Mélenchon! Il suffit de te baisser, la gauche est à ramasser… | Causeur

Mélenchon! Il suffit de te baisser, la gauche est à ramasser…

Le PS façon puzzle

Auteur

Benoît Rayski

Benoît Rayski
Journaliste et essayiste

Publié le 31 mars 2017 / Politique

Mots-clés : , , , ,

Jean-Luc Mélenchon en meeting au Havre, mars 2017. SIPA. 00800218_000034

Tu avais raison, Jean-Luc. Visionnaire, tu fus. Un prophète. Alors qu’Alexis (Corbière) était devant toi le poing levé, tu lui avais annoncé la couleur. « Mais il ne connaît pas Jean-Luc, ce Parti socialiste ! Il va avoir un réveil pénible. J’ai voulu être diplomate, éviter que le sang coule. Mais maintenant c’est fini, je vais le travailler en férocité, le faire marcher à coup de lattes ! A ma pogne, je veux le voir ! »

Et tu avais raison, grand et sage Jean-Luc ! Le Parti socialiste, tu l’as maintenant à ta pogne ! Enfin, ce qu’il en reste… Le PS, tu l’as éparpillé par petits bouts, façon puzzle, tu l’as dynamité, dispersé, ventilé. Ce n’est plus aujourd’hui qu’un corps meurtri et gémissant. Une masse informe secouée de sanglots. Un morceau de chair vidé de son sang. Eh oui, tu n’as qu’à te baisser pour ramasser ce qui traîne…

Une épave, c’est à tout le monde

Orgueilleux et hautain, tu avais refusé de participer à la primaire de la gauche. Que serais-tu allé faire, en effet, dans cette galère ? Avec le pâle Peillon, le sinistre Hamon et l’arrogant Valls ? Ta place était au-dessus de cette mêlée, que dis-je, de cette bouillie. Et de meetings triomphants en meetings triomphants, tu as compté les coups. Et compté les morts.

Le premier d’entre eux, ce fut Valls que la primaire laissa sur le tapis. Puis vint le tour de Hamon, que tu distanças rapidement dans les sondages. Pauvre Hamon : il s’est rendu à Lille pour dire : « Maman, bobo » à Martine Aubry. Pauvre Valls : il est allé faire allégeance à Macron, qui l’a accueilli avec condescendance (« Je veux des têtes nouvelles »). Pauvre Cambadélis : il s’est dit « triste » du ralliement de Valls.  C’est pitoyable et pathétique un chef de parti, pleurnichant, qui parle de sa tristesse quand les siens quittent le navire.

Oui, Jean-Luc, le Parti socialiste, tu l’as à ta pogne ! Des gens méchants te décrivent en Thénardier dépouillant les cadavres sur le champ de bataille de Waterloo. Ils ne méritent que le mépris. Car toi, tu es de la race noble des pilleurs d’épaves. Une épave, c’est à tout le monde. Tout le monde peut se servir. Et tu es le plus légitime pour le faire.

Avec toi, l’avenir va enfin devenir limpide. Nous aurons une gauche débarrassée de sa défroque bon chic bon genre. Une gauche virile, musclée, franche, à l’image des Tontons Flingueurs, un film dont tu sors tout droit. Une gauche gueularde, vulgaire, populacière. Sachant vider une bouteille de rouge pour arroser une blanquette de veau. Un vrai régal pour les cinéphiles dont je suis.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 1 Avril 2017 à 16h58

      sacrebleu dit

      A propos de « dégagisme » si on dégageait Mélanchon qui a mis 32 ans pour se rendre compte que le PS n’était qu’un parti de petits bourgeois dirigé par de grands bourgeois ! Quel prophète, quel visionnaire ! Ce n’est qu’un matamore égocentrique.

    • 1 Avril 2017 à 15h21

      Carlemagne dit

      Mélenchon est un tribun; on ne peux lui retirer cela.

      Mais sous ses airs de taureaux, c’est, je le crains surtout un malin et un rusé prêt à tout pour recycler la marchandise!

      Est-il tjrs trotskiste ? communiste ? écologiste ?
      On s’y perd un peu.

      Une chose me semble certaine : derrière ce virage tacticien et essentiellement à mes yeux opportuniste ( le drapeau “bleu blanc rouge” mais attention en conservant le poing levé, “on est chez nous” mais attention pas avec les racistes de FN…) se dissimule toujours encore plus d’immigration

      Mélenchon c’est 300% d’immigration, ne l’oublions pas

    • 1 Avril 2017 à 10h20

      CYNORRHODON dit

      Le rouge sur la blanquette, c’est rose.

      Et si Mélenchon n’était qu’une entreprise de recyclage du PS par la gauche tout comme Macron l’est par la droite?

      C’est beau l’écologie politique! 

    • 1 Avril 2017 à 6h45

      lili23 dit

      Trois livres dont les thèmes n’étaient pas tous catholique, que penserait le général de la 5ème de tout cela? Un examen de conscience et judiciaire si ce n’est judicieux s’impose au peuple français 

    • 1 Avril 2017 à 6h37

      lili23 dit

      https://www.herodote.net/25_decembre_498-evenement-4981225.php

      Quel grand moment historique pour la politique française si Clovis s’est fait baptisé Pénélope Fillion à lu trois livres  

    • 1 Avril 2017 à 6h28

      lili23 dit

      Dire que les historiens  français retiennent  le baptême Clovis comme comment fondamentale pour direction de la politique française c’est tout à fait représentatif de la droite au pouvoir une grosse merde

    • 1 Avril 2017 à 6h20

      lili23 dit

      C’est une honte la gauche à un candidat, c’est B Hamon et c’est tout F Holland, Valls c’est du passée dépassé. contrairement au traditionaliste qui soutiennent le grand moment de perdition qui nous afin s connu sous sarko et son premier sinistre qui se présente comme sa femme le candidat du salaire de la lecture de trois livres tous les deux mois Ca la livre sterling c’est de l’anglais pour ces patrons de droite  la france n’a pas besoin d’un patron mais d’un président. Pourquoi élire un chef d’entreprise à la fonction présidentielle ‘illusion d’immanence clovis c’est fait baptisé grand moment de solitude pour lui mdr ptdr 

    • 1 Avril 2017 à 2h02

      pierrepauljacques dit

      La gauche n’est pas a ramasser elle s’est relevé .le PS qui l’avait vampirisé avec Mitterrand vient de lâcher prise.La droite elle aussi se relève mais plus doucement le dernier KO des affaires Fillon la laisse groggy va t’elle se tourner vers MLP , Dupont Aignan ou un autre, Mystère !

    • 31 Mars 2017 à 20h14

      srul dit

      tu vieillis mal mon pauvre ydd staline te manques tellement ou c’est mosche toures dont tu as le cafard?va manger un morceau de geffilte fish tu n’auras pas besoin de temestat!

    • 31 Mars 2017 à 19h22

      Saul dit

      “Le PS, tu l’as éparpillé par petits bouts”

      Non, le PS s’est tué tout seul en trahissant jusqu’à plus soif. 

      “tu es de la race noble des pilleurs d’épaves”

      Pareil, comme au dessus. Les électeurs sont libres aux dernières nouvelles, Méluche n’est pas allé leur coller un calibre sur la tempe pour les obliger à venir vers lui. D’ailleurs il ne parle quasiment pas de Hamon et du Ps dans cette campagne. 

      • 31 Mars 2017 à 19h25

        Saul dit

        “Une gauche gueularde, vulgaire, populacière.”

        c’est sur, c’est le seul candidat qui fait montre de culture et d’un talent oratoire, érudit comme aucun autre ne l’est parmi les 10 autres. Avoir de la culture et bien parler, c’est donc être gueulard, vulgaire et populacier. C’est top la novlangue :-)) 

    • 31 Mars 2017 à 18h40

      Habemousse dit

      Marcher dans la merde du pied gauche portait bonheur ; en cinq ans peu de gens ont bénéficié de ce vieil adage qui a fait son temps, comme la gauche ; quant à la merde, sous la botte de Mélenchon ou d’un autre, elle n’est pas prête de nous lâcher la grappe.

    • 31 Mars 2017 à 18h10

      Radiopariment dit

      Il reste 1 semaine à Benoit Hamon pour se rallier à Mélenchon et donner sa chance à la gauche. Après il sera trop tard. Il serait temps que le “petit Benoit” se réveille et réalise que le PS d’Epinay, c’est de l’histoire ancienne, et qu’il faut agir maintenant plutôt qu’après la déculottée finale.

    • 31 Mars 2017 à 16h52

      dov kravi דוב קרבי dit

      Mélenchon n’a pas tué le PS : le PS s’est explosé tout seul comme un grand à force de déni du réel, d’accommodements déraisonnables et de compromissions tous azimuts.
      Mais, tout pourri qu’il soit, le cadavre remue encore. Emmanuel Hollande et ses nombreux soutiens en témoignent.

      • 31 Mars 2017 à 18h51

        i-diogene dit

        Bah,

        Autre mort-vivant: Nicolas Fillon..!^^

        François Sarkosy est plus bruyant avec ses gamelles: les gens l’ entendent de loin et peuvent s’ écarter de son chemin.. Comme pour les lépreux…!^^

      • 31 Mars 2017 à 19h26

        Saul dit

        Sorry Kravi, je ne vous avais pas lu.

    • 31 Mars 2017 à 16h17

      A mon humble avis dit

      Le meurtrier du PS, c’est plutôt Hollande. La question qui reste en suspens à ce sujet est de savoir si c’était prémédité ou improvisé. En tout état de cause, sa renonciation signe son échec.
      Mais les politiciens sont comme les chats: non seulement ils retombent toujours sur leurs pattes, mais en plus ils ont plusieurs vies.
      Hollande cherche à se survivre dans une UE moribonde, Royal est plus inspirée en louchant vers l’ONU, Fabius est casé au Conseil constitutionnel. Les moins bien placés se bousculent chez Macron, y compris Valls; se sachant peu apprécié de ce côté, il cherche aussi à se ménager une ouverture vers Fillon: ne jamais mettre tous ses œufs dans le même panier est une vieille doctrine politicienne, tout comme savoir manger à tous les râteliers.
      Mélenchon devra donc se contenter des résidus marxistes, un peu comme les charognards finissent les restes des lions: ça permettra au moins de survivre. Mais il vaut mieux qu’il le laisse pourrir, sinon il pourrait en mourir d’indigestion, même si son estomac est solide, même accompagné d’un gros rouge qui tâche.
      Macron, lui, ne peut vivre qu’en recyclant les déchets socialistes: c’est ce qui risque de lui coûter la victoire. Et ce sera bien fait pour sa gueule et celle de Bayrou.

    • 31 Mars 2017 à 15h52

      buddy dit

      Dans cet article, on ne sait pas ce qui est à prendre au second degré. En tout cas il y a une chose de sure, c’est que le PS n’est plus le PS, il a basculé dans cette droite mondialiste, “Uberisable”, immigrationniste, pro-islam, anti-nation, anti-culture Française et surtout arriviste. Pile poil la droite de Macron. Car c’est l’erreur que commet Fillon en simplifiant le phénomème Macron à un sursaut du PS, c’est bien plus grave que ça.

    • 31 Mars 2017 à 15h30

      Simbabbad dit

      “Sachant vider une bouteille de rouge pour arroser une blanquette de veau.”
      Eh bien pas vraiment, justement, puisque Mélenchon préfère le quinoa, car la viande, c’est mal.
      Au-delà de la boutade, l’ami Mélenchon est plus politiquement correct qu’on ne veut nous le faire croire, il sait ne pas regarder là où le PS ne veut pas non plus regarder, et faire semblant de ne pas comprendre ce que le PS fait aussi semblant de ne pas comprendre.
      Plutôt Mélenchon que le PS, mais ça n’est pas encore ça.

    • 31 Mars 2017 à 15h05

      MONTAGNE dit

      Quel style !
      Un régal à lire.