Mesdemoiselles, à vous de jouer ! | Causeur

Mesdemoiselles, à vous de jouer !

Auteur

David Desgouilles

David Desgouilles
est blogueur et auteur du roman "Le bruit de la douche"

Publié le 09 janvier 2013 à 12:00 / Brèves Société

Mots-clés : , ,

Il y a quelques jours, la presse –notamment écrite et radiophonique- faisait écho d’une décision du Conseil d’Etat validant la suppression de la civilité « mademoiselle » sur les formulaires et documents administratifs. Nous avions, il y a un an, interpellé ici François Fillon qui avait signé la circulaire. Cette dernière avait commencé à produire des effets sur le terrain. Par exemple, sur les diplômes 2012 du Brevet des collèges –qu’on passe généralement à 14 ou 15 ans- ne comportaient plus, pour les lauréates, la civilité « mademoiselle » mais « madame ».

C’est un militant UMP diplômé de droit public, Alexandre-Guillaume Tollinchi, qui a paradoxalement attaqué la circulaire émise par l’ex-Premier ministre. À la tête d’un collectif nommé « Libérez les mademoiselles », il a formé un recours pour excès de pouvoir au Conseil d’Etat, lequel s’est donc prononcé le 26 décembre dernier, rejetant la requête. Tollinchi admet sur son blog que le juge administratif lui a donné tort sur la forme. En revanche, il explique que « la presse se trompe totalement dans son analyse : le Conseil d’Etat n’a pas supprimé Mademoiselle puisqu’il a estimé que la circulaire n’avait aucun effet normatif ! », ce qui implique, pour ce juriste pointilleux, que cette dernière ne saurait s’imposer aux personnes privées. De ce constat, il déduit que «  toute administrée pourra imposer, au besoin en saisissant le Tribunal administratif, le rétablissement de la civilité Mademoiselle pour elle-même. » Et Tollinchi de se mettre gratuitement à la disposition de toutes les demoiselles de France et de Navarre désireuses d’en appeler ainsi au juge administratif !

Pour notre part, nous ne pouvons que saluer le combat de ce jeune militant plein de ressources. Quelqu’un qui se fait un devoir de mettre des bâtons dans les roues d’Osez le féminisme et de Roselyne Bachelot ne peut, décidément, pas être mauvais.

.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    Inscrivez-vous à la Newsletter

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 9 Janvier 2013 à 16h09

      Mouah dit

      “Madame” serait donc incongru pour qualifier une adolescente de 14-15 ans, alors que “Monsieur” ne l’est pas pour un garçon du même âge ?

      • 9 Janvier 2013 à 16h54

        schaffausen dit

        Cette distinction existe dans de nombreuses langues. Heureusement que les féministes sont là pour éradiquer cette odieuse stigmatisation.

      • 9 Janvier 2013 à 18h12

        agatha dit

        Bien sûr, vous n’avez pas tort. Mais ce qui est vraiment exaspérant, c’est la volonté de tout maîtriser et de décider impérativement des détails, de réformer nos habitudes historiques. Parfois on se demande si un peu d’injustice n’est pas préférable à cette dictature du correct moderne.

        • 9 Janvier 2013 à 18h37

          JeanBart dit

          Jouvenceau, damoiseau étant par trop connotés, la langue courante a retenu le ‘Jeune homme’ qui s’applique pour tout ce qui se trouve entre l’age de raison et la majorité…
          Je le trouve si sympa, ce ‘jeune homme’, cette interjection lancée à la face des puceaux, qu’on pourrait bien en faire un état civil !

      • 9 Janvier 2013 à 22h09

        Mouah dit

        @ causeuse(s) et causeur(s) qui m’ont répondu :
        Vous semblez oublier que le distinguo “Madame”/”Mademoiselle” ne repose pas sur des critères d’âge, mais bel et bien de statut marital : en somme, la femme, contrairement à l’homme, ne serait pas tout à fait “entière” quand elle est célibataire.

    • 9 Janvier 2013 à 12h38

      agatha dit

      Je me rappelle le temps où, élèves de 6ème, nous nous faisions cérémonieusement appeler Monsieur X ou Mademoiselle Y. Avec le système actuel, ce serait Madame Y, à onze ans !

    • 9 Janvier 2013 à 12h20

      eddy12a dit

      Je soupçonne une combine pour draguer des demoiselles.