur des marchés où ils sont déjà leader et qu’ils font mieux pour moins cher.
          Réciproquement la situation d’ Areva (entreprise étatique…) est très grave car la France était leader. Autre exemple,les logiciels peu pourvoyeuses en Mo non qualifiées sont européennes.Rien à voir avec les conditions Chinoises (qui subissent actuellement une grogne sociale). Demain les imprimantes 3D remplaceront les chaines de production,les coûts seront infiniment moindre que les Chinois,et il ne faudra pas rater le coche,c’est vital.Quand à l’emploi:Qui aurait pu imaginer le monde et l’emploi d’aujourd’hui il y a 30/40 ans?

        • 1 Décembre 2016 à 18h44

          Martini Henry dit

          À chaque fois que nous avons vendu des Airbus, notamment à la Chine, ce fut avec un transfert de technologie! Grâce auquel les chinois ont maintenant leur avion (le C919) qui ne va pas tarder à nous prendre des marchés! Merci qui? Pas présents, dites-vous?
          Les logiciels sont européens? D’où sortez-vous cela? Et pour les imprimantes 3D, renseignez-vous un petit peu! Les chinois sont très avancés, plus que nous!
          http://www.journaldunet.com/economie/expert/61781/l-imprimante-3d-revolutionne-la-chine–a-commencer-par-l-immobilier.shtml

        • 1 Décembre 2016 à 18h48

          himavat dit

          Pour information, la première entreprise a avoir installé une chaîne de montage automatisée en Chine est VW, qui leur a vendu celle de la Passat (vers 1986/7)
          qui a été un énorme succès
          si ce n’ est pas du transfert de technologie?
          dans la même époque EDF a transmis du savoir faire nucléaire, il n’ en apparament pas fait grand-chose

        • 1 Décembre 2016 à 19h31

          i-diogene dit

          Martini,

          Ta propagande FN ne tient pas la route.

          Dans le domaine technologique, une innovation n’ est rentable que 5 ans au maximum.. Ensuite, les concurrents ont rattrapé leur retard..

          L’industrie est donc condamnée à innover ou disparaître..!

          .. Et c’ est bien sur ce point que le programme protectionniste du FN est suicidaire…

          Quant-à la Chine, c’ est actuellement la première nation mondiale sur le plan de l’ innovation..:
          https://youtu.be/kzyTOwvHFtE

        • 1 Décembre 2016 à 19h48

          Martini Henry dit

          Faux. La Chine vend maintenant des centrales nucléaires. Même en occident. Une va ouvrir au Royaume-Uni… La Chine est maintenant alliée à EDF grâce à sa structure China General Nuclear Power Corporation.
          Cet accord “prévoit également deux autres EPR cofinancés par les Chinois sur le site de Sizewell (est) et la construction d’un « Hualong » (« Dragon »), le réacteur de troisième génération de 1 000 mégawatts (MW) 100 % chinois.

          http://www.lemonde.fr/entreprises/article/2015/10/20/faut-il-avoir-peur-d-une-centrale-nucleaire-chinoise-au-royaume-uni_4793451_1656994.html#e6MXxVfb2j23Cv59.99

        • 1 Décembre 2016 à 20h04

          expz dit

          Ubisoft par exemple,et quasi-tous les logiciels musicaux sont Allemands.Aujourd’hui la France produit des logiciels de très haut niveau (et qu’elle vend à l’armée US).
          En attendant,malgré leur c919, ils achètent nos Airbus,le cas échéant nous nous adapterons,et ce ne sera pas la première fois.A la condition-évidemment- que notre état le laisse faire…
          Donc le problème de la “faible main d’œuvre”déloyale ne se posera plus pour nous avec les imprimantes (dont la conception repose d’abord sur la matière grise)mais pour eux avec leur population.
          Le transfert de techno au niveau des airbus et autres bagnoles est indolore.Les ingénieurs Chinois ne sont pas stupides,ils peuvent le faire eux-même s’ils le voulaient.Simplement,la conception,l’assemblage,la vente et une maintenance fiable est une entreprise de longue haleine…
          La techno à ne pas transmettre se situe à un niveau bien supérieur.Elle relève souvent du domaine militaire ou du nanotechnologique.

        • 1 Décembre 2016 à 20h12

          himavat dit

          pour la Chine
          les ingénieurs chinois sont plus ou moins bons suivant les secteurs (la crème étant dans l industrie spatiale)
          la Chine manque encore cruellement de techniciens dans bien des secteurs

          elle ne sait toujours pas fabriquer de A à Z un moteur d’ avion

        • 2 Décembre 2016 à 20h12

          expz dit

          Et le “savoir-faire” des techniciens dans le domaine aéronautique n’a rien à voir avec la “main d’oeuvre bon marché”,il faut un temps considérable.De plus ce sont les technologies militaires qui plus tard bénéficieront à l’industrie.Si les chinois avaient besoin de pomper la techno Airbus,un seul appareil aurait suffi,inutile d’en acheter une centaine.

        • 2 Décembre 2016 à 23h06

          himavat dit

          vous le faites exprès
          le financier est chinois (ou supposé) le holding est british mais l’ éxécutant est EDF (et y a pas de garanties financières)
          pas les Chinois, ils restent importateurs de technologie nucléaire (russe, et – un peu- française)

    • 1 Décembre 2016 à 6h05

      radagast dit

      Et c’est très bien vu de la part de Bastien Gouly de nous rappeler qu’en 2005 le programme de Bayrou n’était pas si différend que ça de celui de Fillon !!!
      Une différence de grandeur plus que de nature liée au fait que la situation économique de la France a considérablement empiré.

      • 1 Décembre 2016 à 14h09

        himavat dit

        la grande girouette du Béarn
        oiseau (un échassier?, personne n’ est très sûr) très timide qui n’ apparaît qu’ en période électorale
        son chant est très curieux

        • 1 Décembre 2016 à 18h23

          himavat dit

          et on se sait pas de quoi il se nourrit

    • 1 Décembre 2016 à 6h02

      radagast dit

      C’est une tare bien française semble t’il que de trouver toujours mieux ce qui se fait ailleurs .
      Déjà Voltaire et ses amis s’enthousiasmaient pour le Royaume Uni et flattaient outrageusement le grand Frédéric.
      Depuis que l’Allemagne est devenue la Prusse elle n’est plus notre amie .
      Nous échouerons toujours si notre unique obsession est de rejoindre tel ou tel standard .
      Au lendemain du vote sur le traité de Maastricht (taubiroute infra a raison !) Michel Rocard déclarait : “c’est la fin de l’exception française” .
      Or pour de multiples raisons , l’exception française ne peut pas et ne veut pas mourir .
      Ni l’exception Danoise ou Néo Zélandaise…
      Les Français commencent à s’émouvoir du programme économique de Fillon et je les comprend.
      Pourtant la dureté , l’austérité de ce programme ne sont rendues nécessaires que par leur choix du passé : Les années Mitterrand , Maastricht et la monnaie unique .
      Mitterrand est heureusement mort et ses créatures ont du plomb dans l’aile.
      Reste l’euro…
      Or je suis bien d’accord qu’il serait illusoire et suicidaire de quitter unilatéralement l’euro , l’euro-mark en fait .
      Reste comme le dit Henri Guaino à espérer que ce soit l’euro qui nous quitte …
      Les crises monétaires à venir (vous qui avez des économies n’oubliez jamais Chypre!) , l’évolution de la politique américaine pourraient y aider .
      Et nous Français pourrions nous aussi y aider si nous n’étions pas si pusillanimes.
      En revanche la création d’un euro du Nord et d’un euro du Sud me laisse sceptique.

      • 1 Décembre 2016 à 13h32

        himavat dit

        mais qu’ est-ce qu’ on appelle l’ exception française – venu de Rocard on ne peut qu’ être inquiet

      • 1 Décembre 2016 à 14h52

        Flo dit

        Avec la hausse du pétrole qui s’annonce, on peut imaginer que les taux vont remonter aussi. Énorme crise  en perspective.  

    • 1 Décembre 2016 à 2h52

      taubiroute dit

      TOUS LES CHEMINS MENENT A ROME….. ET TOUTES LES ANALYSES MENENT LA MEME CONCLUSION :
      L union europeenne avec sa monnaie unique et son abscence totale de reel federalisme et son mepris de la democratie, est en train de mener les peuples d europe a la misere digne d un pays sous developpe.
      AUjourd hui au vietnam ou en Thailande un ourvier qualifie coute 500 euros par mois !!
      la main d ouvre devient donc moins chere en Europe Allemagne ou France qu a Saigon !

      L UE est une faillite economique,politique, ideologique et democratique, c est le noeud gordien de tous les maux des peuples europeens , telle est la conclusion ,helas terrible, que la realite actuelle nous impose. Il faut donc savoir faire marche arriere et pour le bien des Peuples d europe trancher ce noeud Gordien

      • 3 Décembre 2016 à 3h16

        i-diogene dit

        T’es-t-il venu à l’ esprit que depuis vingt ans, des pays comme la Thaïlande ou le Vietnam on une croissance à deux chiffres..?

        Le Franc était une monnaie très instable, aujourd’hui, avec l’ Euro, il n’ y a plus ce problème..

        La France ne végète pas à cause de l’ Allemagne, mais à cause d’une mauvaises gestion intérieure..

        … Tout comme la Grèce..!^^

    • 1 Décembre 2016 à 2h38

      Nolens dit

      Je vois quelques commentaires semblant très pointus sur les aspects économiques. Il faudrait, selon moi qui ne suis pas économiste, modifier le modèle en tenant compte du vieillissement inéluctable des populations du monde occidental (pas qu’occidental d’ailleurs).
      Etant donné qu’il n’y a pas (encore) d’âge de cristal, âge auquel on part gaiement vers un monde (dit) meilleur, il serait raisonnable de tordre le cou à la variable démographie. La seule et unique raison à cela est la surpopulation mondiale. Avoir permis aux pays pauvres de baisser de façon importante la mortalité et d’augmenter de façon significative l’espérance de vie a provoqué cette surpopulation.
      Les mouvements migratoires observés proviennent de cela et nos modèles économiques se lamentent sur la démographie. D’autre part, et c’est le cas de la France, on se réjouit de la bonne tenue de ladite démographie. Seulement cet indicateur est quantitatif, on remplace des populations de bonne qualité par des population exogènes de qualité le plus souvent médiocre et parasitaires.
      Les économistes c’est comme le GIEC, ils nous bourrent le mou planqués derrière leurs écrans.

      • 1 Décembre 2016 à 2h58

        taubiroute dit

        je rajouterai a cela que la justification de l immigration par un besoins de renouvellement de main doeuvre est un argument qui ne tient plus du tout face l augmentation de la Productivite . a la robotisation et a lintelligence artificielle. Les japonais l ont bien compris, ils ont developpe les robots pour ne pas avoir besoins d immigres

      • 1 Décembre 2016 à 11h05

        Warboi dit

        “population médiocre et parasitaire”… Vous ne devriez pas parler de vous en ces termes si durs.

        • 1 Décembre 2016 à 18h05

          durru dit

          Parce que le taux d’assistés parmi les nouveaux arrivants n’est pas largement supérieur à la moyenne? Et le niveau d’éducation largement en deçà de la moyenne, également?

        • 1 Décembre 2016 à 18h12

          Martini Henry dit

          Bien sûr que si. Tout le monde le sait. On doit également à ces populations l’incroyable baisse du niveau scolaire en France tout comme les difficultés, en partie du moins, de notre système médical. Ce sont des milliards qui s’envolent ainsi. Je ne parle même pas de leur incroyable sur-représentation dans la délinquance de rue, la grande délinquance et le trafic de drogue. Des milliards de milliards dépensés en vain en politiques de la ville, forces de polices, prisons, politiques d’éducation prioritaire et autres fadaises aussi efficaces qu’un seau pour remplir le tonneau des danaïdes.

        • 3 Décembre 2016 à 3h40

          i-diogene dit

          Martini,

          Les immigrés ne coûtent strictement rien aux contribuables français:

          - les Fisc français perçoit 4 à 5 milliards par ans sur le racket du Franc CFA imposé dans leurs pays d’origine..

          - Le pillage en règle des ressources naturelles de leurs pays d’ origine (pétrole, métaux rares, etc…).

        • 3 Décembre 2016 à 23h07

          durru dit

          Ca, Diogène, ça va dans des poches privés, pas dans le budget de la France. Bien sûr que le contribuable français contribue…

    • 1 Décembre 2016 à 0h08

      Martini Henry dit

      Les allemands ne sont plus un problème pour très longtemps. C’est un peuple qui va disparaître d’ici peu et toutes ses qualités (et ses défauts) avec.
      Quand ce peuple, qui ne fait plus d’enfants, sera devenu turc, syrien, somalien, algérien et marocain, il aura les qualités de ces peuples là. Ce sera un très grand progrès pour lui qui ne manquera pas de rétablir l’équilibre avec nous, quelles que soient les prétendues vertus de son modèle économique.
      Allez, sans une de ces ignobles réactions dont l’histoire nous a prouvé que ces barbares teutons savent se montrer capables, il nous suffit d’attendre une vingtaine d’années pas plus.
      À l’échelle de l’histoire de l’humanité, à peine le temps de cligner des yeux…

      • 1 Décembre 2016 à 0h34

        i-diogene dit

        Martini,

        Cesse-donc de mâchouiller tes vielles rancunes: tu disparaîtra bien longtemps avant l’ Allemagne..! Ptdrr..

      • 1 Décembre 2016 à 2h24

        himavat dit

        pas si vite, au taux actuel, dans deux générations (50 ans) la population proprement germanique aura chuté (au plus) de l’ ordre d’ une dizaine de millions (à la louche)

      • 1 Décembre 2016 à 10h38

        Cervières dit

        On ne peut pas raisonner avec les populations actuelles (80 millions) comme on le faisait au début du siècle dernier. A ce compte, la France était beaucoup mal en point dans les années 1930 que l’Allemagne aujourd’hui et est à l’inverse aujourd’hui (autant d’élèves en secondaire en France en Allemagne et au Royaume uni par exemple environ 10 500 000)

        • 1 Décembre 2016 à 13h46

          himavat dit

          comment ça “on ne peut pas raisonner avec les populations actuelles comme on le faisait”?
          la structure de la pyramide des âges est fatale (elle s’ inverse) quand on a un taux de renouvellement qui se rapproche de 1, ce qui est le cas pour l’ Allemagne
          je parlais bien de populations germaniques (et c’ est bien ce que MH entendait – même Diogène ne s’ y est pas trompé)
          on ne parle pas de la démographie turque en Allemagne (encore que et tous les modèles connus tendent à le confirmer, le taux de renouvellement des Turques d’ Allemagne devrait normalement être inférieur à celui des leurs consoeurs d’Anatolie)

          sans parler de l’ impact en particulier sur le fait qu’ une part de plus en plus en plus réduite de la population doit entretenir une population vivant de plus en plus lontemps …
          - parce qu’ en plus, par rapport au siècle dernier, la durée a considérablement augmenté

          pour information, la Chine découvre avec effroi ce problème – et que le parti n’ a pas de solution
          pour confirmer que ce vous dites n’ a guère de sens, aller voir pour le Japon – encore plus peuplé, sa population commence à décliner (les immigrés, ils les comptent avec précision), le processus est décrit, quantifié et pris en compte par le gouvernement
          donc MH est à juste titre pessimiste pour l’ avenir des Teutons mais le mouvement est plus lent qu’ il ne l’ imagine
          sous réserve d’ accident type épidémie ou guerre

    • 30 Novembre 2016 à 22h43

      himavat dit

      La conclusion est éclairante:
      “Pour l’heure, la France n’en vient qu’à copier les dogmes économiques existants. L’échec est assuré.”
      Il serait plus audacieux sans doute de copier des dogmes inexistants, car la logique voudrait alors que le succès soit assuré …

    • 30 Novembre 2016 à 21h28

      milo dit

      Normal que 15% d’allemands vivent en dessous du seuil de pauvreté, puisque celui-ci est calculé comme le seuil en dessous duquel vivent 15% d’allemands (60% de la médiane)! En France c’est 894€ pour 14% (modèle mathématique légèrement différent).

    • 30 Novembre 2016 à 19h19

      bartolomee dit

      Regardez une carte et les voisins orientaux de l’Allemagne.

      Pour l’industrie automobile, par exemple, mais c’est aussi vrai pour d’autres secteurs industriels, les usines Audi par exemple ne font plus que de l’assemblage d’ensembles qu’elle fait fabriquer dans des pays à plus bas coût de main d’oeuvre.
      Par ailleurs, le système éducatif me semble encourager davantage les filières techniques. Ce faisant les Bureaux d’Etudes sont garnis de techniciens qui ont appris le métier sur le terrain, le pratiquent vite et bien…donc placés dans des conditions d’innovation bien supérieures à ce que nous pouvons connaître en France.

      • 30 Novembre 2016 à 20h45

        i-diogene dit

        Boh, pour l’ automobile, la France aussi:

        Perso, j’ ai implanté diverse chaînes de production de constructeurs auto, un peu partout dans le monde.:
        - Renault: Espagne, Roumanie, Brésil, Portugal..
        - PSA: Chine, Iran, Brésil, Espagne…

        Si l’ assemblage final est bien réalisé en France, les sous-ensembles sont fabriqués et assemblés dans des pays à moindre coût (tableaux de bords complets, portières avec garnitures, ensembles trains de roues-suspensions, etc..).

        La main-d’oeuvre non-qualifiée a été remplacée, soit par des robots et automates, soit par des ouvriers de pays à bas coûts de main d’oeuvre..

        Il y a un sérieux avantage supplémentaire: avec le système des filiales, les bénéfices restent dans les pays d’ origine..

        En France, la fiscalité fait que moins il y a de bénéfices, plus on a d’ avantages..Sans compter les aides de l’ Etat: aides financières, déductions fiscales, exonérations de charges, etc…

    • 30 Novembre 2016 à 19h10

      Charles Lefranc dit

      Si 15% des allemands sont sous les 892 € et 20 % sont a 450 € cela fait 35% de trés pauvres. Contre 7,28% des français sous les 935 €. Donc il faut craindre que 35% des allemands viennent en France s’ installer pour augmenter leur subsistance moyenne de 1352/2=676 € à 935 €. Que va faire Hollande – Fillon face a cette invasion ? Allons nous les renvoyer par wagons plombés vers l’ Allemagne ? Ce serait l’ histoire à l’ envers .

      • 30 Novembre 2016 à 20h49

        i-diogene dit

        … Sauf que c’ est l’ inverse qui se passe: les frontaliers français bossent en Allemagne (y’ a du boulot), font leurs courses en Allemagne (c’ est moins cher), sans compter que les loyers sont environ 20% moins chers..!^^

        • 30 Novembre 2016 à 23h54

          Warboi dit

          On n’a jamais vu à ce jour un Allemand s’installer en France pour des raisons économiques -;))))
          Alors que l’inverse est fréquent.
          Ne serait-ce que pour cette raison, article indigent.

    • 30 Novembre 2016 à 18h44

      Warboi dit

      “la France devrait donc massacrer son système pour parvenir à rivaliser avec ses voisins” ?? Son système, mais quel système ? Celui qui exclut du travail six millions de personnes ? Qui n’intègre plus ? qui nous a fait descendre dans les profondeurs de tous les classements éducatifs ? Qui ne se maintient que par l’emprunt garanti par le divin euro ?
      C’est une blague cet article ?

    • 30 Novembre 2016 à 18h38

      Circé dit

      Quel article indigent! Entre lieux communs et clichés, il n´y a pas beaucoup de place pour une analyse intelligente de la situation en Allemagne. La politique de Merkel est critiquable mais encore faut-il savoir exactement de quoi il retourne et non répéter les idioties qui circulent de rédaction en rédaction dans la presse francaise. Aux “100 000 emplois destinés aux réfugiés, des « minijobs » à 80 centimes de l’heure…”, on peut par exemple opposer que, pour la seule année 2016, 600 000 viennent d´accèder aux prestations sociales et au revenu minimum. Luc Rosenzweig, revenez!

      • 30 Novembre 2016 à 18h45

        Warboi dit

        On dirait un tract FN ou mélenchonniste ce qui est exactement la même chose.

        • 30 Novembre 2016 à 18h55

          Lector dit

          ah bon le programme du FN et de Mélenchon seraient exactement semblables ? Faudrait peut-être les examiner d’un peu plus près avant de les mettre dans le même sac.

        • 30 Novembre 2016 à 23h57

          Warboi dit

          Disons que le vieux fond raciste du FN n’est jamais très loin, mais sur un plan économique, depuis que Mélenchon s’est opportunément converti au “protectionnisme solidaire” (sic))), c’est blanc bonnet et bonnet blanc. Les zélites (dont ils sont tous les deux) n’ont plus qu’à bien se tenir !

    • 30 Novembre 2016 à 18h17

      Martini Henry dit

      Allez, on les aime quand même les allemands, quand ils ne viennent pas nous briser les noix…
      https://www.youtube.com/watch?v=63jz2lT6XII